//img.uscri.be/pth/39478b6a57075d166ef7b13f0ec764524eb30f4f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 20,59 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'EUROPE AVANT L'AN MIL

De
364 pages
Cette synthèse effectuée à partir de travaux d'historiens modernes et contemporains de plusieurs nationalités, présente, en une perspective continue, l'évolution de l'histoire européenne, depuis les premiers peuplements préhistoriques jusqu'à l'année 843, où la signature du traité de Verdun provoque l'éclatement de l'empire carolingien et renvoie l'Europe à plus de mille ans de dissensions et de luttes fratricides.
Voir plus Voir moins

JACQUES BLOEME

L 'EUROPE AVANT L'AN MIL
TOME PREMIER

De l'éveil de l'Europe à l'apogée de l'empire romain
Préface de JEAN TULARD

L' Hannattan 5-7, nIe de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Hannattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L 'Hannattan Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

Italia

Pour

mes petits-enfants,

Camille, Quentin, Pauline, Marie-Justine et Gauthier. Puissent ces explications et ces schémas les aider à comprendre que le cadre géopolitique dans lequel ils vivront leur vie de futurs adultes - l'Europe du XXIe siècle - n'est pas seulement le fruit des tractations de quelques esprits éclairés de la seconde moitié du xxe siècle, mais s'inscrit dans le droit fil d'une histoire commmencée en commun voici près de trois mille ans.

Remerciements J'exprime ma gratitude: à Monsieur Jean Tulard, de l'Institut, qui m'a fait I'honneur de préfacer cet ouvrage, à mon épouse, qui m'a beaucoup aidé pour les relectures et corrections, à mes enfants et aux quelques amis, parmi lesquels je cite l'historien Michel de Decker, Marcel Duteuil (+), Jean-Paul Reynaud, Paullmard... qui m'ont apporté le précieux concours de leurs critiques et de leurs conseils.

Préface
par Jean Tulard, des Sciences morales et politiques.

de l'Académie

On parle beaucoup de l'Europe comme si elle surgissait aujourd'hui du néant par la grâce de quelques hommes au demeurant remarquables. L'Europe a un passé, un très long et très riche passé. C'est le grand mérite de Jacques Bloeme de le rappeler dans une oeuvre qui s'attache aux racines de cette Europe. Il y eut des civilisations européennes avant même la «pax romana ». Leur empreinte demeure forte et leur héritage ne peut être répudié. Puis, sous la domination de Rome, se dessine une Europe qui n'est pas seulement méditerranéenne mais s'étend des forêts de la Germanie à« l'île de Bretagne ». Les Barbares l'emportent mais ils ne peuvent détruire le sentiment communautaire des anciens habitants. Eux-mêmes s'y laissent prendre. Naît alors l'Europe de Charlemagne: la sagesse des institutions, la volonté de briser les autarcies, l'unité religieuse sont autant de raisons qui conduisent Jacques Bloeme à parler à juste titre d'un empire franc. Après l'Europe celte et romaine, il y eut bien une Europe franque, celle des Carolingiens. D'autres Europes suivront: l'Europe des lumières où l'on ne sait plus si Mozart est autrichien, italien ou français, le Grand Empire que bâtit Napoléon sur le code civil et le blocus continental. Ces Europes sont connues. Celles qu'étudie Jacques Bloeme le sont moins. Il faut donc saluer la volonté de l'auteur de nous éclairer sur les premières identités de l'Europe. Le respect de la chronologie, la clarté de l'exposé, la maîtrise de la forme contribuent à faire de son livre le vade mecum de tout Européen.
Jean Tulard

PRÉAMBULE

L'histoire moderne de l'Union européenne commence au milieu du vingtième siècle, lorsque, le second conflit mondial terminé, les anciens belligérants décident, par les « accords de Rome», d'enterrer la hache de guerre et de s'associer pour le meilleur.
Antérieurement à ces accords, la longue phase d'afITontements qui a agité les états durant des siècles est généralement étudiée selon des points de vue purement nationaux, et un européen, interrogé sur le passé, n'évoque, le plus souvent, que les batailles qui scandèrent l'histoire de son propre pays, sans avoir une claire conscience que des aventures communes aient pu être vécues dans les temps reculés.

C'est ainsi qu'un Français citera, en remontant le cours de ce qu'il croit connaître de I'histoire de France, les noms de Verdun, Sedan, Waterloo, Austerlitz, Pavie, Marignan, Azincourt, Crécy, Poitiers, Soissons, et peutêtre Alésia... Là, généralement, il s'excusera de ne pouvoir aller plus haut dans le temps, un flou certain voilant sa connaissance des événements antérieurs à notre ère... Or, cette énumération ascendante, stoppée sur Alésia, ne pèche pas par défaut, mais par excès: ni la bataille d'Alésia, ni celle de Soissons, ni même celle de Poitiers, en 732, ne font partie de I'histoire de la France, pays qui, à cette dernière date, n'existe pas encore. La victoire de Soissons, obtenue en 486 sur un général gallo-romain par un roitelet germanique, appartient à I'histoire des Francs, tout comme celle de Poitiers, gagnée contre l'envahisseur arabe, et qui eut comme artisan un maire du palais franc d'Austrasie. Et si la bataille d'Alésia scella, en 52 avant notre ère, le sort des derniers Celtes peuplant la Gaule depuis plusieurs siècles, et battus par les Romains, elle fut surtout à l'origine d'un bouleversement politique majeur à Rome, venant modifier pour longtemps le cours de I'histoire européenne.

Celtes, Romains et Francs ont donc été, avant l'an Mil, les acteurs d'une longue et complexe histoire commune, s'étendant sans discontinuer sur quinze siècles, et que les durables imbrications entre les peuples concernés rendent indivisible. C'est cette histoire, simplifiée parce que ramenée à ses traits les plus significatifs, que cet ouvrage tente d'évoquer, selon une présentation renouvelée.

Si l'essentiel de ce travail a été puisé chez les historiens français, de nombreux éléments sont néanmoins issus d'ouvrages étrangers (allemands, américains 1,anglais, nordiques, tchèques... ) 2.
Cette diversité de sources a ainsi permis de sortir d'une approche trop française des problèmes du lointain passé européen, et de s'éloigner, au fil des pages, de plusieurs poncifs enseignés durablement chez nous, du début du

XIX e à la fin de la première moitié du XX e siècle, tels que: L'homme préhistorique, cette brute stupide ... Dans ce que l'on continue d'appeler, à tort, la Préhistoire, I'homme est, très tôt dans les millénaires qui précédent notre ère, un être intelligent, techniquement

évolué,sensibleà l'art...
Nos ancêtres, les Gaulois

3

... Nos vrais ancêtres sont les Celtes, répandus dans presque toute l'Europe plus de 800 ans avant notre ère. Le terme de « Gaulois» fut forgé par les Romains, bien plus tard, pour désigner initialement certains de leurs voisins celtes, établis en Italie (dans la plaine du Pô, la Gallia cisalpina) 4.

Le fléau des invasions barbares, destructrices de la civilisation romaine ... Au plan européen, la seule référence géographique qui soit prise en compte dans cet ouvrage, les « Barbares» ne sont pas des
1

- Contrairement

à ce pourrait

faire croire leur éloignement

géographique,

et l'histoire

plus courte de leur pays, des historiens

américains se montrent parfois plus intéressés par le passé de l'Europe que certains de leurs collègues du vieux continent.
fin d'ouvrage, les principales sources bibliographiques utilisées.

2

- Voir, en

3 - Voirpremière partie. 4 - Voirdeuxième partie.

10

envahisseurs, mais des peuples européens en mouvement. Et leurs rois, ostrogots, wisigots ou burgondes, ont sauvegardé l'essentiel de la civilisation romaine, tout en l'enrichissant d'apports germaniques bienvenus s.

Clovis, le premier roi de France sacré à Reims

... Si Rémi a effectivement sacré Clovis à Reims, c'est comme roi des Francs. Au Ve siècle de notre ère, la France est encore loin d'exister, puisque l'entité nationale française n'apparaîtra guère avant les XIe - XIIe siècles.
Pour cette même raison, c'est une fausse question que celle de savoir si Charlemagne était français ou allemand: il était le souverain d'un royaume (puis d'un empire) franc s'étendant alors sur des territoires qui forment, aujourd'hui, l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la France, le Luxembourg, les Pays Bas, la moitié nord de l'Italie et la frange nord de l'Espagne. Charlemagne n'était donc pas plus français qu'allemand, belge ou espagnol: il était franc 6.

Enfm, pour parfaire ce bref aperçu des idées toutes faites, les media contemporains, qui célèbrent l'avènement, entre 1999 et 2002, de la « première monnaie unique européenne », oublient que le sou d'or de Constantin le Grand et le denier d'argent de Charlemagne furent, voici plus de mille ans,
les très lointains précurseurs de l'Euro de janvier 2002

...

J.B.

5

- Voir

quatrième partie. cinquième partie.

6

- Voir

11

-o-aJa~eiifjjonal

+-~---

I

Carte du monde
dressée selon les données

ancien
grec STRABON

du géographe

(58 avo J.C. - 25 ap. J.C.).

« Qu'on ne dise pas que je n'ai rien dit de nouveau: la présentation des matières est nouvelle ».
Blaise PASCAL Plaidoyer pour ses Provinciales

(1657)

PRÉSENTATION

DE

L'OUVRAGE

SON

OBJECTIF

L'étude d'une période d'histoire comporte, pour être exhaustive, de nombreux volets.
Les questions sociales, économiques et religieuses ont une importance éminente. L'environnement juridique, technique, artistique et culturel n'est pas non plus à négliger. La frivolité, comme l'évolution de la mode vestimentaire, par exemple, peut même y trouver place. . .

Mais l'histoire consiste avant tout en l'étude des faits politiques de tout ordre intervenant dans la vie des peuples, des nations ou des états: migrations, luttes, traités, alliances, ... Le présent ouvrage, en fournissant des points de repère nombreux et précis, se situe en majeure partie à ce niveau, et ne comporte que de timides incursions dans les autres domaines. Il n'a donc pas la prétention de se présenter comme un travail achevé d'histoire, mais comme un instrument de travail pour accéder à l'histoire.
Ainsi doté de ce fil d'Ariane, l'amoureux du passé saura mieux savourer les historiens de haut niveau, malheureusement parfois elliptiques, parce que tenant pour acquises de leurs lecteurs des connaissances élémentaires non toujours maîtrisées. . .

SA MÉTHODE
La réalisation de ce livre repose sur deux concepts majeurs: le respect de la chronologie, et l'utilisation fréquente des repères géographiques.

SON

POINT

DE DÉPART

Ce livre se propose d'étudier l'histoire commune de l'Europe ancienne jusqu'au moment où sa belle unité vole défmitivement en éclats. Il n'était donc guère difficile de défmir l'année 843 comme étant la dernière à prendre en considération. La signature du traité de Verdun, provoquant l'explosion de la construction carolingienne, marque en effet le début d'une période confuse, longue de deux siècles, au cours de laquelle émergeront lentement deux entités distinctes, et souvent rivales désormais au coeur de l'Europe: la France et l'Allemagne.

Le choix d'une date de départ ne semblait pas devoir poser plus de problèmes. Il suffisait, en effet, d'apporter la réponse à cette question simple: de quand date l'Europe? Malheureusement, l'interrogation a été posée voici plus de deux mille ans, et demeure sans réponse. Hérodote d'Halicarnasse 7, le premier, s'interrogea sur l'origine du nom:
« J'admire ceux qui ont divisé et partagé la terre entre la Libye, l'Asie et l'Europe. ..
La Libye
8

est évidemment

tière du côté de l'Asie. Nécos sance, qui l'ait démontré.

entourée d'eau, sauf l'espace qui forme la fron9 , roi d'Egypte, est le premier, à notre connais-

Darius parvint à connaître la plus grande partie de l'Asie. Comme il désirait savoir dans quelle mer se jette l'Indus, (...) il envoya, sur des navires, Scylax de Cariandre et d'autres sur qui il comptait pour apprendre la vérité. (...) Personne ne s'est assuré soit au nord, est entourée que les deux autres. d'une d'eau; manière positive si l'Europe, mais on sait qu'en longueur, soit au levant, elle atteint pres-

Je ne puis conjecturer sur quoi l'on s'est fondé, la terre étant une, pour lui donner ces trois noms, ni pourquoi ces noms sont des noms de femmes (...). Je ne puis savoir les noms de ceux qui ont établi ces limites ni où ils ont pris toutes ces dénominations
7

- Le

« Père

de l'histoire»

vécut

de 484 à 425 avant

Jésus

Christ.

la Libye est le nom du continent africain dans son entier. Le nom « Afrique» 8 - Pour les Anciens, n'apparaît qu'à l'époque romaine, pour désigner /a partie du littoral septentrional correspondant à l'actuelle Tunisie. Voir, en tête de cet ouvrage, la carte selon Strabon. n'ont que peu évolué au cours du demi-millénaire Les notions de géographie du monde qui sépare Hérodote de Strabon. de la XXVle dynastie. connu

9 - Nechao

Il, second Pharaon

(611 à 595 av. J.C.)

17

Personne, d'où

donc,

parmi les hommes,
ni quel

ne sait si l'Europe qui peut

est entourée donné;

d'eau, à moins
10

ni

elle a pris son nom,

est celui

le lui avoir

que nous n'admettions
qu'auparavant,

qu'elle

a reçu le nom de la Tyrienne
point, non plus que les deux autres.

EUROPE

et

elle n'en avait

Mais il est clair que cette femme était d'Asie, et qu'elle n'est jamais venue dans la contrée que les Grecs appellent maintenant Europe; ses voyages se sont bornés à passer de Phénicie en Crète, et de Crète en Lycie 11.» Hérodote - HISTOIRES - Livre IV, chap. 42, 44 et 4512

siècle avant notre ère, soit quatre cents ans avant Hérodote, un contemporain d'Hésiode 13 évoquait, lui aussi, les « habitants d'Europe Au huitième et du Peloponnèse de la Grèce 14. », confondant alors l'Europe avec la partie occidentale

Avant cela, il n'est plus trouvé trace du nom « Europe », ce qui n'empêchait pas le continent d'exister, ni ses habitants d'y vivre et d'avoir une histo ire ...

Alors, où commencer? A défaut de solution sur l'origine de l'Europe, l'origine des Celtes, premiers fédérateurs culturels de l'Europe, aurait pu marquer le point de départ de cette étude. Mais ici intervenait une double difficulté: -l'imprécision du calendrier: à quelle époque se situe l'origine des

Celtes 15 ? On les trouve de façon certaine en 650 avant notre ère,
et l'on sait qu'ils étaient là depuis les environs de l'an 800. Mais ils existaient probablement déjà en 1100, peut-être même en 1800 ...

10 - Fille de Phénix, roi de Phénicie, Europe se promenait un jour avec ses compagnes sur une plage de son pays lorsqu'elle fut enlevée par Zeus métamorphosé en taureau. Zeus emporta Europe à travers la mer, et aborda en Crète. C'est de cette union de Zeus et d'Europe que naquit Minos, le légendaire constructeur des palais crétois. 11 - Lycie: contrée de l'ancienne Asie mineure (actulle Turquie). 12 - Herodote - HISTOIRES - Traduction P. Giguet- Ed. Jean de Bonnot 1975, Tome 1, pages 384 à 387.

13 - Hesiode : poète

grec du huitième siècle avant notre ère, connu notamment par un long poème (800 vers) consacré à la vie agreste: « Les Travauxet les Jours ».

14 - La partie orientale se trouvant en Asie Mineure. 15 - Voir en fin de seconde partie.

18

- le manque de perspective en amont: l'histoire, tout comme la science, obéit au principe de corrélation. Il n'y a pas d'effets sans causes, et la moindre de celles-ci est parfois lourde de conséquences, comme le rappelait, voici peu, Jean Guitton:
« Nous sommes (...) logiquement en droit de nous dire (...) qu'il aurait suffi d'un rien pour que tel événement n'ait pas lieu, ou, au contraire, d'un tout petit quelque chose pour que tel autre survienne. Dans les deux cas, la réalité que nous connaissons aurait été différente. » DIEU ET LA SCIENCE, par Jean Guitton, Gr. et Igor Bogdanov 16.

L'histoire fourmille d'illustrations de ce principe, et Waterloo aurait peutêtre été une victoire française, et non un désastre, si Grouchy, attablé, diton 17,dans une auberge à quelques kilomètres du champ de bataille, n'avait pas confondu le bruit de la canonnade avec le grondement du tonnerre, et s'il s'était porté au secours de l'Empereur au lieu de terminer son dessert. .. Les liens de cause à effet ne sont d'ailleurs pas toujours à si court terme:

-

c'est pour tenter d'égaler Alexandre le Grand (356 à 323 avo J.C.), auréolé de gloire à 30 ans, que l'ambitieux César, qui, en 52 avant J.C., en a déjà 40, place la Gaule dans le giron romain et fait alors basculer non seulement le sort de l'Italie, mais celui de l'Europe (Voir 3epartie);

- Arius ayant nié, en 300 ap. J.C, la divinité du Christ (schisme arien), Clovis put, 200 ans plus tard, étendre son royaume jusqu'aux Pyrénées: les Francs, soutenus par la Chrétienté, prirent le pas sur les Gots, plus nombreux, plus puissants et mieux organisés, mais ariens, donc rejetés par la Papauté et les communautés catholiques (Voir 4e et 5eparties). Pour cause d'imprécision de dates, et surtout pour une meilleure compréhension de I'histoire des Celtes, il était donc difficile de partir des contemporains d'Hésiode, dès lors que se pose la question: « qui étaient les Celtes, et d'où venaient-ils? ».
16 - Edition Grasset - 1991 - page 144.

17 - Dans un récent « couffier des lecteurs» d'un grand quotidien parisien du matin,
un descendant direct du maréchal de Grouchy se porte d'ailleurs en faux contre cette allégation, et assure que son ancêtre a fait tout son devoir.

19

Suffisait-il de remonter d'un cran, et partir de l'homme de Cro-Magnon? La critique est identique: « qui donc le précédait? ». Poser le problème en ces termes admettait une seule solution: que l'entrée dans I'histoire de l'Europe s'effectuât par une porte inhabituelle, parce que bien lointaine dans l'espace et dans le temps 18:le Kénya, voici un million d'années ... Comme il peut paraître étonnant de faire démarrer en Afrique une étude de l'histoire de l'Europe, il n'est pas inutile, pour conforter cette option, d'apporter la caution d'une personnalité éminente dans le domaine de la recherche du passé lointain :
« Du frêle hominidé africain dressé à l'orée de la forêt, et qui s'aventura dans la savane armé d'un galet fracturé, jusqu'à l'astronaute qui mit le pied sur la lune, la filiation parait bien ténue. Pourtant, une des leçons de la Préhistoire nous apprend aussi la continuité des civilisations dont aucune aussi originale

-

parait-elle

-

n'existerait

sans

les

précédentes

19. Tous

les

outils

créés

par

les

hommes procèdent les uns des autres. Le premier geste réfléchi qui créa un mauvais tranchant dans un galet préparait le voyage interplanétaire, car c'est la capitalisation progressive des savoirs humains qui a permis les réalisations techniques d'aujourd'hui...». Albert Ducros, Maître de recherches au C.N.R.S., de la France» (Nathan) - p.172

in « Préhistoire

Un survol très succinct des phases initiales de peuplement européen va donc précéder l'étude des Celtes, montrant ainsi la très lointaine origine de ces peuples:
« les populations celtiques avaient déjà derrière elles, quand elles furent reconnues par les Grecs et les Etrusques, une longue évolution dans l'anonymat des civilisations européennes de l'âge du bronze et du premier âge du fer». Venceslas Kruta, in les Celtes,

1976/1987 (op. cit.)

18 - « Lointaine ce chapitre 19 - En italiques

dans le temps» : tout est relatif. Voir, à ce sujet, en complément préliminaire, la fiche n° 1 consacrée à la chronologie de la terre. dans le texte.

de

20

SON
1 - LES

DÉCOUPAGE
PRÉMICES DE L'HISTOIRE (de la nuit des temps à l'an 4000)

Les premiers habitants de l'Europe, dont l'origine simiesque est encore quelque peu marquée, viennent d'Afrique. Ils sont ensuite remplacés par des populations dont les premières traces sont découvertes sur le continent européen. Un long Âge de pierre s'étend sur un million d'années. 2 - VERS UNE EUROPEDES CELTES
(de 4000 à 270 avo J.e.)

Une civilisation, développée dans la région mésopotamienne, se répand en Europe, y apportant des progrès technologiques importants. Les Âges du cuivre et du bronze s'y succédent. Puis apparaît la civilisation du fer. L'ethnie qui est à l'origine de cette nouvelle évolution technique se montre avide d'espace, et l'Europe, pour un temps, est celte.

3 - L'EUROPE ROMAINE(de 270 avoJ.e. à 200 ap.

J.e.)

La suprématie celte ne dure pas. Bien d'autres peuples entrent en jeu. L'un d'eux affIrme rapidement sa supériorité, et Rome, qui régne durant près d'un demi-millénaire sur le pourtour de la Méditerranée, est aussi maîtresse incontestée d'une bonne partie de l'Europe.

4

- L'EUROPE

ET LES

BARBARES

(de 200 à 500)

La puissance romaine, déclinante, succombe sous les coups de boutoir d'ethnies accourant de toutes les directions. Les « Barbares» viennent du Nord, de l'Est ... Et tout se trouve, pour un temps, désorganisé.
5

- VERS

L'EUROPE

FRANQUE

(de 500 à 843)

Une entité puissante émerge de ce chaos, et une dynastie franque impose peu à peu sa domination à une partie de l'Europe, jusqu'au moment où les petits-fils de Charlemagne désarticulent le domaine structuré par l'empereur.

21

SES

PARTICULARITÉS
nécessitent quelques éclaircissements.

Certains procédés de présentation

. TYPOGRAPHIEDES NOMS DE PAYS
L'utilisation d'un nom de pays peut se faire de deux façons:

- Toulouse, ville de France;
- Charles VII, roi de France. Si le nom (France) est le même, il ne recouvre pas le même concept. Dans le premier cas, il s'agit d'une localisation géographique; dans l'autre, il fait appel à la notion d'état ou de nation. Afm de préciser l'utilisation de l'une ou l'autre de ces acceptions, le principe suivant est adopté dans le cours de ce livre
20

:

- des guillemets encadrant un nom géographique (ex. : la « France», 1'« Italie », 1'« Allemagne », la « Provence») indiquent une référence à ce pays ou cette région, dans ses frontières ou limites actuelles du début du XXI e siècle. Ce procédé permet une localisation aisée dans un système de références géographiques connues;

-

lorsque les guillemets ne sont pas utilisés (ex. : la Gaule, l'Italie, la Germanie, la Narbonnaise), cela signifie que le nom cité concerne l'entité politique (pays, état, province...) à l'époque considérée.

Ainsi, respectant cette convention, il est possible d'écrire, pour la situer géographiquement, que la ville romaine d'Aquae Sextiae (Aix-en-Provence) était en «France ». Mais il serait incohérent d'écrire, sans guillemets, qu'elle était en France, alors inexistante: elle était en Gaule transalpine. De même, les villes de Trêves et de Cologne, toutes deux actuellement en «Allemagne », étaient respectivement en Gaule belgique et en Germanie inférieure.

. NOTES ET FICHES COMPLÉMENTAIRES
De nombreuses NOTES figurent en bas de pages. Elle concernent traditionnellement les explications nécessaires, mais déportées afm de ne pas encombrer le texte d'incises perturbantes.
it Il 20 - Sauf dans la première partie (la préhistoire), où J'acception politique d' état ou Il de itnation ne saurait évidemment être envisagée.

22

Certaines FICHES ANNEXES, placées à la suite du corpus, procèdent du même esprit: ce sont des « notes de bas de page» dont l'ampleur du développement a nécessité le rejet en fm de tome.
D'autres FICHES sont de nature bien différente. Les explications concernant la toge romaine, un extrait d'une tragédie de Racine, ou la présentation de la Table de Peutinger, sont des exemples d'investigations, d'ordre vestimentaire, littéraire ou cartographique, que l'étude d'une tranche d'histoire peut mener à poursuivre dans ces domaines connexes. Toutes ces FICHES sont placées en fm de chaque tome, possèdent une identification spécifique (fiche n° 1, fiche n° 2, etc.) et sont repérées par un bandeau frontal.

Le mot-clé renvoyant à un article des FICHES encadré d' astérisques (ex. : est i *Datation *(4»)nvitant à rechercher le développement qui le concerne. Le nombre placé en exposant précise le numéro de la fiche (ici, fiche n° 4). Les fiches, en effet, ne sont pas classées par ordre alphabétique, mais se succèdent théoriquement au fur et à mesure de leur apparition dans le corpus, avec cependant quelques inversions dues à des impératifs de mise en page.
. GRAPHIQUES DYNASTIQUES

Pour la bonne compréhension d'une situation familiale complexe, des graphiques dynastiques sont incorporés au texte. Ils se distinguent du graphique traditionnel, aux indications succinctes (cicontre), par une représentation analogique (voir page suivante) des personnages. Ceux-ci sont symbolisés par des cartouches à coins carrés (hommes) ou arrondis (femmes), dont la longueur est directement proportionnelle à leur longévité. Les échelles de temps permettent de situer la date des principaux événements et d'apprécier directement des informations quantitatives telles que l'âge 21 des acteurs de l'histoire, les durées de leurs règnes, etc.
21 - L'âge est souvent une donnée importante.

Sa connaissance peut éclairer le sens de tels choix ou de tel/es prises de décision qui, à défaut de cette précision, pouffaient paraitre étranges (trop grande jeunesse empêchant de s'imposer, vieillesse interdisant, par manque de temps, de mener un projet à terme, voire sénilité.. .J. 23

150

.........

150

Des informations complémentaires peuvent y être portées en cas de besoin. Par exemple, un poignard placé sous le cartouche d'un personnage indiquera sa disparition violente (assassinat), un parchemin roulé marquera qu'un traité a été conclu, un éclair signalera une déclaration de guerre, ou un début de confrontation militaire. ..

w
a:::

w > w en

200

200

. LES

« CARREFOURSDE L'HISTOIRE»

Il arrive toujours une époque où des destins de peuples ou de pays se croisent:

-les Celtes sortent de leur anonymat lorsque de lointains navigateurs phocéens, venus établir des bases commerciales en Méditerranée occidentale, les découvrent et clament au monde grec leur nom encore inconnu: Keltoï; -les Gaulois perdent leur indépendance lorsqu'un proconsul romain ambitieux décide, pour s'emparer du pouvoir dans son pays, de se forger, en pays voisin, une gloire militaire. .. Qui sont donc ces étrangers venant interférer dans une histoire qui n'est pas la leur? C'est pour répondre à ce type de question qu'une courte incursion est effectuée dans le passé de ce peuple ou de cette nation. Pour que ces coups de projecteur aient les meilleures chances d'atteindre le but poursuivi, il est nécessaire de les trouver immédiatement avant le carrefour d'événements qu'ils ont pour mission d'éclairer. Ils sont donc intégrés en bonne place dans le texte. Mais, n'appartenant ni à l'époque ni au sujet de l'étude en cours, les informations doivent être matériellement distinguées d'un contexte auquel elles sont étrangères par nature. Elles sont donc accompagnées d'un bandeau latéral, et sont 24

annoncés par un titre générique, du type :

Voici une brève histoire de

...

Dans les sommaires précédant chaque partie et chaque chapitre, le signe ~ identifie nettement ces regards en arrière.

. RENVOIS et TABLES DE RECHERCHE
Deux signaux de renvoi différents sont utilisés dans le corps de cet ouvrage: -« Cf » concerne une information déjà vue (en amont de la page courante); - « voir» concerne une information qui sera donnée ultérieurement (en aval de la page courante). En fin de chaque tome figurent recherche ponctuelle: trois instruments facilitant une

- une table des matières détaillée (parties, chapitres, sections s'il en existe, titres, sous-titres, seconds sous-titres) renvoyant aux pages de l'ouvrage où débute le sujet concerné;

- un

index chronologique, renvoyant également directement aux pa22.

ges de l'ouvrage;

- un index alphabétique

. BALISAGE

DU PARCOURS

Un circuit-découverte a souvent son charme: il réserve le plaisir de la surprise. Dans le domaine de la pédagogie, l'acquisition des connaissances de base n'y trouve pas toujours son compte. Des jalons bien visibles sont parfois nécessaires.

Voici quelques années, un type d'enseignement- dit programmé - a connu la célébrité avant de retomber dans l'oubli. Il avait pourtant, en dépit de
22 - Les entrées d'index peuvent concerner aussi bien des noms communs significatifs

( arc, burin, dolmen...J que des noms propres, de lieu ou de personnages. Pour ces derniers, l'index peut renvoyer indifféremment au texte, à une note de bas de page, à une carte (s'il s'agit d'un nom géographique), à un tableau généalogique (s'il s'agit d'un acteur de l'histoire), ou encore à une fiche
complémentaire.

25

quelques défauts, un certain nombre d'avantages, dont celui de suivre un parcours régulièrement balisé. Le présent ouvrage est construit selon ce concept. Chaque partie est précédée d'un « panneau indicateur» donnant la direction générale. Au sein de chacune des parties, les chapitres sont également dotés de points de repères précisant exactement d'où l'on vient, et où l'on va. Ce procédé peut paraître quelque peu scolaire. Il a son mérite, même s'il éloigne ce travail du statut noble de « livre» pour le rapprocher de celui de « manuel ». Et c'est ce qu'il veut être, en frn de compte: un manuel d'histoire pour adultes, qui tente d'apporter, de façon pratique, un certain nombre de connaissances ordonnées, et toujours présentées dans leur contexte.

. TROIS

BRÈVES EXPLICATIONS PARTICULIÈRES

..

sur les titres des deux premières parties

Le terme « Préhistoire» a été inventé au début du dix-neuvième siècle, lors de la découverte des premiers fossiles, et n'a jamais été remis en question. Il est couramment utilisé pour désigner cette période reculée d'où n'émane aucun renseignement capable de nous offiir des certitudes sur les conditions de vie des premiers hommes. Mais il peut s'y attacher une connotation péjorative, l'expression « homme préhistorique» laissant imaginer une brute stupide. Or, les connaissances scientifiques actuelles prouvent que ce dévoiement de sens est totalement injustifié. Il existe, en effet, dans d'innombrables sites répartis dans le monde entier, des millions de vestiges laissés par les premiers hommes: résidus de feux, traces de campements, sépultures, outillages, bijoux, manifestations picturales. .. Ils sont autant de témoignages concrets permettant de bien connaître maintenant l'histoire de nos lointains ancêtres, et de savoir qu'ils étaient des humains à part entière, et non des êtres sous-doués. C'est pourquoi la périphrase « Prémices de I'histoire» a été préférée au terme « Préhistoire », consacré par l'usage, pour intituler la première partie de cette étude.

26

La difficulté subsiste, au demeurant, de placer les événements à bonne époque. Pour nombreux que soient les éléments fournis par les campagnes de fouilles, au caractère toujours plus précis, l'étude de ces périodes reste faite d'interprétations et de suppositions. Dans de telles conditions, et malgré les immenses progrès apportés aux méthodes de datation, les notions d'ancienneté annoncées, exactes dans leur chronologie relative, doivent être considérées, dans l'absolu, comme approximatives. Dans l'évaluation des événements les plus reculés, l'imprécision peut même porter sur plusieurs milliers d'années.
Pour une raison identique d'adaptation plus grande au sujet traité, au terme de che-

de « protohistoire»

23,

qui aurait normalement dû être utilisé pour l'intitulé

de la seconde partie, a été préférée une évocation plus significative minement« vers une Europe des Celtes ».

. . sur

l'écriture des dates dans la première partie de l'ouvrage

Afm de ne pas en compliquer inutilement la lecture, les dates mentionnées dans la première partie de cet ouvrage (<< prémices de l'histoire ») ne les sont généralement pas précédées du signe « moins », des mentions « avo J. C.» ou « avon.è.» (avant notre ère), le caractère négatif de dates telles que 400 000, 40 000 ou même 4000 étant évident. Certains auteurs utilisent la mention anglaise « B.P.» (Before Present, c'est à dire avant l'année 1957, prise comme référence dans ce système de notation). Cette manière d'écrire n'est pas utilisée ici.

. . sur

les rappels étymologiques

A l'occasion de certains mots « savants », il est procédé à une remontée vers leurs racines. A beaucoup, cette recherche étymologique pourra sembler superflue. Elle n'est faite que pour venir en aide à celui qui, ignorant ou maîtrisant malles langues anciennes, peut parfois interpréter faussement un mot qu'il connaît pourtant bien. Il ne faut donc voir aucune pédanterie dans ces explications, mais un essai de clarification terminologique.
23 - Du grec protos =premier. /Is'agit des" débuts de J'histoire': la période précédente
J'histoire. ..

(la préhistoire) se situant, au sens littéraldu terme, avant, donc hors de

27

Il est précisé, à ce propos, que les noms et mots grecs cités dans le cours de ce livre sont écrits en caractères latins. Il s'agit d'une transcription approximative, un certain nombre de composants de l'alphabet grec n'ayant pas d'équivalent dans le nôtre.

*****

3 fiches annexes, en fin de premier tome, dépendent de ce chapitre de présentation: 1 - L'apparition 2 - L'apparition 3 - Quelques tardive de l'homme sur la Terre de l'Homme, les textes sacrés et la science notions succinctes de géographie de l'Europe.

28

Première

Partie

LES PRÉMICES
LES PREMIERS

DE L'HISTOIRE.
EUROPÉENS
J.C.

PEUPLEMENTS
à l'an 4000 avant

des origines

En quelques
Un million d'années sont nécessaires tiai à la position éminente qu'il occupe à l'homme aujourd'hui

lignes ...
pour passer de l'état sur la terre. semi-bestial ini-

L'Europe

se peuple

erectus) originaires
L'homme son fruste C'est dans

peu à peu de quelques d'Afrique.
morphologiquement mais disparaît ensuite,

hordes

d'« hommes

debout»

(Homo
remplace

de Neandertal, prédécesseur,

un peu plus proche lui aussi.

de nous,

de Cro-Magnon,
ronnement

un passé récent, à l'échelle de cette lente évolution humaine, que l'homme annonciateur de l'homme moderne, trouve peu à peu, dans un enviphysique moins hostile, son équilibre d'individu devenu sédentaire. les premiers villages, alors qu'au Moyen des villes sont déjà prospères (Jéricho Orient, berceau de la cidate de 6 000 ans avant

En Europe, ce sont vilisation mondiale, notre ère).

SOMMAIRE de la première partie

I I

-

1

LE PALÉOLITHIQUE LE PALÉOLITHIQUE LE PALÉOLITHIQUE LE MÉSOLITHIQUE LE NÉOLITHIQUE

INFÉRIEUR MOYEN SUPÉRIEUR

31 39 47 59 69

-2

I-3
I I

-4 -5

9 fiches complètent cette première partie:
Dour Ie chaDitre

4 trois précédés
5 6

-

1~

de datation
de l'histoire glaciaires de l'homme

- les - les

pionniers périodes

Dour Ie chaDitre 3 :
7

- l'abri

sous

roche

- le propulseur 9 - couches géologiques
8

et zoologiques

Dour Ie chaDitre 4 : 10 - les mythes du déluge 11 l'évolution du travail de la pierre taillée

-

Dour Ie chaDitre 5 : 12 la construction mégalithique

-

30

Chapitre LE PALÉOLITHIQUE HOMO
(de un million d'années

1

-1
INFÉRIEUR:

ERECTUS à 120000 ans avant
notre ère) ancêpartie où un

Après être passé du genre « Singe» au genre « Homo », notre lointain tre quitte son domaine africain originel et se répand dans une notable du monde. Quelques-uns se retrouvent sur le continent européen, outillage rudimentaire en silex raconte partiellement leur histoire. - L'Afrique, berceau erectus du continent européen de l'humanité?

-

Homo

L'occupation

Les chapitres 1

suivants: PALÉOLITHIQUE MOYEN: HOMO SAPIENS

-2

LE

(120 000

-

40 000) La grotte allequ'il laissera

Un peu plus évolué qu'Homo erectus, Homo mande de Neandertallui donnera son nom, les plus nombreux vestiges.

sapiens fera une apparition temporaire. mais c'est en France, dans le Périgord,

1 - 3 LE PALÉOLITHIQUE L'ancêtre progrès de Cro

SUPÉRIEUR:

HOMO SAPIENS

SAPIENS

(40 000

-

10000)

direct de l'homme moderne s'établira définitivement sur le sol européen. Des considérables vont être accomplis: toujours chasseur et nomade, l'homme - Magnon annoncera clairement l'homme moderne. LA DÉGLACIATION (10 000

1 - 4 LE MÉSOLITHIQUE:

-

6000)

Une évolution climatique (disparition de la calotte glaciaire) permettra le déploiement d'Homo sapiens sapiens sur tout le continent européen... mais il y restera à l'âge de pierre, contrairement à ce qui se passera au Moyen Orient, où l'évolution technique se poursuivra. 1 - 5 LE NÉOLITHIQUE: LA SÉDENTARISATION (6000

-

4000)

Agriculture et élevage transformeront en sédentaires les anciens chasseurs Dès lors, attaché à sa terre, l'homme créera le village, puis la ville. Venue Orient, où elle prendra son essof, la nouvelle civilisation se déploiera très en Europe occidentale.

nomades. du Moyen lentement

31

L'AFRIQUE,

BERCEAU

DE L'HUMANITÉ?

Les paléo-anthropologues1 s'accordent à considérer le continent africain
comme le berceau de I'humanité. Là vivait, voici très longtemps, Australopithecus africanus, nom savant, compliqué et cosmopolite d'un singe (grec: pythêkos) du sud (latin: australis) de l'Afrique. A force d'évolutions, la descendance de cet être, encore rattaché au règne animal, se met à posséder un peu plus de caractères humains que de caractères simiesques. L'un des représentants de cette nouvelle génération est Lucy, le petit personnage de 1 m 20, peut être de sexe féminin, qui reposait depuis environ trois millions d'années en territoire afar (Ethiopie), et découverte en 1974, par Yves Coppens et son équipe. Plus nette encore apparaît la domination des caractères humains dans les ossements, souvent accompagnés de vestiges d'activité manuelle, découverts en d'autres lieux africains. La pointe australe du continent (Rhodésie 2) nous a livré l'homme de Taung. Mais c'est le site d'Olduvaï (en Tanzanie) qui a fourni des indications particulièrement intéressantes: des restes humanoïdes, dont l'âge se situe entre deux millions et un million et demi d'années (soit entre les six ou huit derniers jours du
1

- Le

paléo-anthropologue

(grec:

palaîos

= ancien,'

anthropos

= homme,'

logos

= science)

ne s'occupe que de I 'homme d'autrefois. Le domaine du paléontologue (ontos, génitif du mot grec on = être vivant) concerne les autres organismes vivants, animaux (paléozoologie) ou plantes (paléobotanique), ayant laissé des traces fossiles. 2 -Il est rappelé que, durant toute la première partie, et afin de ne pas en alourdir la lecture, les noms de pays ou de régions ne sont pas mis entre guillemets. Il ne peut s'agir, bien évidemment, que d'une localisation géographique se rapportant aux dénominations actuelles, sans qu'aucune confusion de sens puisse êtrefaite avec des entités politiques encore bien loin d'apparaître ... (Cf. page 22 : « Typographie des noms de pays »).

32

calendrier homothétique de la terre - Cf fiche n° 1) ont été mis au jour au pied des hauts plateaux que domine le mont Kilimandjaro. La conformation du col du fémur et du bassin indique que ces êtres sont passés du demi-fléchissement caractéristique des singes à une posture pratiquement droite. Un nom générique, choisi en fonction de ce trait physique d'une importance considérable, est donné aux représentants de l'espèce: Homo erectus (Homme debout).

HOMO

ERECTUS

Un peu plus grand qu'Australopithecus, Homo erectus reste un homme de petite taille (1 m 40 à 1 m 50). Il a la mâchoire moins prognathe (dents moins fortement projetées en avant de la face), mais il possède toujours la boite crânienne aplatie et le front fuyant. Un saillant occipital prononcé permet, cependant, un volume crânien plus important, et annonce un net ~ développement du cerveau. Celui-ci doit avoisiner 900 A Australopithecus Homo erectus centimètres cubes, contre 600 A =anglede prognatisme pour Australopithecus.

Vivant en groupes restreints (dix à vingt individus), Homo erectus tire exclusivement sa subsistance de la chasse et de la cueillette des ftuits (l' élevage et l'agriculture n'apparaîtront que bien plus tard : dans un million d'années f). Plongé en milieu inhospitalier, il s'abrite dans des grottes, dont il sait parfois augmenter le confort en y érigeant des tentes en peaux de bêtes. Il connaît le feu: des restes de foyers, faits de pierres placées en rond et protégés par des murets pare-vent, y ont été retrouvés.

33

Déjà doué d'intelligence, il invente l'outil de silex. Certes, celui-ci est encore rudimentaire. Cependant, contondant et même parfois tranchant, il permet la mise à mort du gibier et le dépeçage de la viande. Certains paléo-anthropologues font remonter l'utilisation de l'outil à une époque antérieure à celle

d'Homo erectus: ils en attribuentl'inventionà un des-

Ce galet,
vieux d'un million

.cendant « gracile» d'Australopithèque (par opposia été trouvé à Olduvaï tion à un descendant dit « robuste », très simiesque let totalement écarté de l' ascendance humaine). Cet être gracile, encore ;assez près du singe, aurait cependant fait preuve d'une certaine « habileté » dans la création d'un objet utile, ce qui lui vaut le nom générique d' Homo habilis. Mais il s'agit là d'une querelle d'experts, sur laquelle un plus long développement sortirait du propos de cet ouvrage. On donne à cette époque de progrès balbutiant le nom de Pebble tool culture, ou civilisation de l'outil-caillou (anglais: pebble = caillou). Une taille grossière donne au silex des arêtes tranchantes: c'est le chopper (anglais: to chop = hacher), caillou pauvrement ouvragé sur une seule face, d'où son nom de monoface (Cf. le galet d'Olduvaï ci-dessus). A cet outil sommaire succède le biface dit « acheuléen» (ci-

d'années,

contre), nom éponyme 3 du site de Saint-Acheul, près
d'Amiens.
TECHNIQUE SCHÉMATISÉE DE LA TAILLE D'UN GALET

de face état initial états intermédiaires état final

I de profil \

(dessins de l'auteur, qui s'est inspiré de Ducros, in tePréhistoire de la France », op. cit., p. 47)

3 - L'éponymie

consiste à donner le nom d'un lieu ou d'une personne à une chose qui lui est intimement liée: Saint Acheul est le site éponyme du style acheuléen, comme Napoléon est le personnage éponyme de l'épopée napoléonienne.

34

Cette industrie rudimentaire a valu à cette époque lointaine le nom de Paléolithique (grec: palaïos = ancien; lithos = pierre), ou âge ancien de la pierre. Comme le Paléolithique s'étend sur une très longue période, celleci a été scindée en trois stades, dont le premier porte le qualificatif d' « inférieur ». Ce terme s'applique, bien sûr, au faible degré de technicité des outils ainsi créés; il se comprend aussi dans une acception géologique: étant plus anciens, ces vestiges se trouvent naturellement enfouis dans des couches inférieures (plus profondes) du sol. Peu à peu, au fil des millénaires, la technique s' affmera : à la suite de savantes préparations, des coups précis permettront d'obtenir des éclats, dits Levallois 4, (du nom du site de Levallois-Perret, près de Paris, où en seront trouvés les premiers exemplaires - Voir chapitre suivant). Ces éclats Levallois seront bien plus tranchants et efficaces. Mais il faudra plusieurs centaines de milliers d'années pour passer du biface à l'éclat, c'est à dire pour que l'homme, dans sa lente marche vers le progrès, découvre la possibilité de tirer plusieurs outils d'un seul caillou. .. L'OCCUPATION DU CONTINENT EUROPÉEN A mesure que les individus deviennent plus nombreux et que les hordes se multiplient, il faut chercher ailleurs nourriture. Agrandissant progressivement ses territoires de chasse, l'espèce remonte lentement, durant des millénaires, vers les terres vierges du nord, suivant la voie facile des grands lacs (Lac Victoria, Lac Albert), puis de la vallée du Nil. En cet endroit, la trace des voyageurs se divise en deux:
4

- Voir au

chapitre suivant, page 42, trois dessins schématisant

le processus

de la technique

levalloisienne.

35

- Les uns franchissent l'isthme egypto-sinaYqueet, traversant la Syrie, la Turquie, les Balkans et l'Europe centrale, parviennent dans les massifs de Forêt Noire. C'est là que sera trouvée, en 1907, la mâchoire de l'homme de Heidelberg, dont l'âge est évalué à 360 000 ans. - Les autres, après avoir longé la côte nord-africaine, profitent des facilités offertes par le retrait des eaux de la troisième *période glaciaire*(6), et passent, à pieds secs, de Tunisie en Sicile, puis dans la péninsule italienne, dont ils remontent la côte ouest. Passant au sud des Alpes, ils entrent ensuite en France. Ils laissent les traces de leur présence sur le trajet des voies les plus faciles: façade méditerranéenne (Site de Terra Amata, près de Nice), pied de la façade sud-ouest du Massif Central (site de Tautavel), et dans la région de l'actuelle ville de Limoges (site de La Chaise). Certains même, bravant les températures glaciales que fait régner sur tout le nord de l'Europe la calotte glaciaire scandinave (qui recouvre l'actuel archipel britannique et la partie septentrionale de l'Allemagne), s' établissent dans le nord-est (Alsace) et le nord de la France (le site de Saint-Acheul, dans la région d'Amiens, a donné son nom au style acheuléen). Homo erectus est d'ailleurs, déjà, un grand voyageur: on le trouve, sous le nom d'homme de Java, dans des couches géologiques vieilles de plus de 500 000 ans de l'archipel indonésien, ainsi qu'en Australie, ces deux régions
étant alors, elles aussi, accessibles à pieds secs s.

La Chine lui foumit également un territoire d'implantation: des fouilles ont permis d'y découvrir l'homme de Pékin, vieux de 350 000 ans.
5 - Voir page 61 les cartes du monde pendant la glaciation et après la déglaciation. 36

Durant un million d'années, Homo erectus survit ainsi, évoluant peu à peu. Puis il laissera la place à un être plus proche de l'homme moderne, dont les premiers vestiges apparaissent dans des couches de sol datées de 120 000 ans (hier soir, dans le calendrier homothétique de l'évolution terrestre) : Homo sapiens, mieux connu sous le nom d'homme de Neandertal.

*****

UNE DES PREMIÈRES HUTTES SUR LE SOL EUROPÉEN
TERRA AMATA, à proximité de la grotte de Lazaret, il y a 380 000 ans ... près de Nice,

Des pierres et entrelacés

maintiennent

en place

des branchages

dressés

à leur extrémité supérieure pour former le faitage. Crédit: la vie dans la préhistoire, de K. Sklenar - op. cU. p.71

37

Note complémentaire concernant l'écriture des noms dans la classification des espèces. Tout organisme vivant, humain, animal ou végétal, est classé de façon précise en utilisant des appellations latines. Les mots qui les désignent ne s'écrivent pas n'importe comment. Dans les expressions Felis leo ou Felis tigris, « Felis» (félin) indique le genre (que l'on pourrait comparer au tronc d'un arbre), et « leo » ou « tigris » précisent l'espèce (qui en serait une branche). Il s'agit, ici, du lion et du tigre, qui sont, tous deux, des félins. Une convention exige qu'un nom de genre commence par une lettre majuscule, et que le (ou les) nom(s) d'espèce commence(nt) par une lettre minuscule.
Ainsi en est-il en paléo-anthropologie, où, dans l'expression « HOMO ERECTUS », le premier vocable, Homo, qui désigne le genre, prend une majuscule, tandis que le second, erectus, précisant l'espèce, n'en prend pas.

Il faut donc écrire Homo ~rectus, ou Homo ~apiens ~apiens. De même, écrit-on, en latin, Homo aeandertalensis, mais l'on écrit, en ftançais (car l'on sort alors de l'écriture de classification), l'homme de ~eandertal, avec une minuscule à « homme », qui est un nom commun, et une majuscule à « Neandertal », qui est un nom propre de lieu. Une autre convention impose généralement que les noms de genre et d'espèce, étant des noms latins, s'écrivent en caractères italiques: Homo neandertalensis. Cette convention n'est pas respectée dans l'ouvrage, pour une question de facilité de lecture. L'auteur prie les puristes de bien vouloir l'en excuser.

38

Le chapitre 1

précédent: PALÉOLITHIQUE INFÉRIEUR: HOMO ERECTUS
I

-1

LE

Après être passé du genre « Singe»
maine africain originel et s'est répandu retrouvés sur le continent européen.

au genre « Homo»
dans une notable

notre lointain ancêtre
du monde.

a quitté son dose sont

partie

Quelques-uns

Chapitre

1 - 2

LE PALÉOLITHIQUE HOMO
(120000

MOYEN:

SAPIENS

-

40000) fait une apparition temson nom, mais c'est en vestiges.

Un peu plus évolué qu'Homo erectus, Homo sapiens poraire. La grotte allemande de Neandertallui donne France, dans le Périgord, qu'il laisse les plus nombreux - L'homme - Son origine - Son mode - Extinction de vie de l'espèce de Neandertal

Les chapitres

suivants: SUPÉRIEUR: HOMO SAPIENS SAPIENS (40 000

1 3 LE PALÉOLITHIQUE L'ancêtre progrès de Cro 1-4

-

-

10 000)

direct de l'homme moderne s'établira définitivement sur le sol européen. Des considérables vont être accomplis: toujours chasseur et nomade, l'homme - Magnon annoncera clairement l'homme moderne. LA DÉGLACIATION (10000

LE MÉSOLITHIQUE:

- 6000)

Une évolution climatique (disparition de la calotte glaciaire) permettra le déploiement d'Homo sapiens sapiens sur tout le continent européen... Mais il y restera à l'âge de pierre, contrairement à ce qui se passera au Moyen Orient, où l'évolution technique se poursuivra. 1 - 5 LE NÉOLITHIQUE: LA SÉDENTARISATION (6000

- 4000)
nomades. du Moyen lentement

Agriculture et élevage transformeront en sédentaires les anciens chasseurs Dès lors, attaché à sa terre, l'homme créera le village, puis la ville. Venue Orient, où elle prendra son essor, la nouvelle civilisation se déploiera très en Europe occidentale.

39

L'HOMME

DE NEANDERTAL

La ville allemande de Düsseldorf est située au confluent du Rhin et de la Düssel. C'est près de là, dans

la grotte de Neandertal l, creusée à flanc

d'escarpement de la vallée encaissée de la Düssel, qu'est découvert, en 1856, le crâne d'un autre précurseur de l'homme. La couche géologique où il gît lui donne un âge approximatif de 100 000 à 120 000 ans.
L' « homme de Neandertal », qui possède Bruxelles Mastricht un gros bourrelet osseux au dessus des cavités oculaires, a le front fuyant et la voûte crânienne aplatie, terminée par une protubérance postérieure importante. Ces détails anatomiques font penser à Homo erectus, à cette différence - capitale - que la boite crânienne est plus volumineuse (un tiers en plus). Cet individu doit donc être nettement plus intelligent, puisqu'avec 1300 centimètres Hornoerectus cubes, son cerveau a un volume de peu in900 cm 3 férieur à celui de l'homme actuel.
I I

omo neandertalensis
11 300

em

3

I

Les deux individus ont le même prognathisme facial et le même bourrelet osseux au dessus des yeux.

Des vestiges comparables, retrouvés un peu partout dans le monde, au niveau de couches géologiques équivalentes, montrent que l'homme découvert à Neandertal n'est pas un cas particulier: il s'agit bien d'un spécimen appartenant à un stade généralisé de développement humain.

1- La grotte de Neandertal (= Vallée de Neander), aujourd'hui théologien allemand qui aimait se retirer dans la fraÎche reposer et réfléchir. Neander s'appelait au protestantisme,
(Homme nouveau,

détruite,

tire son nom

de Neander,

vallée

(Tai) de la DOssel pour se

en réalité Morse Mendel, et était né en 1789 de parents israélites. Converti il avait changé son nom pour celui de Johann August Willhelm NEANDER
du grec neos

= nouveau

et andros

=homme).

Devenu

professeur

d'histoire

ecclésiastique, de la religion en 1850.

il est l'auteur de nombreux livres, dont une monumentale « Histoire générale chrétienne et de l'Eglise», et une « vie de Jésus». Neander est mort à Berlin ne prend pas d'accent aigu sur le e de la première tiré du vocable allemand, en prend un. syllabe, mais

Neandertal, nom allemand, néandertalien, mot français

40