//img.uscri.be/pth/0e00a28a45045c7b8da6cc633b1a19205c5da585
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 19,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Le Boréal Express 1810-1841

De
188 pages
«La guerre est finie.» La signature du traité de Gand le 24 décembre 1814 marque la fin des hostilités entre les États-Unis et l'Angleterre. Le Canada restera une colonie britannique... qui causera bien des soucis à la métropole dans les années à venir.
«Achetez du Bas-Canada d'abord.» Loyaux sujets de la Couronne mais non soumis, les Canadiens aspirent à plus d'autonomie, notamment sur le plan économique. Combien de temps encore pourront-ils supporter la réglementation du commerce par le Parlement britannique? Un vent de liberté commence à souffler.
«Un Chili indépendant.» Fidèles à leur ouverture sur le monde, les chroniqueurs du Boréal Express ne négligent pas de s'intéresser aux mouvements populaires qui balaient les pays d'Amérique latine. La période coloniale touche à sa fin, mais le pouvoir tardera à revenir entre les mains du peuple.
«Un vote sans précédent». En mars 1834, la Chambre d'assemblée du Bas-Canada, menée par le chef du parti patriote Louis-Joseph Papineau, vote 92 résolutions qui font le tour de tous les griefs entretenus envers la Couronne britannique. Les députés voudraient mettre le cap sur un gouvernement responsable.
«À feu et à sang!» Un numéro spécial de 24 pages décrit dans le détail les soulèvements de 1837 et 1838 qui secouent les deux Canadas. Le feu de la rébellion sera éteint dans le sang et les larmes.
«L'Union à l'horizon.» L'union des deux Canadas placerait de facto les Canadiens français en infériorité numérique. Il ne resterait plus qu'au temps de faire son oeuvre pour que lentement se dilue le fait français en Amérique. «Je ne doute guère que les Français [...] abandonneraient leurs vaines espérances de ­nationalité», écrivait Lord Durham dans son rapport en 1839.
«Par l'histoire - Citoyen du temps» La devise du journal Boréal Express prend tout son sens dans ce troisième album dont la fascinante période historique trouve encore écho dans la société québécoise contemporaine.
Voir plus Voir moins
Le Boréal Express 1810-1841