Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

"Il n'y a pas une mémoire, mais des mémoires"

De
130 pages
En 2012, année du cinquantenaire de la fin de la Guerre d'Algérie, que nous restait-il à apprendre sur ce conflit ? Quel a été le vécu le l'armée française ? De ceux d'en face ? Comment enseigne-t-on cette histoire ? Quel a été le sort réservé aux Harkis ? Et aux rapatriés ? Et la torture, les terrorismes ? Les participants aux tables rondes du 1er Forum des Ecrivains consacré à la Guerre d'Algérie, en octobre 2012, sans rien cacher de leurs incertitudes, ont fait comprendre que l'Histoire s'écrivait non pas avec une mémoire, mais avec des mémoires.
Voir plus Voir moins

En 2012, année du cinquantenaire Espace Parisien Histoire Mémoire Guerre d’Algérie
de la fn de la guerre d’Algérie,
que nous restait-il à apprendre
sur ce confit ? Quel a été le vécu
de l’armée française ? De ceux « Il n’y a pas une mémoire, d’en face ? Comment
enseignet-on cette Histoire ? Quelle fut
la vie des Parisiens pendant ces mais des mémoires »sept années ? Et le sort réservé
aux harkis ? Et aux rapatriés ?
Et la torture, les terrorismes ?
Actes des tables rondes organisées Pour répondre à ces questions,
erencore si passionnelles, l’Espace lors du 1 Forum des Écrivains consacré à la guerre d’Algérie
eParisien Histoire Mémoire Guerre les 27, 28 et 29 octobre 2012 à la mairie du V arrondissement de Paris
erd’Algérie a organisé le 1 Forum
des Écrivains consacré à la guerre
d’Algérie, proposant à un public
venu nombreux, durant ces trois
jours, des expositions, des séances
de dédicaces, une conférence et,
surtout, les cinq tables rondes,
reproduites ici en intégralité.
Les prestigieux participants à ces tables rondes, historiens et enseignants,
journalistes et scénaristes, auteurs de bandes dessinées et anciens
combattants, ont ainsi pu nous faire partager les résultats de leurs longues
années d’études, de leurs travaux et de leurs souvenirs. Sans rien cacher de
leurs incertitudes, ils ont fait comprendre au public que l’Histoire s’écrivait
non pas avec une mémoire, mais avec des mémoires.
Jean Laurans, Président de l’EPHMGA
Lydia Aït Saadi Bouras Jean-Jacques Jordi
Aleth Briat Emmanuel Laurentin
Fatima Besnaci Gilbert Meynier
Pierre Brana Jean Monneret
Pierre Daum Guy Pervillé
Jacques Duquesne Tramor Quémeneur
EPHMGA Benoît Falaize Benjamin Stora
E-mail : ephmga@sfr.fr Jean-Pierre Farkas Daniel Saint-Hamont
Site internet : ephmga.com Alain et Désirée Frappier Maurice Vaïsse
Adresse : 61, rue Violet 75015 PARIS
Jean-Charles Jauffret Pierre Wiehn
ISBN : 978-2-343-04574-0
Espace Parisien Histoire Mémoire Guerre d’Algérie
IL N’Y A PAS UNE MÉMOIRE, MAIS DES MÉMOIRES






















« Il n’y a pas une mémoire,
mais des mémoires »

















Espace Parisien Histoire Mémoire Guerre d’Algérie




























« Il n’y a pas une mémoire,
mais des mémoires »








Actes des tables rondes organisées lors du
er1 Forum des Écrivains consacré à la Guerre d’Algérie
les 27, 28 et 29 octobre 2012
eà la mairie du V arrondissement de Paris










































































































































© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04574-0
EAN : 9782343045740

SOMMAIRE


Somm aire .............................................................................................. 7

L’Espace Parisien Histoire Mémoire Guerre d’Algérie (EPHMGA)
Qui sommes-nous ? .............................................................................. 9
Préface (Jean-Pierre Farkas) ............................................................... 11

Notices biographiques
des intervenants et des animateurs des tables rondes ......................... 15

Table ronde n°1
50 ans plus tard : le dessous des cartes ............................................. 19
Table ronde n°2
Les appelés ......................................................................................... 33
Table ronde n°3
L’enseignement de la Guerre d’Algérie ............................................. 51
Table ronde n°4
La Guerre d’Algérie à Paris .............................................................. 69
Table ronde n°5
L’après-guerre : les Pieds-Noirs, les harkis ...................................... 87

Extraits de la conférence
À la découverte du contingent. Continent des appelés et rappelés de la
Guerre d’Algérie (Jean-Charles Jauffret) ......................................... 113

Forum des Écrivains : Portfolio ........................................................ 117
Nos partenaires ................................................................................. 121
Crédits photos ................................................................................... 122











ESPACE PARISIEN HISTOIRE MÉMOIRE
GUERRE D’ALGÉRIE (EPHMGA)

QUI SOMMES-NOUS ?

En novembre 2004, sous l’impulsion de la FNACA de Paris et en
collaboration avec l’adjointe au Maire chargée des anciens
combattants de la ville, est constituée, avec l’ensemble des
associations spécifiques de la capitale, une structure mémorielle
dénommée :

Espace Parisien Histoire Mémoire Guerre d'Algérie (EPHMGA)

Son objet : créer à Paris un lieu, un outil de travail, qui se proposent
de transmettre aux jeunes générations la Mémoire des anciens
combattants de cette histoire commune entre la France et l’Algérie,
dans la plus stricte objectivité, sous le contrôle de partenaires réputés
pour leur honnêteté intellectuelle et leur compétence.

Ce projet reçoit le soutien de Bertrand Delanoë, Maire de Paris, de sa
première adjointe, Anne Hidalgo, ainsi que des responsables des
groupes politiques de l'Hôtel de Ville consultés. Les cinq associations
départementales des anciens combattants membres de cette structure
concernées par la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de
Tunisie sont alors :

ACPG-CATM : Association des Combattants Prisonniers de Guerre -
Combattants Algérie Tunisie Maroc
ARAC : Association Républicaine des Anciens Combattants
FNACA : Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie,
Maroc et Tunisie
9

UDAC : Union Départementale des Anciens Combattants
UNC : Union Nationale des Combattants

L’EPHMGA s’entoure d’historiens regroupés au sein d'un conseil
scientifique qui programme de multiples initiatives. C’est ainsi que le
colloque « Paris et la guerre d’Algérie : une mémoire partagée » à
l’Hôtel de ville de Paris, le 19 mai 2009, fut l’acte fondateur de
l’association.
Durant l’année 2012, année de commémoration du cinquantième
anniversaire du cessez-le-feu en Algérie, l'EPHMGA a participé au
Festival « Guerre d'Algérie, Images et Représentations » au Forum des
Images et organisé le « Forum des Écrivains : Guerre d’Algérie » à la
eMairie du 5 arrondissement. L’EPHMGA fut également partenaire de
l'exposition « Paris en guerre d'Algérie » au réfectoire des
e Cordeliers, dans le 6 arrondissement.

Après une année prolifique hautement symbolique et marquée par les
trois événements majeurs précités, l’association a engagé une
réflexion sur son avenir et les orientations à adopter quant à la gestion
de la Mémoire et des outils mémoriels. Reçue par le Ministre des
anciens combattants le 10 avril 2013, l’EPHMGA se voit ainsi donner
la preuve de l’intérêt porté à son objectif, son bilan et à toutes ses
activités menées dans la capitale depuis sa création.

Au cours de l’année 2013, de nouveaux témoignages d’anciens
combattants ont été recueillis et plusieurs lettres d’information
(newsletters) ont été adressées à nos contacts (plus de huit cents).
Notre partenariat avec les ateliers pédagogiques au Forum des Images
a été reconduit avec succès.

En 2014, le travail du conseil d’administration a porté sur
l’élaboration du programme d’actions pour les années à venir, en
symbiose avec les objectifs de nos partenaires.



EPHMGA
E-mail : ephmga@sfr.fr
Site internet : ephmga.com
Adresse : 61 rue Violet 75015 Paris
10

PRÉFACE

1914, 1954, 2014. Ces trois dates symboliques racontent un siècle de
l’Histoire de France : des combats, des deuils, des victoires ou des
défaites vécues ou apprises à l’école, mais encore difficiles à
comprendre pour certains. Ces évènements peuvent nous rappeler des
souvenirs et avoir désormais une signification mémorielle, ou même
un « lien », comme le disent si bien nos enfants sur leurs tablettes,
ordinateurs et autres smartphones, etc.

1914 : Les tranchées, Verdun, cette terrible Grande Guerre où toutes
nos familles ont souvent perdu l’un des leurs. C’était la Der des Der.

1954 : Dien Bien Phu, la défaite, la paix négociée en Indochine, mais
quelques mois plus tard, à la Toussaint, c’est une autre guerre qui
commence en Algérie et mobilisera toute une génération pendant huit
ans.

2014 : Cette date anniversaire du 19 Mars 1962, date du cessez-le-feu,
marque la fin des combats en Algérie. Là encore, des victimes civiles
et militaires, la violence de toutes les terreurs, l’exode des pieds noirs
et la fin d’une époque pour la France et l’Algérie.

Et cependant, cette brochure se veut le témoin d’un rendez-vous entre
des historiens qui ont longtemps étudié la guerre d’Algérie et le public
désireux d’en savoir davantage afin d’en comprendre les causes et les
conséquences. Ce petit livre a été édité par le Forum des Écrivains et
edes Historiens qui s’est tenu en octobre 2012 à la Mairie du 5 à Paris.

Entre le 26 et le 28 octobre, une trentaine d’écrivains, tous spécialistes
de la Guerre d’Algérie, sont venus présenter les résultats de leurs
travaux, les expliquer et soumettre au public leurs réflexions, souvent
contradictoires sur ces évènements. En avant-première, l’historien
Jean-Charles Jauffret est venu présenter son dernier ouvrage : À la
découverte du contingent. Continent des appelés et rappelés de la
Guerre d’Algérie. Comme nos autres invités, son livre représente de
longues années d’études et apporte réflexion et commentaires sur ces
différents évènements longtemps considérés en France comme une
opération de maintien de l’ordre, avant d’être officiellement reconnue
comme une guerre.
11

Malgré des centaines de livres consacrés à la Guerre d’Algérie, tout
n’a pas été dit et bien des inconnues subsistent encore. C’est pourquoi
la première des cinq conférences du Forum des Écrivains a d’abord
évoqué le « dessous des cartes », avant les autres débats de notre
programme : qui étaient les appelés, leurs réactions, leur vie
quotidienne ? Comment enseigne-t-on aujourd’hui la Guerre
d’Algérie ? Comment cette Guerre a-t-elle été vécue à Paris ? Et enfin,
nous avons ouvert un dossier toujours sensible, celui de
l’aprèsguerre : les pieds-noirs, les harkis.

Avant ces rencontres, en février, l’EPHMGA avait choisi de
s’intéresser aux films sur la Guerre d’Algérie et avait organisé une
semaine de débats et de projections au Forum des Images. Enfin, le
dernier rendez-vous du cinquantenaire de la fin des combats avait été
fixé en décembre, au réfectoire des Cordeliers, dans le quartier de
l’Odéon, pour présenter notre grande Exposition « Paris et la Guerre
d’Algérie ».

Ces trois évènements de 2012 résument la même volonté, la même
attitude citoyenne que nos amis, tous réunis dans les cinq associations
d’anciens combattants de Guerre d’Algérie. Depuis bientôt dix ans,
nous avons adopté la même règle : recueillir des témoignages, les faire
vérifier par des historiens qualifiés, les expliquer au public, en
respectant toutes les sensibilités et enfin, c’est l’épreuve du Temps,
transmettre ce que nous avons vécu et appris sur cette guerre, aux
jeunes générations, c'est-à-dire ceux qui sont déjà nos petits-enfants.

En éditant avec David Beau et nos partenaires des éditions de
L’Harmattan, tout ce que nous avons écouté ensemble au cours du
Forum des Écrivains, nous avons aussi constaté que les mots, ces
réflexions « orales », nous offraient l’occasion de découvrir un
véritable livre d’histoire sur la Guerre d’Algérie. Nous serions
heureux de vous faire partager cette découverte vivante, passionnée et,
nous l’espérons, utile à nous tous.

Nous espérons aussi que cette brochure aidera nos jeunes concitoyens
à mieux comprendre ce qui s’est passé en Algérie entre 1954 et 1962.
Notre plus ardente volonté serait que nos enfants, tous ces jeunes qui
vivent et travaillent en France ou en Algérie, trouvent ensemble leurs
12