Le progrès des Noirs aux Etats-Unis

De
Publié par

Pendant longtemps, les Noirs aux Etats-Unis ont subi de mauvais traitements : esclavage, racisme, ségrégation, etc. Le Mouvement des droits civiques dirigé par le pasteur Martin Luther King Jr. leur a finalement ouvert des portes jusque-là fermées dans les domaines économique, social et politique. Malgré ces avancées indéniables, l'égalité raciale entre Noirs et Blancs n'est toujours pas une réalité aux Etats-Unis et le rêve d'égalité de Martin Luther King Jr. reste toujours un mythe.
Publié le : samedi 15 août 2015
Lecture(s) : 5
Tags :
EAN13 : 9782336389325
Nombre de pages : 492
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Inalement ouvert des portes, jusque-là restées closes. Ainsi,
Noirs et Blancs n’est toujours pas une réalité aux États-Unis. Ces progrès nous permettent d’afIrmer que l’égalité est
publications scientiIques.
naté BakaryKo
LE PROGRÈS DES NOIRS AUX ÉTATS-UNIS
1960-1990 : mythe ou réalité ?
L’ armattan International Burkina Faso
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-07021-6 EAN : 9782343070216
2
LE PROGRÈS DES NOIRS AUX ÉTATS-UNIS
Bakary KONATÉLE PROGRÈS DES NOIRS AUX ÉTATS-UNIS 1960-1990 : mythe ou réalité ?
DÉDICACE
Je dédie cette thèse à plusieurs personnes qui m’ont façonné ou qui compte pour moi : Ma mère, Haoua Konaté, et à mon père, Mamadou Konaté, arrachés à notre affection respectivement le 18 janvier 1997 et le 4 avril 2000. Ces lignes sont un signe de reconnaissance pour tout ce que je leur dois, à commencer par la vie elle-même. Sans eux, je n’aurais jamais vu ni le jour se lever, ni le soleil briller et je n’aurais jamais pu être là où je suis aujourd’hui. La seconde épouse de mon père, Sita Ouhôfé Traoré qui, bien que ne m’ayant pas donné directement la vie, m’a aussi façonné. Malheureusement, elle aussi nous a quittés prématurement en juillet 1992. Mon épouse, Madame Konaté née Clarisse Bougou Traoré, et nos enfants — Sié Didier,Sondé Serge Kotolama Serge Armel et Yé Wassa Amandine — sans la COMPRÉHENSIONet le soutien desquels ce travail aurait été impossible. Toutes les personnes, proches ou lointaines, qui ont contribué à leur façon à faire de moi ce que je suis.
REMERCIEMENTS
À tout seigneur tout honneur. Je remercie du fond du cœur le Pr Marième SySidibé de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) au Sénégal pour avoir été à la base de cette thèse, à un moment où je ne savais plus àquelle porte taper. Je lui en serai éternellement reconnaissant. Je suis également reconnaissant au Pr Amadou Bissiri pour avoir accepté deprendre la relève pour diriger cette thèse. Je le remercie pour sa patience et la promptitude avec laquelle il a toujours lu les parties que je lui remettais pour avis. Je n’oublie pas, évidemment, le Pr Cheikh Ahmadou Dieng de l’UCAD, pour sa co-direction. Je remercie très sincèrement le Ministre des Enseignements Secondaire, Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Pr Joseph Paré, qui, par une « aide spéciale », m’a permis de mener à terme ce travail. Mention spéciale doit être faite à Madame Maïmouna Kambou et Monsieur Julien Ouédraogo qui m’ont aidé pour la mise en forme finale du document. Enfin, je reste reconnaissant à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, m’ont toujours encouragé afin que je n’abandonne jamais. Que le Seigneur vous bénisse tous.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.