L'Abbé Pierre Gravel

De
Alors que le Québec est plongé dans la Grande Dépression, l'abbé Pierre Gravel promeut le syndicalisme dans l'industrie québécoise de l'amiante. Son discours radical et sévère à l'endroit des patrons tranche avec celui des autres prêtres qui oeuvrent dans le mouvement ouvrier. À l'aube de la Seconde Guerre mondiale, il encourage les Canadiens français à mener une révolution nationale en s'inspirant des dictateurs européens. Orateur aux idées sociales et nationales arrêtées et parfois dérangeantes, il fait face à l'opposition des gouvernements.
Antisémite et ultranationaliste, ce réactionnaire prêche pourtant une doctrine sociale qui pouvait être considérée comme « communiste » à son époque et dont plusieurs éléments seront mis en place au cours de la Révolution tranquille, à commencer par la nationalisation de l'électricité. Comment peut-on concilier ces deux écoles de pensée à première vue contradictoires ? Peut-on être à la fois syndicaliste et fasciste ? Le parcours de l'abbé Pierre Gravel contribue à jeter un regard nouveau sur la droite nationaliste québécoise de cette époque tourmentée.
Originaire de Shawinigan, Alexandre Dumas est détenteur d'une maîtrise en études québécoises et étudiant au doctorat en histoire à l'Université McGill. Spécialiste d'histoire religieuse, il a été chargé de cours à l'Université du Québec à Rimouski et à l'Université du Québec à Trois-Rivières.
Publié le : mercredi 19 novembre 2014
Lecture(s) : 5
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896648894
Nombre de pages : 312
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
ALEXANDRE DUMAS ’ABBÉ PIERRE SYGNDICALRISTE ETAULTRVANATIOENALISTE
L’ABBÉ PIERRE GRAVEL SYNDICALISTE ET ULTRANATIONALISTE
Alexandre Dumas
L’ABBÉ PIERRE GRAVEL SYNDICALISTE ET ULTRANATIONALISTE
S E P T E N T R I O N
Pour effectuer une recherche libre par motclé à l’intérieur de cet ouvrage, rendezvous sur notre site Internet au www.septentrion.qc.ca
Les éditions du Septentrion remercient le Conseil des Arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) pour le soutien accordé à leur programme d’édition, ainsi que le gouvernement du Québec pour son Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres. Nous reconnaissons également l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.
Photo de la couverture : Pierre Gravel, aumônier de l’Œuvre de la Jeunesse de SaintAlphonse de Thetford Mines, cliché de J.N. Mongeau, Archives de la Ville de Montréal.
Chargée de projet : Sophie Imbeault
Révision : Charles A. Carrier
Mise en pages et maquette de couverture : PierreLouis Cauchon
Si vous désirez être tenu au courant des publications des ÉDITIONS DU SEPTENTRION vous pouvez nous écrire par courrier, par courriel à sept@septentrion.qc.ca, par télécopieur au 418 5274978 ou consulter notre catalogue sur Internet : www.septentrion.qc.ca
© Les éditions du Septentrion 1300, av. Maguire Québec (Québec) G1T 1Z3 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2014 ISBN papier : 9782894487891 ISBN PDF : 9782896648887 ISBN EPUB : 9782896648894
Diffusion au Canada : Diffusion Dimedia 539, boul. Lebeau SaintLaurent (Québec) H4N 1S2
Ventes en Europe : Distribution du Nouveau Monde 30, rue GayLussac 75005 Paris
REMARQUES PRÉLIMINAIRES
ELIVREESTune version remaniée de mon C mémoire de maîtrise intituléL’abbé Pierre Gravel : comment concilier le syndicalisme et le nationalisme d’extrême droite (19241949)et réalisé à l’Université du Québec à TroisRivières. Je tiens à remercier mon directeur, M. Pierre Lanthier, pour ses conseils toujours avisés, ses encou ragements continus, le partage de son savoir encyclo pédique et surtout pour avoir toujours placé la barre un peu plus haut que je ne l’aurais fait moimême, par exemple, en me recommandant dès la première phase d’écriture à tirer un livre de mon mémoire plutôt qu’un article scientifique. Je remercie également me M Lucia Ferretti de m’avoir encouragé à publier cet ouvrage et de m’avoir orienté et appuyé dans cette démarche. Finalement, j’aimerais remercier MM. Stéphane Castonguay, Serge Cantin et Claude Bellavance, qui chacun à leur façon ont participé à la réalisation de cet ouvrage. Je dédie ce livre à la mémoire de mon grandpère Benoît Dumas (19302012).
INTRODUCTION
E 29AVRI L 1938,le député conservateur Thomas Langton Church de Toronto desL: « Quelle mesurecommunes la question suivante Broadview inscrit au feuilleton de la Chambre le Gouvernement prendratil pour empêcher ou réprimer la révolution que M. l’abbé Gravel a pro posée comme le moyen, pour les gens de Québec, de reconquérir leur propre province tel que rapporté par la presse de la ville de Québec dans des articles publiés 1 le 6 avril 1938 ? » Qui est donc cet inquiétant abbé dont l’appel aux armes s’est rendu jusqu’aux oreilles des parlementaires fédéraux ? Vicaire de la paroisse SaintAlphonse de Thetford Mines de 1924 à 1935, l’abbé Pierre Gravel se fait d’abord connaître en fondant le Syndicat national catholique de l’amiante. Détesté autant par les patrons des mines que par le Parti libéral du Québec, ce prêtre turbulent est finalement contraint par le cardinal Villeneuve de quitter ses ouvriers. Ensuite vicaire de la paroisse SaintRoch de Québec de 1935 à 1946, il se taille une réputation à travers tout le Québec avec ses conférences à saveur nationaliste. Il y exprime ses
1. Les propos du député sont rapportés infidèlement dans l’article « L’abbé Pierre Gravel inquiète T. L. Church »,Le Soleil, 29 avril 1938. La question citée ici provient desDébats de la Chambre des communes, 1938, p. 2489.
I n t r o d u c t i o n •9
convictions séparatistes, ses sympathies profondes pour les dictateurs européens et sa haine de la « franc maçonnerie juive ». On l’a surnommé « le père Coughlin de Québec », le « matamore en soutane » et « le curé fas ciste en liberté ». Au cours de la Seconde Guerre mon diale, il inquiète autant le cardinal Villeneuve que le gouvernement fédéral par ses sympathies vichystes et ses discours contre la conscription. Finalement curé de Boischatel de 1946 à 1974, l’abbé Gravel fait encore parler de lui par son combat sans relâche contre l’infil tration communiste au Québec, son appui incondi tionnel à l’Union nationale et sa contestation bruyante de la Révolution tranquille. Pierre Gravel a malgré tout basculé dans l’oubli depuis son décès en 1977. Les historiens québécois ont fait bien peu de cas de ce per sonnage haut en couleur. Sans aller jusqu’à le comparer à Lionel Groulx, nous pouvons affirmer que l’abbé Gravel a eu une influence considérable auprès de ses contemporains. Il a joui d’une popularité notable auprès de groupes de jeunes nationalistes tels que les journalistes deLa Nationou encore les Jeunes Laurentiens. Nombreux sont les députés, maires et échevins à avoir assisté ou même participé à ses conférences. Maurice Duplessis, pour ne nommer que celuici, figure parmi les intimes de l’abbé Gravel. Ce polémiste n’avait évidemment pas que des amis et des disciples. LouisAlexandre Taschereau, Ernest Lapointe, JeanCharles Harvey et Fred Rose sont au nombre de ceux qui auraient aimé faire taire ce populaire agitateur. Pourquoi un livre sur l’abbé Gravel ? Il ne s’agit certes pas d’un personnage historique ayant laissé un
10 •L ABBÉ PIERREGRAVEL
héritage palpable. En dehors de la mémoire de ceux qui l’ont connu, il reste bien peu de traces de sa car rière. Cet intellectuel n’a pas produit une littérature comparable à celle de Lionel Groulx et n’a pas créé ou influencé d’école de pensée susceptible de lui sur vivre. Son nom n’a jamais été donné à une station de métro, à un collège ou même à une rue. L’œuvre à laquelle il a consacré la plus grande partie de sa car rière, c’estàdire son église à Boischatel, a récemment été transformée en copropriétés pour personnes âgées 2 autonomes . Nous croyons tout de même que l’ana lyse de son discours mérite d’être réalisée. Pierre Gravel n’était pas un illuminé prêchant dans le désert, mais un conférencier bien en vue, populaire autant chez les ouvriers que chez l’élite politique nationaliste. Analyser et interpréter ses idées permettra de mieux comprendre le contexte intellectuel de la période dans laquelle il a vécu. Le discours de Pierre Gravel peut à première vue nous apparaître comme foncièrement contradictoire. Il présente à la fois une pensée plutôt traditionnelle, c’estàdire celle d’un prêtre prêchant le respect de l’ordre établi, et une pensée révolutionnaire. Dans le cadre de son œuvre syndicale, nous pouvons l’en tendre recommander la bonne entente entre patrons et ouvriers. Ce discours d’harmonie se concilie diffi cilement avec le discours violent qu’il tiendra à l’égard des gérants des mines de Thetford. Il peut également nous sembler contradictoire qu’un syndicaliste ait été
2. « Une nouvelle vocation pour l’église de Boischatel »,L’AutreVoix, 23 septembre 2010.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Nos ancêtres les pharaons...

de cedej-egypte-soudan

Historien public

de editions-gallimard

suivant