La Médecine en Nouvelle-France

De
À Montréal, depuis sa fondation en 1642 jusqu’à sa capitulation en 1760, soit pendant plus de 118 ans de Régime français, les soins de santé de la population civile et militaire furent assurés uniquement par des chirurgiens. En effet, aucun médecin diplômé d’une université européenne ne vint pratiquer sa profession dans le gouvernement de Montréal, à la différence de Québec qui, en sa qualité de siège du gouvernement, de l’amirauté et de l’état-major, bénéficia des soins de quatre médecins. Cependant, même à Québec, comme dans toute la Nouvelle-France, la très grande majorité des soins aussi bien médicaux que chirurgicaux fut assurée par des chirurgiens.L’absence de docteurs en médecine ne semble pas avoir été préjudiciable à la santé de la population. À cette époque de guerre avec les autochtones et avec les Britanniques, avec une population relativement jeune, c’était surtout de soins chirurgicaux dont la population avait besoin. Il fallait davantage traiter les lésions traumatiques accidentelles et les blessures de guerre.En se servant des actes notariés, des actes de baptême, de mariage, de sépulture, en utilisant les archives judiciaires, les décisions du Conseil souverain et la correspondance entre le ministre de la marine et les gouverneurs de la Nouvelle-France, Marcel Rheault dresse un portrait inédit de ces hommes, qu'ils soient chirurgiens de bateau, chirurgiens-barbiers ou chirurgiens militaires, qui ont grandement contribué à l'épanouissement de la colonie. Il nous fait ainsi découvrir la réalité de la médecine en Nouvelle-France.
Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 6
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896643691
Nombre de pages : 340
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Marcel J. Rheault
LA MÉDECINE EN NOUVELLEFRANCE
Les chirurgiens de Montréal 16421760
septentrion Extrait de la publication
la médecine en nouvelle-france Les chirurgiens de Montréal 1642-1760
Extrait de la publication
Marcel J. Rheault
la médecine en nouvelle-france Les chirurgiens de Montréal 1642-1760
s e p t e n t r i o n
Les éditions du Septentrion remercient le Conseil des Arts du Canada et la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) pour le soutien accordé à leur programme d’édition, ainsi que le gouvernement du Québec pour son Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres. Nous reconnaissons également l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Pro-gramme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition.
Photo de la couverture avant :Arrivée des Hospitalières de Saint-Joseph à Ville-Marie en 1659. Verrière en exposition permanente à l’entrée du pavillon de Bullion, Hôtel-Dieu du Centre hospitalier de l’Université de Montréal. Dessin de James McIsaac et vitrail de M. Poggi. Œuvre réalisée en 1954. Illustrations de la couverture arrière : e e Pots-canon et chevrettes de pharmacie. Faïence, France, fin duxviiet début dexviiisiècle. e Palette à saignée. Étain, France,xviiisiècle. Ces objets font partie de la collection des Hospitalières de Saint-Joseph de l’Hôtel-Dieu de Montréal et ont été photographiés par Gilbert Langlois. Révision : Solange Deschênes Chargé de Projet : Roch Côté Mise en pages et maquette de la couverture : Folio Infographie
Si vous désirez être tenu au courant des publications des ÉDITIONS DU SEPTENTRION vous pouvez nous écrire au 1300, av. Maguire, Sillery (Québec) G1T 1Z3 ou par télécopieur (418) 527-4978 ou consulter notre catalogue sur Internet : www.septentrion.qc.ca
© Les éditions du Septentrion 1300, av. Maguire Sillery (Québec) G1T 1Z3
e Dépôt légal – 4 trimestre 2004 Bibliothèque nationale du Québec ISBN 2-89448-402-X
Extrait de la publication
Diffusion au Canada : Diffusion Dimedia 539, boul. Lebeau Saint-Laurent (Québec) H4N 1S2
Ventes en Europe : Distribution du Nouveau Monde 30, rue Gay-Lussac 75005 Paris
Avant-propos
ans la préparationd’un mémoire pour l’obtention du diplôme de D maître ès arts dans le programme d’histoire de la Faculté des études supérieures de l’Université de Montréal — mémoire intituléRôle des Le chirurgiens-barbiers et des chirurgiens militaires sur la santé et la vie quoti-dienne des Montréalais sous le régime français (1642-1760) —,l’auteur a eu besoin de créer un répertoire de tous les individus qui ont été identifiés comme chirurgien dans les actes officiels du gouvernement de Montréal pendant cette période. Comme sources primaires pour la création de ce répertoire, l’auteur a utilisé les actes notariés, de baptême, de mariage, de sépulture, les recense-ments du Québec ancien et les délibérations et jugements du Conseil sou-verain. L’accès à ces documents a été facilité par l’utilisation des techniques informatiques, comme le logiciel du Programme de recherche en démo-graphie historique du Département de démographie de l’Université de Montréal et par le logicielLe Parcheminla Chambre des notaires du de Québec. Dans ces documents officiels, on retrouve 137 personnes dont la profession est reconnue comme étant celle de chirurgien. Les sources primaires ont fourni des renseignements biographiques importants sur ce groupe relativement homogène d’individus qui ont tra-vaillé ou, tout au moins, séjourné à Ville-Marie et dans le gouvernement de Montréal à cette époque. On retrouve ainsi leur lieu d’origine, le nom de leurs parents, parfois le métier ou la profession de leur père, leurs mariages et leurs descendants. Les actes notariés renseignent sur leurs activités sociales et économiques dans la cité. Autant de renseignements qui constituent la base de la biographie de chacun de ces chirurgiens. Les sources secondaires utilisées sont leDictionnaire biographique du Canada, les dictionnaires généalogiques des familles canadiennes et des familles du Québec et les publications non contemporaines de ceux qui ont colligé des notes biographiques sur les médecins de la Nouvelle-France. Ces
Extrait de la publication
8
la médecine en nouvelle-france
différentes sources ont renseigné sur la formation professionnelle, sur la pratique médico-chirurgicale et sur le rôle des chirurgiens dans la société montréalaise. Ces biographies sont loin d’être uniformes dans leur longueur et leur développement. La disparité démontre souvent l’importance relative des individus qu’elles concernent mais, parfois, elle témoigne de notre incapa-cité à retrouver des renseignements perdus, plus de trois siècles nous sépa-rant du début du Régime français.
Extrait de la publication
Les trois gouvernements en 1760. Marcel Trudel,Initiation à la Nouvelle-France, HRW, 1996, p. 110.
Extrait de la publication
Le gouvernement de Montréal en 1760. Marcel Trudel,Atlas de la Nouvelle-France, Presses de l’Université Laval, 1968, pg. 178.
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.