La duchesse de Berry

De
Publié par

Les entreprises les plus folles sont souvent celles qui sont le plus près de réussir. Au début du règne de Louis-Philippe, tous les rapports confirment les inquiétudes que suscitaient dans la police les menées des Carlistes, comprenons des partisans de Charles X : Berryer est épié, le faubourg Saint-Germain surveillé et les journaux légitimistes saisis. Faut-il voir dans ces excès de zèle la volonté de certains fonctionnaires de police de se désolidariser du régime qu’ils avaient précédemment servi ? Nullement. La menace était réelle. Certes le complot des Prouvaires, aujourd’hui bien oublié, fut facilement déjoué. Pourtant 1 500 conjurés devaient cerner les Tuileries et s’emparer de la famille royale. Les chefs furent appréhendés avant tout commencement d’exécution. En revanche, la tentative de la duchesse de Berry de soulever la Vendée inquiéta vivement Paris. Les rumeurs les plus folles coururent alors. Un rapport de la Préfecture de police annonçait, le 30 mai 1832 : « Les événements de Vendée suscitent de l’émotion. Des négociations seraient en cours entre les Carlistes et les républicains. » Qui était la duchesse de Berry ? Quelles étaient ses motivations ? Pourquoi a-t-elle échoué ? Et quelles sont les raisons de la fascination qu’elle continue d’exercer ? À ces questions Jean-Joël Brégeon apporte des réponses neuves et documentées. Voici la folle expédition de la duchesse de Berry contée par l’un des meilleurs spécialistes de la Vendée et de la Contre-révolution. »
Publié le : vendredi 12 septembre 2014
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791021002326
Nombre de pages : 304
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
-:HSMIOH=XYXXVV:
C
LA DUCHESSE DE BERRY JeanJoël Brégeon
La Duchesse de Berry
DU MÊME AUTEUR
Carrier et la Terreur nantaise, Perrin, Paris, 1987, rééd. 2002 LÉgypte française au jour le jour, Perrin, Paris, 1990, rééd. 1998 ; sous le titreLÉgypte de Bonaparte, Tempus, 2006 Les Grimaldi de Monaco, Critérion, Paris, 1991 Un rêve dAfrique. Administrateurs en OubanguiChari, Denoël, Paris, 1998 Le Connétable de Bourbon, Perrin, Paris, 2000 Kléber, « le dieu Mars en personne », Perrin, Paris, 2002 Napoléon et la guerre dEspagne18081814, Perrin, Paris, 2006
En collaboration
La Guerre de Vendée et le système de dépopulation. Texte de Gracchus Babeuf. Avec R. Scherer. Tallandier, Paris, 1987. Rééd. Paris, Le Cerf, 2008
Contribution
La ContreRévolution, sous la direction de Jean Tulard, Perrin, Paris, 1990
Traductionadaptation
Les Guerres américaines. Lindépendance, de Indro Monta nelli et Mario Cervi, Atlas, Paris, 1985
JEANJOËL BRÉGEON
LADUCHESSE DEBERRY
TALLANDIER
© Tallandier Éditions, 2009 Tallandier Éditions, 2, rue Rotrou, 75006 Paris
Avantpropos
Introduction :
Chapitre premier Chapitre II Chapitre III Chapitre IV Chapitre V Chapitre VI Chapitre VII Chapitre VIII Chapitre IX Chapitre X Chapitre XI Chapitre XII Chapitre XIII
Chapitre XIV Chapitre XV Chapitre XVI Chapitre XVII
Sommaire
Tableau physique et moral de la France
La sainte famille Un duc à marier Maria Carolina Luisa di Borbone Des fastes et des ombres Meurtre à lOpéra Berry le Bon Lenfant du miracle Une autre vie Les délices de Rosny Les voyages de Madame Les Trois Glorieuses Un exil impatient Les derniers feux de la Vendée militaire 1832 : lannée terrible Un échec cinglant Fugitive, recluse et trahie Chateaubriand et Madame
11
17
27 39 51 65 79 93 107 119 131 143 159 173
185 199 215 233 251
Conclusion :
Annexe 1
Annexe 2 Annexe 3
Annexe 4 Annexe 5
Annexe 6
Chronologie Bibliographie Index
LA DUCHESSE DE BERRY
Madameromanesque et romantique
La maison de Madame, duchesse de Berry Déclaration de Louvel à son procès Procèsverbal de laccouchement de la duchesse de Berry, le 10 mai 1833 Victor Hugo ultraciste Honoré de Balzac et la société légitimiste Les louves de Dumas
265
273 274
276 279
283 288
291 293 297
Elle avait une robe de satin bleu pâle dans les profils miroi tants de laquelle le jeu des lumières frémissait, et du sein de tout cet azur,la vraie parure des blondes,elle étalait le candide éclat, la souple et douce majesté dun cygne vierge. La rêverie de ses yeux limpides, la netteté de son profil de basrelief antique auraient pu lexposer au reproche de froideur quencourt la trop grande perfection ; mais le vermillon de ses joues, aussi éclatant que la bande écarlate de ses lèvres, montrait assez que, sous le marbre éblouissant de blancheur, il y avait un sang vivant qui ne demandait quà couler pour la gloire de lamour.
Barbey dAurevilly, Une vieille maîtresse, 1851
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi