//img.uscri.be/pth/9e7a336f2eee3d7cc0d7723b404a52733741511b
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le crime contre la condition de l'homme

De
344 pages
Les moyens du nazisme sont toujours disponibles pour justifier des crimes contre des hommes en raison du "danger" qu'ils représentent pour la pureté ethnique. "Si la destruction des Juifs a pris fin en 1945, le phénomène est demeuré" (Hilberg). Les nazis sont défaits mais pas leurs idées et méthodes. Ainsi, le processus de la déshumanisation peut toujours repartir. On retrouve ici les préoccupations du Conseil National de la Résistance, de René Cassin et du Constituant Allemand de 1949.
Voir plus Voir moins
Françoise Gosselin Philippe Viard
Le crime contre la condition de l’homme Sur le nazisme, ses commencements et ses suites
Le crime contre la condition de l’homme
FrançoiseGosselinPhilippe Viard Lecrime contre la condition del’homme Surle nazisme, ses commencements et sessuites
© L'HARM ATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04973-1 EAN : 9782343049731
Nos lectrices Cécile Chaduteau (Bruxelles), Nicole Fanti (Limoges), Dominique Terres (Paris) et Sylvaine Vol (Compreignac) ont bien voulu nous assister et nous éclairer. Qu’elles en soient chaleureusement remerciées. Nous n’oublions pas le soutien fraternel de Pascal Dejammet et Christian Laurance du Cercle Condorcet de la Creuse ainsi que ses sympathisants. Nous tenons à remercier Michel Chaduteau, pour ses conseils de lectures des œuvres de Jean-Pierre Dupuy, Karl Popper et Günther Anders, ainsi que Günther et Margrit Kurz-Böge pour la traduction de documents en langue allemande.
“ La nuit vient. Tous les bruits habituels de la gare : le roulement des trains qui passent, celui des chariots, les jets de vapeur, les sifflets entrent dans le wagon. Le wagon reste immobile. Du quai, on doit voir un wagon de marchandises, un numéro, une lucarne ; un wagon pareil à ceux qui restent pendant des jours immobiles sous la pluie et le soleil. A l’intérieur de celui-ci, il y a des hommes. ” Robert Antelme,L’espèce humaine.