Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Le Pull-over de Buchenwald

De
256 pages
« Je suis un miraculé. J’aurais dû être déporté à Auschwitz et gazé comme la quasi-totalité des 76 000 juifs de France arrêtés. Mais j’ai été interné à Buchenwald. J’aurais pu, à Buchenwald, mourir d’épuisement dans la sinistre carrière où les déportés devaient extraire des pierres sous les coups des surveillants SS. Mais je n’y ai presque jamais travaillé. J’aurais pu être battu ou même tué parce que j’avais, un jour, donné un coup de pied à un Stubendienst. Mais il ne m’est rien arrivé. J’aurais pu succomber aux graves infections que j’ai contractées. Mais ma constitution physique m’a permis de m’en sortir. J’aurais dû, pendant l’évacuation forcée vers Buchenwald pour fuir les Américains, traînard épuisé au bord de la route, recevoir une balle de SS dans la nuque. Mais cette balle, je ne l’ai pas reçue. J’aurais dû, à l’issue de cette évacuation, arriver à Buchenwald et repartir vers l’Est dans une « marche de la mort ». Mais, inexplicablement, j’y suis arrivé trop tard et juste à temps pour me faire libérer. En 1945, après mon retour, j’ai voulu effacer de ma mémoire le souvenir de ma déportation. Mais n’était-ce pas injuste vis-à-vis des hommes qui étaient à mes côtés, notamment mon père, un homme d’un courage et d’un optimisme extraordinaires, qui n’a cessé de me protéger jusqu’à sa mort ? » D’une admirable simplicité, ce récit est le bouleversant témoignage d’un adolescent déporté dans les camps de la mort pour la seule raison qu’il était juif. Le lecteur n’en sortira pas indemne.
Voir plus Voir moins
LE PULL- OVER DE BUCHENWALD
BERTRAND HERZ
LE PULL- OVER DE BUCHENWALD
« J’avais 14 ans dans les camps de la mort »
TALLANDIER
© Éditions Tallandier, 2015 2, rue Rotrou – 75006 Paris www.tallandier.com
Mon arrièregrandpère, le peintre Gottlieb Herz (18101897).
Mes parents, Louise et Willy, entre septembre 1939 et mai 1940, au Vésinet.
À l’école communale, en 1937.
Le tableauPremière Communion(1841), qui est en cours de restitution dans la famille.
Les trois enfants Herz, en juillet 1942, au Vésinet (de gauche à droite) : JeanClaude (16 ans), Bertrand (12 ans) et Françoise (17 ans). Ma sœur porte l’étoile jaune.
MA
Photos © Coll. part.
À BUCHENWALD
La lettre que j’ai écrite à M. Reussner, notre voisin au Vésinet, le 15 avril 1945, quatre jours après la libération du camp.
© Coll. part.
Une des lettres en allemand que ma mère a envoyée depuis le camp de Ravensbrück, en décembre 1944. Probablement la dernière avant sa mort, le 29 décembre.
Cidessous : plan du camp de concentration de Buchenwald (1944). Mon bloc était le 61.
BLOC 61
© Coll. part.
© D.R.
© Coll. part.
À gauche, la stèle dédiée à mon père au cimetière d’honneur de Mühlhausen (Thuringe), juste après la libération du camp. À droite, la tombe de mon père, créée en 1958, à la nécropole nationale de la déportation au Struthof (Alsace).
© JeanUlrich Koch/Pool/epa/Corbis
© Martin Schutt/epa/Corbis
© Coll. part.
Cicontre en haut : avec Angela Merkel et Elie Wiesel, lors de la visite du camp par Barack Obama, en juin 2009. Son grandoncle a été un des soldats qui ont libéré le camp.
Cicontre en bas : avec un déporté canadien, Ed Carter e Edwards, pour le 69 anniversaire de la libération du camp, en avril 2014.
Cidessous : avec l’écrivain Jorge Semprun, car lui aussi a e été déporté à Buchenwald, pour le 65 anniversaire de la libération du camp, en avril 2010.
© Coll. part.
A
PR
© Coll. part.
MA REVANCHE SUR HITLER
À mon retour à Paris, en mai 1945.
© Peter Hansen
© Coll. part.
À Polytechnique (19511953).
Mes trois enfants, en juillet 1965 (de gauche à droite) : Florence (4 ans), Olivier (5 ans) et Véronique (6 mois). Je suis aujourd’hui le grandpère de cinq petitsenfants !
À Weimar, en avril 2010, pour enseigner le devoir de mémoire à des lycéens.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin