Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le poème de Saint-Louis du Sénégal

De
132 pages

Cet essai retrace l'histoire de Saint-Louis très riche en légendes, en événements fatidiques, et en vérité tues. L'auteur nous éclaire à travers les multiples faits qui jalonnent la naissance de la ville de Saint-Louis qui a subi diverses influences au cours de son évolution.

Publié par :
Ajouté le : 01 septembre 2012
Lecture(s) : 35
EAN13 : 9782296502239
Signaler un abus








L
E POÈME DE
S
AINT
-L
OUIS DU
S
ÉNÉGAL

L’île de Ndar, fiancée de son âme (869-1364-1659)

Du même auteur

L’enfant de Balacos
, roman, Paris, Publibook, 2002

Le chemin de l’oublieux
, roman, Paris, Publibook, 2005

Échos d’un regard lointain
, roman, Paris, Publibook, 2006

La rébellion des silences,
roman, Paris, Menaibuc, 2008

Échos d’un regard impalpable,
roman, Paris, Menaibuc, 2011

















Malick Diarra








L
E POÈME DE
S
AINT
-L
OUIS DU
S
ÉNÉGAL

L’île de Ndar, fiancée de son âme (869-1364-1659)





































© L’H
ARMATTAN
-S
ÉNÉGAL
, 2012
« Villa rose », rue de Diourbel, Point E, DAKAR


http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
senharmattan@gmail.com

ISBN : 978-2-296-99522-2
EAN : 9782296995222



Dépossédés de leur liberté matérielle, les
aïeuls n’ont jamais voulu renoncer à aucune
parcelle de leur liberté morale.



« La parole des griots garde les éléments du
passé qui, par la répétition, immortalisent
les traces ».
Penda Magatte M’Boup (1855-
1976)

7






D
ÉDICACE

À la mémoire des ombres aimées du Sénégal qui cultivaient un
équilibre sympathique.
À la mémoire de deux figures captivantes de Ndar :
Grand Insse et Heukheu, qui, par le kassack (chants nocturnes
pendant le temps que dure la guérison des circoncis) dans les quartiers, ont
structuré la pérennité de la sociabilité juvénile.
« Il faut attaquer la mort sur son propre terrain, celui de l'existence et
vivre dans la mémoire des hommes. »

L. S. Senghor

9





R
EMERCIEMENTS

Un immense remerciement à Mme Devillers, à
M. Nidelet et au personnel de la bibliothèque Jean Renoir de
Dieppe qui m’ont permis d’accéder aux fonds anciens de la
marine normande du 14
ème
au 17
ème
siècles.
À René Tamarel, ce chercheur en plongée sous-marine à
Dieppe à qui je rends hommage.
Mes remerciements à Pierre Ickowich, conservateur en
chef du Chateau Musée de Dieppe.
À ces Fils de la Terre, aux esprits sensibles rencontrés à
Essaouira, à Marrakech, à Amsterdam, à L’IFAN de Dakar,
à Pondichery, à Paris et à Barcelone qui m’ont jeté la
semence à pleine volée pour arracher mon ignorance,
j’adresse mon salut.
Aux Griots du Walo, du Fouta, aux Dyalis du Niger, du
Bassin du Sénégal, de Djenné, de Gao, de Gourèye et de
Tombouctou, avec leur fièvre et leur génie, qui ont cultivé
avec délice la dette de la mémoire sans faire d’exégèse sur
l’histoire officielle. Cependant, en dépit des vents contraires
des systèmes, ils ont ramé tout en halant sur la nef envasée de
traditions d’honneur et ont fait fuser une réplique : qu’un
manque de preuve n’est pas absence d’historicité et que
l’itérativité de leur transmission orale pourrait immortaliser le
sens de l’héritage.

11


Le p

oèm

e

d

e

S

a

i

n

t

-Lou

i

s

d

u

S

én

éga

l