La désobéissance : un moteur d'évolution

De
Publié par

Si on explore l'histoire des hommes, de leurs civilisations ou de leur culture, on y transgresse constamment l'ordre établi. Ceux qui désobéissent paient parfois leurs actes de leur vie ou de leur liberté. L'objet de cette étude est de s'interroger avec curiosité sur les actes de désobéissance et de questionner la légitimité du présent face aux juges du futur. De là à faire de la désobéissance un moteur incontournable de l'évolution...
Publié le : dimanche 1 mai 2011
Lecture(s) : 45
EAN13 : 9782296803725
Nombre de pages : 136
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
 
 
 La désobéissance :
un moteur dévolution
                         
Derniers ouvrages parus
Questions Contemporaines Collection dirigée par J.P. Chagnollaud, B. Péquignot et D. Rolland   Chômage, exclusion, globalisation Jamais les « questions contemporaines » nont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions Contemporaines » est doffrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective.    André CHAGNON,Malades et médecins : pour mieux se comprendre, Eux et nous, 2011. Philippe DELOIRE,Et si la France disait oui à lEurope, 2011. Jean MONTANIER et Alain AQUILINA,Violences, loi du silence, loi du plus fort, 2011. Dominique ROTH,Economie et psychanalyse. Le progrès en question, 2011. Claude OBADIA, Les lumières en berne Réflexion sur un présent en ? peine davenir., 2011 Levent ÜNSALDI,Le développement vu de Turquie, 2011. Maurice T. MASCHINO,Cette France quon ne peut plus aimer, 2011. Véronique WASYKULA,RMI : vous devez savoir, 2011. Antoine BRUNET, Jean-Paul GUICHARD,LImpérialisme économique. La visée hégémonique de la Chine, 2011. Louis R. OMERT,Le Sursaut. Essai critique, social et philosophique, 2011. Jean-Pierre DARRÉ,De lère des révolutions à lémancipation des intelligences, 2011. Jean-Pierre LEFEBVRE,Pour une sortie de crise positive,Articuler la construction autogestionnaire avec le dépérissement de lÉtat,2011. Jean-René FONTAINE et Jean LEVAIN, Logement aidé en France, Comprendre pour décider, 2011. Marc WIEL,Le Grand Paris, 2010. Theuriet Direny,Idéologie de construction du territoire, 2010.  
Valérie Le Héno        La désobéissance :
un moteur dévolution
                       LHarmattan
                                © LHARMATTAN, 2011 5-7 rue de lÉcole-Polytechnique ; 75005 Paris , http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-54422-2 EAN : 9782296544222 
Introduction 
Le monde évolue et sa nature même nous interdit de lenvisager figé dans un état statique. Les sociétés humaines se sont forgées à force de heurts entre le pouvoir - quil soit législatif ou exécutif - et les populations. Les hommes ont inventé des règles morales, juridiques et institutionnelles afin de codifier leurs organisations ; elles diffèrent dans lespace et dans le temps, mais aucune na résisté à lépreuve de lévolution. Ces règles ont pour rôle dassurer un équilibre entre un pouvoir et sa population. Les lois ont été créées pour réglementer les rapports humains, les organiser sans compromettre lessence du vivant. Les moteurs de codification des sociétés humaines ont toujours été lobjet de réflexions et de débats politiques et/ou philosophiques. Le droit évolue lui aussi, en ce sens que des interdits dhier sont aujourdhui des droits.
Nous sommes passés dune organisation de systèmes humains pouvant vivre en autarcie ou semi-autarcie à une spécialisation pointue des rôles de chaque individu et à une interdépendance totale de lindividu par rapport à tous les autres, ainsi que des nations entre elles. Chacun tente de trouver une place dans cette organisation et pour assurer sa survie, il devient un maillon de lorganisation densemble. Depuis le dix-neuvième siècle, lévolution des sociétés humaines a connu une accélération qui ne semble donner aucun signe de ralentissement. Cette évolution sest emparée de tous les pôles dorganisation : le social, le politique, léconomique et le scientifique.
Lidée de la démocratie est issue de ces débats, elle est le résultat de combats et de résistances de peuples ou de groupes humains pour faire évoluer et provoquer les changements qui ont permis à certains Etats de sortir dorganisations politiques totalitaires. Les connaissances humaines, si elles ont évolué en
7
tant que telles se sont aussi dispersées quantitativement. Ainsi, les populations sont de plus en plus instruites et éduquées alors que jusquà peu, linstruction était réservée aux élites. Cette dispersion qualitative et quantitative des informations et des connaissances a conduit des individus, des groupes humains de plus en plus nombreux à accéder à une prise de conscience accrue sur leurs conditions dexistence. Nombreux sont ceux qui aujourdhui, cherchent à assurer bien plus que leur survie immédiate et personnelle. On assiste à lémergence, qui dépasse de loin le seul cercle restreint de la poignée dintellectuels dantan, dune société avertie, informée et curieuse, en proie aux incertitudes quant à son avenir et à la justice. Ces questions sont devenues un débat sur la place publique et se fédèrent en des organisations humaines qui constituent un contre-pouvoir à lintérieur même des nations : la société civile qui sorganise autrement que par le recours aux partis politiques et qui alerte et informe, réfléchit et fait des propositions sur de nouvelles façons dorganiser les espaces humains. La morale sest élevée elle aussi au-dessus des normes religieuses ou politiques. Lindividu nen est plus à considérer le pouvoir comme intouchable ou irrévocable : des voix sélèvent et la contestation aussi. La conscience des populations les guide vers des prises de responsabilités quon peut associer à une éthique des droits de lHomme. Les contestations à lordre établi ont toujours existé, elles revêtent des formes variées. Elles sont des moyens utilisés pour sériger contre le pouvoir et introduire des mutations, de nouvelles normes contre lobsolescence de certaines règles dorganisations humaines. Les formes de contestations qui mintéressent ici relèvent de la désobéissance à lordre établi par certaines formes de résistances. Le vingtième siècle a vu fleurir différents types de désobéissances qui ont eu pour conséquence dintroduire les changements nécessaires à lévolution du monde. La désobéissance est toujours le fruit dune prise de conscience. Certains se sont essayés à théoriser à partir de la désobéissance, dautres la jugent comme linstrument incontournable des changements indispensables et jusquà la considérer comme à introduire dans les systèmes juridiques en lui accordant une légalité.
8
Jai organisé le propos autour de trois pôles : une tentative de définition qui prend en compte les différentes analyses qui vont des philosophes anciens et récents à des tentatives de définitions comme celles de Henry David Thoreau1 et du Mahatma Gandhi2 dHannah Arendt puis3  àcelle de José Bové et Gilles Luneau4 pour aboutir à lanalyse de Jean-Marie Muller. Jai tenté de retracer un historique des actes de désobéissance qui remontent à lAntiquité et qui peuvent avoir revêtu des formes très distinctes, ainsi que la notion de désobéissance telle une dimension intrinsèque de lhomme dans sa perception de tout acte héroïque qui sinsurge contre linjustice. Enfin je vais tenter dentrevoir les perspectives de la désobéissance au service de léthique des droits de lHomme comme un moyen efficace pour propulser les droits fondamentaux au-delà de leur idéalité.
                                                1Henry David Thoreau,La désobéissance civile,1849. 2Gandhi,Tous les hommes sont frères,Gallimard 1958. 3Hannah Arrendt,Du mensonge à la violence,Calman-Lévy 1972. 4José Bové etGilles Luneau,Pour la désobéissance civique,Editions de la découverte 2004.
9
 
 
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.