//img.uscri.be/pth/51467f4762fa0c86c181725cab166b1f459f2773
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La franc-maçonnerie dans tous ses états

De
207 pages
Ni religion, ni secte, ni parti politique, la Franc-maçonnerie est présente sur les cinq continents de notre planète. Bien que ses formes soient diverses et parfois même antinomiques, elle a joué un rôle important auprès des instances politiques mondiales. Cet ouvrage poursuit l'investigation engagée sur cette grande organisation qu'est la Franc-maçonnerie dans le livre "Franc-maçon... malgré tout".
Voir plus Voir moins

Max DERAISON

LA FRANC-MAÇONNERIE dans tous ses états

L'Harmattan

Du même auteur:
Franc-Maçon... malgré tout, L'Harmattan.

L'original de cet ouvrage est déposé à la

Société des Gens de Lettres
Hôtel de Massa 38 rue du Faubourg St Jacques 75014 PARIS

sous le numéro: 2004.08.0263

En application de la loi du JI mars 1957 il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage sans l'autorisation de l'auteur ou du Centre français d'exploitation du droit de copie.

A Jacqueline DERAISON A mes enfants et petits enfants A mes amis Jacques et Geneviève KURKDJIAN A mon ami Michel GUINART A tous mes Frères et Sœurs de la Franc-maçonnerie de tradition républicaine et laïque

«Dire la vérité est utile à celui à qui on la dit mais désavantageux à ceux qui la disent, parce qu'ils se font haïr» PASCAL, Pensées.

Sommaire
Préambule Chapitre 1 Franc-maçonnerie: les racines Chapitre 2 La mixité en Franc-maçonnerie Chapitre 3 Franc-maçonnerie et laïcité Chapitre 4 De la démocratie en Franc-maçonnerie Chapitre 5 Franc-maçonnerie et politique Chapitre 6 Les loges anesthésiées ou les conséquences de la « politicophobie » Francs-maçons
G los s aire.

.11

.15

49

65

105

151

183 .199

célèbres

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .207

Préambule
Par notre ouvrage précédent Franc-Maçon... malgré toutl, nous avons voulu montrer le caractère très attachant de la vie des francs-maçons dans l'environnement de leurs loges. Cependant, en toute objectivité, et en toute honnêteté également, nous avons évoqué bien des défauts des franc-maçonneries et, en particulier, ceux observés en France. En soulignant toutes les équivoques, toutes les dérives, voire, hélas, les déshonorantes entorses aux règles les plus élémentaires de la probité, nous avons évoqué les graves atteintes ainsi portées par quelques-uns, à l'ensemble de la communauté maçonnique. Pour tout dire, en toute justice, nous avons dénoncé l'affairisme de certains maçons et non des moindres. Ceux-là, déforment injustement l'image de l'institution elle-même, aux yeux de l'immense majorité des Frères qui, en toute bonne foi, n'attendent pas de la franc-maçonnerie d'autres avantages que de se parfaire sur le plan moral et intellectuel. Quant à l'opinion publique profane, c'est - hélas - à juste titre qu'elle peut se permettre des jugements peu flatteurs, résultat des amalgames inévitables entre gredins et irréprochables. En toute objectivité, nous avons voulu faire le point sur l'état de la franc-maçonnerie dans toutes les parties du monde où elle a une existence légale. Elle y affecte différents visages suivant les pays, et nous savons que,
1 L'Harmattan, parution en 2002.

sur des territoires immenses où vivent pourtant des milliards d'humains, elle n'a pas de visage. Et pour cause: elle n'a pas le droit d'y exister! D'autre part, dans la franc-maçonnerie mondiale, nous avons mis en évidence une dualité entre deux grands courants fondamentalement opposés - sur le plan doctrinal, s'entend -: la maçonnerie dogmatique et une autre, non dogmatique, cette dernière caractérisant la plus grande partie de la franc-maçonnerie française. Nous avons fait apparaître, encore, le décalage dans les comportements des maçons de la Province et ceux de la Capitale. Entre ceux qui constituent le gros des effectifs et ceux qui assument la direction des obédiences. Nous avons dénoncé aussi le régime du «Centralisme démocratique» - de fâcheuse mémoire - mais tout de même mis en application de facto dans la majeure partie des obédiences françaises. Cependant, l'espérance n'abandonne jamais le FrancMaçon. Déjà, depuis plusieurs années, notamment sous l'impulsion de son Grand Maître, le philosophe Michel Barat, la Grande Loge de France paraissait vouloir rétablir désormais le rapprochement naturel avec les Obédiences françaises non dogmatiques telles que le Grand Orient de France et le Droit Humain. Et, il y avait tout lieu de s'en féliciter. Rappelons que l'éloignement de ce bloc français, à forte coloration républicaine, était souhaité par la Grande Loge de France dans le cadre d'une «stratégie» (sic) réputée nécessaire dans le contexte actuel de la mondialisation. En effet, les instances dirigeantes d'alors, caressaient le projet de faire avancer l'Obédience sous la bannière de la spiritualité; toutefois, sans trop insister sur la nature exacte de cette orientation philosophique. Donc, 12

en se gardant bien de préciser le sens qu'elles entendaient donner à ladite «spiritualité» dans ses applications maçonniques! Pourtant l'idée d'une spiritualité laïque a fait son chemin dans les esprits et les cœurs de beaucoup de Frères de cette grande obédience maçonnique française qu'est la Grande Loge de France. Dans l'ouvrage que nous proposons aujourd'hui, nous ouvrons, implicitement, le vaste dossier d'une francmaçonnerie «idéale» dans laquelle aucun membre n'accepterait d'imposer quelque croyance que ce soit à ses Frères, fût-ce par des moyens obliques tout à fait contraires à notre tradition et à notre éthique. Dans le droit fil des Constitutions d'Anderson de 1723, la franc-maçonnerie française a traversé les XVlllème et XIXème siècles en se démarquant de l'influence maçonnique anglo-saxonne dogmatique. On sait que cette dernière n'admet pas dans ses loges l'athéisme et l'agnosticisme; de plus, elle pratique l'exclusion systématique de tous ceux qui se réclameraient de ces options philosophiques. Dans le présent ouvrage, nous nous proposons de pérenniser, au sein de cette franc-maçonnerie idéale et partant - virtuelle, la liberté de conscience la plus absolue et de ne prononcer aucune exclusive à l'encontre de personne pour ses convictions religieuses ou philosophiques. Naturellement, cette règle ne peut s'imposer aux tenants d'un régime maçonnique dogmatique qui, par exemple, exigerait de ses adeptes la croyance en un dieu quelle que soit l'identification de celui-ci. On peut être respectueux de toutes les opinions 13

sans pour autant se dispenser des limites nécessaires visant à écarter les ennemis de notre Idéal. En conséquence de ce principe, il va de soi que le devoir d' autoprotection contre toute forme de totalitarisme, dans quelque domaine que ce soit, politique, religieux, ou maçonnique, exige un certain nombre de dispositions propres à combattre le danger totalitaire. Ainsi, intégristes de tout acabit, fascisants antirépublicains, n'ont évidement pas leur place dans cette franc-maçonnerie-Ià, pas plus d'ailleurs que dans toute autre. M.D.

14

« Fruits et racines ont même commune mesure qui est l'arbre»

Antoine de Saint-Exupéry, Carnets.

Chapitre

1

Franc-maçonnerie: Les racines

La Franc-maçonnerie a été présentée au grand public sous différentes images, alternant celle d'une abominable arme de guerre contre l'Eglise catholique, avec celle d'une véritable religion de substitution. Comme pour tout mouvement d'ordre politique, philosophique, culturel, voire simplement didactique, elle a fait l'objet de la curiosité publique et, surtout de la part de critiques de toutes disciplines. Une enquête sur les buts, fins et moyens d'une telle institution se révèle particulièrement ardue. Aux yeux de beaucoup de profanes, la franc-maçonnerie aurait un handicap sérieux par la pratique du secret qui semble l'envelopper. Il nous est dit: « Votre institution est sans doute fort honorable et intéressante mais le secret qui préside à ses activités est assez gênant pour les gens qui 1' observent de l'extérieur». La réponse à cette 0bj ection est immédiate: Est-ce que n'importe qui peut assister à une réunion d'un parti politique - même d'un club sportif - auquel il n'appartient pas, ou encore, à une séance de conseil d'administration d'un quelconque organisme, s'il n'a pas qualité pour y siéger? Quoique vivace, cette légende du « secret maçonnique» est manifestement fausse. Il ne se passe pas d'année - voire de semestre - sans que les hebdomadaires

publient, chacun avec force détails, leur numéro « Spécial franc-maçonnerie }).On peut alors se poser la question: Où commence et où finit le secret? Tout le monde ne peut pas assister à une tenue(*) maçonnique. La belle affaire! ... Peut-on se présenter à la réunion privée d'une association de quelque nature qu'elle soit, si l'on ne fait pas partie de ladite

association?

-

Bien évidemment,

non. Le secret

maçonnique, - si secret il y a -, est essentiellement limité à celui d'appartenance à l'ordre maçonnique. Aucun maçon n'a le droit de révéler la qualité maçonnique d'un de ses Frères... mais il est totalement libre de faire état de la sienne. Toutefois, on ne peut empêcher personne de faire des rapprochements entre celui qui révèle sa propre appartenance maçonnique et ceux qu'il fréquente assidûment. Pour le reste, la bibliographie de toutes les obédiences confondues, les librairies spécialisées et, même, les marchés de brocantes, sont suffisamment fournis en ce genre de littérature pour que le secret maçonnique soit apparenté à celui de... Polichinelle. Il est très facile de trouver commodément les rituels de tous degrés et de tous les rites, ainsi que des objets maçonniques les plus divers: cordons, tabliers, épées, etc... Il suffit de.. .les acheter! Le capital moral de la Franc-maçonnerie ne lui vient pas seulement de ses écrits ésotériques ou non, mais plutôt de ceux d'auteurs non maçons, tel Jules Romains, par exemple. En outre, dans le cadre de l'activité antimaçonnique du gouvernement de Vichy de 1940 à 1944, des expositions itinérantes avaient été organisées dans toute la France. Des films furent proj etés dans les salles des grandes et moyennes villes du pays; des expositions itinérantes 18

furent ouvertes gratuitement au public. Dans certaines communes, les services officiels invitaient la population à la visite des locaux maçonniques; à cette occasion, les visiteurs pouvaient lire les listes de leurs concitoyens francs-maçons. Etaient-ce là des secrets de nature à jeter l'opprobre sur ces hommes déjà connus pour leur très bonne réputation? Tel devait être le projet inavoué de ces services de propagande antimaçonnique. Toutefois, les responsables desdits services s'aperçurent très rapidement que l'effet de leur action dans ce domaine, n'était pas celui qu'ils escomptaient, tout au contraire. Le ministère de l'Intérieur interrompit alors, sine die, cette forme d'activité qui ressemblait trop à une... contrepropagande! Evidemment, cet événement s'est accompagné souvent d'une réprobation à l'égard des Autorités du moment, renvoyant ainsi au fameux gag cinématographique de « l'arroseur arrosé» ! Hélas, la désignation à la vindicte publique de tous ces citoyens francs-maçons ne se limitait pas toujours à un affichage. C'était souvent par des actions plus spectaculaires que la force se manifestait à l'encontre des Français soupçonnés, seulement, d'antipathie à l'égard du régime dit de Vichy. De nos jours, dans les foires dites «vide-greniers» traînent encore mille et une affiches, brochures ainsi que des livres édités durant cette période des plus noires de notre Histoire de France. On peut aujourd'hui se les procurer à vil prix et, souvent, pour les vendeurs, c'est avec difficulté qu'ils trouvent preneurs. Même pour des collectionneurs les plus avertis, le fameux secret maçonnique n'a toujours pas été percé; cela, en raison même de sa nature... virtuelle, pourrait-on dire! 19

Cependant, la hargne anti-maçonnique généralisée et brutale, a été le fait d'une classe de Français aristocrates, pétris de monarchisme et d'intégrisme religieux; elle a porté à

l'encontre

du

peuple « d'en-bas»

- comme

on dit

aujourd'hui -, une répression implacable. Une jeune institutrice âgée de 23 ans a témoigné dans les termes ci-après, sur les agissements du gouvernement de l'Etat français: « C'est mon appartenance à la Franc-maçonnerie qui m'a valu, en 1941, la révocation. L'ordre de cesser mes fonctions sur-le-champ m'a été remis dans ma classe, à neuf heures et demie, le 24 octobre. C'est la plus rude épreuve de ma carrière. Peu de chose, bien sûr, comparée à tant d'autres faits de l'époque, autrement terribles et tragiques. Mais ce fut tout de même un choc. En rassemblant mes affaires personnelles au milieu de mes élèves en pleurs, de mes collègues bouleversés, j'étais la proie d'une émotion violente, faite de rage impuissante, d 'humiliation injuste, de crainte de l'avenir, de désir de revanche, et de fierté aussi, oui, d'un fier sentiment de supériorité morale et de valeur spirituelle sur ceux qui dictaient de si absurdes et mesquines mesures. Ah ! non, je n'oublierai pas... ! J'ai été réintégrée le 8 octobre 1944. »2 La bibliographie historique portant sur cette période d' août 1940 à août 1944, fournit en abondance des exemples similaires à l'honneur de tous ces hommes et femmes francs-maçons confrontés aux affres du totalitarisme et, directement, aux diverses milices stipendiées dans son sillage.

2

in La république des instituteurs, Jacques et Mona Ozouf, Gallimard-Le Seuil
1992.

Editeurs

20

Curieusement, dans l' entre-deux-guerres, alors que la Franc-maçonnerie française (Grand Orient de France, Grande Loge de France et Droit Humain) avait été attaquée violemment par l'extrême-droite et, aussi, quoique à un degré moindre, par l'extrême-gauche communiste, dès après la fin de la Deuxième Guerre mondiale en 1945, elle est sortie grandie aux yeux de l'opinion publique. On s'interroge souvent sur la nature singulière de la Franc-maçonnerie. La multiplication des éditions spéciales qui lui sont consacrées dans tous les magazines hebdomadaires ou mensuels, en témoigne. Le profane qui lit avec curiosité ces publications pense souvent que l'institution maçonnique doit être comme une auberge espagnole où ceux qui la fréquentent trouvent ce qu'ils y apportent; et ce n'est ni tout à fait faux ni tout à fait vrai. Lorsqu'on l'examine de plus près dans ses formes, dans ses rouages, dans ses situations géographiques ou historiques, dans ses structures, on constate avec satisfaction qu'elle n'est pas un musée. C'est déjà ça ! Bien au contraire, c'est un organisme vivant.
- Vivant, par la nature des hommes et des femmes qui

l'habitent, de toutes origines ethniques, de tous niveaux: socioculturel, intellectuel, professionnel, religieux.
-

Vivant aussi, par la diversité des aspirations

multiples, voire hétérogènes, de ses membres. En ce début du XXIème siècle, le monde profane apparaît comme un ensemble dans lequel se répand une extrême violence, étrange parce que sans fondement bien discernable. Par leur attitude quotidienne, nos contemporains donnent l'impression d'être absorbés - voire broyés - par 21

un système de vie irrationnel qui les guiderait dans une course effrénée aux biens matériels, au toujours plus, au toujours mieux. Pour beaucoup trop d'entre eux, dès l'adolescence, cette recherche du paradis sur terre les a conduits dans l'antichambre des paradis artificiels. Mais, l'adolescence n'ayant qu'un temps, la vie des adultes est restée marquée ad vitam œternam par les réflexes ressortissant à l'immaturité. Allant toujours plus loin, l'homme ne sait pas s'il a vu et vécu mieux qu'en restant, en toute quiétude, dans son jardin ou dans sa bibliothèque; pas davantage, il ne sait s'il est plus heureux ici qu'il ne le serait là-bas. La publicité déchaînée qui s'abat sur lui tranche dans son dilemme par le slogan au sens sous-entendu: «Achetez cela et vous aurez le bonheur ». Le «cela» peut être n'importe quoi: une paire de chaussures, un voyage à Tahiti ou au Spitzberg, une voiture ou une minijupe; Boris Vian aurait ajouté à cette liste, au hasard, un pistolet à gaufres! Après une telle énumération, le Sage qui s'est fait Maçon ajoute: « Carpe diem ». Autrement dit, l'homme de notre époque semble malade en raison de son incapacité à rechercher la sagesse dans ses pensées et dans son action. Il n'est pas du tout sûr que l'entrée dans la vie maçonnique puisse parvenir à modifier les inclinations modernes mais, en toute hypothèse, au mieux, elle peut dans certains cas les réorienter. On trouve en franc-maçonnerie toutes les sortes d'individus pensants: mystiques, croyants fervents ou dilettantes, non-croyants rationalistes, spiritualistes, agnostiques, politiques, clubistes. De cette liste hétéroclite et non exhaustive, naissent beaucoup de 22