//img.uscri.be/pth/598787b46b4dcf96d3d090490726cd6f40afd04e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La voix des esclaves

De
170 pages
Cadre juridique et position de l'Église conditionnaient la situation et la vie des esclaves aux Antilles... Vie d'interminable travail dans l'habitation, marquée par la rigueur des châtiments. Mais aussi vie propre que déterminait la forte personnalité de l'esclave. Vie religieuse aussi avec sa vivante participation aux cérémonies religieuses. L'intérêt de cette étude est de constater ce qui a été transmis à la société antillaise de nos jours et ce qui subsiste aussi sur le plan de l'expression de la foi.
Voir plus Voir moins
Liliane Chauleau
La voix des esclaves Foi et société aux Antilles
e e XVII-XIXsiècle
La voix des esclaves
Liliane Chauleau La voix des esclaves
Foi et société aux Antilles
e e XVII -XIXsiècle
Du même auteur e La Société à la Martinique au XVIIsiècle,Caen, impr. Ozanne, 1966 (thèse École des Chartes, 1961). En parcourant la Martinique à travers les lieux et les âges(émissions de radio scolaires), Fort-de-France, CDRP, 1971-1973, 2 fasc. e e La Martinique et la Guadeloupe du XVIIà la fin du XIXsiècle, éléments d’histoire antillaise, Paris, Fort-de-France, Pointe-à-Pitre, Désormeaux, e 1973, 2éd. 1976. La Vie quotidienne aux Antilles françaises au temps de Victor Schoelcher, e XIX siècle, Paris, Hachette, 1979 (prix Piccard de l’Académie française, 1980). Antilles 89, la Révolution aux Caraïbescollaboration avec Jacques (en Cauna et Lucien Abénon), Paris, Nathan, 1989. Case-Pilote, le Prêcheur, Basse-Pointe, étude démographique sur le Nord e de la Martinique, Paris, L’Harmattan, 1990 (thèse 3cycle, Paris-IV Sorbonne). Dans les Iles du Vent, la Martinique, Paris, L’Harmattan, 1993. Il était une fois Saint-Pierre, Fort-de-France, Société des amis des archives, 1994. Pierrotins et Saint-Pierrais, la vie quotidienne dans la ville de Saint-Pierre avant l’éruption de la montagne Pelée avant 1902(édité à l’occasion du centenaire de l’éruption), Paris, L’Harmattan, 2002. La Vie aux Antilles françaises au temps de Victor Schoelcher, Paris, L’Harmattan, 2012.© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00069-5 EAN : 9782336000695
REMERCIEMENTS
Je tiens à remercier tous ceux et celles qui m’ont apporté leur concours dans l’élaboration de cet ouvrage Un merci particulier à mon amie Nicole qui a assuré la relecture
SOMMAIRE
REMERCIEMENTS ............................................................................5 AVANT-PROPOS ...............................................................................9 PREMIERE PARTIEL’ESCLAVAGE ET LES ANTILLES ...........................................11 CHAPITRE PREMIERTRAITS CARACTÉRISTIQUES DE L’ESCLAVAGE AUX ANTILLES...............................................................................13 CHAPITRE IILA RÉGLEMENTATION,LE CODE NOIR ET LES TEXTES POSTÉRIEURS....................................................19 CHAPITRE IIIPOINTS DE VUE DE L’ÉGLISE SUR L’ESCLAVAGE.................39 DEUXIEME PARTIELA VIE DE L’ESCLAVE SUR L’HABITATION ........................49 CHAPITRE IVL’HABITATION ET LE TRAVAIL .................................................51 CHAPITRE VLA PERSONNALITÉ DE L’ESCLAVE,SA VIE PROPRE ............73 CHAPITRE VIL’ACCUEIL DE L’ÉVANGÉLISATION.........................................85 CHAPITRE VIILA RÉCEPTION DES SACREMENTS............................................95
CHAPITRE VIIILA CÉLÉBRATION DES FÊTES...................................................105 TROISIEME PARTIEEN LIAISON AVEC AUJOURD’HUI.........................................111 CHAPITRE IXLA TRANSMISSION À NOTRE SOCIÉTÉ D’AUJOURD’HUI...113 CHAPITRE XNOTRE SOCIÉTÉ ACTUELLE ET SON REGARD SUR L’ESCLAVAGE......................................................................125 À TITRE COMPARATIF LES ESCLAVES À LA NOUVELLE-ORLÉANS e AU 18SIÈCLE ...............................................................................131 GUERRE DE SÉCESSION ET FIN DE L’ESCLAVAGE AUX ÉTATS-UNIS.........................................................................137 ANNEXES .......................................................................................141 SOURCES ET BIBLIOGRAPHIE...................................................153
8
AVANT-PROPOS
Comme l’indique notre titre, l’ouvrage qui concerne les esclaves en relation avec la société et l’expression de la foi, à l’heure actuelle, comporte des aspects historiques que nous développons d’abord. Nous fondant sur cette vérité historique que nous découvrons dans les documents d’époque, nous tâchons d’établir des liens avec aujourd’hui. Dans une première partie «Les esclaves et les Antilles», nous nous proposons de voir ce qu’est la condition des esclaves aux Antilles, ses caractéristiques, la réglementation dans son ensemble (le Code noir et les textes postérieurs) et aussi les points de vue de l’Église, à cet égard, tels qu’ils s’expriment du e 17 siècleà nos jours. e Nous examinons, dans une 2partie, en quoi consiste «La vie des esclaves sur l’habitation», vie de travail écrasant mais aussi, à côté, vie propre, générée par leur forte personnalité, vie et pratique religieuses qu’ils mettent en œuvre. Et à travers tout cela, nous percevons «la voix des esclaves », ce qu’ils disent eux-mêmes (que nous rapportent les e ee chroniqueurs du 17siècle, les auteurs des 18et 19siècles), ce que traduisent leurs gestes, leurs réactions, l’ensemble de leur comportement. e Dans la 3partie, nous tâchons de déceler ce qui est en liaison avec les esclaves des siècles passés et la société actuelle, dans le comportement de cette société, dans la vie et pratique religieuses, l’expression de la foi d’aujourd’hui dont nous évoquons cependant l’évolution. Enfin nous invitons notre société à ne pas en rester à la forte blessure provoquée par l’esclavage, qui l’atteint encore profondément, afin qu’elle porte son attention aux formes