//img.uscri.be/pth/2e18e98da3d4e78b724b6186485527b16e5feac3
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Hommage au patriotisme héroïque camerounais (1914-2014)

De
272 pages
Le 8 août 1914, les leaders de la lutte armée anticolonialiste sont assassinés par le second Reich : la résistance patriotique camerounaise entre dignement dans l'histoire. Marqué par les combats héroïques du passé et les luttes populaires de l'époque néocoloniale, le Cameroun se construit entre patriotisme, héroïsme et esprit maquisard. Des valeurs qui se révèlent être la clé philosophique de la lutte politique et sont aujourd'hui commémorées à l'occasion du centenaire de la tragédie de 1914.
Voir plus Voir moins
Nsame Mbongo
Hommage au patriotisme Héroïque camerounais (1914-2014)
Préface de Mboua Massok Postface de MathiasÉric Owona Nguini
Hommage au patriotisme héroïque camerounais (1914-2014)
Nsame Mbongo Hommage au patriotisme héroïque camerounais (1914-2014)
Préface de Mboua Massok Postface de Mathias Éric Owona Nguini
DU MÊME AUTEUR
1985 :« Problèmesthéoriques de la question nationale en Afrique», in Revue Présence Africainen°136, Paris, Ed. Présence Africaine. 1989 :Propos africains sur l’éducation pour tousnouvelle et la (« L’éducation revalorisation qualitative des ressources humaines dans la perspective du développement »),Réflexion préparatoire à la Conférence mondiale sur l’éducation pour tous de Bangkok 1990, Abidjan-Dakar, Ed. UNESCO-UNICEF (co-auteur). 1993 :Démocratie africaine, otage du tribalisme? (« Lechauvinisme ethnique d’Etat et la faillite de la démocratie néocoloniale»), Yaoundé, Ed. Inpact - Fondation Panafricaine de lutte contre le tribalisme, (co-auteur). 2004 :?Choc des civilisations ou recomposition des peuples(Réflexions sur les différences, les différends et les développements des communautés), Paris, Editions Dianoïa, Chennevières-sur-Marne (France), 2004. 2006 :L’homme et la réflexionphilosophique et cruauté politique (« Sagesse»), e Actes du XXXCongrès de l’Association des Sociétés de Philosophie de Langue Française (ASPLF), Paris, Ed. Vrin. 2009 :La philosophie et les interprétations de la mondialisation en Afrique, («La mondialisation :dogmatique de la totalisation ou dialectique de la collectivation?) », Actes des Premières Rencontres Philosophiques Internationales Francophones de Yaoundé (13-16 Novembre 2007), Paris, Ed. L’Harmattan. 2010 :Philosophie et problématique du développementQuelle vision, (« philosophique du développement face à la rationalité dominante? Versle contre-développement »), Paris, Ed. L’Harmattan, (co-auteur). 2013: La philosophie classique africaine. Contre-histoire de la philosophie. Tome 1, Paris, L’Harmattan, 2013. 2013: La personnalité philosophique du monde noir. Contre-histoire de la philosophie. Tome 2, Paris, L’Harmattan, 2013.© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02696-1 EAN : 9782343026961
Dans le souvenir prospectif des HérosMartyrs sublimes du patriotisme populaire africain à travers les continents :Toussaint Louverture (Haïti), Patrice Emery Lumumba (Congo), Félix Roland Moumié (Cameroun), Ben Barka (Maroc), Malcom X (EtatsUnis), JeanMarie Tjibaou(Nouvelle Calédonie), …Nous dédions cette réflexion aux générations montantes de l’Afrique globale, dont le devoir suprême est de parachever l’œuvre des «pères fondateurs» :la libération. A cause des Indépendances biaisées par l’impérialisme, la recolonisation avance et les peuples stagnent. Pour rendre l’avenir meilleur, les nouvelles lignées de patriotes de l’Afrique intercontinentale auront pour horizon de sens de puiser en grande partie dans le progressisme d’avantgarde incarné par leurs HérosMartyrs. Partis un moment pour demeurer toujours, ils sont descendus dans les sombres abîmes de la mort provisoire injuste afin de s’élever vers les cimes radieuses de la gloire perpétuelle: en raison de leur exceptionnelle exemplarité. Dans cette âpre lutte de longue haleine, l’Afrique martyrisée cheminera avec les forces de progrès d’Occident et du reste du monde sur des bases antiracistes et antiimpérialistes. Pour le bien commun, il s’agit de résister ensemble aux injustices et ravages que le capitalisme mondialisé impose à tous.
PREFACE
Au moment où en 1884 et le 12 juillet, est signé le document connu sous l’appellation Traité GermanoDuala entre certains souverains installés sur les bords du fleuve «Mbende» (c’estadire aujourd’hui Wouri) et deux commerçants allemands, nul ne peut présager de ce qu’à vrai dire, ce document suscitera dans l’avenir. Mais que de vertes et de pas mures n’aton pas, depuis lors et en rapport avec ce traité, imaginé, vu, entendu. Plus d’un siècle après, il est apparu nécessaire que les yeux d’un philosophe trempé reviennent sur cette période exceptionnelle de l’histoire du Cameroun pour nous édifier. Il y a en effet lieu de mieux faire saisir aux uns et aux autres, ce que représentent les cent dernières années de la vie du Cameroun et ce qu’il en est des leçons essentielles qui y apparaissent et qui seraient de nature à favoriser une meilleure projection vers l’avenir. Il était temps. Et c’est ici qu’il me semble indiqué de partager avec vous, cette pensée d’un érudit Français appelé Louis Pasteur. De lavie des hommes qui ont marqué leur passage d’un trait de lumière durable, recueillons pieusement pour l’enseignement de la postérité jusqu’aux moindres paroles, aux moindres actes propres à faire connaître les aiguillons de leur grande âme. (E. de Villeroy, inLouisPasteur : un grand esprit, une grande âme, Paris, Payot & Cie, 1923). Cette assertion du savant français Louis Pasteur sied bien avec la décision que prend le Pr Nsame Mbongo d’aborder en un seul titretrois sujets d’importance sociopolitique et historique avérée. Hommage au patriotisme héroïque camerounais, la présente publication, autant elle édifie le lecteur sur« La signification profonde multidimensionnelle du traité de protectorat Kamerunogermanique du 12 juillet 1884», autant elle apporte des éclairages inédits sur le «Le testament philosophique de Duala Manga Bell», autant elle suggère, sous le titre «Eloge de l’esprit combattant héroïque du patriotisme camerounais», une toute autre lecture de l’engagement militant révolutionnaire continu du peuple camerounais que soustend «l’esprit maquisard». Ces trois thématiques, l’auteur les aborde avec une hauteur de vue à la dimension de l’évènement au centre de cette
réflexion :«la commémoration philosophique du centenaire de la tragédie inaugurale : 19142014». Le long de ses investigations, le théoricien fait éclater son souci, d’une part, de rendre disponibles tous les principaux éléments d’une compréhension non approximative des luttes successives de résistance du Peuple Camerounais et, d’autre part, de rechercher et de mettre en évidence l’humanité des personnages à large vue de la trempe de ceux dont parle Louis Pasteur. Il aborde avec une sagacité intellectuelle, j’allais dire philosophique, de haut vol, les sujets qu’il traite ici. Il s’investit avec méthode, discipline, rigueur et courage pour présenter froidement les évènements, les hommes et leur démarche face auxdits évènements, dans la perspective il me parait, de favoriser une compréhension des plus éclairantes du passé, une maitrise maximale de l’appréciation des données du présent et une projection objective et conséquente vers les temps à venir dans l’espace camerounais, africain et même mondial. Voici en quels termes l’intéressé plante le décor de son travail, balisant ainsi l’étude globale contenue dans son ouvrage: Le présent ouvrage est conçu, non pas tant pour relater ces évènements, que pour dégager l’importance politique et historique de certains d’entre eux, et en tirer les leçons. On rendra ainsi hommage, globalement, aux combattants qu’ils ont révélés, et spécialement, au premier grand patriote camerounais de l’époque contemporaine: Rudolf Duala Manga Bellèà l’occasion duanniversaire de sa mort 100e héroïque (19142014). Sur le passé Pour l’essentiel, l’auteur s’ingénie ici, au moyen d’un argumentaire référencié, avec lequel les détracteurs éventuels des conclusions déduites de son étude auront à coup sûr beaucoup de peine à aller en compétition, à faire mieux apprécier la dimension tant philosophique et historique que politique, du Traité du 12 juillet 1884, en tant que support juridique du protectorat. Un traité dont la nonintégration de l’esprit et de la lettre au moment de sa mise en œuvre par l’étranger Allemand aura conduit ce dernier à une interprétation partisane et intéressée du document. Je souligne que c’est cette surprenante volonté exprimée des Allemands de s’éloigner des termes de l’historique traité qui, aufinal, ne pouvait qu’engendrer des
8
controverses politiques et des contradictions juridicoidéologiques graves au centre desquelles se trouve l’assassinat, à travers le Kamerun, des premiers martyrs de notre pays ce 8 Août 1914 mémorable. Nsame Mbongo ne survole pas cette question. Il l’approfondit et la met en perspective, en rapport avec le caractère avantgardiste du patriotisme héroïque africain en mouvement au Cameroun, et sur la base d’une prise en compte bien marquée des« intérêtsde la nation en les situant dans le sens ascendant de l’histoire…». Aussi tienttil à relever avec justesse :
Ce qui frappe sans doute ici, c’est la nature réellement révolutionnaire du patriotisme Camerounais, autant dans la configuration idéologique que dans les méthodes de lutte et les dispositions psychologiques des acteurs.
Elevant formellement« RoiMartyr » leà la dimension d’«un des Pères de la nation kamerounaise», l’auteur souligne à juste propos la haute considération due à la mort du« RoiMartyr » envue de sa sacralité justifiée, suite à sa mise à mort injuste, par pendaison ! Aussi apparaîtil que les civilisations hautaines, se disant plus avancées que les autres, n’ont pas le monopole du sacrifice d’honneur. C’est une façon de situer son idée selon laquelle : «Notre idée de base à propos de cette mort, est qu’il s’agit d’un sacrifice philosophique à l’image de celui de Socrate, l’inventeur de l’européanité, c’estàdire de la tournure d’esprit de la culture occidentale». Par ailleurs, le philosophe célèbre  et comment ! l’expression continue, à travers les âges, du nationalisme et du patriotisme révolutionnaires camerounais qui, face à toute forme de manifestation de la négation de l’humanité du Peuple Camerounais et d’absence de considération pour la nation considérée, s’est dressée avec toujours tant de vigueur. Avec ce que l’auteur appelle «une inébranlable volonté libératrice des êtres d’exception et des masses combattantes héroïques», volonté stimulée par cette force révolutionnairement agissante qu’est «l’esprit maquisard» qui, ces 100 dernières années depuis 1914, se sera transmis d’une génération à l’autre jusqu’à ce jour.
Comme nous le constatons, l’auteur, à dessein je n’en doute pas, entremêle les périodes tout en ficelant chaque thématique dans son contexte et sa dimension particulière pour une nette cohérence de tout le cheminement historique de l’action politique militante des
9