La vie tourmentée d'un honnête homme

De
Publié par

L'existence d'Ernest, né dans la seconde moitié du XIXe siècle, s'est déroulée au cours d'une période d'inventions sans aucun précédent dans l'histoire de l'humanité : de sa première bicyclette à la bombe atomique en passant par l'invention de l'ampoule électrique ou l'invention du cinéma muet et de la radio, cet ouvrage nous fait découvrir cette France en mutation au gré des différentes nominations du protagoniste, à la recherche d'un bonheur rare en ces temps troublés de début du XXe siècle.
Publié le : dimanche 15 mars 2015
Lecture(s) : 16
Tags :
EAN13 : 9782336372921
Nombre de pages : 220
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
l’a excommunié. Il a vécu loin de sa fille enfermée dans un carmel cadurcien aux mœurs moyenâgeuses, et d’un de ses trois fils parti
, après des études scientifiques
FRANÇOIS SAUTERON
La vie tourmentée d’un honnête homme
Mémoires retrouvés d’Ernest Sauteron 18651947
La vie tourmentée d’un honnête homme
François Sauteron
La vie tourmentée d’un honnête homme
Mémoires retrouvés d’Ernest Sauteron 1865-1947
Du même auteur
Trois jours comme les autres,Julliard, 1961. Comps-sur-Artuby, chronique d’un village provençal(ouvrage collectif), 1984. Histoire d’une aventure, Kodak-Pathé(avec Michel Rémond), 1987. Cent ans de cinéma, Glénat (BD avec Catherine Zavatta, dessins de Gilbert Bouchard), 1995. Pathé, Premier empire du cinéma(ouvrage collectif), Ed. Centre Pompidou, 1995.Au pied de mon arbre ; Le Monument ; Illusions perdues,Dif-fusion Mairie de Faycelles 46100 (Histoire illustrée en 3 volumes d’un village du Quercy, avec Arlette Sauteron), 2004-2006. AUXÉDITIONSL’HARMATTANQuelques vies oubliées.Une enfance vendéenne,2007. Une si jolie usine, Kodak-Pathé Vincennes,2008. La chute de l’empire Kodak, 2009. Un gars de Ménilmontant(avec Guy Moisan), 2010. Deux beaux salauds,2011. Le Quercy Martyrisé, 2012. Le Dénouement, Jean Masbou, un Résistant en Quercy occupé, 2013. Les années de sang avec les poilus d’un village du Quercy,2014.
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05824-5 EAN : 9782343058245
À travers l’encens bleu des horizons pâlis  Mallarmé,Les fleurs. Ce livre est dédié à la mémoire du docteur Jacques Sauteron, mon frère.
Prologue  En parcourant ces pages, retrouvées au grenier dans un vieux cartable noir au cuir desséché tout craquelé, j’avais eu l’impression gênante d’être devenu un voyeur. Pour beau-coup, Ernest avait laissé le souvenir d’un honnête homme, d’un ami chaleureux, pour d’autres il n’avait été qu’un nan-ti, un représentant de cette bourgeoisie qu’il fallait honnir au nom de la lutte des classes. Pour moi, il s’était montré un grand-père attentionné, affolé à ma moindre maladie infan-tile, et qui m’apprenait avec patience les joies des dominos et des châteaux de cartes. Pensait-il alors à son enfance dans cette Provence dont, toute sa vie, il regrettera l’éloigne-ment ? J’étais bien petit et il n’est dans mon souvenir qu’une ombre de plus en plus pâle.
7
Courant janvier 1947, je gardai le lit. Le sommeil m’engourdissait. Avais-je réussi ma vie ? Mais que veut dire réussir sa vie ? J’évite d’habitude de me poser cette question qui, bien souvent, apporte regrets et peut-être re-mords. J’eus brusquement en tête une image forte : J’avais saisi Auguste Just par le bras sous les allées Azémar de Draguignan, devant la maison des Trotabas. Nous avions quoi ? Dix-sept ans peut-être. Le printemps embaumait. Il me parlait d’avenir, nous avions devant nous une vie, toute une vie à accomplir, une éternité, pensions-nous naïvement. Moi, empli de certitudes, j’avais brandi ma canne, un ma-gnifique jonc à pommeau d’argent ouvragé, cadeau de ma mère pour mes 16 ans : « À nous, les solides vertus fami-liales, le simple courage de chaque jour, l’honnêteté ja-mais démentie ! À nous, cette fierté de n’être qu’un maillon de la chaîne, et cette douceur de nous sentir unis à ceux qui nous ont précédés et à ceux qui nous suivront ! » Oui, j’avais été un maillon de la chaîne, mais qui, plus tard, s’en souviendra ? Ma réserve, ma bonne éducation ne me fera-t-elle pas apparaître comme un homme raide, distant, moi si sensible, si vulnérable ? Tout au sérieux, j’avais toujours pris tout au sérieux, le travail comme les jeux. J’ai été ex-communié, ma famille s’est trouvée dispersée… Je pense à nouveau à ma bien-aimée pour l’éternité, je la revois, les yeux vifs, rieurs, derrière le comptoir de la Poste de Gri-maud, tellement belle, de cette beauté un peu sauvage des femmes du sud. Je ferme les paupières pour mieux la dis-tinguer. C’était hier, oui, hier, mais ma vie est passée. Que reste-t-il d’un homme si ceux qui survivent en perdent la mémoire ? Je repris dans le tiroir de la table de nuit le ca-hier où j’avais, à l’âge de la retraite, commencé à écrire mes souvenirs le plus précisément possible.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.