//img.uscri.be/pth/1ef088327357ae07ac8f1b8b01a0e0c11eaecd9a
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'unité sacrée, principe du langage mégalithique

De
124 pages
Stonehenge, les alignements de Carnac… Ces sites sacrés demeurent mystérieux. La civilisation mégalithique reste muette. L'auteur s'appuie sur les mystérieuses pierres bleues de Stonehenge pour fonder son hypothèse de l'unité sacrée, un concept qui va faire parler les pierres. Ce prisme de lecture nous permet de retrouver la vision de l'univers et donne des indications sur les croyances religieuses. La notion d'unité sacrée restitue le langage de nos ancêtres, celui du symbole.
Voir plus Voir moins
ISBN : 978-2-34-30065-512e3tSnoeneh, ges leigalemen stnC edanrautanc a sitt decaérses emru sedstmyt an puxieérohl ruoedom emmrg éel snr.eM lade la scprogrès ic ailivcneil ,ealéghiittisa monteet eumertsuq ees ocêtrs an. Nosec énnodnaba tnesrrie pesndra gsreiad eénnl ,sl  ia y s dellmi seds ne.sE  topes laissant videéhcac egrèirred , nttaursaes mlee cnartitêerro es ble cepourocs ar pr timele ànt elbpmiscca isses.Lautetructioned socsnudp al nesusieérstmys le rus eiuppas rue pohengtonede Seu sb elrrsep eiréac sté pes Ce.b serreiuq seuelondeur fn hyr sosè eophtuinedl  orereuv lntvoa d eial emoc hérpi ont fait coule rebuaocpud ecnas étinul ed tppae irfaa  véecragil uéMnod neisonceLe cme. thisec eis srpmordnet enffdis teuvsop eirrselrrel ses fait c. Il nouiacisng ,omitnos daocheeur ns lsemrof srp siam  dtsenérurles anteetl ceutera  un mégalithique.Cal evic silioitarant lntniu dtévisi la uveretroedr em tp reonsur ieulicrtpae smirp nud srevartujourdhvision acneisn ,tnl sea voe ieyaom c lmevinu,sred nol eigie relncesroya eicecttd  esusestju, ontisalivitroffe sel tnairue. Ellui dispanoené ag eonsud  iesicndmele dntl ruc seoitas snti édnueér asrctue estilang le n ed egatêcna soel cs,resyu  dui sofruin soprul a réalisation deuel c srtsnotcurnsioLa. ot nn ioagém snoitcurtsncos dee qutimaigni egnat eiv anul y s. Iiquelithjuotsruohpot a e CulishrolmbPae.èter  néelc racairé par  été attrrie pes een, esc élbmesssorg sees pnt l deslansantnaximmaemn toonpl dges anétlnadseénli , es tions qui ont asdu eed sicivilas, éei qué itcrsa éncevasesfa tmergé lexion a éd  elnuc noectp m àetr fuu  As.eér as ed eruseeurslusies p sitiaerllné simf iollreu enc vilisiation endormie.uoj el ul snad rr oispeeiév rdeetpml  eniis.sA  ouv cet a vragesoqieuiLhtémagga eLang du cipeprin ,eércas étinuLol 
so, c   y   ol
L unit sacr e, principe du Langage m gaLithique
pl co
 èy  , c
 
         Lunité sacrée Principe du langage mégalithique
 
Paul Christophe        Lunité sacrée Principe du langage mégalithique  Stonehenge, Carnac et autres mystères résolus                    
 
                Illustration de couverture : Beaghmore (Comté de Tyrone Irlande), daprès Harbison, © Thames and Hudson              © LHarmattan, 2013  5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-343-00565-2 EAN : 9978-2-343005652  
 
 
 
 
 
Chapitre 1
STONEHENGE : le temple universel
      Stonehenge (Wiltshire, Grande Bretagne) est lun des plus étranges sanctuaires du Néolithique. Son architecture particulière la rendu célèbre bien au-delà des frontières de lAngleterre. Malgré les avancées, le monument reste toujours une énigme. Pendant longtemps, Stonehenge a été considéré comme une sorte de calendrier servant à des visées astronomiques pour prévoir des moments importants de lannée. Actuellement, il semblerait que ce soient les rayons du solstice dhiver qui se projettent dans lédifice et non ceux du solstice dété comme cela était admis depuis longtemps.  Les hypothèses les plus récentes assimilent Stonehenge à un lieu de guérison. Ce sont notamment les fameuses pierres bleues qui porteraient ce pouvoir thérapeutique. On a retrouvé des fragments de ces pierres dans des tombes avoisinantes. Les fouilles de 2008 ont apporté des éléments de datation mais nont pas permis dexpliquer larchitecture particulière du monument qui a été remanié à de nombreuses périodes. La
 
 
compréhension de lédifice était-elle perdue à jamais ? Inversement, pourquoi la solution ne serait-elle pas à notre portée, inscrite dans le plan du site ? Une solution simple, accessible à tout le monde. Notre étude repose sur larchitecture du monument tel quil a été restitué ar les archéolo ues dans sa dernière hase :
 
Fig. 1 : Stonehenge reconstitué.  1) Description  Le monument est composé de plusieurs « couches » concentriques, étudions-les de lextérieur vers lintérieur. Nous sommes tout dabord confrontés à une « enceinte », formée d'un fossé et dun talus de terre qui entoure lédifice de pierre. Celui-ci, de diamètre moindre, est lacé au centre de ce cercle :
Fig. 2 : Stonehenge et son « enceinte ».
 
 8
 
Au niveau de cette enceinte sabouche « lAvenue », également bordée dun fossé et dun talus. Cette Avenue est rectiligne sur plusieurs centaines de mètres puis change deux fois de direction pour rejoindre la rivière Avon. La longueur de lAvenue est denviron 3 km :  
 
 Fig. 3 : Stonehenge et lAvenue.  La pierre la plus célèbre du site est la Heel Stone qui est placée dans lAvenue qui rejoint le cercle de terre entourant lédifice mégalithique (fig. 2) . Cest sur elle que se lève le soleil au solstice dhiver pour projeter ses rayons au centre de lédifice. Le premier cercle de pierres est formé de blocs de trilithes de hauteur constante (un trilithe = trois pierres, pouvant être comparées aux montants d'une porte coiffée d'un linteau). Les linteaux des différents trilithes se touchaient de telle sorte, que vu de haut, le cercle périphérique était continu. Les deux montants possédaient un tenon sur leur sommet dans lequel venait semboîter une cavité ménagée dans les linteaux. Juste à lintérieur du cercle extérieur de trilithes se situe un cercle de pierres bleues ( fig. 1 et 2 ). Celles-ci sont relativement petites et cachées par les trilithes. Ces pierres qui prennent des reflets bleutés une fois mouillées et fraîchement taillées avaient une importance capitale pour les constructeurs qui les ont cherchées à plus de deux cents kilomètres (Monts Preseli, Pays de Galles). Elles ont fait couler beaucoup d'encre, on leur a attribué diverses significations : pierres magiques pierres thérapeutiques.
 
 9