//img.uscri.be/pth/4d80a51c4480aff1a46bd65ce7ca168e50ba9fa7
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'or de Napoléon

De
173 pages
Napoléon 1er est bien connu pour sa vie publique et privée mais on connaît moins ses sentiments à l'égard de l'argent, du droit et du patrimoine. Comment l'empereur investissait-il les deniers qu'il recevait de l'Etat ? Quelle était son attitude à l'égard du droit ? Nourri par des actes peu connus conservés aux Archives nationales et issus de la Maison de l'empereur, cet ouvrage nous livre l'image d'un empereur urbaniste, comptable, juriste, soucieux de l'emploi des deniers publics et de la grandeur de la France.
Voir plus Voir moins
Historiques
Sébastien ÉvrArd
sérieTravaux
L’or de Napoléon Sa stratégie patrimoniale (1806-1814)
Historiques Travaux
05/02/14 14:30
L’ORDENAPOLÉON
SA STRATÉGIE PATRIMONIALE (1806-1814)
© L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1 wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02568-1 EAN : 9782343025681
Sébastien Évrard L’OR DE NAPOLÉON SA STRATÉGIE PATRIMONIALE (1806-1814)
L’Harmattan
Historiques Dirigée par Bruno Péquignot et Denis Rolland
La collection «Historiques »a pour vocation de présenter les recherches les plus récentes en sciences historiques. La collection est ouverte à la diversité des thèmes d'étude et des périodes historiques. Elle comprend trois séries: la première s’intitulant «travaux » est ouverte aux études respectant une démarche scientifique (l’accent est particulièrement mis sur la recherche universitaire) tandis que la deuxième intitulée « sources » a pour objectif d’éditer des témoignages de contemporains relatifs à des événements d’ampleur historique ou de publier tout texte dont la diffusion enrichira le corpus documentaire de l’historien ; enfin, la troisième, « essais », accueille des textes ayant une forte dimension historique sans pour autant relever d’une démarche académique.
Série Travaux
Eva PATZELT,Un haut fonctionnaire est-allemand aux prises avec l'intelligentsia (1963-1989), 2014. Edouard BARATON,De Gaulle ou l’hypothèque française sur le Canada, 2013. Anne METENIER,Liberté pour les Noirs! La résistance des Africains-Américains à la ségrégation et à l’esclavage (1619-1865), 2013. Emma LOWNDES,Récits de femmes pendant la guerre franco-prussienne (1870-1871),2013. Lise Brossard-Gabastou,Auguste Salzmann (1824-1872), Pionnier de la photographie et de l’archéologie au Proche-Orient, 2013. Michel FERLET,Les testaments des rois français, L’art de transmettre le pouvoir, 2013. Jean-Yves CHAUVET,L’usage des maisons lorraines. Familles et e e maisons paysannes de la fin duXVIIau milieu duXXsiècle, 2013. André POLARD,Ecrire l’histoire de l’épilepsie, 2012. Claude COHEN-MATLOFSKY,Flavius Josèphe. Les ambitions d’un homme, 2012. Georgiy VOLOSHIN,Le nouveau Grand Jeu en Asie centrale. Enjeux et stratégies géopolitiques, 2012. Emmanuel de CHAMBOST,Histoire de la CSF sous l’Occupation, L’enfance de Thales, 2012.
Du même auteur e L’intendant de Bourgogne et le contentieux administratif au XVIII siècle. Paris, de Boccard, 2005. Les campagnes du général Lecourbe (1794-1799). Paris, L’Harmattan, 2011.e Une troupe de choc dans la Grande guerre : le 20corps d’armée à travers le témoignage d’un officier d’artillerie. Serpenoise, 2011.
INTRODUCTION Si Napoléon est bien connu tant pour ses qualités de chef de guerre que pour celles d’homme d’État, il l’est cependant moins pour ce qui regarde celles de propriétaire. Dans le droit fil d’un pouvoir rationnel et hiérarchisé, dès l’instauration de l’Empire en mai 1804, l’Empereur Napoléon met en scène une cour dont il entend porter les fastes et le cérémonial à un haut degré de perfection. Dans son esprit, il s’agit d’impressionner autant les foules que les élites françaises voire européennes, mais aussi de légitimer la création de cette nouvelle forme du pouvoir, qui se veut à la fois populaire et divine. Or, Napoléon, qui se veut la synthèse du passé et de la Révolution, connait plus qu’aucun autre les causes qui ont ruiné la légitimité de l’Ancien Régime. Il sait aussi qu’après neuf siècles de règne, les Capétiens, après avoir porté le pouvoir monarchique à un haut degré d’effectivité par l’absolutisme, n’ont pas su, ensuite, résoudre les contestations dont l’autorité étatique faisait l’objet, tant de la part des parlements que des philosophes. Ainsi, convient-il de mettre en place une construction qui puisse résister au temps et protéger la dignité impériale du discrédit, sinon du scandale. Dans cette perspective, l’autorité élaboreédifice cohérent et structuré un dans lequel efficacité et raison se conjuguent pour offrir au souverain une gestion idoine de son patrimoine : la Liste civile. Pour résumer, cette Liste civileest constituée d’une part d’une dotation fixedel’État et, d’autre part, du Domaine de la Couronne, c’est-à-dire de biens immobiliers qui permettent au chef de l’État d’assurer sa fonction et de soutenir son rang.Il s’agit de tirer la leçon du passé et de mettre en place une structure de protection appelée «Comité des affaires contentieuses de la Couronne: outre » qu’elle sera composée de personnalités choisies en fonction de leurs compétences, elle comprend aussi, au sommet, un proche de l’Empereur qui, imprégné des consignes du monarque, saura porter cette construction à un haut degré de perfection. D’ailleurs, l’Empereur connait à fond les éléments qui passent entre ses mains, doté d’une excellente mémoire et d’une volonté de tout voir passer sous ses yeux: en particulier les mémoires rédigés par l’Intendant-Général sur une foule de thèmes intéressant la Liste civile (J.-A. Chaptal,Mes souvenirs sur Napoléon. Paris, Mercure de France, 2011, p. 150 : «son état de maison était à la fois un modèle d’ordre et d’économie»). En définitive, c’est avec une constante vigilance que les membres s’acquittent de leur mission ; de bout en bout, ils témoignent d’une indéniable connaissance des dossiers et livrent leur interprétation de spécialistes du droit sur des sujets souvent ardus. Cela permet soit d’écarter des écueils qui affaibliraient les droits du chef de l’État – notammenten clarifiant l’étendue de ses devoirs –, soit de conforter des droits qui pourraient être ultérieurement contestés. En levant les doutes qui
9