//img.uscri.be/pth/9b07e0faa3433d358395efe4fce7873427f1f6b3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 22,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

LA STRUCTURE DE LA RELATION

De
366 pages
L'image de soi résulte des actions combinées de nombreux paramètres. L'auteur nous fait entrevoir comment cette image inaltérable transmise par le moi dissimule un jeu de forces incessant entre pôles opposés deux à deux en la personne. La femme originelle et la femme créatrice, entités idéales, peuvent cependant se dégrader en "bobonne" ou "virago". Comme l'homme viril et l'homme réceptif virer en "macho" et "effet-minet". Ces divisions polaires de la personne, loin de lui nuire, constituent sa richesse. Riche en exemples concrets, le volume décrit avec minutie les rouages de cette structure. Il met en évidence les mécanismes propres à enrayer la dynamique relationnelle et propose ceux qui permettent de dépasser ces obstacles pour conduire à un véritable accomplissement relationnel.
Voir plus Voir moins

STRUCTURE DE LA RELATION

ALAIN MOREAU

STRUCTURE DE LA RELATION

L 'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y 1K9

Passerelles de la mémoire dirigée par Jean An1brosi

Cette collection rend compte d'un lien original entre ethnologie, anthropologie, mythologie, psychothérapie. . . Elle fait expressément état d'une intention" ethnopsychiatrique" . Bien des rites anciens ou étrangers à notre culture observés dans leur étrangeté apparente, nous remettent en contact avec nos propres rites oubliés. C'est à cet éveil que cette collection prétend participer.

Ambrosi Jean, La médiation thérapeutique. Claude Catherine, L'enfance de l'humanité.

1997 ISBN: 2-7384-5505-0

@ L'Harmattan,

Malheur à moi, je suis nuance!
.

Nietzsche

POLES, STRUCTURE

TOPOLOGIE LES ENERGIES EN PRESENCE CARACTERES DES POLES

TOPOLOGIE
Il s'agit de dresser la carte des lieux qui nous habitent et que nous habitons en retour, leurs origines, leurs caractères, dans l'individu en général puis chez la femme et chez l'homme, différentiellement L'INDIVIDU Nous ne sommes pas Un mais Deux, principe Actif et principe Réceptif, masculin et féminin, producteur et consommateur,
. .émetteur et récepteur,

.

Ainsi l'individu n'est-il indivis que dans la dualité de ses contraires:
INDIVI-DU ALITE

Ces principes, opposés et complémentaires, les pensées chinoises et indiennes en ont fait depuis toujours la nature essentielle des choses, de leurs relations et de leurs transformations, indispensables à expliciter pour qui veut comprendre les phénomènes, et qui doivent en même temps être sans cesse dépassés dans des synthèses unificatrices et ceci jusqu'au retour à l'Un qui est à la fois leur Origine et l'accomplissement qui les transcende. L'Univers entier est ainsi tissé, maillé, tramé par la fibre de ces contraires comme la pensée du rusé Ulysse! - et cela dans chacune de ses manifestations - si bien que l'on peut dire que cette trame de contraires, dont nous verrons qu'elle conjugue si bien l'endroit et l'envers de ce qui est, est l'âme même de l'Univers:

-

11

sa TR-AME Mais il y a plus: chaque pôle ne s'oppose pas seulement à son contraire, il EST son contraire: "Contraria sunt complementa" c'est la devise que le physicien Niels Borh fit inscrire sur son blason de chevalier. Ainsi pas d'activité qui ne soit réceptive - comme pas de production qui ne soit consommation (productive) - et, à l'inverse, pas de réceptivité qui ne soit active production de soi-même. Cependant, si nous avons si peu conscience de ce que nous sommes vraiment, c'est que la plupart du temps nous sommes fixés sur un seul pôle de nous-mêmes, outre que nous tenons tant, par ce narcissisme du moi qu'analysait Freud, à notre unité... ..mais, à l'inverse, chacun aura fait l'expérience de "découvrir", dans une circonstance particulière, un aspect totalement méconnu de la personnalité de qui il croyait parfaitement connaître. Lorsque nous sommes bloqués sur un de nos pôles, il a tendance à se dégrader, démultipliant ainsi et actualisant les diverses composantes de la personnalité. pôles dégradés, ce sont: . pour le pôle actif, l'agressivité . pour le pôle réceptif, la mollesse ~ollesse

(activement) RECEPTIF féminin

ACTIF réceptivement) masculin 12

aggressivité

Et si nous disons maintenant masculin-féminin au lieu d'actifréceptif, et en plaçant le féminin au réceptif et le masculin à l'actif ce dont on peut débattre à l'infini mais nous verrons que c'est immédiatement pour en inverser la topologie -, n'est-ce pas tout simplement pour ce que nous en dit la biologie, à savoir que produit du mâle et de la femelle dans la reproduction sexuée, nous sommes ces individus, tous différents, qui portons dans chacune de nos cellules les stigmates de notre double origine (point que nous développerons ultérieurement).

-

13

INDIVI-DUALITES DANS L'HOMME: LES 4 POLES

LA

FEMME

ET

DANS

Dire que nous sommes des INDIVI-DUALITES veut dire que nous avons, en chaqu'un de nous, les 2 principes: actif et réceptif, masculin et féminin, et en particulier qu'homme nous sommes de quelque manière femme et femme en quelque sorte homme. Cependant, ces "manières" ne sont pas identiques ni même symétriques: la façon dont l'homme est féminin n'est pas la façon dont la femme l'est, et la façon dont la femme est masculine n'est pas la f3:çondont l'homme l'est. Ces "façons" ne se confondent, et encore, que pour les caricatures que sont les presque-parfaits symétriques de la "virago" et du "macho" ou de l'homme efféminé (que j'appellerai "effet-minet"!) et de la "nénette". Gardons-nous donc des "synthèses molles", soupes que l'on nous sert un peu trop souvent ces temps-ci, du type "nous sommes tous des androgynes". Jusqu'à nouvel ordre, homme et femme sont de sexe différeht et c'est même ce qui les distingue!
irago
féminin masculin effet-mi et masculin féminin

Femme Créatrice

Homme

Réceptif

féminin féminin

Femme Originelle

Homme Viril

masculin mascul in

bobonne-à-tout

-faire

macho

La femme, en son rôle réceptif, est la FEMME ORIGINELLE, car elle est originellement Réceptive, dans sa nature (qui existe, contrairement à ce que certain(e)s peuvent dire!). Symétriquement, l'homme est, dans sa nature, actif. A ce pôle, il 14

est l'HOMME VIRIL. Dans son rôle actif, la femme est FEMME CREA TRICE, par son

affirmation qui est une conquête de la culture.

'

Symétriquement, l'homme, dans son rôle réceptif, est HOMME RECEPTIF; c'est aussi une affirmation-conquête de soi dans le monde de la culture. De la même façon que les Femmes Créatrices peuvent être dites avoir une forte composante masculine à coté de leur composante féminine, on peut dire que les Hommes Réceptifs ont une forte composante féminine à coté de leur composante masculine. Au contraire, Femme Originelle et Homme Viril sont unidimensionnellement femme-femme et homme-homme. Les habitués du Yi King pourront voir dans la femme Originelle, le Vieux Yin, dans l'homme Viril, le Vieux Yang, dans l'homme Réceptif le Jeune Yang et dans la femmè Créatrice, le Jeune Yin. La dégradation de chacun de ces pôles donne: coté femme originelle, la "bobonne-à-tout-faire" coté homme réceptif, l'''effet-minet'' coté homme viril, le "macho" coté femme créatrice, la "virago" Résumons Quatre pôles clés dans leurs champs respectifs : . Femme Originelle (FO) au pôle réceptif, dans la Nature-Monde . Homme Viril (HV) au pôle actif, dans le Monde-Nature . Femme Créatrice (FC) au pôle actif, dans le Soi-Culture, "niant" la femme originelle de la nature-monde . Homme Réceptif (HR) au pôle comme son nom l'indique, dans la Culture-Soi, "niant" l'homme viril du monde-nature avec chacun leurs sous-pôles dégradés: . FO ~ bobonne ou bonne-à-tout-faire . FC ~ femme virile, que ma grand'mère appelait "virago" . HV ~ macho (que les féministes appellent aussi phallocrate ou mâle impérialiste) . HR ~ efféminé (ou efféminet!) La réceptivité devient soumission ou mièvrerie (bobonne et 15

homme efféminet!), l'affirmation de soi devient agression (macho et virago). Si pour les besoins de l'analyse, nous devons "figer" les pôles par une sorte de réduction analytique, le fait même de leur caractère "dégradé", "affirmé", "refoulé"; "inhibé", montre bien leur essence dynamique, et qu'ils sont toujours, dans la réalité où on peut les observer, la résultante d'un processus. Ainsi, toute femme est femme originelle mais presque toute a, à un moment ou à un autre, refoulé en elle la femme originelle, comme toute femme est potentiellement femme créatrice mais,

jusqu'à un passé récent, presque toujours inhibée. .
Ces risques pourront entraîner, en retour, une suractivation, soit du pôle originel, qui pourra se dégrader alors en "bobonne-à-toutfaire", soit du pôle créateur, qui se dégradera en viril. De façon symétrique, l'affirmation virile est toujours menacée de "castration" et la réceptivité de l'homme intensément niée.. parceque "ce n'est pas viril"! L'homme viril sera alors tenter de renforcer ce pôle dans une suraffirmation "macho", comme à l'inverse, il peut s'efféminer à l'outrance (ainsi, l'homosexualité passive, dans nos sociétés, s'exprime-t-elle comme une caricature de féminin dans la mesure où la féminité de l'homme n'a pas droit de cité, ce qui - par un
paradoxe qui n'est qu'apparent

- n'est

pas le cas dans les sociétés

machistes ). La personnalité se forge par un jeu intensément contradictoire et dialectique des pôles contraires, s'affirmant et se contrariant. C'est ainsi qu'un macho, contrairement aux apparences, est en réaction contre la pulsion de sa féminité (comme on le voit dans la figure caricaturale du "caïd" avec ses chaussures blanches et ses cheveux gominés, et cette insulte de "pédé" qu'il a toujours à la bouche comme l'obsession à expulser à l'horizon de sa fausse virilité). Ainsi, la suraffirmation de l'actif dans la femme en réaction à son inhibition et, symétriquement, le retour impromptu de l'originel du fait de son refoulement. Ainsi, de façon. sidérante, découvre-t-on, au hasard d'une 16

circonstance, de grandes inhibées dans des super-women et des femmes originelles dans des viragos! C'est le Monde qui assigne, à tel moment et tel lieu, les rôles statutaires, reconnus comme "naturel", pour l'homme et pour la femme: jusqu'à un passé récent, originel pour la femme, viril pour l'homme. Ils les reçoivent comme l'en-soi d'une seconde nature, confirmant la première. Mais chacun, par soi, peut développer les rôles contraires de l'autre en soi: féminité en l'homme, virilité dans la femme. C'est ainsi que s'instaure la dialectique de la création de la personnalité. Elle se développe dans l'articulation des figures du Père et du Fils, de la Mère et de la Fille, puis du Grand-Père et de la GrandMère mais aussi des Amants Stellaires. Chaque pôle est en lui-même son contraire, nous l'avons vu, car il n'y a pas d'activité productrice sans consommation (productive)
préalable

-

de matières

et d'énergie

-

comme

il n'y a pas de

réceptivité qui ne soit production de soi-même. L 'homme viril est donc toujours homme réceptif-et d'autant plus viril que réceptif, contrairement aux apparences..et malgré le risque toujours là de dégradation. C'est le macho qui est fermé mais le macho est une caricature virile, comme la virago, de même qu'inversement l'homme efféminé et la bobonne-à-tout-faire sont deux modalités caricaturales de la féminité. Symétriquement, l'homme réceptif ou la femme originelle sont puissamment actifs dans leur apparente passivité mais actifs par émanation en quelque sorte, actifs dans la modalité de l'oeuvre, qu'il faut bien distinguer de l'action: l'oeuvre s'effectue de soi, dans le maintien de l'en-soi, par diffusion "passive" (le plus bel exemple et le symbole en sont évidemment la femme enceinte), alors que l'action est projection hors de soi. De son coté, la femme créatrice le sera d'autant plus qu'elle restera plus ouverte -résistant à la tentation viriloïde de singer l'homme - à sa puissance originelle.
Cette présence de son contraire en chaque pôle comme aussi du

17

féminin dans l'homme et du masculin dans la femme, (si, comme on peut le penser, elle a son origine dans la reproduction sexuée), s'actualise dans la relation avec l'autre. Cela qui signifie que la structure que nous avons figée pour les besoins de l'analyse, étant en fait toujours en mouvement et n'existant que dans l'échange continu de ses pôles, ne commence pas avec l'appréhension qu'on en a et la présentation qui en est faite mais a déjà, toujours, préalablement fonctionné. Par là chaque pôle s'est nourri, déjà, préalablement, des autres. En ce sens, nous sommes l'autre, dans notre plus intime, et notre plus riche. Ainsi rien ne commence jamais...mais, en même temps, tout semble commencer à l'instant où une analyse sensible de la réalité fait naître du sens. Car le sens est la semence du commençant: commensemencement Nous verrons plus avant comment cette dynamique se déroule en spirale: . positivement, en parcourant chacun des pôles et revenant enrichie pour une nouvelle synthèse, . négativement, en se figeant ~u se dégradant.

18

LES ENERGIES EN PRESENCE
Les principes élémentaires de l'actif et du passif comme les 8 pôles de la structure s'articulent selon deux types d'énergies: . la Force pour l'actif, aux pôles Homme Viril et Femme Créatrice . la Puissance pour le Réceptif, aux pôles Femme Originelle et Homme Réceptif . La Force se projette dans le temps, selon la séquence linéaire de la cause et de l'effet. Elle est concentrée et intense. L'intensification, qui est son exercice dans le temps, est traversée toute entière par l'intention; celle-ci procède à la fois de la tension et de l'attention. Tous ces mots sont intimement tissés de fils qui se répondent et s'entrecroisent: attention/tension/intention . La Puissance est ce qui est recelée, elle est EN-Puissance, énergie potentielle, qui s'accumule par infusion et se manifeste par diffusion. Elle émane, dans le double et un mouvement qui, telle la diastole et la systole, l'inspir et l'expir constitue la pulsation même du monde. L'image de cette diffusion pourrait être les ondes qui s'élargissent autour de la pierre jetée dans l'eau ou celles, dit-on (car qui dira jamais la jouissance féminine? sûrement pas la femme en tout cas!), dans le ventre de la femme jouissante autour des contractions du pénis. La Puissance est ainsi d'entrée double, à la fois grosse (des manifestations à venir) et vierge (du non-encore manifesté). Car là où la modalité naturelle de la Force est de se manifester, la
.

19

modalité naturelle de la Puissance est d'être. Sa manifestation est "de surcroît". Ainsi, là où la Force agit, la Puissance Oeuvre. Si l'homme d'action est le prototype de la force agissante, la femme enceinte est celui de la puissance oeuvrante. On les trouve aux pôles Homme Viril et Femme Originelle. Mais la Femme Créatrice agit, elle aussi, en son principe masculin - ce sera la "wonder-woman" - comme de son coté l'Homme Réceptif oeuvre, ce sera le poète. Ainsi: L'actif se projette en Force là où le Réceptif capte en Puissance. Flux ici, stock là. La Force agit en intensité là où la Puissance est en infusion puis se manifeste par diffusion. La première s'actualise dans le temps, selon la séquence mécaniste de la cause et de l'effet, la seconde, en-Puissance, est attente d'actualisation, ce qu'elle fait par émanation dans l'Oeuvre. La Force est Mâle, la Puissance est Femelle. Mais où la Force est simple, la Puissance est complexe. Nous n'en avons pas fini avec l'énigme et la fascination de la Puissance, son double-et-un mouvement, sa fixe mobilité, son passif efficace, sa féconde virginité. La Puissance est profondément double, un des principes elle inclut son contraire, comme la force d'ailleurs mais de façon plus manifeste. Là où la force (après avoir capté) se projette, la puissance - dans le même mouvement - s'imprègne et diffus~ : infusion diffusion Elle est vide parceque non-manifestée, mais elle est pleine parceque grosse de toutes les potentialités à venir. Enfin, de la même façon que chaque pôle est son contraire, chaque énergie est son contraire: ne parle-t-on pas de la puissance du viril? et l'on a vu que la Puissance est intimement double, réceptiv e-oeuvrante.

-

Dégradation des Energies: 20

Comme toute énergie, la Force et la Puissance sont guettées par les risques et les tentations opposées de la suraffirmation de soi ou de la négation de soi. Excès de la Force active, c'est l'agressivité/violence. On la trouve chez le macho et la virago. Défaut de la Force active, c'est son inhibition. On la trouve souvent chez la Femme créatrice mais aussi chez l'homme viril non accompli. Excès de la Puissance, il est double, comme la Puissance ellemême: . c'est la voracité, elle engloutit; on la trouve chez la femme originelle . mais c'est aussi la dispersion, que l'on trouve chez beaucoup de femmes créatrices-originelles. Défaut de la Puissance, double lui aussi: . c'est son refoulement, on le trouve chez la Femme Virile, .mais ce peut être aussi son affadissement, on le trouve dans la soumission de la bobonne-à-tout-faire ou la mollesse de l'homme efféminé Force 7 + agressivité 7 - inhibition Puissance 7 + voracité ou + dispersion 7 - refoulement ou - affadissement (soumission et mollesse)

21

virago /

effet-minet

"mollesse( -)

inhibition( )

-

refoulement(

-

)

refoulement( )

-

~
voracité(++)

inhi iti n -

aggressivité(++) macho

'"

bobonne

/

reprise: . Dans l'excès de sa Puissance, la Femme originelle absorbe comme un trou noir les forces de l'Homme Viril ou Réceptif; elle le dévore, c'est le mythe de la mante religieuse ou de l'araignée qui, au centre de la toile qu'elle a tissée de ses sucs, attend l'insecte voyageur. Dans le défaut, bobonne-à-tout-faire est soumISSIon, affadissement de la Puissance originelle. La femme virile la refoulera purement et simplement. Mais la Femme Créatrice, si elle ne contrôle pas le fil de son expression, se disperse aux quatre vents d'un papillonnement où elle se perd dans l'espace de l'Originel. . Aux pôles macho et virago, les Forces se dégradent en agressivité, tandis que le risque de l'Homme Viril, à l'inverse. de la dispersion de la femme créatrice, est l'idée fixe. A l'inverse, la dégradation de l'Energie de l'Homme Viril est la mollesse et celui de l'Homme Réceptif chez l'effet-minet, la mièvrerie.

22

CARACTERESDESPOLES
jl!f.mi\iriiii'l~i~
féminin- féminin "vieux yin" passive/active affective intuitive terre Mère amour silence âme désir d'enfant vagin puissance/inertie oeuvre en-soi être espace passé/non t~mps hystérique goût dedans suavité intérieur j~l~jr~mmi~jitfi@igr féminin-masculin 'Jeune yin" active/réceptive analytique déductive vent fille voeu écriture/oralité lettre clitoris force action pour-soi faire temps futur obsessionnelle regard, toucher dehors ardeur extérieur
p...........................~.........................

~j~l)\imM~f.[ttmmt~ masculin-masculin "vieux yang" actif/réceptif analytique déductif feu Père Loi écriture lettre penis force action pour-soi faire temps futur obsessionnel regard dehors ardeur intérieur

~')Jmmjmitiiijt~f~j masculin-féminin "jeune yang" réceptif! créateur affectif intuitif eau fils foi oralité esprit désir maternant couilles puissance oeuvre en-soi être espace présent! éternité hystérique ouïe, toucher dedans suavité extérieur
jnbmm~rM1éfuii~tm...... ....... .. . . .. . .. . ........... .. ............. .. ........ .... ................

!fM.i~ff~ttmt?t\\ffjj. .. . . . .. . . .. . . \tmw~m~m[gtmrrrmmmtm ,'.n' . ... .. . ... . . . . . . . . .. .. '" agressive soumise autoritaire sensiblerie désir de pénis clito trou à bitte

)iWlWfrttttftt?tttjfj
agressif autoritaire bitte lettre morte

............................................ ............................................

soumis/mièvre sensiblerie désir de vagin cul idéalisme

23

Femme Originelle: o comme Origine, Naissance, Essence. Elle est le Lieu, là d'où tout vient et où tout retourne, tel ce zéro, kha, le trou, à la fois vide et infini, puit sans fond, fond sans forme, éternelle énigme et muette, le "quoi?". En elle on retourne, accompli le cycle, comme la boucle du zéro, d'où la numération active repart. Son élément est la Terre; à la fois passive et oeuvrante; elle procure non par des actes mais par ses fruits. Elle est Puissance. Terre, tel Antée, l'homme y reprend force pour repartir au combat. Corps et Lieu (espace), elle émane et diffuse plus qu'elle ne produit. Confusion, infusion - et science infuse! Parturiente et germinante dans une espèce de sommeil végétal et animal. C'est la Grande Muette. N'étant pas dans le temps, elle semble être immergée dans un éternel présent mais celui-ci plonge en fait dans un Passé Immémorial dont elle est la Gardienne. Affective et intuitive, son désir est désir d'enfant, le lieu de son corps est le vagin, son sens est le goûter, le plus intérieur des sens et sa qualité, le suave. Elle est mélodie, qui à son origine est chaos. Bien sûr, elle est intérieur, en-dedans, en-soi. Toute en viande - et même un peu replète! c'est une endomorphe et endocuisine, elle est cuite! Son dérapage est l'hystérie. Son risque, l'enlisement. Sa dégradation en bobonne/bonne-à-tout-faire est sou-mission, sensiblerie, quand son lieu devient lieu d'usage, lieu d'aisance. Son symbole est le comble, la ravine. Sexuellement, c'est le vase charnel des théologiens, dont la dégradation, dans l'Inconscient, devient le cloaque. Dans la mythologie, sa figure la plus belle est celle d'Hestia, gardienne du foyer, celui de la maison mais aussi de la Cité. Elle est la Grande Tisserande, celle dont le métier, debout, grée l'Univers tout entier et qui, immobile, préside à la gravitation des mondes. Le Yi-King l'appelle "Vieux Yin". 24

Elle est la Mère, bien sûr, déjà synthèse ultime, celle d'où l'on vient et dans l'ombre de laquelle l'homme particulièrement, demeure jusqu'à sa fin, s'il en a connu une fois l'indicible chaleur. Elle est la Mort enfin, comme le lieu où l'on retourne, après la vie donnée. Elle est donc Vie et Mort, union suprême des contraires. La mort comme Grand Sommeil, la mort comme Repos éternel, la mort en laquelle s'accomplit la passivité définitive, refermé le cycle de vie, Sein de la Mort comme sein de la Mère. Et déjà, la mâle mort...qui nous ouvre à l'... Homme Viril: Il s'oppose presque terme à terme à la femme originelle. Actif, producteur, analytico-déductif, son élément est le feu, son lieu de corps est le pénis, il est une force en acte qui agit pour-soi et se déploie dans le temps. Son organe de sens est le Regard, qui discrimine, sépare, pose à distance, toise, jauge, juge. Sa qualité, l'Ardeur. Toute extériorité, il est projet. Tendu vers le Futur. Son travers, l'obsessionalité. Son risque, la violence. Sa dégradation en macho: l'agressivité, l'autoritarisme, la procédure, la force qui se crispe en violence. Il est le Père, porteur des significations et des Symboles Agissants. Son ordre, abstrait, est celui de la Loi. Gardien des Textes, il est du coté de la Lettre, qui insti-tue, c'est-àdire instaure mais aussi, tue. Le Yi-King le nomme "Vieux Yang". Le mariage de l'homme viril et de la femme originelle relève presque de la mécanique (le tenon dans la mortaise,. la clé dans la serrure, l'en-soi pour-soi, l'extérieur dans l'intérieur, le dehors dans le dedans, le plein dans le vide, etc..!) encore faudra-t-il, pourtant, que l'un et l'autre sache, à un moment ou à un autre, être le contraire de ce qu'il est (au sens où "l'homme - et la femme! - est 25

ce qu'il n'est pas et n'est pas ce qu'il est"). Femme créatrice et homme réceptif: Femme créatrice et homme réceptif sont déjà, du fait de la présence "originelle" (ne serait-ce que biologique) en eux de leur être originel (femme pour la femme créatrice, homme pour l'homme réceptif) une synthèse ou, du moins, une pré-synthèse de leur indivi-dualité : deuxième stade. Ayant en eux le principe affirmé de l'autre sexe (masculin pour la femme créatrice, féminin pour l'homme réceptif) ils sont dans des rapports d'homologie respectifs avec l'homme viril et avec la C'est pourquoi leurs caractères - actif pour la femme créatrice, réceptif pour l'homme réceptif - incluent une part de leurs contraires: l'activité de la femme créatrice gardera une coloration féminine que n'aurait pas un homme, la réceptivité de l'homme réceptif comportera une certaine virulence que n'aurait pas une femme. La femme créatrice sera active, analytico-déductive, elle s'affirmera pour-soi dans le temps, extériorisée et projetée. Elle est la Fille, qui forge sa personnalité en négation dialectique de son Originellité. Elle est Esprit et esprit qui souvent nie. Lilith, là où la femme originelle est Eve. Pour le Yi-King, elle est le "Jeune Yin". Son lieu de corps est le clitoris, son sens privilégié: le toucher qui approprie, son élément est l'air, vent qui porte les graines ou éther animé par les ondes des sons porteurs de significations. Son risque est la dispersion. Sa dégradation, la femme virile - virago - est un exact macho femelle: agressive, autoritaire, violente, mue par un intense désir de pénis. L'homme réceptif est comme l'eau qui reflète, toute infuse du paysage, miroir du monde et son capteur; comme un lac, il réfléchit. Il est le Fils, celui qui fait souffler l'Esprit et porte la Parole Vivante contre la Lettre souvent morte du Père. 26

femme originelle.

'

Il est la Foi, qui s'oppose mais s'unit aussi à la Loi. Le Yin-King l'appelle "Jeune Yang". Son lieu de corps est les "couilles" (car on contemple avec les couilles, grande vérité! et comme dit le biologiste H.Laborit : "de mes couilles au cosmos!"). Comme la femme originelle, il est espace plutôt que temps, intériorité et intuition. Comme elle, son temps est le présent ou un non-temps dans lequel il semble baigné comme dans une espèce d'éternité. Son sens privilégié est l'ouïe, qui est panoramique et qui reçoit, reçoit en particulier ce que lui apporte le vent créateur de la femme créatrice. Son risque est la mollesse. Sa dégradation, l'homme effé-minet, est une bobonne-à-tout-faire au masculin: soumission, sensiblerie, mièvrerie, affectation, dont le lieu de corps est le cul, caricature de vagin dont il a l'intense désir. (Toutefois, la prostate, glande virile s'il en est, est située dans le cul! étrange! étrange!) Qu'est-ce qu'un femme originelle? R. prit une tasse qui traînait et pour
toute réponse, la souleva. - "Une tasse?" fit une jeune femme de l'assistance, clitoris en aigrette.

- Çà, c'est la nénette qui réagit! fit R., un rien provocant..puisil continua : "Oui, un récipient, dont l'originellité de l'usage tient non à son plein de contenant mais à l'en-Puissancede contenu qu'est son espace intérieur et vide. J'ajouterais que la réaction de N. montre combien cette formidable puissance du féminin peut être confondue - et l'histoire nous l'enseigne avec sa dégradation objectale et utilitaire. Chaque pôle est l'ensemble des pôles De la même façon que chaque pôle était son contraire au sein de l'individu, chaque pôle est l'ensemble des pôles dans la relation. Il faut bien comprendre que la réalité que nous analysons est une complexité mille fois synthétisée déjà, et que ce n'est que pour la rendre intelligible que nous opérons sur elle la réduction analytique qui la décompose en éléments discrets. De là ce qui peut paraître un flou dans la pensée: trouver du viril dans l'originel ou le contraire (flou dont il faut - mais dans la 27

bonne mesure car le flou peut aussi être fécond - se garder) et qui est en fait l'oscillation entre une analyse intelligible mais réductrice et une synthèse plus vraie mais confuse dans son expression. C'est tout le dilemme entre l'esprit de géométrie et l'esprit de finesse! .La femme originelle est, dans son apparente passivité, puissamment créatrice: elle pro-crée, et qui n'a vu le travail qu'abat la "femme au foyer" la plus traditionnelle? (la production domestique représente environ la moitié du produit intérieur brut des Nations..). .L'homme viril doit passer par un moment de passivité, avant de faire de cette réceptivité, action: pas d'é-mission sans sousmIssIon. Il est originel en ce qu'il a part à l'engendrement et est par là le support des Symboles Agissants (comme on dit "les 40 ièmes Rugissants"!) . .Il est inutile d'insister sur ce en quoi l'homme réceptif est en même temps créateur et viril, ni en quoi, dans sa contemplation, il approche le temple, originel. .Non plus que de redire la réceptivité de la femme créatrice mais aussi son énergie "virile" et l'originelleté de son action-oeuvre. le Sème pôle: II n'existe pas... sauf dans l'abolition qu'est le fusionnement des 4 autres lorsque, nous le verrons, nous accédons au Sème stade de la relation. Ce Sème pôle, qui est hors-le-monde et de ce fait outrepassement de toute polarité, qui est donc non-pôle, on y accède dans le retour, Grand Retour aux Origines. . Ainsi peut-on le nommer - mais plus ni femme ni homme Originel Ultime, pour bien marquer ce en quoi il se distingue de l'autre, étant le conjointement de la tin et du commencement dans un re-commencement. Mouvement qui est à la fois de dépassement et d'involution, il est ce Retour à la Racine - mais après le parcours de tout le cycle des transformations - dont fait le tao-té-king l'accomplissement suprême. 28

Détour par le Yin King:

Jeune Yin

Fille Ouest

Jeune Yang

Fils Est

Vieux Yin

Kouen Nord Lune Mère Obscur

Vieux Yang

Kien Sud Soleil Père Lumineux

Le Vieux Yin est notre Femme originelle Le Vieux Yang, notre Homme Viril Le Jeune Yin est la Fille, notre Femme Créatrice Le Jeune Yang, le Fils, notre Homme Réceptif

29

DETOURS:

LIEUX DU CORPS

Le sexe, les reins, la colonne vertébrale, le ventre, le coeur, la poitrine, la tête. Et le plexus? Le sexe, en lui-même complexe de contraires comme nous l'avons vu, est l'en-bas, en-soi de nature, 1er stade. La tête est l'en-haut, pour-soi de culture, 2ième stade. Reins, ventre, coeur, poitrine animent et activent, la colonne vertébrale transmet, tous médians. A la fois passages et vides actifs, comme la systole et la diastole, l'inspir et l'expire Battements du coeur et respiration passent par des points d'annulation où ils s'inversent pour reproduire le mouvement incessant de la vie. Cette respiration est, pour les Indiens, le mouvement même de l'Univers, dilatation et contraction, selon un période qui correspondrait, selon les Vedas, à l'arasion de l'Himalaya par l'effleurement d'une tige de lotus et dontH.Reeves a calculé qu'elle était de l'ordre de grandeur de la durée de vie de l'Univers telle que l'estiment aujourd'hui les physiciens!! L'intégration des organes est le corps dans toute sa présence, corps intense, tiré de sa confusion. L'homéostasie (que nous définirons tout à l'heure) est atteinte lorsque tous les éléments du corps sont en équilibre circulatoire, tous également libérés, et que le flux circule de bas en haut, du sexe à la tête en passant par tous les organes médians. La fusion, c'est dans le yoga védique, le serpent lové de la kundalina qui, éveillé par le feu de la base, monte le long de la colonne vertébrale et ouvre une à une les 7 portes jusqu'à l'éclosion de la fleur de lotus. C'est l'Illumination chan ou zen, le samsara indien, le nirvana bouddhique, le vide taoïste. Du coté de la prostate doit se situer le feu de la base, le long des vertèbres s'étager les sept portes, au sommet du crâne éclore la fleur de lotus. Le plexus serait le centre de gravité de ces échanges entre tous les points névralgiques du corps. A toi, lecteur, de poursuivre, selon tes connaissances, cette piste.. .
I

30

DYNAMIQUES

LA DYNAMIQUE INDIVIDUELLE: LA DYNAMIQUE RELATIONNELLE:

les 3 stades les 5 stades

31

LA DYNAMIQUE INDIVIDUELLE:

les 3 stades

SYNTHESE DE L'ACTIF ET DU PASSIF DANS L'INDIVIDUALITE L'individu n'est pas "indivis", on l'a vu, il est au contraire profondément contradictoire et divisé; c'est bien pour cela qu'il évolue. Mais il peut aussi, et c'est le plus souvent, se figer, selon un pôle et un moment de son développement. Il y a bien sûr des" actifs" et des "réceptifs". Cependant, nous l'avons vu et le verrons plus avant, on ne peut concevoir d'activité qui ne soit réceptive ni de réceptivité qui ne soit active. C'est en quoi chacun des pôles est déjà, dans son affirmation ou sa négation, une pré-synthèse où sa polarité a déjà été enrichie de son contraire. L'indivi-dualité accomplie' est celle qui réalise, à tout instant, cette synthèse de l'actif et du réceptif en elle...c'est : l'être ultime L'être ultime est celui qui a la capacité d'annuler une polarité en lui pour libérer la polarité inverse et réaliser, en toutes occasions et dans l'échange, la synthèse de ses 2 principes contraires: c'est, nous le verrons, le rôle du Vide Médian. Ce parcours dessine une bande de Moëbius, véritable figure de gnose que nous rencontrons pour la première mais non la dernière fois et dont il faut dire plus d'un mot: La bande de Moëbius est, comme toute bande, l'intersection de deux demi-plans dont le bord de l'un appartient à l'autre (définition 33

apprise dans le livre de 6ème de ma fille! !). Ces deux moitiés, dont les bords à la fois forment frontière et se conjoignent, sont nos deux moitiés contraires. Or la bande de Moëbius est refermée sur elle-même, imageant aussi par là notre unité personnelle. Mais de plus, et c'est ce qui fait sa spécificité, elle conjoint ses extrémités après avoir effectué une torsion, ce qui fait que l'on passe sans discontinuité de l'extérieur de la bande à l'intérieur, de son dedans à son dehors, et réciproquement. Ce parcours est sans commencement ni fin puisqu'il forme une boucle; or, comme par miracle, cette boucle en torsade a la forme du symbole de l'infini: "Signe de l'infini qui soi-même s'épouse" c'est bien là l'être ultime - et nous le verrons, la relation ultime il et eUe marient leur envers et leur endroit, leur intérieur et leur extérieur, leur masculin et leur féminin, en passant par le point d'annulation qui, éteignant l'un, permet l'activation de l'autre. Une autre figure pourrait en être l'hélice, comme celles qui structurent la molécule d'Adn et qui, s'enchaînant les unes les autres, se déroulent en spirale. L'être ultime, nous l'avons représenté enfin sur le schéma sous la forme d'un double cône qui fait penser à un sablier, figure que nous retrouverons souvent et qui indique aussi cette annulation nécessaire, ce renversement dans le temps pour passer en soi d'un pôle à un autre. En quoi il rejoint la figure du serpent lové dont la bouche contient la queue, et qui, dans la tradition égyptienne, symbolise l'Océan du Temps.

34

Réceptif

impu. ssance

paraître

Actif

fausses synthèses: La grande difficulté d'accéder à l'être ultime ouvre aux chemins de traverse et de travers que sont les fausses synthèses, toujours affadies du fait de l'affaiblissement d'un des deux principes: . fausse synthèse où l'actif met en avant le réceptif mais dans un paraître, qui court-circuite l'échange et referme sur soi. . fausse synthèse où le passif écrase l'actif: impuissance.
Le Moi comme fausse synthèse narcissique et castrée:

Le Moi - moâ, môa - est cette fausse synthèse à la fois narcissique et castrée, forteresse dans laquelle nous nous enfermons et image derrière laquelle nous nous abritons, pour nous défendre de la peur des autres et de l'angoisse de noustnêmes. Telles les grenouilles qui demandent un roi, ce moi-roi nous nous le demandons sans cesse, grenouilles que nous sommes et jamais satisfaits qu'il ne soit qu'un soliveau. Narcissique pour nous ré-assurer sur nous-mêmes et reconstruire incessamment l'image derrière laquelle nous avancerons masqués de notre soi-disant personne, Castré car séparé de ce qui en nous suscite en puissance et se déploie par force, jouet par suite de nos fantasmes dont les voiles rejoignent alors dans la complaisance le reflet narcissique de nous35

mêmes. C'est ainsi à la gravité du monde que nous prétendons nous dérober, et à notre propre vérité; elle nous défie et nous la dénions, cherchant à nous rassurer dans cette ad-miration outrée de nousmêmes et sachant bien au fond que ce n'est là que reproduire sans cesse une illusion. "Le moi est haïssable". "L'homme vrai n'a pas de moi". Dans les aphorismes de Pascal et de Tchouang- Tseu se rejoignent, comme d'ailleurs plus souvent qu'on ne le pense, les éternell~s sagesses de l'Occident et de l'Orient, car où s'ouvre le chemin le détour est Accès et le but n'est autre que ce chemin.

36

SYNTHESE DANS L'HOMME ET DANS LA FEMME

lrago

effet-m .et

emme Créatrice

2ème stade

emme Originelle

1er stade

Homme Viril macho

bobonne-à-tout-

faire

Femme et Homme marient leurs pôles actifs et leurs pôles réceptifs sous la forme de la Femme Originelle et de la Femme Créatrice d'une part, de l'Homme Viril et de l'Homme Réceptif de l'autre. 3 moments: la thèse (" 1er' stade"), la négation ("2ème stade"), la

synthèse ("3ème stade"). (ces moments ne sont nullement
.

chronologiques, nous le verrons). Quoique presque tout un chacun soit un mélange contradictoire de plusieurs pôles, plus ou moins dégradés, et de différents moments d'évolution (ce qui fait la complexité de chacun), on peut réduire analytiquement la dynamique à 3 modalités: . le 1er stade: femme et homme qui restent à l'originel, sous une forme positive (homme viril/femme originelle) ou dégradée 37

(bobonne/macho), et des modalités affirmées, suraffirmées ou au contraire refoulées/inhibées. . le 2ème stade: femme ou homme qui reste au moment du négatif, sous forme affirmée (femme créatrice/homme réceptif) ou dégradée (féministe/minet), et des modalités affirmées, suraffirmées ou inhibées/refoulées . le 3ème stade: synthèse des 2 précédents Ce 3ième stade comporte, lui aussi, 2 modalités: . l'être ultime. synthèse pleine qui articule tous les aspects contraires de la personnalité. Les plus belles représentations de l'Ultime sont sans doute ces statues indiennes en bronze ou en pierre qui figurent les 2 moitiés en une des 3 grandes divinités sous leurs formes mâle et femelle: Shiva et Parvati, Vischnou et Laksmi,Brama et Prakriti et encore ces figures de l'accouplement, du linga et de la yoni, qui illustrent, dans l'union sexuelle de l'homme et de la femme, l'Unité ultime du Masculin et du Féminin. . une forme dégradée~ ou "fausse synthèse " : "nénette" pour la femme, "homme castré" pour l'homme. . Synthèse fausse parce que la nénette est une synthétisation de la femme mais sur le mode de l'apparence et de la fermeture sur soi: l'originellité de la femme-pour-l'homme est ainsi niée au bénéfice de la frivolité-pour-soi, l'être est sacrifié au paraître. A la limite, la nénette peut basculer dans la négation totale de l'homme et dans le narcissisme de l'homosexualité passive. . L'homme castré,de son coté, est une synthétisation que fait avorter l'écrasement de l'homme viril par l'homme féminin. A la limite, lui aussi bascule dans l'homosexualité passive. L'Androgyne est, dans le monde, une figure intermédiaire entre synthèse ultime et fausse synthèse: il est un moment transitoire ou une image idéale qui semble réaliser la synthèse du masculin et du féminin et qui lui donne des airs d'apparition.
Sa face nocturne est l'Hermaphrodite, monstrueuse et effrayante

-

c'est pourquoi les hermaphrodites étaient mis à mort dans les cités antiques - comme Satan est la face nocturne de Lucifer, Ange de Lumière. 38