Hôtel Majestic

De
Publié par

En France, le souvenir des violences commises par l’occupant allemand dans les « années noires » est encore douloureusement vivant dans notre mémoire collective. Pourtant, l’histoire de l’occupation militaire allemande en France est très peu étudiée. Or, le « Militärbefehlshaber in Frankreich » (commandant militaire en France, MBF) constitue la pièce centrale du système d’occupation allemand. Installé à Paris à l’hôtel « Majestic », le MBF s’apparente à un gouverneur militaire qui disposa, jusqu’en juin 1942, du monopole du « pouvoir exécutif ».
Fondé sur les archives allemandes de l’Occupation, archives aujourd’hui encore largement délaissées par l’historiographie française, ce livre permet de rompre avec nombre d’idées reçues parmi lesquelles celle qui présente le rôle du MBF comme « convenable », attribuant l’essentiel des atrocités commises en France pendant l’Occupation à la Gestapo et aux officines collaborationnistes françaises.
Gaël Eismann revient par ailleurs sur la manière dont le traitement de la « question juive » s’insère dans la politique de « maintien de l’ordre et de la sécurité » du MBF et s’interroge : comment s’opère le glissement qui conduit de la répression de la Résistance à la déportation des Juifs ? Le MBF a-t-il freiné les initiatives d’autres instances allemandes chargées de la « question juive », les a-t-il cautionnées passivement, ou a-t-il joué un rôle moteur, voire accélérateur, dans la mise en œuvre de la « solution finale » ?
C’est à ces questions que répond ce livre conçu comme une histoire globale de la politique de « maintien de l’ordre et de la sécurité » du MBF et qui permet de reconsidérer les responsabilités de chacun.
Publié le : jeudi 5 septembre 2013
Lecture(s) : 12
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791021002173
Nombre de pages : 592
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
GAËLEISMANN
HÔTEL MAJESTIC
Ordre et sécurité en France occupée (1940-1944)
Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre
Tallandier
Ébitions Tallanbier – 2, rue Rotrou 75006 Paris
www.tallanbier.com
© Ébitions Tallanbier, 2013 pour la présente ébition numérique
www.centrenationaldulivre.fr
Réalisation numérique:www.igs-cp.fr
EAN: 979-1-02100-217-3
Remerciements
Ce livre reprend les principales conclusions d’une thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Pierre Azéma, soutenue en 2005 à l’IEP de Paris. Cette recherche n’aurait pas été possible sans le soutien d’un certain nombre d’institutions. L’Institut d’histoire du temps présent, dirigé par Henry Rousso, m’a accueillie pendant deux années en tant que chargée de recherche détachée du ministère de l’Éducation nationale. J’ai eu ensuite le privilège de bénéficier de deux bourses de recherche, la première accordée par l’Institut historique allemand à Paris et la seconde par la Fondation pour la mémoire de la Shoah. Que ces institutions, leurs responsables, leurs équipes trouvent ici l’expression de ma reconnaissance. Les stimulantes critiques de mon jury de thèse, que présidait Maurice Vaïsse et dans lequel m’ont fait l’honneur de siéger François Marcot, Stefan Martens, Manfred Messerschmidt et Henry Rousso, me furent précieuses. Tout au long de ce travail, de nombreuses personnes m’ont apporté leur soutien et leur aide, avec une grande générosité et sous les formes les plus diverses. Que soient en particulier remerciés Florent Brayard, Pieter Lagrou, et Stefan Martens pour le temps qu’ils ont accepté de consacrer à la relecture de certains chapitres de ma thèse. Michel Daeffler, Françoise Passera et François Panhard m’ont apporté une aide technique essentielle. Qu’ils en soient eux aussi remerciés. Mes remerciements chaleureux s’adressent également à mes parents, Chantal et Volker Eismann, pour leurs encouragements constants et le soin assidu qu’ils ont apporté à la relecture. Je tiens enfin à remercier Jean Astruc, Alain Bancaud, Guy Dreux, Isabelle Mangeot-Hewison, Peter Lieb et Denis Peschanski. J’adresse une pensée toute particulière à mes filles, Anouk et Sasha. Et Nathalie Mangeot sait tout ce que je lui dois.
INTRODUCTION
En France, le souvenir douloureux des violences commises par l’occupant allemand dans les «années noires» est un chapitre central de la mémoire collective. Pourtant, pour peu que l’on parte à la recherche d’ouvrages scientifiques traitant de la politique de «maintien de l’ordre et de la sécurité» conduite en France par les autorités allemandes entre 1940 et 1944, on se heurtera à un vide historiographique surprenant. Tout au plus trouvera-t-on quelques travaux consacrés aux crimes de laGestapo, mais rien, ou si peu, concernant le rôle essentiel joué dans ce domaine par l’appareil militaire d’occupation.
Pourquoi réexaminer la politique de «maintien de l’ordre et de la sécurité» du MBF?
LeMilitärbefehlshaber in Frankreich(commandant militaire en France, MBF) constitue la pièce centrale du système d’occupation allemand en France. Jusqu’en juin 1942, il dispose, dans le 1 territoire de son ressort , du monopole du «pouvoir exécutif»(vollziehende Gewalt). Sa mise en place répondait à un souhait du haut commandement de l’armée de terre (OKH) qui considérait qu’en Pologne, l’installation d’une administration civile d’occupation avait sapé l’autorité des militaires, dont la réputation aurait par ailleurs été compromise par les agissements des groupes d’intervention de laSipo-SD (Sicherheitspolizei und Sicherheitsdienst, police de sûreté et 2 services de renseignements de la SS) . L’OKH put ainsi obtenir de Hitler , en octobre 1939, que les territoires de l’ouest, dont l’occupation était d’abord envisagée pour des raisons militaires, soient soumis à une «administration militaire» qui exercerait seule les «droits de la puissance occupante». Aucun organe de police autre que militaire ne devait pouvoir franchir les frontières allemandes à la suite des unités combattantes. 3 Installé à Paris à l’hôtelMajestic situé avenue Kléber, le MBF , qui ne possède pas d’attributions en matière d’opérations militaires et qui ne dispose que de quelques troupes 4 d’occupation, s’apparente plutôt à un gouverneur militaire . Cinq généraux se succèdent à la tête de l’administration militaire au cours de l’occupation. Après le très bref passage du général d’armée Johannes von Blaskowitz à la tête de l’administration militaire allemande, en tant que commandant militaire allemand en France, c’est le général d’infanterie Alfred Streccius qui prend le relais du 30 juin au 25 octobre 1940. Il est nommé chef de l’administration militaire cependant que le maréchal Walter von Brauchitsch, chef de l’OKH, conserve le titre de commandant militaire allemand en France et donc l’autorité d’ensemble, afin de préserver les pouvoirs de l’exécutif militaire des prétentions des autres instances du Reich. Lorsque, à la fin du mois d’octobre, l’OKH quitte Fontainebleau pour réintégrer son quartier général près de Berlin, Brauchitsch nomme à Paris un commandant militaire allemand en France, pour renforcer la position de l’administration militaire. Réputé trop faible, disposant des pouvoirs mais non du rang d’un commandant en chef, le chef de l’administration militaire von Streccius est ainsi remplacé par le général d’infanterie Otto von e Stülpnagel, jusqu’ici général commandant-adjoint de la XVII région militaire à Vienne, réputé plus énergique malgré ses soixante et un ans, et à qui l’on octroie le rang de commandant militaire en France. Il démissionne à la suite d’un différend avec Berlin sur la conception de la politique répressive en France. C’est son cousin, le général d’infanterie Carl-Heinrich von Stülpnagel qui, le 20 février 1942, reprend son poste. Ancien chef du grand quartier II à l’état-e major de l’armée puis chef du grand quartier I avant-guerre, il commandait le II corps d’armée au cours de la campagne de France et assuma à la fin du mois de juin 1940 la présidence de la Commission allemande d’armistice (CAA) à Wiesbaden, avant de prendre le commandement de e la 17 armée en Biélorussie, de février à novembre 1941. Condamné à mort et exécuté pour
avoir participé au coup d’État manqué contre Hitler le 20 juillet 1944, il laisse sa place à Paris au général d’aviation Kitzinger, ancien commandant de laWehrmacht en Ukraine, qui prend ses fonctions le 22 juillet 1944 et se maintient jusqu’à la retraite allemande. Chef en titre du pouvoir suprême allemand, et par conséquent seul responsable du «maintien de l’ordre et de la sécurité» en France occu pée, le MBF sera pourtant très rapidement concurrencé par une multitude d’instances allemandes indépendantes qui implantent leurs services en France et cherchent à court-circuiter son autorité exécutive. Il en résulte immédiatement de multiples imbrications et conflits de compétences. Le tournant décisif intervient en juin 1942, avec la mise en place d’un chef supérieur de la SS et de la police en France (Höherer SS und Polizeiführer, HSSPF), auquel sont confiées les tâches de police relevant jusqu’ici de la compétence du MBF. Doit-on pour autant imputer l’escalade des violences allemandes commises en France au nom du «maintien de l’ordre et de la sécurité» aux seuls représentants de laSipo-SDvoire à ceux de l’ambassade allemande à Paris? C’est cette vision que la mémoire du MBF tend à imposer, en sous-estimant les responsabilités de l’appareil militaire d’occupation dans l’élaboration de la politique répressive allemande. Les vicissitudes qui ont jalonné l’histoire de la mémoire des «années noires», en France comme en Allemagne, ont en effet largement préservé l’image aseptisée que l’appareil militaire d’occupation avait tenu à donner de lui-même dès la fin de la guerre. Ainsi, sur la foi d’un ordre de Hitler dont on ne trouve pourtant aucune trace dans les archives – celui de procéder à l’exécution de 100 otages au lendemain de l’assassinat de l’aspirant de marine Alfons Moser – on continue encore souvent à attribuer la paternité du recours aux exécutions d’otages aux seules instances dirigeantes du Reich et à minimiser, voire à occulter, les initiatives prises à ce sujet par l’appareil militaire allemand en France. À ce jour, rien ne permet non plus d’étayer la thèse toujours en vogue selon laquelle la suggestion faite par le MBF, début décembre 1941, d’assortir l’exécution de 100 otages de l’annonce de déportations massives de Juifs et de communistes ait répondu à un ordre de Hitler, exigeant l’exécution de 300 otages en représailles de nouveaux attentats.
Des sources à la fois pléthoriques et lacunaires
Le problème central d’un travail sur la politique de «maintien de l’ordre et de la sécurité» du MBF réside tout autant dans la multitude d’archives à exploiter que dans les lacunes qu’elles présentent. On se situe là au cœur d’un des plus curieux paradoxes de la recherche historique: e malgré l’immense volume d’archives consultables, faire l’histoire du III Reich ou du nazisme 5 c’est, pour reprendre l’expression chère à Florent Brayard, faire «une histoire sans archives». L’administration militaire allemande mise en place par l’occupant de 1940 à 1944 a produit, dans son fonctionnement quotidien, une masse d’archives considérable. Parmi ces documents, beaucoup ont disparu, d’autres ont été dispersés sans qu’il ait été possible pendant longtemps de les localiser avec précision. La plupart des archives intéressant les activités de la Feldgendarmerie, de laGeheime Feldpolizeiet de l’Abwehren France, ou encore les opérations «militaro-policières» conduites contre les maquis durant la dernière année d’occupation, restent notamment introuvables. Les archives allemandes exploitables concernant la «politique de maintien de l’ordre et de la sécurité» du MBF n’en demeurent pas moins imposantes. Si ces documents, de nature exclusivement administrative, et qui sont à ce titre le premier témoin de l’activité de l’appareil militaire d’occupation, ne disent pas forcément tout de la réalité de la politique de «maintien de l’ordre et de la sécurité» du MBF, ils révèlent néanmoins son intentionnalité, se font l’écho de son évolution, traduisent la perception que les hommes duMajestic avaient de son efficacité, mettent en lumière les forces en présence et les systèmes de représentation qui présidèrent à sa conception et à sa mise en œuvre, et témoignent enfin des forces d’inertie et des facteurs de radicalisation qui la façonnèrent. La consultation des archives produites pendant l’Occupation par les services du MBF a été
complétée par le dépouillement de sources rassemblées, d’abord par les Alliés, puis, sous l’égide 6 de laZentralstelle der Landesjustizverwaltungen de Ludwigsburg , par l’Allemagne, dans le cadre de procédures judiciaires engagées après-guerre contre des Allemands impliqués dans les e crimes du III Reich. Associés à la lecture des nombreux écrits rétrospectifs publiés ou déposés par d’anciens représentants du MBF aux Archives fédérales, ces documents fournissent des renseignements précieux sur le parcours des hommes duMajestic, mais bien moins sur la nature de leurs responsabilités au sein de l’administration militaire que sur les discours d’auto-légitimation qu’ils tinrent après-guerre, et qui contribuèrent à forger l’image d’une occupation militaire allemande «convenable» en France. Le MBF s’insérant dans un système complexe de rapports de force au sein de l’appareil d’occupation allemand, nous avons par ailleurs cherché à confronter, lorsque c’était possible, les documents produits par leMajestic avec ceux produits par d’autres instances allemandes impliquées, de près ou de loin, dans le «maintien de l’ordre et de la sécurité» en France occupée. Enfin, nous avons consulté, de façon ponctuelle, un certain nombre d’archives produites par les départements ministériels français directement concernés par la politique «sécuritaire» du MBF, afin d’essayer d’appréhender de plus près la dimension dialectique des relations entretenues par les services du MBF avec l’appareil administratif français, et d’étudier notamment les réactions de celui-ci face aux stratégies mises en œuvre par le MBF, tout comme l’éventuel impact de ces réactions sur l’orientation des mesures allemandes. L’intérêt de notre recherche ne tient pas, principalement, au caractère inédit des archives consultées. En effet, nombre d’entre elles avaient été exploitées, par d’autres, avant nous. Elles n’avaient cependant pas été interrogées sous l’angle que nous avons choisi pour les examiner, et méritaient, par conséquent, d’être revisitées et croisées. En les articulant avec certains fonds jusqu’ici inexplorés, qui nous ont notamment permis d’aborder la répression judiciaire allemande, nous avons par ailleurs été conduite à les éclairer d’un jour nouveau. Le volume de la documentation consultée ne doit pas masquer l’incomplétude de la recherche effectuée dans les archives, du côté français notamment. Ainsi, il aurait probablement été intéressant d’approfondir l’enquête dans les archives des ministères français de la Justice et de l’Intérieur. La consultation des archives de la Préfecture de police de Paris aurait, d’autre part, certainement permis de compléter le tableau. Au-delà des difficultés, certes moins contraignantes aujourd’hui qu’auparavant, pour qui désire y avoir accès, nous y avons renoncé pour des raisons tenant avant tout à l’orientation que nous avons choisi de donner à notre objet d’étude, choix qui nous a amenée à privilégier délibérément les sources allemandes, déjà très abondantes. On nous reprochera peut-être d’avoir cherché à faire une histoire de la politique «sécuritaire», et plus spécifiquement de la politique répressive du MBF, fondée essentiellement sur les outils et les acteurs de la répression, délaissant donc ses victimes et plus généralement la manière dont elle fut perçue du côté français. Le fait est que l’histoire des victimes de la répression allemande n’est plus à faire, qu’elle a en tout cas déjà fait l’objet de nombreuses études, et qu’il nous a paru indispensable de prendre nos distances avec la perspective franco-française adoptée le plus souvent par l’historiographie relative à Vichy et à la Résistance. Mais il nous a semblé surtout qu’il importait moins, pour faire l’histoire de la politique de «maintien de l’ordre et de la sécurité» du MBF, de cerner, dans toute sa complexité, la réalité et l’importance objective du fait résistant ou de la collaboration – pour ne reprendre que deux exemples –, que d’appréhender la perception que l’appareil militaire d’occupation pouvait en avoir. Elle seule permet, en effet, de saisir les fondements de la stratégie «sécuritaire» du MBF et de comprendre les ressorts de sa radicalisation.
La politique de «maintien de l’ordre et de la sécurité» du MBF, entre répression, pression et séduction
L’analyse des pratiques répressives du MBF, lorsqu’elle est abordée par les historiens, se focalise généralement sur la question des représailles collectives, et plus précisément sur le conflit qui a effectivement opposé le MBF aux instances centrales du Reich, en ce qui concerne la politique des exécutions d’otages. Ce conflit mérite certes une attention particulière.
Contrairement à ce qu’on écrit encore parfois, la résistance du MBF face aux exécutions massives était en effet essentiellement motivée par des considérations pragmatiques, et non éthiques. En outre, la position adoptée par les services du MBF à ce sujet fut loin d’être monolithique, et elle s’avéra souvent fluctuante. Ainsi, c’est à l’initiative de l’appareil militaire allemand, sans aucune pression de Berlin, que fut instaurée la pratique des exécutions d’otages, pratique qui prit une ampleur bien plus importante que dans les autres pays occupés d’Europe du Nord et de l’Ouest. Mais surtout, ce conflit doit être réexaminé à la lumière des multiples facettes de la politique répressive du MBF, généralement négligées, alors qu’elles sont inséparables et indispensables pour en comprendre les implications et pour évaluer les responsabilités du MBF dans l’escalade répressive allemande en France occupée. Le rejet des exécutions massives d’otages intervient, en effet, on le sait, dans le processus de décision qui mène au déclenchement de la «solution finale» en France, mais coïncide aussi avec l’intensification de la répression policière et judiciaire allemande, ou encore avec la multiplication des ingérences allemandes dans la politique répressive française, autant de questions restées à ce jour largement inexplorées. Surtout, au concept de «politique répressive allemande», nous avons préféré celui de «politique de maintien de l’ordre et de la sécurité», moins restrictif. La répression des résistances, conduite par l’appareil militaire d’occupation, participe en effet d’une stratégie plus globale de «maintien de l’ordre et de la sécurité»(Aufrechterhaltung der Ordnung und der Sicherheit), mise en avant de façon récurrente par les hommes duMajestic. Outre les mesures exclusivement répressives décidées par le MBF, cette stratégie ayant pour objectif de juguler toute forme d’opposition à la puissance occupante inclut en effet la surveillance et l’orientation de l’appareil administratif et répressif français tout comme le contrôle et la «mise au pas» de la vie publique française. Les services du MBF n’entendent pas, en effet, assumer seuls l’ordre et la sécurité dans le territoire de leur ressort, préférant, autant que possible, s’en remettre aux autorités françaises: d’abord parce qu’ils n’ont pas les moyens d’agir autrement, ensuite parce que, selon les termes de la convention d’armistice, la collaboration administrative du gouvernement français leur est acquise. L’objet de cet ouvrage est donc de tenter une histoire globale de la politique de «maintien de l’ordre et de la sécurité» du MBF qui interroge, en somme, l’ensemble des ressorts de la politique «sécuritaire» du MBF – qu’elle se présente comme «préventive» ou «répressive» –, et intègre, dans une même approche, les différentes formes de lutte contre les troubles à l’ordre et à la sécurité imputables à des manifestations anti-allemandes, que ces actions aient été directement menées par le MBF ou, sous sa houlette, par Vichy. Il s’agira d’abord d’identifier les acteurs institutionnels de la politique de «maintien de l’ordre et de la sécurité» au sein du MBF, et de s’interroger sur la réalité du monopole qu’ils exercent en la matière dans l’appareil d’occupation. Quelle est, dans ce domaine, la répartition des forces pendant l’Occupation, et comment évolue-t-elle? Le pouvoir de décision appartient-il aux militaires, à la police, ou aux diplomates? Comment interpréter les tensions qui les opposent à ce sujet? Ces conflits s’expriment-ils de la même manière à tous les échelons géographiques? Relèvent-ils de désaccords de fond, de divergences de méthodes, et/ou de luttes d’influences? Dans quelle mesure ont-ils influé sur la politique «sécuritaire» mise en œuvre par le MBF? Ont-ils freiné ou accéléré la répression, les persécutions? L’Occupation allemande ne fut-elle qu’un chaos polycratique, ou bien les différents services impliqués de près ou de loin dans le «maintien de l’ordre et de la sécurité» travaillèrent-ils de concert? La responsabilité de la répression et de la persécution incombe-t-elle davantage aux Allemands ou aux Français? Et qui, des Allemands ou des Français, est à l’origine de quoi? On s’interrogera par ailleurs sur les fondements de la politique de «maintien de l’ordre et de la sécurité» du MBF. Quels systèmes de représentations politiques et culturelles déterminent, en amont, la stratégie «sécuritaire» de l’appareil militaire d’occupation? Comment la perception du cadre juridique de l’occupation, ou celle de l’évolution de l’opinion publique, de la Résistance et de la collaboration, agissent-elles sur les pratiques «sécuritaires» des hommes duMajestic? En quoi une administration militaire conçue comme une «administration de sur veillance» chevillée
à l’appareil administratif français consiste-t-elle et comment fonctionne-t-elle? Quelles en sont les limites, alors que les immixtions dans l’administration française, policière et judiciaire notamment, deviennent progressivement de plus en plus flagrantes? Dans quelle mesure les réactions françaises, et notamment celles de Vichy, à la politique «sécuritaire» mise en œuvre par le MBF, sont-elles prises en compte par ses concepteurs et les influencent-elles? On s’intéressera naturellement aux multiples facettes de la politique «sécuritaire» élaborée et mise en œuvre par le MBF, et à leur évolution. Peu étudiée, la politique de «maintien de l’ordre et de la sécurité» conduite par le MBF au cours de la première année d’occupation, fera l’objet d’un examen attentif. On essaiera, plus largement, d’apprécier, autant que possible, la participation du MBF tout comme celle des unités et des services placés sous son commandement, aux missions de «maintien de l’ordre et de la sécurité», avant et après la mise 7 en place d’un HSSPF en France . Le transfert des pouvoirs de police à laSipo-SD, en juin 1942, marque-t-il un changement brutal dans l’histoire de la politique répressive allemande? Assiste-t-on, dès lors, à un effacement rapide et définitif de l’appareil militaire d’occupation pour tout ce qui concerne le «maintien de l’ordre et de la sécurité» en France occupée? Dans ce domaine, les rapports de force au sein de l’appareil d’occupation restent-ils identiques après l’invasion de la zone sud, le renforcement de la résistance armée dans la seconde moitié de l’année 1943, et les débarquements alliés en 1944, et si non, dans quel sens évoluent-ils? On procèdera donc à une étude conjuguée des différentes formes de lutte contre les résistances et, plus largement, contre tout ce qui, aux yeux de l’occupant, constitue des facteurs de troubles à l’ordre public et à la sécurité des troupes allemandes imputables à des manifestations d’hostilité à la puissance occupante. Parmi ces formes de lutte, certaines, notamment les représailles massives, ont déjà fait l’objet d’études approfondies. Elles méritent pourtant, nous semble-t-il, d’être réexaminées dans une perspective élargie, et surtout d’être articulées avec d’autres, encore largement inexplorées, comme la répression judiciaire exercée par les tribunaux militaires allemands pendant toute la durée de l’Occupation, ou les opérations «militaro-policières» conduites contre les foyers de résistance durant la dernière année d’occupation. On reviendra par ailleurs sur la manière dont le traitement de la «question juive» s’insère dans la politique de «maintien de l’ordre et de la sécurité» du MBF. Comment s’opère le glissement qui conduit de la répression de la Résistance à la déportation des Juifs? Le lien qu’établit le MBF entre sa stratégie de lutte contre les résistances et sa politique antijuive relève-t-il d’une simple logique de légitimation de la persécution? Le MBF a-t-il freiné les initiatives d’autres instances allemandes chargées de la «question juive», les a-t-il cautionnées passivement, ou a-t-il joué un rôle moteur, voire accélérateur dans la mise en œuvre de la «solution finale» en France occupée? Comment s’articule, au sein du MBF, le «traitement de la question juive»? Quelles positions les différents services du MBF adoptent-ils à ce sujet, aux différents échelons territoriaux? On s’interrogera enfin sur les mécanismes de radicalisation qui présidèrent, au sein du MBF, à l’escalade des violences allemandes commises en France pendant l’Occupation. Est-ce une 8 «violence immanente au pouvoir nazi », est-ce le déclenchement des attentats contre des soldats allemands en France ou, en amont, l’invasion de l’URSS, qui provoquent, dès la seconde moitié de l’année 1941, un durcissement brutal mais idéologiquement ciblé de la stratégie répressive du MBF? Quel rôle jouent, dans ce cadre, les luttes d’influences au sein de l’appareil d’occupation, ou encore, à un niveau supérieur, l’affaiblissement de l’état-major de l’armée de terre? Comment s’opère, en décembre 1941, l’évolution d’une répression qui, depuis le mois de septembre 1941, touchait en premier lieu les communistes, et qui s’en prend dès lors également publiquement aux Juifs? Comment s’intègre, dans ce cadre, la répression du «mouvement anglo-gaulliste», identifié comme tel par l’occupant dès la fin de l’année 1940? À qui doit-on la nouvelle escalade des violences allemandes commises en France durant la dernière année d’occupation et quels sont les mécanismes de brutalisation des comportements qui se développèrent alors? Le but de cet ouvrage est donc de mettre en relief le rôle joué par l’appareil d’occupation du MBF dans l’élaboration d’une stratégie globale de «maintien de l’ordre et de la sécurité»,
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.