Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 38,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les Déportés en Isère (Tome I)

De
660 pages
En mai et juin 1945, les Isérois survivants des camps de la mort arrivent à Grenoble. Un an après, ils attendent toujours reconnaissance, écoute et compréhension au regard des souffrances endurées au nom de la patrie, alors que les Isérois se sont détournés de la logique de guerre. De cette dichotomie naissent l'incompréhension et la nécessité pour les survivants de créer des groupes associatifs dans le but d'obtenir statuts spécifiques et prises en charge par la nation...
Voir plus Voir moins

!"$%&'()%" !*+",(!
!"#$%"&' ('#)##%*")$"%+# ,
-'+.#' '$ &'/'+("*)$"%+#
-./012.//34
0%1' 2 !"#$&#"#'!$ ()"
3')+45"66")17'&'81'9:
7"&'*$';&)(<%"+$ (' 6=2+#$"$;$ (=>$;('#?%6"$"@;'# ('-&'+%A6'
B=C("$"%+ (' *'$%;/&)D') C$C'EE'*$;C' #%;# 6) &'#F%+#)A"6"$C('?"'&&'G&%*':
GH)&DC('1"##"%+ #;&6) F%6"$"@;'('F;A6"*)$"%+:)/'* 6) *%66)A%&)$"%+
('-"#.6'?';*H6'#$&)(' '$I&C(C&"*J*H1"$$:K+"/'&#"$C?"'&&'L'+(.#I&)+*':-&'+%A6' MN
O !"#$%#&&#'(*+,+
-./( $01213!45631 7638&159':;01< /-++-=#$:>
H$$F,PPQQQN6"A&)"&"'H)&1)$$)+N*%1
("EE;#"%+NH)&1)$$)+RQ)+)(%%NE&
H)&1)$$)+SRQ)+)(%%NE&
2JTU,VWX4M4MVY4SSXYV4Z
[\U,VWXMMVYSSXYVZ])&"+ 7K?2U\^4T[7I_`7
!"$%&'()%"!*+",(!
!"#$%"&' ('#)##%*")$"%+# ,
-'+.#' '$ &'/'+("*)$"%+#
-./012.//34
20%1'
*) *#+")#"#$ &$, -./)0#1! ,
JC&"'aLC1%"&' ('#\6F'# b
!"#$%#&&#'*) *#+")#"#$ &$,-./)0#1!,
7"&"DC' F)& 0H"'&&8 LC+"##"'&: (%*$';& (' 6=[![JJ: L)c$&' (' *%+EC&'+*'# ('
FH"6%#%FH"' F%6"$"@;'d6=K+"/'&#"$C ?"'&&' L'+(.# I&)+*': -&'+%A6' M: '$ ?"'&&'
G&%*': *H)&DC(' 1"##"%+ #;&6) F%6"$"@;' (' F;A6"*)$"%+ (' 6=K?LIN
*) *#+")#"#$ &$, -./)0#1!,$,1 .0$ 2344$21#3023!&#1!$()"4$, 5&#1#30, *6-)"/)11)0 $1
4670#8$",#1! 9#$""$ :$0&;, <")02$ &$ ="$03+4$N 7'#$"+C'd &'*'/%"&: ()+# #'#("/'&#'#
#C&"'#: ('#$'e$'#*%;/&)+$ $%;$ 6'*H)1F('# #*"'+*'# #%*")6'#'$H;1)"+'#: #%+
*)&)*$.&';+"/'&#"$)"&'6;" E)"$ ('/%"&'$F&"/"6.D'('F&%1%;/%"& ('#$&)/);e ('
<';+'#);$';&#);$)+$ @;'('*H'&*H';&# *H'/&%++C#N
:$/+"$, &.>30,$#4,2#$01#?#@.$ &$4) 2344$21#30, 0H"'&&8 LC+"##"'&: 2#$02$, &$ 46-3//$ A
\6)"+ JF)6)+9)+": =$,1#30 A I)++8 G%;6%1A: 52303/#$ A 3C&f1' I'&&)+(: B"3#1 A
?"'&&'];g)Qg): 934#1#@.$ $1 C$""#13#"$ A3)*@;'#I%+$)+'6: !"#$ a>D1!>3.", b A3')+4
5"66")17'&'81'9: #C&"'# a :!/3#"$ &$,E4($,b '$ a $01#$",&$4)*#+$"1! b
JC&"' a :!/3#"$ &$,E4($, b
G'$$' #C&"'$&%;/' #'#%&"D"+'# ()+# ;+F&%D&)11' 2+$'&&'D\6*%$&) CF%+81': "+"$"C
'+ %*$%A&' MZZh '$&'D&%;F)+$ *H'&*H';&# '$ *%66'*$"/"$C# $'&&"$%&")6'#('`Hf+'4\6F'#:
?&%/'+*'4\6F'#4Gf$'4(=\9;&:?"C1%+$:B"D;&"'Ni 6) ("EEC&'+*'('6) #C&"' a $01#$",
&$ 4)*#+$"1!b: a :!/3#"$ &$,E4($,b *%1F&'+( ('#/%6;1'#)$$)*HC# #FC*"E"@;'1'+$
);1)##"E )6F"+: F&"/"6CD")+$ 6) FC&"%('('6)J'*%+(' -;'&&' 1%+(")6': #)+#
'e*6;#"/"$C, 6=;+ ('#F&"+*"F'# (; F&%D&)11'+='#$4"6 F)# (' &'F6)*'& 6'# \++C'#
+%"&'#()+# 6) 6%+D;'(;&C': (="+#"#$'& #;&6'# 'EE'$#('6) 1C1%"&')/)+$: F'+()+$ '$
)F&.# 6' *%+E6"$j\;##" 6) #C&"' #*&;$'4$4'66' H%11'#: E)"$#: #$&;*$;&'# '+ )1%+$
*%11''+ )/)6('6)J'*%+(' -;'&&' 1%+(")6': 6='##'+$"'6&C#"()+$ ()+# 6)
&'*H'&*H'('# &)*"+'#('6) 1C1%"&' (' *'$$' &CD"%+(=[;&%F': #"+%+ (' 6="('+$"$C
)6F"+'N
7)+# 6) #C&"' a:!/3#"$ &$,E4($, b
7)+"'6 3N -`\U-[: B. :D4$ ). :)@.#,&$, =4#;"$,F G#$$1/3"1&6.0 H$.0$ I!,#,1)01 ,)83J)"&A 9).4 *$,(#0$
KLMNOPLMQQR:MZZWN
!C6.+' T\`2_047KG!kU [: \&"#$"(' G!\LT\l '$ GH)+$)6 I_U0\U[B: >S"30#@.$,&$ =.$""$F E01SJ
LMLQPLML T:MZZWN
7)+# 6) #C&"' a $01#$",&$4)*#+$"1! b
?);6 02BB\`7:*$()#0 &$,1$/(, /).&#1, m&%1)+n: #;"/"(':).1S).,$0 m$C1%"D+)D'n: MZZWN
7[I[UJ[7[ B=!_LL[:*$, 1!/3#0,@.# ,$ ?#"$01 !'3"'$":MZZWN
\1)+("+' `_G!\J:*)-)0&,2S)"F-#,13#"$&6.0$ &#8#,#30 &$ U)??$0P +3,0#)@.$:MZZWN
3')+45"66")1 7[`[^L[l:*$"$?.'$$14$(#;'$V 4$, W.#?, &)0, 4$,E4($, KLMXTPLMQYR:MZZXNiJ$'E)+: 1%+ E"6#
26'#$ ('# H"#$%"&'#@;="6 +' E);$ F)#%;A6"'&:
[$$&)+#1'$$&' oI$/$"2#$/$01,
[0`\p\2B 7[ B_U-K[!\B[2U[ q (%*$%&)$'$F;A6"*)$"%+q (%"$A');*%;Fd
*'&$)"+'# F'&#%++'#NL'# &'1'&*"'1'+$#"&%+$d'66'#NG
0%;$(=)A%&(: 6'#$C1%"+#N!'+&87;EE%;&(:`%D'&I6';&8:[(%;)&(T%&('$:
?);6-;"66'&1"+'$:GH)&6'#T&;+:G)1"66'\&1)+(:`%D'&-&)+(%+":[1"6'_((%;e: '$
J"1%+'B)D&)+D'%+$ '; 6) F)$"'+*' '$ 6) ("#F%+"A"6"$C F%;&&CF%+(&'d1'# +%1A&';#'#
@;'#$"%+#: 6'#1%$#F%;&&"&'F)&E%"# ()+# *'# '+$&'$"'+#'1F&'"+$# (' $)+$ ('(%;6';&N
r;="6# '+ #%"'+$ "*"1"66' E%"# &'1'&*"C#NB'# +%1A&';e);$&'#1'F)&(%++'&%+$ ('+'
F)# 6'#1'+$"%++'&+%1"+)$"/'1'+$: 1)"# "6# #%+$ F&C#'+$# (' $%;$'1)+".&'N 26#%+$
$%;#)FF%&$C6';&# $C1%"D+)D'#: 6';&# 6;1".&'#)/'*('#)**'+$#F&C*"';ed 1%+$&)/)"6
(=H"#$%&"'++' '$ *H'&#d 1%+*s;&NB) &"*H'##' (' 6';&F)&$"*"F)$"%+ '#$"+'#$"1)A6'N
[+#;"$' 6'#H"#$%&"'+#: '$ (=)A%&(>&"*p")6: 1%+("&'*$';& (' $H.#': F%;& 1=)/%"&
#;"/" '$ %&"'+$Ct #) F)$"'+*': #'# *%+#'"6# '$ #) 6'*$;&' 1C$"*;6';#' E;&'+$ ';e );##"
F&C*"';eN 26#F'&1"&'+$ ;+ '+&"*H"##'1'+$"+$'66'*$;'6*%+$"+;'6'$('# 1"#'#'+/)6';&
"1F%&$)+$'#N7=);$&'#F)&6';&&CE6'e"%+ '$@;"E;&'+$('#&CEC&'+*'#,\++'$$'5"'/"%&g)
F%;&#%+ $&)/)"6 #;& 6) 1C1%"&' ('6) (CF%&$)$"%+:T'&+)&(T&;+'$'); F%;&*'6;" #;& 6'#
:`'+C`C1%+(:3')+4?"'&&'\9C1)'$3')+43 g'&F%;&6';&"11'+#'DC+%*"('# )*@;'#T'*
*;6$;&'H"#$%&"@;': F)&1"(=);$&'#N
?;"#6=2+#$"$;$(=>$;('# ?%6"$"@;'# (' -&'+%A6''+ 6) F'&#%++' (;F%6"$%6%D;'
3')+45"66")17'&'81'9 '$ 6'#>("$"%+#B=!)&1)$$)+ F)&?"'&&'G&%*' @;" 1' F&%F%#.&'+$
'$ )**'F$.&'+$6) F;A6"*)$"%+ ('1) $H.#': ()+# 6' *)(&'(;F&%<'$ 2U0[``[-
LC1%"&' ('# \6F'# '$ );@;'6 <=)"F)&$"*"FCN r;="6##%"'+$&'1'&*"C# F%;&6) &'*%++)"#4
#)+*'(%+$ "6# 1' E%+$ 6=H%++';&:)"+#" @;' F%;&6' $&)/)"6 @;' <' 6';& &)<%;$')/'* *'$$'
F;A6"*)$"%+N
K+' F6)*' (%"$ );##" u$&'E)"$' );e F'&#%++'#@;" )FF%&$.&'+$6';&# )"('# d
6=%**)#"%+ ('1'# &'*H'&*H'#:*%11' 6'#)&*H"/"#$'#('#("/'&#'# 1;+"*"F)6"$C# "#C&%"#'#:
6' #'*&C$)&")$(;#)+)$%&";1 (' J)"+$4!"6)"&'4(;40%;/'$: '$ F;"# $%;$'# 6'#);$&'#@;" d
;+ 1%1'+$ %;d;+);$&'#;&'+$&CF%+(&'d1'#)$$'+$'#N7' 1u1': 6=)+*"'+("&'*$';&
(' 6=_EE"*' (CF)&$'1'+$)6('#)+*"'+# *%1A)$$)+$#'$/"*$"1'#('D;'&&':LNl)F)&;*H):
)"+#" @;' LN \&1)+(: *'6;" (' 6=)++'e' &;'('# L)&&%++"'&#: +%;# )FF%&$.&'+$6';&#
*%++)"##)+*'# '$ 6';& *%1F&CH'+#"%+('*'&$)"+# )#F'*$# (; 1%+('%vD&)/"$'+$6'#
)+*"'+# (CF%&$C#N
#"d GC6"+'@;" ';$6) $w*H'"+D &' '$ (' 6)[+E"+: ;+ 1'&*" );# &)$' (' 6) &'6'*$;
*%&&'*$"%+:d 1) 1.&'@;" 1='+*%;&)D') '$ 1' #%;$"+$:d$%;#@;" 1' #;FF%&$.&'+$d
$%;$ "+#$)+$:);##" A"'+ ()+# 6'#1%1'+$#(=';FH%&"' @;' ()+# *';e('(%;$'N
?%;&)*H'/'&: @;' *';e@;" +' #%+$ F)#*"$C# +' 1='+ /';"66'+$ F)#: "6# #%+$ ()+#
*' $&)/)"6: F)D')F&.# F)D'oJ_LL\2` [
`'1'&*"'1'+$# V
\A&C/")$"%+# S h
2+$&%(;*$"%+DC+C&)6' S W
-[U[J[
2+$&%(;*$"%+ xS
>S)(#1"$ Z , 1591%:'1%1'& :':&:#3 xx
>S)(#1"$ ZZ , ?5&10$> 1& 1'@10A 763:&:;01>1'B>C$1D
156'&1A&1213# 5$E#&:6'#2:$7:1''1 Xx
>S)(#1"$ ZZZ , 1$1&60$ 21>2E76$&E>F 3!#''6'51#>>65:#&:G1
1'&$1#&&1'&1>1&7$1%:1$>$1H$6071%1'&> SM W
>S)(#1"$ ZG , I'1 $E76'>12E5:>:G1F 3# 5$E#&:6'213!?JBK=B>C$1
1'&$1 5#2$1'#&:6'#31&'E51>>:&E>365#31> SXS
>S)(#1"$ G , I' L$6'&#>>65:#&:L0': M
J1> >5:>>:6'>F >7E5:L:5:&E>1&56%73E%1'&> MxS
`[p[U72G\02_UJ
2+$&%(;*$"%+ hZ W
>S)(#1"$ Z , ,NO-.,NOPF 31 56'&1A&121> $17$ E>1'&#&:6'> F
31 >&#&0&202E76$&E hS h
>S)(#1"$ ZZ , ,NOP.,NQ-FI' >&#&0&6021> >&#&0&> M hYh
>S)(#1"$ ZZZ , ,NO-.,NN-FJ1>$1G1'2:5#&:6'> 7$:%6$2:#31> F
$156''#:>>#'511&1A:>&1'511'&$1 yM x
G%+*6;#"%+ DC+C&)6' xM x
\++'e'# xhx
J%;&*'# xWx
T"A6"%D&)FH"' xVV
2+('e ('#+%1#('F'&#%++'# '$ (' 6"';e YM W
0)A6'('# 1)$".&'# Yxh56(%789)8'*"
\Gp- \+*"'+# *%1A)$$)+$# '$ /"*$"1'# (' D;'&&'
\72 \&*H"/'#(CF)&$'1'+$)6'#('6=2#.&'
\72I \##%*")$"%+ (CF)&$'1'+$)6' ('# (CF%&$C#: "+$'&+C# '$ E)1"66'#
\##%*")$"%+(CF)&$'1'+$)6'('#(CF%&$C#'$" +C#&C#"#$)+$#'$F)$&"%$'#\72`? +$'&
\L` \##%*")$"%+ ( '# 1%;/'1'+$# ('`C#"#$)+*'
\L \&*H"/'#1;+"*"F)6'#
\U \&*H"/'#+)$"%+)6'#
\U\G` \##%*")$"%+ +)$"%+)6' ('#)+*"'+# *%1A)$$)+$# &C#"#$)+$#
\Up\p \##%*")$"%+ +)$"%+)6' ('# /"*$"1'#('6=\66'1)D+''$(;+)9"#1'
\?4\72I2#.&' \&*H"/'#F&"/C'# (' 6=\##%*")$"%+ (CF)&$'1'+$)6' ('# (CF%&$C#:
"+$'&+C# '$ E)1"66'# (' 6=2#.&'
\?4\72`?2#.&' \&*H"/'#F&"/C'# (' 6=\##%*")$"%+ (CF)&$'1'+$)6' ('# (CF%&$C#:
"+$'&+C# &C#"#$)+$#'$F)$&"%$'# (' 6=2#.&'
\?4\1"*)6' (;
SSU%/'1A&' SVyh \&*H"/'#F&"/C'# (' 6=\1"*)6' (; SS +%/'1A&' SVyh
\`\G \##%*")$"%+ &CF;A6"*)"+'('#)+*"'+# *%1A)$$)+$#
\J \&1C' #'*&.$'
G!_BI G%11"##"%+ (=H"#$%"&' (' 6=_**;F)$"%+'$('6) 6"AC&)$"%+ (' 6)I&)+*'
GU` G%+#'"6 +)$"%+)6('6)`C#"#$)+*'
IC(C&)$"%+ +)$"%+)6' ('#)+*"'+# &C#"#$)+$#IU\`
IUG[\27? IC(C&)$"%+ +)$"%+)6' ('# *'+$&'# (=[+$&)"(' ('# "+$'&+C# '$ (CF%&$C#
F%6"$"@;'#
IU72? IC(C&)$"%+ +)$"%+)6' ('# (CF%&$C#'$"+$'&+C#F)$&"%$'#
` IC(C&)$"%+ +)$"%+)6' ('# (CF%&$C#'$"+$'&+C#( )`C#"#$)+*'IU72 '6
IU72`? IC(C&)$"%+ +)$"%+)6' ('# (CF%&$C#'$"+$'&+C# &C#"#$)+$#'$F)$&"%$'#
I0?I I&)+*#4$"&';&# '$ F)&$"#)+# E&)+z)"#
I0?4L_2 I&)+*#4$"&';&#'$F)&$"#)+#qL)"+4(=s;/&' "11"D&C'
2!0? 2+#$"$;$(=H"#$%"&' (; $'1F#F&C#'+$
LU-?7 L%;/'1'+$ +)$"%+)6('# F&"#%++"'&#('D;'&&''$(CF%&$C#
LUG` L%;/'1'+$ +)$"%+)6*%+$&' 6' &)*"#1'
L`72 L;#C' (' 6)`C#"#$)+*''$(' 6) (CF%&$)$"%+(' 6=2#.&'
_EE"*' +)$"%+)6('#)+*"'+# *%1A)$$)+$#_U\G
_J[ {;/&' (' #'*%;&#);e '+E)+$#
?GI ?)&$"*%11;+"#$' E&)+z)"#
?`_ ?)$&"%$'#&C#"#$)+$#d 6=%**;F)$"%+
#'"D+'1'+$#DC+C&);e`- `'+
J_B J'&/"*' (=%&(&'6CD"%++)"&'
JJ 2S.1[,1)??$4 mC*H'6%+ (' F&%$'*$"%+n
J0_ J'&/"*' (; $&)/)"6 %A6"D)$%"&'
KI\G K+"%+ ('# EC(C&)$"%+# (=)+*"'+#*%1A)$$)+$#
KL\G K+"%+ 1;$;)6"#$' ('#\+*"'+# *%1A)$$)+$#
KUG K+"%+ +)$"%+)6' ('# *%1A)$$)+$#
KU\72I K+"%+ +)$"%+)6' ('#)##%*")$"%+# (' (CF%&$C#: "+$'&+C# '$ 6';&#E)1"66'#
K+"%+ ('#3;"E# F%;&6)`C#"#$)+*''$6='+$&)"(K3`[ '
ShPRÉFACE
UJOURD’HUI,onlesait,le«Devoirdemémoire»s’imposecommeunimpératifditA « citoyen », voire une obligation morale, poussant vers le néant le « droit à l’oubli »
1revendiqué par d’aucuns . Dans la construction de cette mémoire, le rôle des témoins a
été privilégié, prenant même parfois, dans certains cas, l’avantage sur celui des histo-
riens. Ces témoins œuvrent ou plutôt œuvraient – car ils disparaissent progressivement
– individuellement mais aussi collectivement dans le cadre d’associations qui fleurirent
dès la Libération, associations d’« anciens combattants » dont celles de la Grande guerre
avaient fourni le modèle, mais aussi associations de ce type nouveau d’acteurs que
généra la Seconde Guerre mondiale, les déportés.
Or, si les associations d’anciens combattants ont leurs historiens, au premier
2 3rang desquels Antoine Prost , si la Légion des combattants a aussi trouvé le sien , il
n’en va pas de même pour celles regroupant les anciens déportés. Aujourd’hui, grâce à
la thèse de Karin Dupinay-Bedford, consacrée aux associations de déportés d’un dépar-
tement connu pour son rôle dans la Résistance, le département de l’Isère, un nouveau
pas a été franchi dans la connaissance de ce milieu si particulier. D’autant que ce travail
universitaire s’appuie, comme il se doit, sur un impressionnant corpus, archivistique
bien sûr, mais aussi procédant du recueil méticuleux de témoignages oraux.
La déportation constitue un phénomène historique ancien, dont nous n’avons
pas encore exploré tous les avatars, qui connut des formes paroxysmiques à l’époque
contemporaine, avec l’émergence des régimes totalitaires. Aujourd’hui encore, le vocable
évoque principalement, dans la mémoire collective, le seul régime nazi et la Seconde
Guerre mondiale.
Même dans ce cadre historique précis, les termes mêmes de « déportés », de
« déportation », prêtèrent et prêtent encore à discussion, voire à polémique, d’aucuns se
réclamant, indûment aux yeux des « vrais » déportés, d’une appellation devenue
méliorative : ne vit-on pas certains travailleurs en Allemagne, y compris des volontaires,
s’autoproclamer « déportés du travail » ? Même en écartant cette catégorie, les clivages
persistent entre déportés raciaux, déportés politiques, anciens otages. La déportation ne
fut pas une mais multiple, le vécu des uns ne correspondant pas toujours à celui des
autres, en dépit de bien des traits communs, l’asservissement, l’humiliation, la souffrance.
1 Ferenczi Thomas (dir.), Devoir de mémoire, droit à l’oubli ?, Bruxelles, Editions Complexe, 2002, 286 p.
2 Prost Antoine Les anciens combattants et la société française. 1914-1939, Tome I : Histoire, Tome II :
Sociologie, Tome III : Mentalités et idéologies, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences
politiques, 237 + 261 + 268 p.
3 Cointet Jean-Paul, La Légion française des combattants, 1940-1944. La tentation du fascisme, Paris, Albin
Michel, 1995, 462 p.
15Dans ces conditions, la mémoire de la Déportation et, partant, les associations
et leur rôle, ne pouvaient être semblables : le déporté du fait de sa seule naissance, celui
qui le fut pour ses actions de Résistance, enfin le déporté par hasard, le premier destiné
le plus souvent à l’extermination rapide, les autres à la mort lente généralement par le
travail, ne véhiculent pas la même mémoire. D’autant que les premiers appartenaient à
ce que, faute de terme plus approprié, nous appellerons une « communauté », elle-même
traversée du clivage parfois déterminant entre Français et étrangers. La création de
l’« Amicale d’Auschwitz », comme le montre Karin Dupinay-Bedford, répondit à cette
nécessité de porter un témoignage spécifique, celui des survivants de la Shoah.
Partage aussi la Déportation une autre dichotomie, à laquelle nous donnerons
une appellation réductrice mais parlante : la politique. L’enjeu de la mémoire, à la Libé-
ration, est tel que les choix politiques des déportés intervinrent quasi immédiatement.
Karin Dupinay analyse avec une grande minutie l’apparition, puis l’ossification de
clivages politiques entre rescapés, clivages remontant parfois à l’avant-guerre, appro-
fondis par la guerre et surtout par la Guerre froide. Cette coupure entre ceux qu’il faut
bien appeler les communistes, arc-boutés à la Libération sur le prestige du « Parti des
75 000 fusillés », alors premier parti de France par le nombre de militants, de « compa-
gnons de route » et d’électeurs, sur celui de l’URSS qui réussissait à faire oublier le mois
d’août 1939 et ce pacte qui, à bien des égards, fut une alliance entre les deux pôles du
totalitarisme, et leurs adversaires politiques d’alors, gaullistes principalement, hommes
de droite en général, perdure.
Elle prend un tour nouveau avec l’élargissement du recrutement des associa-
tions d’abord aux familles, principalement aux descendants directs, puis aux « amis ».
Ainsi voit-on aujourd’hui, comme dans le champ de la Résistance, des associations de
« Fils et de filles de déportés juifs de France », d’« Amis de la Fondation de la Dépor-
tation », conservant les spécificités des déportations : pour ne citer que l’association des
« Amis de la Résistance », très active en Isère, ne doit-on pas relever son ignorance
4systématique – et symptomatique – de l’orthographe même d’« Auschwitz » ?
En outre, par-delà les clivages politiques, l’instauration d’une certaine mémoire,
existaient et existent aussi des intérêts matériels : être reconnu « déporté » par l’État,
c’est aussi ouvrir la voie à d’éventuelles compensations financières, au demeurant fort
méritées. Ainsi vit-on naguère des enfants de déportés politiques réclamer les mêmes
avantages que les descendants de déporté raciaux.
Nous n’aurons garde d’oublier non plus les rivalités personnelles, voire de
clochers, qui traversent, non sans susciter un humour involontaire par leur caractère
picrocholin, cette histoire des associations de déportés de l’Isère.
On comprend donc tout l’intérêt que prend l’édition de cette belle thèse de
Karin Dupinay : montrer à un public qu’on espère vaste ces cheminements de la
mémoire de la Déportation, à travers les différents prismes qu’elle emprunte, les enjeux
qu’elle suscite hier comme aujourd’hui, les situations nationales, locales et personnelles.
Jean-William DEREYMEZ,
Directeur-adjoint
de l’Institut d’études politiques de Grenoble.
4 Cf. certains articles de Martine Peters dans Résistance Isère, le périodique de cette association.
16INTRODUCTION GÉNÉRALE
ES RESCAPÉS isérois des camps de concentration nazis rentrent en mai-juin 1945,
chargés d’un vécu terrible et d’une espérance à la mesure de la négation subie : ilsL
veulent une reconnaissance et des droits spécifiques, ces derniers inimaginables avant le
printemps. L’étude de l’histoire des associations d’anciens déportés le montre : les
rescapés des camps vivent à l’automne 1944 un parcours qui n’a pas de nom dans les
bouches des Dauphinois et qui perdure jusqu’aux libérations de camps.
Deux mois après leur retour, les survivants vont se regrouper. Le sujet que
nous avons choisi apparaissait a priori simple : ils sont rentrés et se sont rassemblés. En
fait, rien ne fut simple et leurs discours, leurs souvenirs, le disent : si la lutte contre
l’ennemi fut un puissant élément fédérateur, les attitudes de la société le furent aussi,
sur fond de guerre froide naissante et d’oppositions politiques. L’expérience des
déportés se situait au-delà de ce que la commune humanité pouvait et voulait entendre,
les retranchant des images traditionnelles du combattant.
Les déportés commencent à percevoir cette spécificité le jour où ils montent
dans les wagons à bestiaux : nul être humain n’y a été enfermé auparavant ; nul ne fut
réduit à l’état de bête pour la simple raison d’avoir été de confession juive, ou d’avoir
dit non à une situation réduisant la patrie en esclavage. Nul n’a osé encore commettre
l’ignominie de réduire des hommes, des femmes et des enfants à l’état de néant de
5manière industrielle . Dans ce contexte, qu’ont fait les Isérois ? En quoi se distinguent-
ils des autres déportés, puis des autres résistants à leur retour, dans le groupe spécifique
qu’ils créent ? Ils sont les seuls anciens combattants à avoir pris comme point de
référence, trois ans après la guerre, un texte symbolique, la Déclaration universelle des
droits de l’Homme, pour davantage légitimer leurs demandes identitaires et leurs
6revendications .
Elle fut adoptée par l’ONU le 10 décembre 1948. En écho, la FNDIRP a
précisé par la voix de son secrétaire, Charles Joineau, une idée née en 1945 et rappelée
encore par la suite : « Les Résistants, en défendant leur patrimoine commun, contribuent
7aujourd’hui encore à la défense des libertés » .
5 Mais le massacre de peuples entiers n’est pas un fait nouveau, cf. par exemple, Bernard Bruneteau, Le
siècle des génocides. Violences, massacres et processus génocidaires de l’Arménie au Rwanda, Paris, Armand Colin,
2004, 253 p.
6 Cit. in, Les droits de l’Homme, les droits des nations et la paix. Pactes internationaux et autres documents, Paris,
FNDIRP, 1976, « Déclaration universelle des droits de l’homme », préambule, p. 15-16.
7 Ibidem, p. 167.
17De même, dans les considérations générales consacrées aux « Aspirations communes »
des déportés, internés, familles de disparus et la liberté, la première association d’anciens
déportés de France dit ceci :
« Les déportés, les internés, en raison des souffrances endurées dans les prisons et les camps de
concentration nazis et fascistes, les familles des morts victimes de la barbarie, sont particulière-
ment sensibles à la sauvegarde et à l’évolution des droits de l’homme, de la justice et des libertés.
Notre FNDIRP s’honore d’être restée, depuis sa création, fidèle aux idéaux qui animaient les
résistants et d’avoir combattu sans relâche pour que les hommes vivent égaux en droits et
8s’épanouissent dans la paix, sans contraintes ni aliénations » .
Ces paroles ont été prononcées plus de trente ans après la libération des camps, mais
elles constituent un bilan des années précédentes, et une introduction à celles qui
suivent.
En effet, les rescapés des camps sont rentrés meurtris, marqués à jamais par ce
qu’ils ont vu, connu et ressenti. Ils sont des combattants, sacrifiés pour la liberté, au
nom de la patrie, qu’ils soient résistants, raflés ou juifs. Ce qu’ils ont subi, nul ne le sait
en 1944, peu le savent encore en 1945. L’homme se refuse à croire l’inavouable, parce
que c’est horrible, parce que justement, ce serait dire que des hommes peuvent parfois
s’être comportés comme des bêtes ; et ceci n’est pas acceptable.
Cela l’est encore moins en Isère où l’image glorieuse du combattant alimente un
mythe, celui du Dauphinois combattant par essence, que Jules Michelet avait décrit
dans son Tableau de la France :
« Là [en Dauphiné] commence cette zone de pays rudes et d’hommes énergiques qui couvrent
la France de l’Est. D’abord le Dauphiné, comme une forteresse sous le vent des Alpes […Les
populations] se définissent par un vigoureux génie de résistance et d’opposition […]. Cela
peut être incommode au-dedans, mais c’est notre salut contre l’étranger. […] Il y a là, sur la
frontière, des villes héroïques où c’est de père en fils un invariable usage de se faire tuer pour le
9pays » .
Si cette description relève beaucoup du mélange entre l’histoire universitaire et les
histoires traditionnelles, elle met surtout en valeur une évidence : depuis des siècles,
semble-t-il, la région s’illustre par une formidable volonté de ne pas se fondre complète-
ment dans l’anonymat national, de protéger son histoire qu’elle veut indépendante, de
montrer une gloire à laquelle elle s’attache à travers des événements nationaux dans
10lesquels elle s’illustre par sa précocité .
Mais Grenoble n’est pas tout le Dauphiné, et elle est aussi la capitale
géographique des Alpes, le chef-lieu de l’Isère, département situé au Sud-est de la
France, de Lyon, au Nord des Alpes de Haute Provence, à deux heures de l’Italie, et un
11lieu de passage stratégique entre ce pays et la France depuis des siècles .
8 Ibid, p. 165.
9 Jules Michelet, Tableau de la France, Paris, Olivier Orban, 1987 (rééd.), p. 89-90.
10 Ibidem, p. 93, au sujet de la Révolution française : « Aussi la Révolution française n’a point été sanglante à
Grenoble ; elle y était faite d’avance ».
11 Jean-Claude Duclos (dir.), 1939-1945. L’Isère en Résistance. L’espace et l’histoire, Grenoble, Le Dauphiné,
2005, p. 8.
18Quatre villes diversement importantes y prennent place, Grenoble, et les deux
sous-préfectures, d’une part La Tour-du-Pin au Nord, avec Bourgoin-Jallieu plus loin,
et d’autre part Vienne au Nord-ouest :
Le département est principalement composé de deux ensembles. Au Nord, il s’ouvre
sur les larges plaines du Bas-Dauphiné et du plateau des Chambarands, et des Terres
Froides, espaces ruraux parsemés de quelques villes relativement importantes, dont les
deux sous-préfectures. Au sud, trois massifs montagneux entourent Grenoble : le
Vercors, la Chartreuse et l’Oisans, tous trois cadres de quelques-uns des principaux
12maquis de la Seconde Guerre mondiale en France .
Sans tendre à un déterminisme dépassé, cette configuration géographique a un
rôle dans les événements de la guerre : les hommes s’en servent, et cela explique des
attitudes, des faits et des absences.
Avant un développement plus important de notre introduction, il est nécessaire de
rappeler le cadre historique et événementiel dans lequel le département évolue pendant
la guerre, sans prétendre toutefois à l’exhaustivité. De cet ancrage, quatre orientations
sont suivies, annonçant les analyses faites ultérieurement sur cinquante années
d’histoire des associations d’anciens déportés en Isère.
Il nous a semblé pertinent de situer nos recherches dans le cheminement de
longue haleine qui les a légitimées et rendues évidentes. Notre travail fait suite à
d’autres, élargissant la réflexion, l’orientant sur l’histoire associative. À partir de là, notre
démarche est expliquée avant d’aborder les sources et la bibliographie qui rendirent ce
travail possible. Cet ensemble a mis en valeur trois grands axes d’études.
12 Ibidem.
19Avant que la guerre ne soit déclarée, l’Isère devient un lieu stratégique qui
bénéficie d’une attention particulière par le gouvernement Daladier : le Pacte d’Acier
signé par Hitler et Mussolini déclenche le développement d’un système défensif qui
court à travers les Alpes et dont le département devient un des éléments, avec une ligne
Maginot des Alpes tracée de Nice au Mont-Blanc. Puis, la guerre est déclarée le 3 sep-
tembre 1939. Si les premiers mois du conflit se définissent en France par l’immo-
bilisme, le printemps 1940 débouche sur une offensive allemande qui balaie les armées
françaises, mais pas en Isère. Les chasseurs alpins qui se sont illustrés à Narvik les 23 et
24 mai, ont constitué une armée des Alpes qui s’illustre brillamment à la cluse de
eVoreppe, en tenant tête aux blindés du 3 régiment de Panzer allemand. Mais malgré ce
succès, le département appartient, pour reprendre les termes de Jean-Claude Duclos,
conservateur du Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, à « une France
vaincue, contrainte elle-même de faire allégeance à l’Allemagne victorieuse, via le gouvernement
13collaborateur du maréchal Pétain » . Après les traités d’armistice, elle est située en zone dite
libre. Sa proximité avec la Suisse la fait apparaître comme un lieu de refuge idéal : le
relief montagneux et sa « liberté » permettent à des personnes de s’y cacher en attendant
de pouvoir franchir la frontière vers le pays neutre. De fait, dès avant le début du
conflit, des populations vinrent se réfugier dans le département, le rythme s’accélérant
avec la déclaration de guerre. Cet afflux – Alsaciens-Lorrains, Belges, Juifs de toutes
nationalités – ne choqua pas les populations locales tant la pratique de l’immigration
14était répandue . L’occupation italienne de novembre 1942 au 8 septembre 1943 ne
remit pas en cause cette réalité, bien au contraire ; l’Isère devient une zone de refuge
15relativement sûre pour les Juifs .
Certes, mais le département devient aussi un lieu de combats : celui qui y fut
mené a été un des plus glorieux dans l’Histoire nationale, un des plus sanglants et un de
ceux qui alimentèrent les rouages concentrationnaires, spécificité qui fera apparaître
encore plus nécessaire la formation de groupes de survivants à partir de 1945.
Les cadres et les acteurs de la répression sont déjà en place, depuis le 27 juillet
1940 : ce jour, le centre de séjour surveillé de Fort Barraux est créé. Le 8 août, le préfet
vichyste Didkowski est nommé à Grenoble ; en novembre, l’École nationale des cadres
est ouverte à Uriage et dirigée par Pierre Dunoyer de Segonzac. Le 30 novembre, les
premiers militants communistes sont internés à Fort Barraux ; ils sont cinquante.
La colère commence à gronder dans certains groupes. En juin 1941, la police
grenobloise signale au préfet qu’une opposition est perceptible à travers des tracts, des
inscriptions pro-gaullistes sur les murs, à Grenoble et à La Mure, cité minière des
montagnes du sud du département. Durant l’hiver 1941-1942, une antenne des mou-
vements Libération, Franc-Tireur et Front national est créée à Grenoble. Combat l’est à son
tour lors d’une réunion chez Marie Reynoard, avec Henri Frenay, les 28 et 29 novembre
1941. En mars, le journal clandestin Les Allobroges commence à être distribué. Dès lors,
les faits s’enchaînent toujours plus vite.Les Isérois manifestent leur opposition à Vichy
par des rassemblements le 14 juillet, le 20 septembre pour la fête de Jeanne d’Arc, et le
11 novembre 1942. En parallèle, les arrestations se multiplient ; elles visent
13 Ibid, p. 12.
14 Ibid, p. 13.
15 Delphine Deroo, « Les organisations juives en action en Isère entre 1939 et 1945 », in MRDI, Être
juif en Isère entre 1939 et 1945, Grenoble, MRDI et Conseil général de l’Isère, 1997, p. 85.
20principalement les communistes et les Juifs étrangers – le 26 août, 200 sont arrêtés dont
20 sont envoyés à Fort Barraux. Quatre jours avant, le SOL est installé à Grenoble en
présence de Joseph Darnand. Répondent les premiers attentats, comme le 23 septembre
où des magasins appartenant à des membres du PPF sautent, et le 31 octobre où un
attentat a lieu contre l’office de placement allemand à l’hôtel Terminus à Grenoble.
Marie Reynoard est arrêtée durant l’automne, et Fort Barraux devient le lieu d’inter-
nement des « droits communs », communistes et opposants de toutes tendances, juifs,
internés qui partiront les premiers en déportation. De décembre 1942 à janvier 1943, le
premier maquis s’installe à la ferme Ambel dans le Vercors. Au même moment, Pierre
Dalloz, architecte, inspecteur des sites et résistant, met en place le « Projet montagnard ».
Le 28 février, la Milice s’installe à Grenoble et prend place dans l’ancienne École des
cadres à Uriage qui devient son école des cadres en mars. Le 4 mars 1943, le général De
Castiglioni s’oppose à la déportation des Juifs par le préfet. En mai, le bataillon Liberté
des FTP-MOI, formé d’étrangers, est créé. Le 17 mai, le Comité de l’Isère de la France
combattante l’est à son tour. Le 26 mai, le fichier du STO est détruit par le résistant
Raymond Nagel. Les 8 et 9 septembre, l’armée allemande arrive à Grenoble, ce que les
Italiens n’acceptent pas, déclenchant un affrontement avec leurs anciens alliés. Le
11 novembre, une manifestation patriotique a lieu à Grenoble ; 600 personnes sont
arrêtées, 399 sont déportées. Le 14 novembre, le résistant Aimé Requet fait sauter le
polygone d’artillerie. Les 25 et 26, une répression sanglante décapite la Résistance
iséroise : c’est la Saint-Barthélémy grenobloise. La répression s’intensifie, tout comme la
structuration de l’armée de l’ombre : le 25 janvier 1944 a lieu la réunion Monaco à
Méaudre et le Comité départemental de Libération nationale est créé. Dès lors, la
Résistance fait face à une traque acharnée de la part des nazis : le maquis de Malleval est
détruit le 29 janvier, une opération punitive a lieu à Vizille les 17 et 18 février, de
16nombreux Juifs sont arrêtés par les sbires d’Aloïs Brunner dans le département. En
mai, Grenoble devient le PC national du réseau Coty et le 6, le général Le Ray succède
au chef départemental FFI de Reyniès, arrêté. Un mois plus tard, un événement mili-
taire donne un nouvel élan à l’action résistante : le débarquement a lieu en Normandie.
Le 9 juin, le Vercors mobilise et déclenche la bataille ; il inscrit son acte héroïque en
lettres de sang : des troupes allemandes l’attaquent, des villages sont détruits, rasés, les
populations sont massacrées comme à Vassieux-en-Vercors, et les maquisards sont
abattus. Le 22 juin, le dernier convoi de déportés part de Fort Barraux ; les 14 et
18 août, des résistants et des Juifs sont exécutés par les Allemands pendant que les
combats font rage dans le département entre résistants et anciens occupants. Dès le
er22 août, les villes sont libérées les unes après les autres ; le 1 septembre, Vienne est la
dernière à l’être. Dorénavant, la liberté s’ouvre aux Isérois.
16 Aloïs Brunner fut un des hommes de main d’Adolf Eichmann, c’est un « spécialiste de la question juive
depuis 1938 ». Il a été chargé de la liquidation des communautés juives de Vienne, de Berlin et de
Salonique avant d’être envoyé en France en juin 1943. Tal Bruttmann le définit comme un « chasseur de
Juifs, doublé d’un tortionnaire ». Il devient le nouvel organisateur du règlement de la question juive en
France, sous les ordres directes du IV B 4 de Berlin, c’est-à-dire Eichmann. Il prend en main le camp
d’internement de Drancy, déclenche une répression contre les Juifs dans la région de Nice avant d’agir
de manière analogue en Isère en février-mars 1944, cf. Tal Bruttmann, La logique des Bourreaux. 1943-
1944, Paris, Hachette, 2003, p. 16-19.
21Mais des déportés, il n’est pas encore question, ou de manière très tronquée. Et
pourtant, ils vont s’imposer avec force après leur retour, ou plutôt après les quelques
retours, car ils seront peu nombreux à avoir survécu. Au début du mois de septembre
1944, les Isérois croient en l’avenir et se congratulent de la victoire, même si elle est
17teintée de souvenirs amers qui les ont changés bien plus qu’ils ne l’imaginent . Surtout,
ce qu’ils ignorent, c’est que tous, présents comme absents, éprouvent ce sentiment,
cette confusion des sens qu’ils n’oublieront plus, et qu’ils vont entretenir en souvenir,
mais dans des logiques différentes. Notre étude porte sur cette mise en valeur des
éléments qui rendirent possible et nécessaire le rassemblement des survivants des
camps. Ce travail poursuit les recherches historiques menées précédemment.
UNCHEMINEMENTHISTORIQUE
« Mais quoi, penses-tu qu’il soit étonnant qu’un homme qui passe des contemplations divines
aux misérables choses humaines ait mauvaise grâce et paraisse tout à fait ridicule, lorsque,
ayant encore la vue troublée et n’étant pas suffisamment accoutumé aux ténèbres environnantes,
il est obligé d’entrer en dispute, devant les tribunaux ou ailleurs, sur des ombres de justice ou
sur les images qui projettent ces ombres, et de combattre les interprétations qu’en donnent ceux
18qui n’ont jamais vu la justice elle-même[…] » .
Platon l’affirme : l’homme peine à accepter la vérité, parfois. Et l’Isérois peine comme
les autres Français à reconnaître ces moribonds qui, rentrés, s’unissent, semble-t-il,
contre la société. Pourquoi ? En quoi notre étude est-elle légitime ? Elle l’est pour une
première raison : elle s’inscrit à la suite d’autres études.
Des travaux et des ouvrages pionniers
Faire l’histoire des associations d’anciens déportés, c’est rejoindre un cheminement
historique de longue durée. Il repose sur les débats féconds portant depuis 1945 sur la
déportation. La spécificité du fait concentrationnaire a contribué à alimenter des
recherches de diverses natures, menées par des administrateurs ministériels puis par des
historiens. Si des travaux ont porté pendant quatre décennies sur les camps, l’étude de
la déportation connaît actuellement un nouvel élan, éclairant des pans entiers de son
histoire restés dans l’ombre jusque-là – conséquences, spécificité et classement des
camps, par exemple. Ceci s’explique par les orientations prises par l’historiographie
française et par les grands débats qui ont jalonné son évolution. La question du nombre
précis des déportés raciaux ou non-raciaux a longtemps cantonné l’étude de la
17 André Pézard, Nous autres à Vauquois, Paris, La Renaissance du livre, 1930, p. 55.
18 Platon, La République, Livre III, « La caverne de Platon ». Le mythe de la caverne est une allégorie
qui tente d’expliquer la situation des hommes face à l’ignorance et leur passage à la lumière, c’est-à-
dire à la vérité et à la connaissance. Les ombres dont parle le philosophe sont celles des hommes
enchaînés et adossés au mur situé au fond de la caverne. Celle-ci illustre l’ignorance de l’homme. Les
ombres que voient ces personnes sont comprises par elles comme étant la vérité, loin de se douter
qu’il ne s’agisse que de la déformation de la réalité, et non celle-ci. Platon illustre ainsi la pratique
suivante : d’après lui beaucoup trop d’hommes se satisfont du voile que leur renvoie leur désir de voir
quelque chose de précis, pas forcément véridique, mais agréable à leur esprit.
22déportation aux statistiques. Cependant, depuis les années 1980, un changement majeur
s’est opéré : il contribue à diversifier les problématiques et les approches. Les associations
de déportés ont activement contribué aux progrès ou aux stagnations de la pratique
historienne en l’aidant ou en l’obstruant.
De ce fait, à travers ses enjeux, ses impacts et ses interactions dans la société
iséroise, l’étude des associations de rescapés apparaît comme la continuité d’un labeur
intellectuel mené par des agents ministériels d’une part, et des historiens d’autre part,
depuis 1945.
Annette Wieviorka avait dressé l’avancée précoce en matière d’histoire de la
déportation, prenant la décision du ministre des Prisonniers, des déportés et des réfugiés,
Henri Frenay, le 14 août 1945, de publier l’historique de la captivité et de la déportation
comme point de départ. Elle poursuit avec des travaux divers, aboutis ou pas, comme
par exemple celui du service d’information des crimes de guerre, dirigé par Jacques
Billiet, sous la direction duquel est publiée une série de volumes, Documents pour servir à
l’histoire, ou du juriste Eugène Aronéanu avec son livre intitulé Camps de concentration,
tentant ici de reconstituer la déportation et la vie dans les camps, en se basant sur une
19collecte de cent entretiens utilisés anonymement, et de vingt-cinq documents divers ,
et en parallèle du travail de la commission des déportés et internés politiques et raciaux
créée par un arrêté du 7 octobre 1945.
Ces travaux apparaissent comme terminés à la fin des années 1940. L’action du
ministère s’efface devant celle des historiens, avec dès 1951, la création d’une nouvelle
commission de la déportation, au sein du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre
mondiale, indépendant du ministère des Anciens combattants. Annette Wieviorka note
un élément primordial pour nous : le travail de cette commission se heurta à une
opposition vive avec la première association d’anciens déportés en France. En effet,
une vive polémique quant aux chiffres est lancée par la Fédération nationale des
déportés et des internés résistants et patriotes, association de rescapés, de sensibilité
communiste, le 16 décembre 1971, par les mots de Marcel Paul, président de la
Fédération, qui envoie à Henri Michel, responsable du Comité, une lettre qui ressemble
à une ouverture polie de débats qui vont animer les associations d’anciens déportés et
20débattre les historien . La FNDIRP n’a de cesse de dénoncer « l’atteinte à la vérité »
19 Eugène Aronéanu, Camps de concentration, Paris, Office français d’Édition, 1945, 251 p. De par la
nature des documents joints (liste des camps, des commandos et des prisons d’internement, des
recueils de photographie et une carte qui situe tous les lieux des camps, de leurs annexes et des
prisons), le livre fut envoyé à Nuremberg, dans le cadre du procès qui jugea onze des leaders du parti
nazi, en 1946. Les documents et la synthèse qu’Eugène Aronéanu dressa furent utilisés par
l’accusation.
20 Archives de l’Institut d’Histoire du Temps Présent, citées par Annette Wieviorka, Déportation et
génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon, 1995, p. 426. Il est à remarquer que Marcel Paul affirme
que des statistiques départementales existent (nous avons souligné dans le texte). Cela paraît bien
présomptueux dans la mesure où les difficultés d’établissement de chiffres scientifiquement prouvées
sont les mêmes pour le siège national de la FNDIRP et le Comité d’Histoire de la Deuxième Guerre
mondiale. Chaque département s’est heurté à ce point majeur. La semi ou totale clandestinité dans
laquelle vivaient les familles juives contribue à rendre d’autant plus complexe ces décomptes. Ainsi,
pour le département de l’Isère, le docteur Batailh a tenté de réunir dans une statistique départementale,
le nombre des déportés. Il semble qu’il ait échoué ; seuls les déportés politiques font l’objet d’un
décompte sûr. Cf., MRDI, Déportés de l’Isère. 1942, 1943, 1944, Grenoble, PUG, 2005, 346 p.
23attribuée au Comité. En fait, le groupe avoue ainsi une peur : la remise en cause de sa
représentation majoritaire parmi les anciens déportés. C’est la base de débats nationaux
aussi bien qu’isérois, et d’ailleurs peut-être encore plus locaux qu’il n’y paraît puisque le
département porte une spécificité depuis 1945 : une mémoire et des références uniques
alors que la multiplicité est inscrite dans le Dauphiné. À travers un article de l’un des
membres du Bureau national, M. Fossier, Le Patriote Résistantde février 1972 dénonce
avec violence les chiffres publiés. J. Leclerc, membre de la commission, démonte les
arguments de Fossier. Sa réflexion porte sur le statut des chiffres que la première
association d’anciens déportés de France remet en cause. Cette dernière indique-t-il,
parle de données officielles. Or, il s’agit uniquement de ceux du ministère des Anciens
combattants publiés jadis au JO en réponse à une question de maître Isorni, qui sonttout
à fait faux si on y cherche le nombre de déportés, mais parfaitement exacts si on y voit ce qu’ils sont : le
21nombre de cartes attribuées . Non recherchée par le Comité d’Histoire de la Deuxième
Guerre mondiale, cette polémique a une portée importante. Elle est à l’origine de la
non-publication du résultat de la statistique de la déportation, au terme de vingt ans
d’enquête qui auraient dû donner naissance à une histoire de la déportation de France.
Annette Wieviorka fait remarquer que même si ce bilan aurait été lacunaire, un travail
scientifique aurait existé sur cet aspect de l’occupation et de la répression.
Le 4 février 1974, sous la présidence de Julien Cain, se tient la réunion de la com-
mission de la déportation chargée de décider de la suite à donner à un travail considéré
désormais comme achevé. Dorénavant, il est temps d’étudier l’usage des résultats
obtenus : comment les élaborer, les présenter, les critiquer ? Ainsi est posé le problème
de l’utilisation de ce travail. Parallèlement à ces réflexions, un problème apparaît : le
décompte de certaines catégories de déportés – principalement les déportés raciaux et les
droits communs. Aussi, les recherches du Comité tendent à être vus comme la matière
première nécessaire à une recherche dans le cadre d’une thèse portant sur la sociologie
de la déportation. Henri Michel s’en explique, tout comme Olga Wormser-Migot :
« Il serait délicat de publier des chiffres très différents de ceux auxquels on est habitué dans
les Amicales. Par contre, elle juge possible et utile un article sur « les difficultés d’une
statistique de la déportation ». Elle signale les risques de confusion entre les différentes
catégories de déportés (en particulier les déportés politiques qui n’ont pas le même sens pour
notre statistique et pour le ministère des Anciens Combattants) […].
M. Michel pense que nous connaissons assez bien le nombre de déportés raciaux par le
travail de M. Steinberg, qui les évalue à environ 80 000. Le Consistoire a retenu ce
chiffre, estimant qu’une modification du chiffre ne changeait pas le crime. Les difficultés
viennent d’ailleurs. Les associations sont divisées, et nous ne voulons pas risquer une
polémique sur la déportation utilisée dans un but de propagande politique. Si on donne
l’impression de minimiser la déportation française, on risque de minimiser l’importance des
crimes hitlériens.
M. Julien Cain approuve ce dernier argument, mais il ne pense pas que nous devions y être
sensibles à l’excès.
M. Michel évoque une polémique récente avec une association de déportés, portant à la fois
sur les chiffres globaux et sur ceux du département du Nord. Cette polémique a été gênante
21 L’auteur a souligné dans le texte.
24pour tout le monde, et sans intérêt car on ne nous a pas suggérés de nouvelles directions de
recherches utilisables.
Mme Chevalier […] évoque les sentiments qu’éprouvent les déportés et leurs associations.
Ni l’opinion publique, ni les déportés ne sont habitués à la rigueur du travail historique, et
ils risqueraient d’être blessés par les chiffres qui en sortent. La publication de statistiques
départementales ne lui paraît pas mauvaise malgré les risques de polémiques, et elle
engagerait à une nouvelle recherche en vue d’une correction éventuelle ou d’une confirmation.
M. Lamotte rapproche les chiffres donnés par M. Leclerc du nombre de cartes délivrées par
le ministère des Anciens combattants : 40 000 cartes de « déportés résistants », 60 000 de
« déportés politiques ». Il confirme que des familles entières ont disparu, pour lesquelles
22aucune carte n’a été demandée. »
Le travail historique bouscule la mémoire et l’union des déportés, entretenue par les
différentes associations : l’unionisme dans les souvenirs, l’isolement de mémoires parti-
culières, à Paris principalement les survivants juifs, à Grenoble toux ceux n’appartenant
pas au groupe communiste qu’est l’ADIRP Isère. C’est d’ailleurs ce qui signe la particu-
larité de ce département : localement, les enjeux de la mémoire apparaissent compliqués,
confus et multiples.
De plus, nationalement d’abord, localement ensuite – et plus longtemps d’ailleurs –,
l’objectif de mémoire et d’histoire est second par rapport à l’utilisation politique de ces
réalités. Pour la Fédération nationale des déportés et des internés résistants et Patriotes,
le « parti des soixante-quinze mille fusillés », toutes les tentatives de révision des chiffres
n’apparaissent que comme des « inconvénients » qui estompent son « rôle de grand parti
23patriotique » . Cependant, malgré ces débats, la statistique globale existe. Le 12 mars
1975, un texte est élaboré : il porte sur la statistique de la déportation et indique les
difficultés et les insuffisances de prise en compte de certaines catégories de déportés –
droits communs et raciaux. Elle est, depuis, adoptée par les historiens. En ce qui
concerne les déportés juifs, le Comité d’histoire de la deuxième guerre mondiale
24présente les résultats obtenus par les recherches de monsieur L. Steinberg : il met en
évidence 80 000 déportés raciaux. L’historien Adam Rutkowski avait obtenu des chif-
fres assez semblables, entre 78 000 et 80 000 personnes. Parallèlement, le ministère des
Anciens Combattants propose les résultats patiemment élaborés depuis 1958. Il arrive à
88 000 « raciaux » et 58 634 « non-raciaux », ce dernier chiffre excluant les droits
communs. M. Le Meignein, membre de la commission d’Histoire de la déportation, en
est l’ordonnateur. Par la suite, M. Garban a développé une étude plus approfondie
concernant les déportés non-raciaux. Il s’est basé sur les chiffres des déportés français
ou ayant eu une résidence sur le territoire national, et sur les registres, conservés ou
reconstitués, des camps de concentration. Le 10 juin 1966, il avance le chiffre de 60 985
déportés résistants ; toutefois, par mesure de prudence, il laisse une marge d’erreur
possible de 5 000 personnes : le nombre de déportés non raciaux se situe entre 60 et
2565 00 0 . À partir de là, la situation de l’après-guerre où le déporté est perçu comme un
22 Olga Wormser-Migot citée par Annette Wieviorka, op. cit. p. 428-429.
23 Ibidem.
24 Il s’appuie sur la base de données constituée par les listes de convois.
25 Annette Wieviorka, op. cit. p. 430.
25résistant, tend à se renverser : le déporté est surtout juif. Cependant, de telles
explications sont à relativiser. En effet, les actions menées dans certains départements,
pendant la guerre, empêchent un basculement global de cette représentation. Il en est
ainsi pour l’Isère où l’activité de la Résistance fut importante ; son souvenir reste
primordial jusqu’à nos jours : en Dauphiné, le maquisard combattant est une réalité
entretenue, centralisant toute la mémoire locale de la Deuxième Guerre mondiale,
globalisante pour l’ensemble des anciens combattants – déportés compris –, légitimante
pour les survivants en créant des passerelles entre mémoire des maquis et mémoire des
camps, entre résistants et déportés, ces derniers donnant une dimension renouvelée à ce
contexte par le biais des revendications sur les droits.
À côté de ces travaux, l’Université française montre un retrait relatif jusqu’aux années
1980 dit Annette Wieviorka. Les laboratoires de recherche historique n’accordent que
peu d’importance à l’histoire de la déportation, légitimant uniquement la mémoire
unique de la déportation, élément repris en Isère par l’ADIRP pour affirmer sa position,
et ceci malgré un travail de référence, celui de Léon Poliakov qui publie en 1951 Le
26Bréviaire de la haine . Mais les historiens ne s’en servent pas. Finalement, en 1982, un
nouveau grand colloque international est organisé par l’École des hautes études en
sciences sociales. Annette Wieviorka remarque à ce sujet la maigre contribution des
27historiens français .
LERENOUVELLEMENTDESANNÉES1990
Nous avons distingué deux contextes : un national, l’autre départemental. Des travaux
sont menés, certes, mais pas en même temps. Par ailleurs, l’Isère a une histoire
particulière qui a permis certains travaux, mettant en valeur une mémoire de la Seconde
Guerre mondiale.
Un contexte national
Un changement effectif semble intervenir au début des années 1990. Il est le fait d’his-
toriens de référence en France : Henry Rousso, Jean-Pierre Azéma et René Rémond. Ils
suivent la tendance introduite dès la décennie 1980, qui portait sur les recherches
événementielles de l’histoire de la seconde guerre mondiale. La trame chronologique du
dernier conflit mondial étant posée depuis longtemps, tout du moins dans ses grandes
lignes, la pensée historique tend à se concentrer sur l’histoire de la mémoire du conflit
et de ses implications répressives, dont la déportation. Les colloques universitaires sur
ce thème se multiplient en France. Héritier de la Commission d’histoire de la Seconde
Guerre mondiale, l’Institut d’histoire du temps présent mène des enquêtes poussées,
relayées par ses correspondants régionaux et départementaux, pour réunir le matériau
nécessaire à l’établissement d’une vue d’ensemble de la question, qui puisse être satis-
28faisante. Parallèlement, Henry Rousso publie Le Syndrome de Vichy de 1944 à nos jours .
26 eLéon Poliakov, Le bréviaire de la haine. Le III Reich et les Juifs, Paris, Calmann-Lévy, 1951, 380 p.
27 Annette Wieviorka, op. cit. p. 431.
28 Henry Rousso, Le Syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.
26Ces réflexions et ces recherches sur la mémoire sont suivies par un renou-
vellement et un approfondissement de l’étude de la déportation. Annette Wieviorka en
est une des principales historiennes. Dans sa thèse, Déportation et génocide. Entre la mémoire
et l’oubli, soutenue en 1992, elle s’applique à retracer les origines de la mémoire de la
déportation, et met l’accent sur un problème majeur inclus dans les mentalités
collectives françaises : le silence sur l’extermination des Juifs. Le titre de sa recherche,
est à lui seul, explicite. Elle étudie un fait global – la déportation – et l’un de ses aspects
les plus terrifiants – le génocide juif – à travers l’une des actions des déportés et de leurs
associations – la mémoire du fait concentrationnaire – et une orientation prise
consciemment ou inconsciemment dès 1945 – l’oubli de la spécificité de la déportation
29des Juifs français . Ainsi, les recherches sur la mémoire du deuxième conflit mondial et
sur sa spécificité, les camps d’extermination nazis, mettent en évidence un désir de
pérennisation de la mémoire, mais aussi des oublis ; la déportation en est un champ
d’étude jusqu’en 1982, puis seule l’extermination des Juifs. Pour le champ grenoblois,
l’historien Philippe Barrière dit à ce propos :
« Comment la mémoire des fils et des petits-fils des acteurs et témoins de l’époque se
structure-t-elle, que doit-elle au mythe “résistancialiste”, quelle image, près de trois généra-
tions après, concerne-t-elle de la Résistance, de la déportation et de la guerre, comment et où
se situe cette image, entre légende et oubli, entre les témoignages et les confidences des grands-
pères et les silences des manuels scolaires quelque part entre les polémiques des cours de
30justice et les cours d’histoire ? » .
Suite à cette nouvelle orientation pour laquelle l’impulsion a été donnée par Henry
Rousso et Jean-Pierre Azéma, une autre se détermine ; celle-ci est due à René Rémond :
il s’agit de traiter des cadres de cette mémoire et de sa propagation dans l’opinion. Un
intérêt nouveau apparaît donc pour les associations. Il avait été introduit par Annette
Wieviorka dans sa recherche : elle a consacré un chapitre à leur création et leurs
premiers développements. Par ailleurs, certains étudiants parisiens se sont lancés dans
31cette voie. Ainsi, Stéphane Maurel étudie la création de la FNDIRP . Cependant, d’une
manière générale, ces travaux restent isolés.
Un contexte départemental
Le département de l’Isère ne se démarque en rien de la situation nationale, et ceci
malgré son passé résistant. Si la déportation est étudiée, de manière indirecte, par
32 33quelques chercheurs et quelques étudiants , elle reste relativement délaissée. L’Institut
29 Annette Wieviorka, op.cit, p. 431.
30 Philippe Barrière, Grenoble à la Libération (1944-1945). Opinion publique et imaginaire social, Paris,
L’Harmattan, 1995, p. 227.
31 Stéphane Maurel, Aux origines de la FNDIRP (1944-1946), mémoire de maîtrise, Paris-X Nanterre,
1992.
32 Pierre Broué (professeur à l’IEP de Grenoble), Paul Dreyfus (journaliste), Jean Machu (professeur à
l’IEP de Grenoble), Jean-Pierre Viallet (professeur à l’UFR d’Histoire de Grenoble II), Philippe
Barrière (agrégé d’histoire), Olivier Vallade (historien, délégué départemental de l’IHTP).
33 Évelyne Galéra, Jean-Pierre Vercruyssen, Delphine Deroo, tous trois des étudiants de l’IEP de
Grenoble.
27d’études politiques de Grenoble a été le principal cadre de ces travaux, sous l’impulsion
de messieurs Bolle et Lewin. Cependant, d’autres historiens, comme M. Guillen, ont été
à l’origine de certaines recherches pionnières. L’exemple le plus représentatif est celui
de Philippe Barrière, avec son travail sur la mémoire iséroise du dernier conflit mondial.
Mais aucun ne traite de la déportation comme fait constitutif d’une partie du réseau
associatif des anciens combattants du département. Pourtant, il peut permettre d’étudier
un aspect de la société iséroise et ses sensibilités au prisme d’un regroupement : celui
des déportés. Les seules études qui s’en rapprochent font état de la période précédent la
déportation. Ainsi, sous la direction de Pierre Broué et Jean Machu, Évelyne Galera et
Jean-Louis Vercruyssen ont élaboré un mémoire de fin d’études à l’Institut d’Études
34Politiques de Grenoble, portant sur La manifestation du 11 novembre 1943 . Par ailleurs,
l’historien Olivier Vallade a étudié la répression en Isère, et particulièrement à
Grenoble, en premier lieu dans le cadre d’une thèse, puis de recherches pour le musée
de la Résistance et de la déportation de l’Isère. Il a contribué à une première recherche
sur les mesures prises à l’encontre des Résistants et des Juifs. De même, Delphine
35Deroo , en collaboration avec Maurice Gnanssia, président départemental de
36l’association Les Fils de l’Alliance, a étudié les enfants juifs de La Martellière à Voiron .
Les déportés n’ont donc pas été étudiés à travers leurs propres discours, alors que ces
paro-les sont perçues par eux comme un héritage et une leçon pour l’histoire de
l’humanité. À notre connaissance, deux ouvrages annoncent une étude introductive sur
le réseau associatif des Anciens combattants : celui de Claire Faurie sur la mémoire
37résistante à Grenoble , et la thèse de Philippe Barrière, Histoire et mémoire de la Seconde
38Guerre mondiale. Grenoble en ses après-guerre (1944-1964) soutenue en 2000 devant
l’Université Lumière II de Lyon, et qui y consacre quelques pages. Ainsi, un champ
d’étude nouveau restait à explorer : les associations d’anciens déportés existait depuis
presque cinquante ans et n’avaient pas suscité de recherches historiques. Notre
cheminement personnel nous y menait après une réflexion devenue l’annonce de la
thèse.
Une démarche scientifique
Une recherche existe, due à un historien français spécialiste des groupes sociaux, des
institutions et des mentalités, Antoine Prost. En 1976, il soutient, devant l’Institut
34 Évelyne Galéra et Jean-Louis Vercruyssen, La Manifestation du 11 novembre 1943 à Grenoble, mémoire
de fin d’études, sous la direction de Pierre Broué et de Jean Machu, IEP de Grenoble, 1975.
35 Delphine Deroo-Wasa maintenant.
36 Deroo, Les enfants de La Martellière, Grenoble, Arthaud, 1994. Elle avait mené cette
recherche dans le cadre d’un mémoire de fin d’études à l’IEP de Grenoble et d’un stage effectué au
musée de la Résistance et de la Déportation de Grenoble.
37 Claire Faurie, La mémoire résistante dans le département de l’Isère, mémoire de maîtrise sous la direction de
Bernard Bruneteau, Grenoble II, 1995. Elle avait contacté et interrogé certains déportés au siège de
l’Association départementale des déportés et des internés résistants et patriotes, à Grenoble. Mais ils
l’avaient été du fait de leur statut de déportés résistants. Notre propre mémoire de maîtrise, Le retour
des déportés en Isère. 1945-1950 pose les bases directes de l’existence des associations d’anciens déportés,
dans la troisième partie : « une réponse au problème ».
38 Philippe Barrière, Histoire et mémoire de la Seconde Guerre mondiale. Grenoble en ses après-guerre (1944-1964),
Grenoble, PUG, 2004, 651 p.
28d’études politiques de Paris, sa thèse d’État portant sur l’histoire du mouvement des
anciens combattants de 1914-1918 : Les Anciens Combattants et la société française. 1914-
391939 . Il explique dans l’introduction d’un condensé fait plus tard ce qui l’a poussé à
développer l’étude d’un monde à part dans la société française, dans les cadres
chronologiques définis précédemment :
« J’écris donc ce livre un peu comme l’archéologue met au jour une métropole ensevelie sous
le sable, pour faire découvrir la richesse et la diversité de la vie, là où les passants ne
voyaient qu’un monument, simple comme une borne. Trop de gens croient que les anciens
combattants, ce sont les Croix-de-Feu, parce que ceux-là étaient modestes comme des
provinciaux, alors que ceux-ci avaient le sens de la publicité. Je m’attacherai donc en
priorité aux aspects du mouvement combattant que néglige une opinion reçue, mais je
40m’efforcerai de ne pas substituer un simplisme à un autre » .
En effet, si l’on considère la société contemporaine des Poilus, leurs souffrances sont
difficilement compréhensibles par les autres : ceux qui n’ont pas connu l’enfer des
tranchées éprouvent beaucoup de mal à comprendre ce que les soldats de Verdun ou de
la Marne essayent de leur dire, induisant du même coup une certaine difficulté à
41raconter pour les soldats .
Il en va de même pour les anciens déportés. Combattant ou simple passant dans
les rues de Grenoble ou de la Tour-du-Pin au moment d’une rafle, l’Isérois a été
arraché à une certaine forme de mémoire par l’arrestation et la déportation. À première
vue, pour les populations, si son sort a semblé analogue à celui des prisonniers de
guerre détenus dans les Stalag et les Oflag, la peur déclenchée par ces disparitions traduit
autre chose, une autre réalité que les Isérois n’ont pas les moyens de comprendre avant
que les survivants de l’indicible rentrent au pays, moment où deux réalités vont se
trouver confrontées. Quelles sont-elles ? De quelle manière le groupe des anciens
déportés naît-il ? Et par ailleurs, sur quels éléments repose la création d’une association
de rescapés en Isère ?
Depuis 1918, comme les autres départements français, l’Isère a son réseau d’as-
sociations d’anciens combattants. Toutes sont créées pour assurer la pérennité d’une
mémoire, héritage des souffrances communes subies pendant les conflits. Pourtant,
malgré cet objectif commun, plusieurs types d’associations se distinguent, à travers des
temps successifs, en raison de leur public.
Deux sont présentes de manière générale : celles liées à la mémoire de la Grande
Guerre et celles issues de la Seconde Guerre mondiale. La majorité est des sections dépar-
tementales de Fédérations nationales, la spécificité de la dernière guerre se marquant par
la création d’associations liée à un événement local ou à un lieu de hauts-faits comme
42par exemple, le groupe de Résistance du collège de garçons de la Côte-Saint-André .
39 Antoine Prost, Les anciens combattants et la société française. 1914-1939, Paris, Presses de Sciences
Politiques, 1977, Tome I : Histoire, Tome II : Sociologie, Tome III : Mentalités et idéologies, 237, 261 et 268 p.
40 Antoine Prost, Les anciens combattants. 1914-1940, Paris, Gallimard-Julliard, 1977, p. 10.
41 Congrès UF, 1930, p. 202, cité par Antoine Prost, op.cit, p. 31.
42 ADI, 2797 W 2 : Résistance. Mouvements et groupements organisés à la suite de celle-ci. 1945-1948, Dossier
concernant le groupe de Résistance du collège de Garçons de la Côte-Saint-André.
29Les premières sont dominées par l’Union nationale des combattants, et surtout
l’Union française des associations d’anciens combattants et victimes de guerre
(UFACVG); leur rôle est surtout celui d’une réunion des anciens Poilus, commémorant
43aux dates anniversaires les grandes heures de la guerre 1914-1918 . Leurs valeurs ont
fait l’objet d’une reprise par Vichy pour donner une légitimité à d’autres groupes,
44collaborateurs, comme la Légion française des combattants , ou à des groupes tempo-
raires, par exemple ceux de femmes de prisonniers de guerre.
Parallèlement, durant l’occupation, les mouvements de Résistance développent
d’autres souvenirs, liés aux combats contre l’ennemi et au choc et aux drames liés à
l’antisémitisme. Surtout, ces groupes sont coupés de ceux de la Grande Guerre, souvent
trop liés à la dictature vichyste, avec cependant une complexité dans les représentations
car parmi la masse des disparus, une partie se distingue par leur apparente adhésion aux
souvenirs de ce conflit : c’est le cas des manifestants du 11 novembre 1943 arrêtés par
l’occupant pour avoir commémoré l’Armistice de 1918.
À la Libération, si les groupes nés de la Première Guerre mondiale acceptent
l’adhésion des soldats de la Deuxième, un deuxième type d’associations d’anciens
combattants naît : elles portent une mémoire de la Victoire basée sur un martyrologe
impressionnant. Dès septembre 1944, les Résistants créent les sections départementales
45de la Fédération nationale des anciens résistants (FNAR) , de l’Association des
46 47mouvements de Résistance (AMR) et des Franc-tireurs partisans français (FTPF) –
cette dernière prend en 1952 le nom d’Association nationale des anciens combattants
48résistants (ANACR) . Quatre autres groupes sont également créés : l’Association des
suppliciés et internés politiques de la Gestapo, l’Association des maquis de l’Oisans,
l’Amicale du maquis et des FFI de la Basse-Romanche, l’Amicale des Engagés dans la
49Résistance française . Leurs revendications s’inscrivent dans une continuité ; il s’agit de
promouvoir le souvenir des combats et d’affirmer les principes et le programme du
Conseil national de la Résistance.
Un terreau favorable à la naissance de nouveaux groupes d’anciens combattants
existe, mais les anciens déportés vont apparaître comme encore différents. En effet, s’ils
se définissent eux aussi comme héritiers des valeurs du CNR, ils sont porteurs d’un
autre héritage, insupportable pour le commun des hommes comme pour eux-mêmes.
Ils vont le donner à la connaissance populaire à cause d’une nécessité : ils doivent le
faire au nom de leurs souffrances et de celles de leurs camarades décédés, mais aussi,
élément beaucoup moins dit – et surtout pas clairement –, au nom d’un réseau
politique, celui d’une gauche communiste qui ne considère aucunement leur spécificité
mais le poids numérique du martyre de ces militants dans l’activité clandestine.
43 Antoine Prost, Les anciens combattants…, op.cit, p. 78-85.
44 erLa Dépêche dauphinoise, 1 septembre 1944.
45 ADI, 2797 W 2 : Résistance. Mouvements et groupements organisés à la suite de celle-ci. 1945-1948, Dossier
concernant la FNAR.
46 ADI, Ibidem, Dossier concernant l’AMR.
47ADI, Ibid, Dossier concernant les FTPF.
48 Entretien avec Pierre Fugain, le 12 octobre 2000.
49ADI, 2797 W 2 : Résistance. Mouvements et groupements organisés à la suite de celle-ci. 1945-1948, Synthèse
des groupements d’anciens combattants établie à la fin de l’année 1946, à la demande d’Albert
Reynier.
30Est-il besoin de le dire, notre thèse s’appuie sur des éléments fort différents :
c’est une histoire politique, mais aussi une histoire de la société. Du fait de leur
spécificité, l’étude des groupes des survivants de l’innommable ne se situent pas dans
un unique champ disciplinaire. Leur souffrance relève de l’histoire comme de la
psychologie, avec la culpabilité qu’ils portent depuis leur retour. La constitution de leur
association répond à une histoire politique : les survivants s’unissent pour mieux faire
scission au nom de diverses idées de rassemblement, et sont orientés par les effets de
leur réinsertion : ils vivent, ils agissent et ils militent plus ou moins. C’est aussi d’une
histoire des idées, particulièrement avec la relation entre mémoire et justice ou idéal,
d’un aspect de la législation avec l’étude des droits acquis et des actions précises des
survivants dans ce sens. C’est avant tout, une histoire humaine, reposant sur cette
volonté de dire sa conscience pour vivre, pour espérer, pour combattre.
DESSOURCESETDESOUVRAGES
Trois ouvrages et un article publiés traitent des associations d’anciens déportés sur le
plan national – ceux d’Annette Wieviorka avec sa thèse, d’Olivier Lalieu dans La
50déportation fragmentée. Les anciens déportés parlent de politique (1945-1980) en 1994 , « La
51création des associations d’anciens déportés » et dernièrement pour la Résistance à
52Buchenwald, dans La zone grise . Un autre s’impose dans le plan départemental : celui
de Philippe Barrière sur la problématique des enjeux de mémoire dominés par les
souvenirs de la Résistance et ses représentations. Les codes, de pensions d’invalidité par
exemple, ou les réflexions juridiques sur la légalité des associations sont nécessaires ;
mais ils apparaissent comme une source parmi tant d’autres, pour notre sujet.
Les sources sont nombreuses et riches, encore qu’inégales suivant celles considé-
rées. Les archives des associations d’anciens déportés, parfois lacunaires, sont conservées
soit aux sièges nationaux, soit dans les sièges départementaux. Les archives départe-
mentales de l’Isère détiennent quelques dossiers mettant en évidence ce fait associatif
spécifique, et les archives municipales ont des fonds méconnus et parfois redécouverts
53suite à nos demandes . Enfin, les fonds privés, par leur richesse documentaire et leurs
spécificités, sont des apports inestimables. Par ailleurs, l’enquête orale est une nécessité
dans le cadre de recherches qui observent les conséquences du fait concentrationnaire.
Elle permet d’approfondir certains points avec des informations inédites et de vérifier
les données des sources écrites.
Dans cet ensemble, deux caractères divisent ces sources : certaines sont
secondaires, d’autres primordiales pour notre recherche, mais elles sont en tout cas
50 Olivier Lalieu, La déportation fragmentée. Les anciens déportés parlent de politique (1945-1980), Paris, La
Boutique de l’Histoire, 1994, 230 p.
51 In Christiane Franck (dir.), La France de 1945. Résistances. Retours. Renaissances, Caen, Presses
Universitaires de Caen, 1996, p. 193-203.
52 Olivier Lalieu, La zone grise, Paris, Tallandier, 2005, 442 p. La zone grise fut décrite par Primo Levi et
Jorge Semprun. Ce dernier dit qu’il s’agit d’une confusion des genres, du mal et du bien. Olivier Lalieu
s’interroge sur la possible existence de cette zone grise à Buchenwald.
53Aux Archives municipales de Pont-de-Claix, le personnel a cherché et découvert des dossiers
oubliés depuis cinquante ans, sur nos demandes.
31complémentaires, certaines devenant centrales alors que leur intérêt était à l’origine
secondaire, comme par exemple celles relevant de la période de l’occupation pour la
rafle du 11 novembre 1943 : les lettres de particuliers annoncent la représentation de la
déportation en Isère. Par ailleurs, les sources contiennent plusieurs discours, expliquant
l’une de notre démarche : elles peuvent servir à analyser plusieurs points, différents,
mais dont la mise en valeur ultime apparaît en fin de période.
Nos premières recherches ont porté sur la vie des groupes de rescapés et de leurs
familles. Une source est ici centrale : nous avons dépouillé les archives, inédites jusqu’à
ce jour, des associations d’anciens déportés.
La première est celle de l’Association départementale des déportés, des internés
et de leurs familles – ADIF Isère. Elles nous furent ouvertes grâce au vice-président
Camille Armand, au président d’honneur Charles Brun et à Paul Guillerminet. Elles
54n’étaient pas classées et restaient enfermées dans l’armoire de l’Association depuis des
décennies. Long travail, leur classement a permis de discerner les logiques, les grandes
orientations et de classer les dossiers de manière à ce qu’ils soient accessibles et utilisa-
bles. Certains documents étaient regroupés dans des pochettes spécifiques mais, le plus
souvent, ils étaient mélangés avec d’autres dont la nature ou les dates différaient. Ainsi,
pour que cette masse de documents soient étudiables dans les meilleures conditions,
nous avons pris le parti d’examiner une première fois, rapidement, chaque feuillet. Un
premier classement fut mené en distinguant de gros dossiers. Ce travail accompli, un
autre a pu être mis en place. Lors de ce premier dépouillement, il est apparu qu’avaient
disparu tous les documents concernant les premières années de fonctionnement de
l’association. Plusieurs explications sont possibles : destruction de ces archives parce
qu’elles paraissaient insignifiantes – la réflexion sur les associations d’anciens déportés
est nouvelle dans l’historiographie française, et les membres du groupe n’ont pas
toujours pensé à la valeur historique de ces documents –, mauvais archivage qui les ont
rendu inutilisables, ou éparpillement des documents relatifs – qui ont pu être emportés
par les présidents ou secrétaires. Cette lacune fut comblée par le dépouillement de la
presse nationale – Le Déporté – au centre de documentation du siège national, à Paris ;
cela a permis d’étudier l’organisation, ses demandes relatives aux droits, l’état d’esprit
55qui règne dans l’association . Ce journal, dont le nombre de pages a évolué, a toujours
eu un quart de son contenu consacré à la vie et aux actions des ADIF départemen-
56tales . Ainsi, l’histoire de l’association peut être retracée, ainsi que les relations qu’elle a
avec le reste du monde des anciens combattants et les autres associations d’anciens
déportés.
54 Le siège de l’ADIF Isère se trouve dans les mêmes locaux que celui de Résistance Unie, 3 bis quai
Jay, à Grenoble.
55 Il en est de même pour son concurrent, Le Patriote Résistant, journal de la FNDIRP. Les journaux
départementaux agissent dans le même sens, mais à partir des années 1970, période de leurs créations.
56 Les premières années, il paraît sur un grand format et comprend 4 pages. À partir de 1974, la taille
augmente pour atteindre 8 à 16 pages suivant les numéros. Dès 1990, son format devient celui d’une
revue (A4) avec une variante minime pour les premiers mois de cette année : le format était de 21x27,
mais pour des problèmes de rotative durant l’impression, il est passé à 21x29,7. Le nombre de pages
varie depuis, entre 24 à 32 pages. Il est bimensuel.
32Les archives de l’Association départementale des déportés et internés résistants
et patriotes – ADIRP Isère – sont beaucoup moins importantes, pour ce qui nous en a
été ouvert. Nous avons essentiellement travaillé sur le journal départemental de
l’association, Le Patriote résistant de l’Isère, avec les numéros 2 à 85 – décembre 1978 –
57 58janvier 2000 .Son modèle national consulté au siège national, Le patriote résistant
fut lui dépouillé de décembre 1945 à décembre 1950, puis ponctuellement, pour éclairer
certains points étudiés dans l’Isère.
La presse nationale met en évidence les lignes de conduites, les revendications, et
rend compte de l’activité des ADIRP. L’Isère y apparaît beaucoup plus à partir de 1950
qu’avant. Parallèlement, le fichier de l’association ne nous fut accessible que lorsqu’il fut
déposé au Musée de la Résistance et de la Déportation – MRDI : il permit de compléter
les données déjà collectées et étudiées aux Archives départementales de l’Isère – ADI –
d’après les fiches de déportés. Par contre, de manière ponctuelle, de l’aide nous fut
apportée, comme celle d’Émile Oddoux nous donnant l’accès au cahier tenant lieu de
fichier pour les déportés du 11 novembre 1943, utilisé durant son mandat de secrétaire.
Les autres amicales – 11 novembre 1943, Dachau et Ravensbrück – furent
étudiées ; la première plus facilement grâce aux documents conservés et classés dans
des dossiers thématiques, archivés au siège, 7 rue Condorcet, à Grenoble, les deux autres
à travers la presse associative des déportés et les ADI à travers les comptes rendus des
Renseignements généraux – RG – et les dossiers de l’Office des Anciens combattants et
victimes de guerre. À cela, il faut ajouter l’importance de fonds privés, inégaux, mais
complétant utilement. Ces documents sont de natures diverses. Ils ont permis de mettre
en évidence certains points précis, comme le travail de la mémoire, la façon d’appré-
hender le souvenir de la déportation et de le transmettre – avec par exemple ceux de
Blaise Giraudi et de Noël Cohard. Par ailleurs, la façon récurrente de mettre en avant
les faits de Résistance, le cas échéant, permet d’étudier une partie des mentalités des
rescapés, par exemple celle concernant le titre de déporté résistant – voir le fonds « Paul
Guillerminet ». Ainsi, à travers ces fonds privés, il s’agit d’étudier l’entretien de la
mémoire du fait concentrationnaire et les représentations induites, davantage que les
revendications précises d’une association. La présence d’imprimés s’explique par la
logique précédemment exposée.
Enfin, les revendications des associations furent complétées et vérifiées par des
journaux liés au monde des anciens combattants et par les sources conservées au
Centre de documentation du MRDI. Pour celles qui servent directement notre
recherche, elles sont surtout composées de journaux édités par les mouvements de
résistance et des associations d’anciens déportés de l’après-guerre. Par ailleurs, des
manuscrits de rescapés, écrits à leur retour des camps, sont une source précieuse. Enfin,
des dossiers concernant des affaires telles que le procès Barbie ou les relations entre les
différentes associations de déportés sont d’une grande utilité.
57 Il est trimestriel depuis sa création. Son nombre de page a doublé depuis l’édition de ses premiers
numéros : il est passé de 5 pages à 10 pages. Son format légèrement inférieur à celui d’un A4, est
depuis janvier 1983 à ce format standard.
58 Il est bimensuel depuis sa création. En 1946, il paraît sur 4 pages, puis il passe à 12 pages en 1948.
Actuellement il peut contenir jusqu’à 31 pages. Sa taille était de format A4. Depuis le numéro 96 –
2 juin 1950 –, il est de format A3. La collection complète a été mise sur microfilms et est uniquement
consultable au siège national.
33Ainsi, les sources disponibles ont permis d’étudier les relations extérieures des
associations – avec la Fédération Internationale des Résistants pour l’ADIRP Isère –, et
à travers la presse les prises de partis concernant des procès ou des scandales et les
revendications.
Ces premiers jalons firent apparaître de nombreuses interrogations. La création
des groupes de déportés faisait référence à des événements ayant eu lieu avant leur
retour, comme l’adhésion aux réseaux de Résistance avant la déportation, base à partir
de laquelle un cheminement idéologique fut posé et entretenu par les Résistants et les
déportés. De plus, la création de la première association – l’ADIRP Isère – était une
réponse à des manques, mais ceux-ci étaient seulement évoqués, et absolument pas
expliqués dans ces sources. Ainsi, notre deuxième étape de recherches s’ouvrait : il
fallait reconstituer les divers éléments de la genèse : la Résistance, la vie dans les camps
et les actions des Isérois aussi bien politiques que sociales, aussi bien celles faites en
faveur des déportés que celles qui ne les évoquaient pas et qui pourtant étaient citées
comme référence dans les discours des rescapés dès juin 1945.
Dans cette étape, les archives départementales nous ont permis de retracer ce qui
pouvait apparaître a priori comme secondaire, mais était en réalité l’une des deux bases
de notre thèse.
Traiter des associations d’anciens déportés est indissociable, d’une part, de la
déportation et, d’autre part, de son contexte : la vie sous l’Occupation. Cette dernière
ne doit pas être appréhendée de manière stricte, mais de manière générale et au niveau
des mentalités : qu’ont fait les Isérois lorsque les déportés étaient absents ? Qu’ont-ils
dit sur eux ? Comment les évoquaient-ils ? Ici, les travaux antérieurs sont indispen-
sables, mais l’apport de quelques sources spécifiques est nécessaire par l’éclairage
qu’elles donnent. Ainsi, les réquisitions allemandes – série 2103 W – permettent de
prendre la mesure du poids matériel de l’occupation sur les populations. Les faits de
Résistance illustrent le désir légitime de liberté ; ils expliquent aussi un cadre particulier :
l’étude des associations d’anciens déportés est indissociable de l’histoire même de la
Résistance ; une grande partie des déportés l’ont été pour des faits de Résistance,
passive ou active. De même, nous avons croisé les souvenirs des combats avec certains
documents importants concernant l’histoire de la Résistance et ses conséquences,
conservés parfois plusieurs dizaines d’années après la fin de la guerre, avant d’être remis
aux archives départementales de l’Isère. Ils nous ont renseigné sur le souvenir des
acteurs, qui est important pour le cadre mémoriel et éclaire d’une nouvelle lumière les
limites auxquelles se sont heurtés les déportés à leur retour, ces éléments étant l’un des
facteurs déclenchant du rassemblement des survivants. Les deux séries retenues
concernent des aspects expliquant certains points restés obscurs, comme la vision de la
Résistance par les rescapés. Cela a permis d’analyser les silences ou les prises de
positions. Ainsi, Roger Fleury affirme que dans certains récits sur les actions de la
Résistance, il existe des oublis ou des attributions erronées de faits – il faisait référence
au livre des époux Silvestre. Les papiers de Madame René Gosse apportent un complé-
ment sur la Résistance et ses conséquences dont la déportation – cotes 1 J 1719-4 à 6.
Par ailleurs, les documents donnés par Paul Silvestre aux archives départementales dans
le courant des années 1980 complètent la connaissance de l’organisation de la
Résistance iséroise et des maquis, les manifestations patriotiques importantes à
34Grenoble, le sort des juifs vivant dans le département pendant cette période, et la
répression.
Ces différentes personnes firent l’objet d’une répression. Aux ADI, les papiers
d’Aimé Requet l’illustrent. Ils portent, d’une part, sur l’organisation des maquis et, ils
comprennent, d’autre part, des notes et des témoignages sur l’arrestation des déportés
membres de la Résistance. Les listes de combattants ou des personnes arrêtées lors de
rafles, telles que celles du 11 novembre 1943, revêtent un intérêt dans la mesure où
grâce à elles, nous avons un décompte au moins approximatif du nombre de personnes
déportées, une mention spéciale apparaissant dans leurs fiches signalétiques.
Par ailleurs, les conditions de détention avant la déportation sont également
importantes ; les déportés ont été d’abord détenus dans les prisons ou les centres
d’internement de Vichy. Les listes d’internés, les papiers rappelant l’organisation de ces
prisons et la correspondance entre les autorités pénitentiaires et celles d’occupation
éclairent les conditions de vie des futurs déportés, ce qui est important parce que par-
fois connues des populations locales, et déterminant une certaine idée des souffrances
subies. Ces documents montrent le premier dépouillement de tous les biens matériels
de ces personnes et la collaboration active du personnel d’encadrement. Ces faits intro-
duisent d’une part, les procédures de réparation des préjudices subis par les déportés
survivants et, d’autre part, le rôle judiciaire que ces derniers sont appelés à jouer à leur
retour, dans l’Épuration.
Par ailleurs, le dépouillement des cotes concernant les forts – bien que ces der-
niers n’appartiennent pas aux limites territoriales du département de l’Isère à l’exception
de Fort Barraux – s’explique par le fait que la majorité des résistants isérois, arrêtés et
internés, a souvent été détenue loin de toute aide possible de leurs camarades, quel que
fut leur rôle dans ces groupements – maquis, sabotages, imprimerie clandestine, distri-
bution de tracts, propagande, action. Les dates extrêmes de ces documents englobent
les années 1945 et 1946. C’est à ce moment-là que se crée une solidarité particulière,
développée durant l’hiver 1944-1945, puis en juin 1945. De par leur nature, ceci montre,
d’une part, sur un plan national et départemental, la reconnaissance des rescapés par les
autorités impliquées – avec l’évocation des décorations et distinctions –, et, d’autre part,
l’organisation de la Résistance à la Libération, ce qui permet de saisir l’importance
accordée aux « absents », dont les déportés. Jusqu’au printemps 1945, la population ne
pouvant imaginer leur sort, des débats et des projets de mesures s’étaient développés.
Par ailleurs, les populations s’impliquent dans la reconstruction du département, comme
la préparation du retour des déportés. Mais l’organisation structurelle et psychologique
de ce dernier est déjà compromise par les impératifs immédiats et les rapprochements
entre détention dans les Stalag et camps. À ce moment-là, seul le milieu des Résistants
rappelle le souvenir des compagnons de combat disparus, pense-t-on, temporairement.
Les documents relatifs à la Résistance et à la Libération, émanant de particuliers,
sont des listes et des fiches nominatives de membres de la Résistance et du Mouvement
national de Libération. Ils permettent, d’une part, de mettre en évidence le rôle de
chacun et les relations avec les déportés qui rentrent et, d’autre part, de déclencher les
premières réflexions de la société sur l’appartenance des survivants à la Résistance,
éléments utiles ensuite pour la constitution des dossiers de pensions par les rescapés
ayant le statut de combattants. Il en est de même pour les témoignages, les rapports ou
les photographies, visibles par exemple à la cote 13 R 1042 aux ADI ; de plus ces
35documents servent le travail de la mémoire – mais laquelle ? Nous avons étudié cesents dans un but précis : comprendre la portée des faits attestés et leur impact
dans le discours des déportés ainsi que leur utilisation – à savoir la création d’attesta-
tions durant l’après-guerre, dans le cadre des demandes de pensions auprès du ministère
des Anciens combattants et des victimes de la guerre. Cet impact était déjà visible à
l’automne 1944 pour les résistants, et nous pensions qu’elle serait élargie aux déportés.
En effet, il s’agit de l’une des grandes orientations des associations d’anciens déportés,
et ce jusqu’à nos jours.
Si ces documents montrent des éléments favorables à la reconnaissance des
rescapés des camps, d’autres – ceux concernant les moyens financiers dont dispose le
département – ils mettent aussi en valeur certaines limites auxquelles les municipalités
se sont retrouvées confrontées dès 1945, pour la mise en place des structures d’accueil ;
59c’est important puisque cela déclenche des critiques, nous le verrons . Indirectement,
ces sources servent aussi de supports ; les autorités judiciaires du département de l’Isère
60s’en servent pour confondre les personnes suspectées de collaboration – 3 N 22 . Les
déportés y participent un peu ; cela s’inscrit dans leur désir de justice et de châtiment,
mûri en captivité. Enfin, la comptabilité départementale montre des liens – en vérité
peu denses et marginaux – entre les déportés, leurs familles et la municipalité
grenobloise. Dès 1945, les enfants de déportés rentrés ou non-rentrés bénéficièrent de
mesures spéciales pour l’organisation de vacances ou de sorties – 3 N 16-17. En
mettant ces données en parallèle avec celles des associations, les quelques réalisations
sociales concernant les ayants droit des victimes ont été retrouvées.
Il fallait surtout situer le contexte matériel du retour des déportés, ce moment
d’intenses activités locales conduites dans un objectif précis : réinsérer les survivants.
Ces actions furent souvent vaines. L’étude fut menée en gardant à l’esprit que ces
problèmes alimentent les premières revendications de l’ADIRP en 1946.
Les déportés ont fait l’objet de mesures lors de leur retour dans le départe-
ment ; elles ont concerné des domaines aussi variés que la mise à disposition de locaux
d’hébergement, de centres médicaux improvisés et temporaires, ou que la prise en
compte physique et morale de leur situation par la police pour le ravitaillement, de la
répartition des centimes additionnels et de l’embauche. Dans la série W, les dossiers
communaux mettent certains de ces éléments en valeur. Cependant, cette cote est
secondaire dans notre recherche : elle fournit des exemples ponctuels d’actions en
faveur des déportés, décidées par le ministère des PDR, mais peu visibles pour les
survivants comme pour les populations. Ainsi, par exemple, l’asile de nuit de la rue Le
Chatelier, à Grenoble, a œuvré entre autres pour les rescapés de retour – 5997 W 2.
Surtout, le retour des déportés met en évidence un problème, introduction à
quelques revendications : la fourniture de nourriture à des êtres qui ont besoin de
rations plus importantes et plus variées. Lorsque les déportés survivants des camps
rentrent, le problème se pose, de manière cruciale, à un moment où tous les Français
pensaient retrouver la situation matérielle d’avant-guerre. Les documents de la série
2101 W permettent de mettre en évidence quelques mesures prises.
59 Cf. notre mémoire de maîtrise, Le retour des déportés en Isère. 1945-1950, op. cit.
60 Pour appuyer ce point, il faut mettre en parallèle les données de la presse dauphinoise avec celles
des pièces justificatives du budget et des comptes (3 N 4).
36Par ailleurs, apparaissent l’« assistance » et l’« aide temporaire » accordée aux
61rapatriés, l’organisation des divers services pour le retour des déportés. Ainsi, nous
pouvons appréhender l’état physique et moral de ceux-ci, important pour deux raisons :
d’une part, les conditions sanitaires sont un point de départ pour une prise de conscience
de la déportation, et, d’autre part, elles sont la base de toutes les revendications
médicales des associations. Toutefois, des limites et des lacunes apparaissent dans les
structures destinées aux déportés, ce qui renforce et oriente les futures revendications.
De plus, un autre problème se dégage, lié à la compréhension de la déportation,
élément que tous les rescapés évoquent. Il fallait d’abord poser le contexte ; les
« dommages de guerre » prennent ici toute leur importance, même si leur évocation
n’est pas centrale dans notre propos. Ils font le bilan de l’occupation. De même, les
« atrocités allemandes » mettent en évidence la façon d’appréhender les souffrances
endurées, dans l’opinion publique – photographies –, et leur souvenir, avec l’érection de
mémoriaux commémoratifs et des statistiquesdes victimes de la répression, toutes
natures confondues. C’est la base de ce qui devient, en 1946, les prémices de la
mémoire de la déportation.Celles-ci sont abordées en tant qu’objet de mémoire et de
travail scientifique par le biais des commémorations. Elles sont visible dans la série
4332 W 48 et complétée par celle cotée 70 J ; il s’agit de travaux menés par le Comité
d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, dans un cadre national et départemental.
Parallèlement, puisque les associations montraient une profusion d’action à la mémoire,
nous nous sommes interrogés sur leur lien avec la thématique de la justice. Si elle est
envisagée dans les « dommages de guerre », elle n’avait pas fait apparaître une réelle
implication des déportés. Or, ils évoquent largement leur mission dans ce domaine. Elle
ne semblait toutefois pas classique, tenant, nous en étions persuadés, à la présence de
deux compréhensions de la souffrance subies pendant la guerre. Néanmoins, elle devait
exister puisque la prise de conscience du martyre des rescapés passe par elle. En fait,
elle est en place bien avant les retours ; mais elle s’est trouvée renforcée par les témoi-
gnages des survivants des camps. Ces derniers se sont appliqués à faire pourchasser et
châtier les traîtres et les collaborateurs. Ainsi, tous les documents référant – compte
rendu de réunions municipales ou associatives par exemple – permettent d’éclairer leur
rôle dans cette volonté de justice, conçue et appréhendée comme un devoir envers leurs
camarades tombés dans les camps et envers les vivants, discours de 1945-1946
poursuivi ensuite par les associations, avec des différences de l’une à l’autre.
Reconstituer la genèse des associations de déportés, leurs demandes et leur travail de la
mémoire grâce à ces sources était indispensable, mais un autre élément devait aussi être
exploré : la vie politique à la Libération en tant que cadre de l’organisation et base
idéologique, d’autant que les discours des déportés, après 1946, nous renvoyaient sys-
tématiquement à des prises de position politiques. Quels étaient les représentations et
les discours avant le retour et après ? Comment prenaient-ils en compte les survivants ?
Quels effets ceux-ci ont-ils eu dans les débats ultérieurs ?
61 Ils existaient souvent avant la guerre, comme le sanatorium de Saint-Hilaire-du-Touvet. Mais
d’autres furent créés spécifiquement pour le retour des déportés, en 1945. C’est le cas des centres
d’entraides – ils dépendent directement du ministère des Prisonniers, des Déportés et des Réfugiés –
qui étaient au nombre deux dans le département de l’Isère : un à Pont-de-Claix, un autre à Grenoble.
37La vie politique iséroise montre qu’il existe un contexte dynamique à la
Libération et encore plus à partir de 1948. Les partis prennent l’unité de la Résistance
comme modèle ; Philippe Barrière l’a montré dans sa thèse. Cependant, leur discours
n’est qu’un argument électoral. Le retour des déportés permet de relancer l’idée d’union
qui avait quelque peu périclité depuis l’automne 1944. De plus, les rescapés apparaissent
comme un facteur de ralliement, du fait du poids de leur martyre dans les mentalités.
Mais les documents – regroupés aux ADI – concernant la vie politique ne pouvaient
être étudiés en eux-mêmes ; dans le cadre de notre recherche, leur contenu est éclairant
pour les mentalités et les discours faisant référence aux rescapés. Certaines cotes nous
ont plus particulièrement servi.
La CFTC a mis en place certaines actions en faveur des déportés – soutien
matériel, moral, politique. À travers les syndicats libres féminins et l’Union locale du
groupe, cet aspect est appréhendé – cote 35 J aux ADI. Les activités de ces groupes
sont à mettre en parallèle avec celles de l’Union des Femmes Françaises. Leurs actions
au bénéfice des déportés s’inscrivent dans le souvenir et la glorification du combat
mené contre l’occupant.
D’autres sous-séries aux ADI montrent des attitudes analogues. Ainsi, celle cotée
37 J met en évidence l’activité d’Alix Berthet comme résistant puis comme député, ainsi
que celle de Justin Arnol, député lui aussi. À travers elles, nous avons pu appréhender,
62en partie, la vie de l’immédiat après-guerre isérois et les sensibilités publiques , le
contexte social et politique dans lesquels s’inscrivent les déportés, à leur retour. Les
enjeux de la mémoire de la Résistance et de la répression – la déportation en étant le
point d’aboutissement – constitua le terreau à partir duquel se créèrent l’ADIRP Isère
puis l’ADIF Isère, durant les cinq premières années de l’après-guerre, et l’annonce des
cinquante années qui suivirent. Par ailleurs, les activités d’Alexandre de Boissieu,
militant socialiste, apportent un supplément d’informations. Jouant de son action
politique, et conjointement à Alix Berthet et Justin Arnol, il a œuvré pour mettre en
évidence des enjeux de la mémoire de la Résistance et de la Déportation, cette dernière
étant vue comme le sacrifice extrême d’hommes et de femmes pour la cause d’une
France libre. De plus, Alexandre de Boissieu se rattache à l’idée que la grandeur
retrouvée de la France n’est due qu’à une faction politique de gauche – il est vrai que
dans les camps, la Résistance, lorsqu’elle existait, était conduite par des socialistes ou
des communistes. Sa pensée met en valeur les orientations de la FNDIRP durant ses
premières années, lesquelles aboutissent à une discordance des discours de certains de
ses membres. Cette situation est à l’origine de la scission de 1946. Les papiers
d’Alexandre de Boissieu éclairent ce contexte, aussi bien au niveau national qu’au
niveau départemental.
En ce qui concerne le Mouvement républicain populaire, les documents relatifs
aux élections ont été les seuls retenus, et ceci pour deux raisons. La première concerne
l’importance très relative de ce parti, dans sa représentation au sein des associations
d’anciens déportés du département de l’Isère – l’ADIF principalement. La majorité de
leurs membres était d’obédience communiste ou socialiste. La seconde concerne
l’importance des élections dans la vie politique. Elles montrent, d’une part, les discours
62 La vie politique de l’après-guerre isérois et, les mentalités et l’opinion publique qui lui sont liées, cf.
Philippe Barrière, op. cit.
38et les tendances orientant l’opinion publique et son imaginaire et, d’autre part, les appels
aux déportés, ceci afin qu’ils se rallient à ces représentations.
De manière analogue au Parti socialiste, représenté dans nos sources par le
Fonds Alexandre Boissieu, la sous-série 157 J qui concerne le Parti communiste permet
de prendre la mesure d’un mode de pensée et de discours politiques en usage dans les
rangs des associations d’anciens déportés. Ainsi, il est possible d’affiner certaines
tendances qui ont abouti à la scission de la FNDIRP, en 1946 et à l’affirmation
d’orientations précises.
Un autre cadre se superpose à celui des partis, celui des services de l’État : s’y insérèrent
ou pas les actions des anciens déportés et leurs revendications. Ces structures sont
variées ; il s’agit tant d’associations, pour les déportés politiques – terme de 1960 –, que
d’organismes ministériels avec leurs délégations départementales pour les autres. Elles
s’occupent des droits, des pensions et des demandes de chacun. Ici encore, les ADI
concentrent ces sources, mais pas entièrement.
La cote « Affaires juives diverses (1944-1948) » – 13 R 894 – renseigne sur le
tissu associatif lié à la communauté juive grenobloise puis aux autres arrivées ensuite
dans le département. Ces documents dressent un état des premiers rassemblements,
mettant en évidence une nette prépondérance du groupe cultuel ou d’entraide, non lié
spécifiquement à l’histoire de la Shoah. Un problème se posait : comment reconstituer
l’histoire du mouvement liée au souvenir de ces déportés et de leurs familles ? Il existe
une amicale d’Auschwitz et des camps de Haute-Silésie en Isère, mais seulement depuis
1973. Ces archives sont très lacunaires. Cela s’explique d’une part par les modalités
mêmes de sa création. Une amicale n’a ni les droits ni les devoirs d’une association.
D’autre part, sa présidente, Simone Lagrange, ne voulait pas autre chose qu’un groupe
de cet ordre. Le but était, et est toujours, de réunir les victimes iséroises de la Shoah
pour mettre en commun la multitude d’expériences individuelles qui perpétuent le
souvenir du génocide juif. Enfin, la mémoire de cette déportation spécifique ne passe
pas par des documents administratifs, mais par des faits : expositions au musée de la
Résistance et de la Déportation de Grenoble, commémorations, actions diverses
comme la découverte du martyre des enfants de La Martellière à Voiron ou la mise en
valeur de la résistance des FTP-MOI en Isère, par exemple, utile à savoir même si ces
faits se situent après 1995, en dehors de notre cadre chronologique. Ainsi, les
démarches et les revendications de l’Amicale d’Auschwitz et des camps de Haute-Silésie
ont été, en grande partie, reconstituées par les sources orales et les documents
indirects : Le Patriote Résistant de l’Isère, le journal de l’ADIRP Isère, les archives de
l’ADIF Isère, les pièces du procès jugeant le tortionnaire allemand Klaus Barbie à Lyon,
les entretiens avec des responsables d’organismes apparemment non liés à elle, comme
le Centre culturel juif de Grenoble.
Par ailleurs, une autre source fut indispensable. La première structure d’enca-
drement des anciens déportés est l’office départemental des Anciens combattants et des
victimes de guerre. Il s’occupe des demandes et des dossiers concernant la reconnais-
sance des statuts des déportés et des internés, mais également des pensions et de la vie
associative en général des associations d’anciens déportés – série 15 R. Dans ce sens,
ces documents forment une première strate d’informations sur les attentes des déportés
et leurs associations.
39Les documents de la série W, service de la préfecture et du ministère des Anciens
combattants, mettent en valeur la création des associations d’anciens déportés par le
biais de la correspondance entre les différents partenaires, des papiers officiels, de
l’octroi des cartes de combattants, de résistants et de déportés – étudié par Michèle
63Gabert dans sa thèse –, et les enquêtes sur la légitimité des membres de ces
64associations – importante pour le versement des pensions . Par ailleurs, du fait de la
législation, tous les combattants et les victimes civiles de la guerre bénéficient de
pensions. Ce point a fait l’objet de démarches permanentes des associations. En effet,
du fait de la spécificité du statut des rescapés des camps, elles voulaient que le
versement des pensions et, surtout, leur calcul en tiennent compte. Fiches et papiers s’y
référant permettent d’étudier ces demandes et les discussions qu’elles suscitent.
Enfin, une dernière structure encadre les déportés, et ce bien malgré eux : les
Renseignements généraux ; ils dépendent directement des services du ministère de
l’Intérieur, et sont liés aux services centraux de la police départementale et de la préfec-
ture. Au nom de la sécurité nationale, ils s’informent et surveillent tous les événements
et faits s’y rapportant. Ainsi, tout ce qui concerne le monde des Anciens combattants
est sous surveillance, oppositions aux services de l’État, ententes ou reconnaissances,
comme par exemple l’attribution de décorations, pour lesquelles la réalité des faits est
soigneusement vérifiée. De même, les manifestations commémoratives sont suivies. Par
ailleurs, la surveillance des groupements politiques – en particulier communistes – et de
leurs réunions fait l’objet de rapports. L’adhésion de membres des associations
d’obédience communiste, et la scission de la FNDIRP et de l’ADIRP Isère du fait d’un
problème politique, a pu attirer l’attention des Renseignements généraux. Pourtant,
malgré des documents nombreux, il nous manquait des informations précises sur les
associations d’anciens déportés pour la période 1950-1970. Ce vide fut comblé par
l’ouverture de dossiers nouveaux, fermés à la consultation jusqu’en 2005, la cote 7945
65W 69 sur la FNDIRP aux ADI , prouvant notre appréciation et nos analyses des
actions de cette association à Grenoble : elle était bien militante à travers ses
revendications et son travail de mémoire.
Enfin, les services de l’Office des anciens combattants et victimes de guerre
rendent aussi compte de la politique en faveur des déportés et de leurs familles, avec le
recensement des sinistres, les comptes rendus de commissions d’hygiène et de santé, et
les recherches concernant les personnes disparues pendant le conflit – déportés et
résistants. Ce sont des exemples d’applications par des services n’ayant normalement
pas des activités de cette nature. Ainsi, ils montrent qu’existe une certaine unité, une
adhésion collective majoritaire à la cause de la Résistance et une volonté de reconnaître,
en la personne des déportés, le symbole du devoir et du sacrifice pour la nation. De la
même façon, la recherche et l’arrestation des collaborateurs a été une autre des activités
des rescapés.
63 Michèle Gabert, Entrés en Résistance. Isère. Des hommes et des femmes dans la Résistance, Grenoble, PUG,
2000, 350 p.
64 Andrieu-Filliol Claude, Lacoste René, Ducos-Ader Robert, Delvaux André, Code annoté des pensions
militaires d’invalidité et des victimes de guerre, Paris, Lavauzelle, 1979, partie IV.
65 ADI, 1945 W 69 : Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes ( FNDIRP), in, 1/ 1102
PCF VI Ma Annexes FNDIRP, ANACR, France-URSS.
40Le dépouillement de ces sources ne mettait réellement en valeur que Grenoble, ville où
étaient situés les sièges d’associations. Pourtant, les discours et les actions montraient le
relais des actions grenobloises par les autres rescapés du département. Une difficulté se
présentait : toutes les communes du département avaient-elles eu un rôle dans l’histoire
des associations d’anciens déportés ? Un premier élément de réponse fut apporté par
les cotes 13 R 1042 et 13R 1045 aux ADI : les témoignages concernant la déportation
n’apparaissent pas partout ; seules 141 communes en ont fourni.
Le choix de quatre communes repose sur une recherche rigoureuse et une
succession de faits. Nous nous sommes assuré du fait « déporté » en enquêtant sur
place, vérifiant ainsi notre idée : seules les villes ou villages ayant eu des déportés
détenaient des documents sur les rescapés ou les non-rentrés. Ce fut avéré mais pas
aussi clairement qu’espéré : beaucoup de mairies ont transféré aux ADI leurs quelques
documents – principalement les témoignages des instituteurs ; quelques-unes les ont
conservés : il s’agit des formulaires-types envoyés par les préfectures et la mairie de
Grenoble en 1945, parfois d’instructions officielles ; d’autres municipalités les ont détruits,
manquant de place ou n’imaginant pas leur utilisation à des fins autres qu’adminis-
tratives. Après un démarchage systématique des communes du département, seules
Grenoble, Pont-de-Claix, Voiron et Saint-Martin-d’Hères se sont révélées intéressantes
– Échirolles détient un fond important, mais principalement sur le fait résistant.
Par ailleurs, notre travail dans les différentes associations a permis d’en repérer
les structures, avec un siège central à Grenoble et des sections dans le département. En
mettant en parallèle les archives conservées et les structures des associations, il s’avère
que les sections les plus importantes ont su développer des relations riches avec les
municipalités où elles étaient implantées. Il est à signaler que ces sections appartiennent
à l’association départementale de la FNDIRP Cette situation est due soit à des person-
nalités locales fortes – à Voiron avec Blaise Giraudi –, soit à l’importance de la section
– à Saint-Martin-d’Hères. En ce qui concerne Pont-de-Claix, les deux explications
plausibles sont celles d’une mairie de gauche et de la présence du centre d’accueil des
déportés dans la commune. En effet, celle-ci est, depuis l’avant-guerre, d’obédience
communiste. Il est probable que les sensibilités politiques ont joué un rôle de première
importance dans la conservation puis l’archivage (depuis les années 1990), des papiers
concernant les déportés, symboles du combat mené par les patriotes dont la majorité
était communiste à Pont-de-Claix.
Plusieurs séries nous furent d’une grande aide aux archives municipales de
Grenoble. Celle cotée 4 H « Guerre 1939-1945 » met en évidence les efforts des
autorités municipales pour le retour des prisonniers et des déportés. Les documents
montrent le dynamisme et la ferveur avec lesquels les structures d’accueil sont mises en
place, mais également leurs limites matérielles, morales et idéologiques qui furent recon-
nues. Ces dernières sont aussi l’un des points de départ du discours que commencent à
tenir les associations d’anciens déportés, pour leurs droits, dès l’année 1945.
La Résistance, la répression et les combats de la Libération ont donné lieu à
des commémorations et à l’érection de monuments conçus comme des symboles
66visuels et concrets, dont les traces sont contenues dans la série W « Monuments/
66 La série W des ADI est en cours de restructuration. Cela explique qu’elle contienne des cotes W,
non coté, 1 Q, 3 K.
4167commémorations et déportation » . La municipalité grenobloise s’est beaucoup investie
dans cette forme du travail de mémoire, à laquelle les associations d’anciens déportés
participent, comme en témoignent les correspondances entre les différents acteurs, les
autorisations et les plans des monuments. Ceci permet de compléter les séries des ADI.
Par ailleurs, la série 1 K « Élections et municipalités » a permis d’affiner les premières
réflexions sur le contexte politique et idéologique, mais sur une période plus longue, de
l’immédiat après-guerre aux années 1970. Les discours politiques, les élections ou les
démissions permettent de préciser le contexte dans lequel les associations d’anciens
déportés se sont créées et développées. De même, la politique étant le reflet partiel de
l’opinion, les sentiments de la population, expliquent certaines orientations des
associations. Ainsi, il fut possible de mettre en évidence le contexte dans lequel s’est
développé la mémoire du fait résistant et de l’une de ses conséquences – la déportation
– dans cette région où l’action patriotique a pris toute sa signification durant le dernier
68conflit mondial . Enfin, à travers les élections municipales, la vie politique a servi
également à appréhender le poids de la présence des rescapés dans les décisions locales,
complétant ainsi l’étude du militantisme des rescapés. De plus, les discours mettent en
évidence un désir d’union de la société, par les bureaux municipaux, avec pour
référence les déportés, hommes et femmes qui se sont illustrés pendant la guerre par
leur attitude patriotique, citoyenne et résistante.
Les archives municipales de Voiron ont complété nos recherches. La conservation
et l’archivage de papiers divers concernant la Seconde Guerre mondiale dans le
Voironnais ont été mis en place dès les premières années de l’après-guerre, certaine-
ment sous l’influence d’un personnage-clé, Blaise Giraudi, qui a dès la même période,
tenté d’instaurer une véritable mémoire de la Résistance et du fait concentrationnaire –
il a réussi. Ces documents apportent une contribution importante à l’histoire du conflit
et de la déportation, grâce à une section de l’ADIRP Isère. L’originalité est visible dans
le dossier concernant une action de mémoire : l’inauguration de la stèle de la déporta-
tion, affirmant ainsi le poids important et reconnu du groupe.
Les archives de Saint-Martin-d’Hères nous ont permis de développer notre étude
et notre analyse du travail de la mémoire avec les commémorations, leurs préparations
et les discours – ici plus militants.
Par ailleurs, les archives municipales de Pont-de-Claix, tardivement classées, font
l’objet d’un carton – recol 71 – consacré aux affaires ayant touché, de manière directe, les
déportés domiciliés dans cette commune. Malgré la richesse de documents, une lacune
nous est apparue. En 1945, Pont-de-Claix a été le siège d’un centre d’accueil majeur
69dans le département de l’Isère. Par ses références médicales , ce dossier constitue l’un
des points de départ des revendications prenant forme quelques mois plus tard au sein
de la FNDIRP et de l’ADIRP Isère. Pourtant, aucun document se référant au centre
n’existe, alors que la majorité des déportés du département est passé par là. Le seul
document y faisant allusion appartient à une correspondance entre le maire de la
67 Les commémorations et les manifestations de résistants principalement ont été étudiées par
Philippe Barrière (op. cit.).
68 Philippe Barrière, op. cit.
69 Le retour des déportés s’accompagne de suivis médicaux. Mais malgré le désir de remplir au mieux
cette tâche, les services médicaux ont fait des erreurs de diagnostic, et n’ont pas reconnu certaines
séquelles.
42commune et le responsable départemental du ministère des Prisonniers, des déportés et
des réfugiés, en 1946. Ainsi, nous avons une liste de quelques déportés où apparaissent
les noms et des informations précises. Les recherches au siège départemental de la
Croix-Rouge, à Grenoble, n’ont permis ni de retrouver des documents, ni de connaître
le service gouvernemental dont dépendaient ces centres d’accueil. La seule information
que nous ayons fait apparaître que ces structures ont été mises en place par le ministère
70 71Frenay et repris en main par l’armée dans le courant du mois de février 1945 ;
certaines s’étaient créées parallèlement et de manière locale pour aider des personnes si
éprouvées physiquement et moralement que les prévisions les plus dantesques n’avaient
pu prévoir leur état.
Enfin, l’étude des délibérations municipales – quelle que soit la ville concernée –
permet d’appréhender au mieux les objectifs et les réalisations locaux, à un moment
précis. Ainsi, les années 1944 et 1945 voient la mise en place de réflexions et de mesu-
res au profit des déportés et de leurs ayant droits. De manière globale, la période 1945-
1950, est celle des réalisations concrètes et des manifestations de sollicitude de la part
des élus municipaux ou de la population, qui ne se retrouvent pas au-delà de ces dates.
Certains points méritaient une vérification avec des documents nationaux. Ceux du
ministère des PDR sont riches d’enseignements sur l’organisation et le retour effectif
des déportés. Les discours permettent de mettre en évidence l’écart entre le plan
théorique pour le rapatriement et la réinsertion des déportés, et la réalité beaucoup plus
monstrueuse que l’on ne le pensait. Ainsi,ces sources permettent de mettre davantage
en valeur les limites des structures accueillant les rescapés, dans un contexte national
certes secondaire pour notre sujet, mais indispensable car c’est dans ce cadre que se
développent les intérêts revendicatifs et mémoriels isérois. Par ailleurs, la correspon-
dance entre les services nationaux ou départementaux est précieuse pour répondre à des
interrogations sur les problèmes rencontrés et aux premières revendications – F9 – des
déportés ; elles interviennent dans un contexte de contestation et de mécontentement
des survivants.
Enfin, l’enquête orale est une autre des sources indispensables, nous l’avons dit.
La déportation est multiple et les survivants de l’indicible en témoignent. Ils le font de
manière individuelle aussi bien que collective, pour ce dernier point dans le cadre de
leurs associations, lesquelles œuvrent afin de mettre en évidence leurs besoins profonds
– solidarité, respect de la liberté, entraide, revendications et mémoire. Les témoignages
complètent les archives. Ils émanent de deux types de personnes : des rescapés et des
administrateurs en relation avec eux. Par ailleurs, des historiens et des chercheurs ont
donné leur éclairage. Tous permettent de prendre conscience de la complexité du
réseau des associations.
70 Voir pour cela notre mémoire de maîtrise : Le retour des déportés. 1945-1950 ; l’ouvrage de Marie-Anne
Matard-Bonucci et Édouard Lynch, La Libération des camps et le retour des déportés, Bruxelles, Complexe,
1995, 285p. ; celui d’Olga Wormser-Migot, Le retour des déportés. Quand les Alliés ouvrirent les portes...,
Bruxelles, Complexe, 1985, 341 p. ; et celui d’Annette Wieviorka, Déportation et génocide... op. cit., 506 p.
Par ailleurs, les Archives Nationales ont conservé les documents du ministère des Prisonniers, des
Déportés et des Réfugiés, sous la référence principale F9, Affaires militaires.
71 Entretien avec le responsable du service « Archives » de la caserne de Reynies à Varces, le 24 mars
2003.
43La conduite de l’enquête orale fait appel à un travail rigoureux, nous n’appren-
drons rien ici au lecteur. Les témoins ne sont pas à l’abri d’un oubli ou d’un souvenir
imprécis, voire faux. C’est pourquoi ces témoignages furent recroisés avec des sources
différentes. Par ailleurs, malgré les difficultés, la source orale est pleine d’informations
inédites et d’enrichissements humains. Enfin, pour la mener à bien, comme il n’existe
pas une technique mais plusieurs, il nous est apparu important d’interroger les témoins
d’abord sur leur parcours concentrationnaire et résistant, lorsqu’il a existé, puis nous
nous sommes attachée aux souvenirs des actions générales puis personnelles au sein des
associations. Arriva alors le moment d’éclairer tous les non-dits qui sont un discours à
eux seuls, et de revenir sur les points sensibles. De plus, le vocabulaire fut pris en
considération dans la mesure où certains mots sont spécifiques. Ainsi, des termes
allemands ont été retenus parce qu’ils révèlent une réalité intraduisible. Par exemple, le
terme de Revier en est un exemple ; sa traduction – infirmerie – ne rendrait pas compte
de ce qu’elle recouvrait réellement. De même, des termes français qui ont pour nous,
une connotation des plus anodine, ne le sont pas pour les survivants de l’indicible,
comme les termes transport ou organiser. Ils recouvrent une réalité particulière pour les
déportés – respectivement, « mise à mort » et « voler ». Les collectes de témoignages se
poursuivirent jusqu’au printemps 2004 ; beaucoup de témoins ont hélas disparu depuis.
Enfin, l’ensemble de ces sources fut recroisé avec les données issues du dépouil-
lement des journaux départementaux. Ces derniers contiennent des articles et des
72documents de même nature, ont les mêmes formats et le même nombre de pages73.
L’intérêt de les étudier réside dans la diversité de leurs orientations. Le Réveil se situe à
droite, Les Allobroges à gauche – socialiste puis communiste –. Le Dauphiné Libéré est créé
en septembre 1945 ; il symbolise la scission qui s’est opérée aux Allobroges. Il est
d’obédience socialiste. Enfin, Le Travailleur Alpin se situe dans la sphère d’influence
communiste. Cette pluralité a permis de mettre en évidence, d’une part, la différence
des discours et, d’autre part, les diverses visions des déportés et de leurs associations
proposées aux populations ; les journaux furent étudiés systématiquement jusqu’en
1950 – cette période couvre le retour des déportés, la création des associations et
l’intérêt que l’on porte aux rescapés des camps –, et au-delà, partiellement, en prenant
des dates-clés – comme les commémorations et les cérémonies. Enfin, même si les
collections sont incomplètes, le MRDI conserve des journaux et des bulletins apportant
un complément d’information sur la vie associative des anciens déportés isérois :
journal Le Serment Buchenwald-Dora (bulletin de l’association française Buchenwald-Dora et
74 75 76kommandos) , Le Souvenir Français et le Front périodique d’Information . Ils montrent que
les rescapés du département appartiennent à l’ensemble du réseau national des anciens
72 Format A4 puis le double d’un format A3.
73 Deux pages en 1945, puis 35 pages.
74 Il a été créé en 1945 en même temps que l’Amicale. Mais le musée a conservé des exemplaires que
depuis 1971. En moyenne, le bulletin comptabilise 16 pages. Son format est inférieur à un A4. Il
résume la vie de l’Amicale et renseigne sur les relations qui existent avec les associations d’anciens
déportés.
75 Il s’agit d’une revue trimestrielle, qui a été couronnée par l’Académie française et l’Académie des
sciences morales et politiques. Sa taille a un format A4 et elle a environ 40 pages.
76 Ce bulletin est édité par la FIR et a la moitié d’un format A4. Chacun a environ 20 pages.
44combattants. Ils sont complétés par des revues utilisées pour affiner une compréhension
77ou chercher une information précise .
Cette profusion de sources ne doit pas masquer certaines limites. Le fait que l’ADIRP
Isère n’ait conservé que très peu de documents sur son organisation et les débats en son
sein, fut pallié avec les numéros du Patriote Résistantet du Patriote Résistant de l’Isère,
conservées respectivement aux sièges national et départemental, puis recroisées et
complétées avec les rapports des Renseignements généraux. Par ailleurs, les archives de
l’ADIF Isère ont permis non seulement de retracer sa propre histoire et ses attentes,
mais aussi de combler les lacunes archivistiques quant à la première association d’an-
ciens déportés du département. Mais le véritable problème ne se situe pas là. En effet, il
porte sur les sources disponibles pour l’Amicale d’Auschwitz et des camps de Haute-
Silésie. Pour dépasser cette limite majeure, certaines archives sont d’une grande utilité.
Celles du procès Klaus Barbie complètent le devoir de justice que s’est imposée Simone
Lagrange. Les sources imprimées sont d’une utilité première pour étudier l’organisation
et les actions de cette amicale. Encore une fois, les sources orales sont le dernier moyen
pour reconstituer son histoire et les réactions.
Par ailleurs, le problème des archives concernant le centre d’accueil de Pont-de-
Claix a été partiellement résolu. Aux archives nationales, la série F9 qui conserve les
papiers du ministère des Prisonniers, des déportés et des réfugiés compense l’absence
de documents se référant à ce lieu, pourtant important puisque c’est dans cet établis-
sement que naissent certaines critiques ; c’est par exemple ici que le mécontentement
des déportés de retour des camps se radicalise avant de donner lieu aux premières
revendications médicales.
Enfin, notre thèse se heurta à une ultime limite : la peur des témoins et des
acteurs de dire, de se dire, mélangeant notre intérêt et notre passion d’historienne à un
aspect militant – ce dernier étranger à notre recherche et à notre travail. Ainsi, par
exemple, Henry Duffourd affirma que l’ADIRP observait un apolitisme de rigueur
depuis sa création ; les recherches effectuées par ailleurs ont fait apparaître le contraire,
de même que les témoignages collectés – souvent pour ceux-là parmi les membres de
l’ADIF. Dans une logique identique, le Bureau de la deuxième association de rescapés
n’avoue pas la position particulière de Jacques Lutz, président du groupe dans les
années 1970 et proche de la préfecture.
UNEPROGRESSION
L’histoire des associations d’anciens déportés est complexe en raison de la multitude
des événements qui l’enrichissent, des faits, des acteurs et des retournements de
situation. Si les rassemblements de survivants naquirent, c’est du fait de raisons, parfois,
semble-t-il, très éloignées du sujet. Et pourtant, la création de la première association de
survivants isérois répond à un ensemble de données qualifiées par les rescapés comme
de graves lacunes pour un pays en dette morale vis-à-vis de survivants : ces derniers ont
77 Voir les sources imprimées, in « Sources ».
45fait le sacrifice d’eux-mêmes ; l’État doit supporter leur désir légitime de reconnaissance
et de soutien matériel et financier.
La phase de recherches fit apparaître trois orientations majeures, relevant de la
genèse des associations, puis des revendications et enfin des actes plus ou moins
symboliques concernant la mémoire ; cela forme l’armature de la présente thèse. Dans
un désir de clarté, ces axes doivent être étudiés séparément. Cette démarche permet de
mettre en valeur d’autres aspects intermédiaires, reprenant ce qui fut mis en évidence et
ouvrant sur une autre réflexion afin de montrer les relations politiques, idéologiques,
sociales. Mais elles ne furent pas toujours évidentes : la genèse repose sur des éléments
précis, souvent signes annonciateurs des revendications et du travail de la mémoire.
Toutefois, certaines explications recouvrent plusieurs thèmes : dans ce cas, nous
renvoyons en note à un autre aspect, non fondamentalement liée à l’explication en
cours mais trace de la multitude des interactions entre les différents éléments.
La genèse des associations concerne principalement les années 1944-1945, avec une
extension en 1946 puis en 1950, mais liée directement au contexte de ces deux années
fondatrices du fait associatif « déporté ». La création des groupes n’est pas une simple
déclaration de rassemblement. Elle prend naissance durant l’emprisonnement pour les
déportés, juste après la Libération pour les populations restées en Isère. Cette
distinction rend compte d’une situation : il existe depuis l’automne 1944 un contexte
particulier qui oscille entre combats et silence, entre camps et liberté, entre déportés et
non-déportés. Cette distinction est d’importance dans la mesure où en naît une
incompréhension à un moment où les populations veulent en général oublier la guerre,
alors que les déportés aimeraient revenir sur ces souvenirs, témoignages d’un des crimes
les plus ignobles commis par l’homme : sa négation. Ainsi, il apparaissait comme
obligatoire de reconstituer les éléments précoces de ces deux réalités. Elles prennent
naissance dans l’histoire de la Résistance et dans les souffrances de la déportation. Sur-
tout, cela rend compte d’une continuité, importante pour la reconnaissance ultérieure
des déportés : ils résistèrent souvent avant leur arrestation, puis de toutes façons dans
les camps, qu’ils aient été combattants ou pas auparavant. Cet élément annonce une
attitude que les rescapés s’attachent à développer et à affirmer. Lorsqu’ils sont consi-
dérés comme disparus, le département libéré est le lieu du fondement d’une mémoire
glorieuse, résistante en tout cas, s’insérant dans une vie politique qui recommence avec
des acteurs héritiers du CNR. Ce sont eux qui, en appliquant les mesures du gouver-
nement provisoire, mettent en place les prémices associatifs et créent sans le savoir le
terreau des revendications des rescapés. Le retour ne fait que confirmer cette orientation,
ouvrant la voie à une formidable solidarité en même temps qu’à une incompréhension
accrue. Cela rajoute des surenchères et des éléments nouveaux – évolutifs pour les faits
datant de l’automne 1944, ou réellement neufs ; ils précisent une nécessité : l’union
des déportés. Mais de quelle manière ? D’après quels critères ? Contre qui ? Les
populations ? Le gouvernement ? Les survivants ne sont qu’une minorité des anciens
combattants. Par l’étude de leurs attitudes et de leurs quelques discours, notre première
partie se doit de rappeler le contexte et les réponses sociétales en même temps que les
regards des uns sur les autres. De même, la création ne se cantonne pas seulement à un
moment : plusieurs étapes se suivent. Ces orientations sont nécessaires en raison d’une
réalité : les rescapés sont-ils si unis qu’ils le disent ? Déjà, à l’automne 1944, les discours
46des non-déportés montrent une désunion de fait au sein des populations. Lorsque les
survivants des camps rentrent, ils doivent logiquement se réinsérer dans la société : que
font-ils ? Comment répondent-ils aux sollicitations des différents partis et des idéologies ?
Quels impacts cela a-t-il sur leurs groupes ?
Toutes les créations n’ont pas lieu avant 1950. La dernière a lieu trente ans plus
tard ; elle ne sera pas traitée dans la « genèse », puisqu’elle est avant tout une réponse
relevant du devoir de mémoire, et non, comme les autres, de la défense de droits.
Dans ces créations, deux axes se dégagent : les revendications et le travail de la mémoire,
comme pour les Poilus de 1914-1918. Les déportés s’unissent d’abord pour obtenir des
droits. Ils le font ensuite au nom du souvenir de leurs souffrances. Ces deux orienta-
tions se développent en parallèle, sans se confondre : le législatif ne sert pas le devoir de
mémoire, et la mémoire ne sert pas l’acquisition de droits nouveaux, à l’exception des
attestations de faits combattants – encore leur utilisation est-elle différente. Chaque
élément fonctionne seul et annonce en même temps une thématique ou un événement
dans l’un ou l’autre, mais pas les deux.
La présentation en strates permet de mieux mettre en valeur les faits et les
mécanismes associatifs. Les revendications recouvrent tout ce qui concerne la défense
des droits et la création de groupes ; la mémoire est entretenue en hommage aux
disparus, et pour les vivants, alliant ici l’éducation au souvenir.
Par ailleurs, à la fin de chacune des parties, nous avons choisi de mettre en valeur
notre propos explicatif et analytique par une analyse supplémentaire en guise de bilan
des relations entre associations et État pour les droits, entre les groupes de rescapés
pour la mémoire.
Trois revendications principales sont portées par les associations de déportés en
Isère : la défense de leur statut, l’obtention de droits et de considération d’abord pour
les survivants, ensuite pour les ayants droit, malgré le contraire affirmé par les déportés.
Elles se développent en parallèle en 1946 puis se distinguent par des chronologies
distinctes.
Du statut dépendent des droits. Les déportés l’ont compris dès l’automne 1945,
dans un contexte particulier : l’incompréhension des populations face à leur martyre les
contraint à un silence relatif, parfois percé par la voix de leurs compagnons de combat,
insuffisante pour les définir pleinement comme anciens combattants. L’année 1948 est
un tournant : deux lois soutiennent la cause des survivants. Mais elles n’empêchent pas
une opposition de continuer à se développer, héritage des années de guerre où les choix
faits par les uns et par les autres renvoyaient soit à une attitude patriote, soit à la
trahison : il s’agit de celle entre survivants des camps et anciens requis du STO. En
Isère, c’est une question qui unit l’ensemble des déportés car une réalité précise se
dégage : les rescapés incarcérés après la manifestation du 11 novembre 1943 s’affirment
comme des combattants alors que les services locaux de l’État leur refusent cette
distinction.
Surtout, alors que les tensions se poursuivent jusque dans les années 1980, un
autre axe se développe : celui des revendications de droits nouveaux pour mieux vivre
et supporter les séquelles de la déportation. Les associations œuvrent d’abord pour les
rescapés eux-mêmes, même si les familles sont semble-t-il soutenues – De quelles
manières le sont-elles ? Antoine Prost avait mis en évidence le combat, spécifique à ce
47moment-là, des soldats de la Grande Guerre qui voulaient une reconnaissance précise
de leur calvaire dans les tranchées et de la survie aléatoire des blessés innombrables qui
rentrèrent dans les familles – pour ceux qui eurent la chance de revenir. Les déportés
semblent suivre une orientation analogue. Ils bénéficient toutefois des avancées
obtenues par leurs pères. Pourtant, leur martyre est nouveau et la loi ne peut pas
répondre dans un premier temps à leurs attentes. Mais d’ailleurs, que sont celles-ci ? Ils
veulent des soutiens médicaux, législatifs, financiers. Sitôt ces derniers obtenus par les
survivants, les familles bénéficient d’un appui de la part des compagnons de leurs pères,
époux et fils morts dans l’inavouable. De quels appuis parlons-nous ? Celui incondi-
tionnel des survivants ? Ou celui plus orienté du groupe ? Surtout, l’ensemble de ces
attitudes rend compte d’une réalité : même minoritaires dans le monde des anciens
combattants, les déportés semblent être entendus. Mais de quelle manière ? Et par qui
précisément ? Comment ? L’écoute ne génère-t-elle que des relations pour obtenir des
droits et une vie matérielle plus confortable, ou les dépasse-t-elle pour s’orienter vers
d’autres ? Dans ces thématiques, une autre réalité se dégage : les associations n’agissent
pas de manière identique : au nom de quoi le font-elles ?
Enfin, une ultime réponse doit être cherchée. L’histoire des associations
d’anciens déportés est riche, dans tous les domaines considérés. Elle semble l’être du
fait de la multiplicité des actions. Mais d’ailleurs pourquoi sont-elles si nombreuses ?
Quel est le vecteur de leur raison d’être en Isère ?
48GENÈSE
Loin vers l’infini, s’étendent, les grands prés marécageux.
Pas un seul oiseau ne chante, dans les arbres secs et creux.
O Terre de détresse, où nous devons sans cesse piocher !
[…]
Mais un jour, dans notre vie,
le printemps refleurira.
Libre alors, ô ma patrie, je dirai :
tu es à moi.
O Terre, enfin libres,
où nous pourrons Revivre, Aimer !
O Terre, enfin libres,
où nous pourrons Revivre, Aimer !
1Aimer !
1 Extrait du chant des Marais, inventé par les déportés internés dans les camps.Introduction
’HISTOIRE DES CRÉATION S d’associations d’anciens déportés en Isère pourrait légi-L timement reposer sur des faits chronologiques expliquant directement la naissance
structurelle. En réalité, il ne s’agit que d’un des aspects, et l’un des derniers. Leurs décla-
rations d’existence sont les résultats de relations parfois complexes entre populations,
déportés et services locaux de l’État, de prises en considérations de souffrances que l’on
ne pouvait pas imaginer avant mai-juin 1945, difficilement après, de représentations qui
évoluent, et de non-dits plus criants que les paroles des protagonistes. Il s’agit d’une
histoire douloureuse, de la souffrance, dont des hommes, des femmes et des enfants
ont écrit chaque ligne durant quelques six longues années, combat, arrestation et
déportation compris. C’est leur volonté de se dire et de dire qui déclenche la nécessité
du groupe.
C’est donc une histoire multidisciplinaire qui se dessine derrière l’affirmation
de groupes d’anciens combattants, spécifiques par l’expérience qu’ils ne peuvent
partager avec personne. Quatre associations principales existent en Isère depuis 1989,
année de la création de la dernière, 1945 étant celle de la première : l’ADIRP Isère,
l’Amicale des déportés du 11 novembre 1943, l’ADIF Isère et l’Amicale d’Auschwitz et
des camps de Haute-Silésie. D’autres les complètent et les accompagnent pendant un
temps plus ou moins long, comme l’amicale de Ravensbrück ou celle de Dachau grâce
aux époux René et Renée Maire. Leur nombre interroge. En effet, la vie et les
souffrances dans les camps semblent identiques en substance : c’est de la négation de
l’Homme décidée par quelques-uns qu’il s’agit, et à laquelle les déportés survivent.
Alors, pourquoi plusieurs associations existent-elles quand leurs discours développent
des contenus a priori semblables ?
À cette lumière, ce sont les enjeux entourant les créations qui s’imposent. Les
déportés voulaient témoigner de l’ignominie ; ils le font mais dans les débats de leur
temps, dans les oppositions de partis politiques pour qui ils ne sont qu’outils électoraux
d’abord, puis référence de gloire ensuite. Mais à cette situation, il faut ajouter les
héritages du département. Et ils sont nombreux et entendus jusqu’à Paris. Le premier et
le plus brillant est sans aucun doute le poids des représentations résistantes qui décident
d’une nouvelle légitimité à la Libération et sous lequel les déportés se regroupent et
s’unissent. C’est donc un axe fédérateur qui joue en faveur du rassemblement des
rescapés face à des populations qui ne pouvaient pas comprendre ce qui apparaissait
relever de l’indicible. Mais un deuxième héritage tend à remettre en cause cette utopie
unioniste. Les partis avaient affirmé des contestations dès l’avant-guerre dans le
département. L’axe politique a servi les intérêts des groupes de combattants pour la
51liberté pendant le conflit. Mais il a aussi contribué à créer des réseaux, repris par les
résistants avant de l’être par les déportés. Ce sont ces champs d’influences qui modè-
lent l’Histoire des associations de survivants, de la naissance de l’ADIRP Isère en 1945
aux scissions successives qui marquent leur évolution, tout comme celui d’une société
qui intègre les déportés et qui commence à les comprendre 50 années après leur retour.
Ainsi, l’étude des créations originelles ne peut se faire sans le contexte qui
oriente, cristallise des discours et introduit des prises de position qui ne changent guère
ensuite.
Notre propos suit ces interactions continuelles entre facteurs d’explications
et conséquences associatives, entre orientations ministérielles et préfectorales, entre
décisions parisiennes – celles des sièges des associations locales – et grenobloises
principalement. Philippe Barrière a défini et démontré dans sa thèse les enjeux et les
représentations des mémoires du second conflit mondial en Isère, ces éléments
1formatifs du contexte : tous les événements tournent autour de Grenoble. Elle fut la
capitale des maquis, elle reste un centre principal du souvenir et de son entretien. Pour
les associations d’anciens déportés, elle est devenue un chantre de politique mémorielle
et de revendications auxquelles se rattachent les rescapés disséminés dans le reste du
département, plus ou moins rassemblés dans les sous-sections des groupes grenoblois.
Cinq axes doivent être distingués dans cette genèse ; nous les suivons.
Le premier est celui qui crée l’idée originelle d’une nécessité. L’horreur portée à
son comble est définie très clairement par les déportés : il est difficile de transmettre et
d’expliquer la réalité concentrationnaire. La spécificité forme donc le début de cette
histoire associative. C’est le cheminement initial qui repose aussi sur le particularisme
dauphinois : l’opposition séculaire à l’ennemi, portée à son apogée durant la Seconde
Guerre mondiale, celle qui donne naissance à la Résistance iséroise. Sans revenir sur
une chronologie déjà largement étudiée, nous situerons ce que sont les positions de
cette réalité représentative première dans le département. Mais elle ne se limite pas à ce
seul cadre géographique. L’enracinement de ses valeurs est tel que les déportés la
propagent dans les camps et développent la principale : la solidarité et la survie.
Le deuxième est constitué par la définition des acteurs et des enjeux politiques
en Isère. Qui sont-ils ? Que font-ils ? Que pensent-ils des Absents et particulièrement
de ceux que les populations nomment les déportés jusqu’en février 1945 ? La région fut
durement touchée par la guerre ; elle se réorganise en fonction des décisions du CDLN
de l’Isère qui suit les directives de De Gaulle, premier résistant de France. Cette période
montre également la mise en place d’un contexte psychologique et idéologique
particulier autour de Grenoble, ville compagnon de la Libération. Ce sont surtout les
dispositions de chacun qui nous intéressent. C’est d’elles que dépendent les conditions
du retour. Les Isérois l’ont compris et œuvrent déjà avant pour assurer l’accueil de ceux
qui restent encore des Absents. Parmi eux, il fait distinguer des hommes, comme le
colonel Picq, membre du CDLN : ils portent la réflexion sur les prisonniers de guerre et
introduit celle sur les déportés après les informations rapportées de Compiègne par une
de ses collègues, Marguerite Gonnet. Tous commencent à penser qu’il existe autre
1 Philippe Barrière, Histoire et mémoires de la Seconde Guerre mondiale. Grenoble en ses après-guerre (1944-1964),
Grenoble, PUG, 2004, 651 p.
52chose ; nul ne peut l’envisager et c’est le terreau dans lequel se développent les lacunes
du retour, celles que les déportés critiquent dès mai 1945.
Ainsi, le troisième axe suit ; il s’agit du retour concret des déportés, de ses
conditions, de ses accueils que les Isérois pensent achevés ce qui n’est pourtant pas le
cas. Mais si ces déboires font l’objet d’une vive remise en cause par les rescapés, ce sont
les conditions et les vecteurs les soutenant dans leur dénonciation qui nous importent le
plus. Le 16 juin 1945, le Bureau de la future ADIRP Isère est créé. Il structure les
premières revendications des survivants et enlève ainsi à des associations d’entraide
dirigées par des non-déportés, la possibilité de parler à leur place. Cette étape est
primordiale. Elle annonce la création de l’ADIRP Isère à l’automne ; surtout, elle
déclenche une réponse préfectorale pour pallier l’urgence de la situation. Les déportés
s’unissent parce que les structures de réinsertion sont déjà obsolètes. Des affirmations
s’imposent, plus ou moins acceptées ; mais l’une des plus importantes n’est pas résolue :
la question médicale.
Dès lors, la création de l’ADIRP Isère peut être envisagée après cette longue
période de gestation. Par ailleurs, à ces conditions difficiles du retour dans lesquelles
l’union était la seule solution envisageable, les actions des Isérois ne doivent pas être
définies de manière indépendante. Les déportés locaux adhèrent d’abord aux sièges
nationaux de Paris avant de créer leur association départementale. Les décisions locales
reposent donc sur une relation entre Paris et Grenoble, expliquant ainsi l’obligation de
rappeler ce qui se passe dans la capitale avant d’envisager les événements grenoblois.
Mais cette belle unité des déportés n’est qu’un leurre. Certes, la nécessité du
rassemblement est indispensable aux déportés qui veulent se faire entendre. Mais cette
logique évolue. L’ADIRP Isère entend représenter tous les déportés, mais au nom de
l’affiliation du Bureau au PCF, remettant ainsi en cause l’apolitisme revendiqué. Comme
nous le précisait l’historien Olivier Lalieu, l’histoire des associations de rescapés est une
2histoire politique avant toutes autres considérations . C’est une réalité. Elle l’était avant
leur retour ; elle le fut ensuite et développa cet axe. La conséquence de l’engagement
idéologique est en bien des points, négative pour l’ADIRP Isère. Elle se scinde
plusieurs fois de suite avec un point de non-retour acquis en 1950, immuable jusqu’à
maintenant. C’est la division d’un pan entier d’anciens combattants dont il s’agit autour
de deux associations, ADIRP Isère et ADIF Isère, reproduisant le jeu politique entre
préfecture et partis opposés à elle, signant ainsi une originalité départementale qui
reprend et qui refuse le modèle national.
2 Entretien avec Olivier Lalieu, le 18 mai 2005.
53Chapitre I
Le cheminement initial
A CRÉATION des associations d’anciens déportés ne saurait être étudiée sans un
nécessaire retour sur les origines mêmes de la déportation de milliers d’hommes etL
de femmes, et d’autant plus pour l’Isère. En effet, le département est l’une des réfé-
rences en matière de Résistance et de gloire combattante à l’échelle nationale, en vertu
du titre de Compagnon de la Libération attribué à des personnes et à cinq villes, dont
Grenoble. Les compagnons de ceux qui forment les bataillons de détenus des bagnes
nazis, mettent en place une mémoire particulière mêlée d’héroïsme et d’hommages.Dès
septembre 1944, les héritages de la Résistance locale préparent idéologiquement le
retour des déportés. Parallèlement, ces derniers poursuivent cette œuvre dans les camps.
Et cette expérience imposée dans le silence et le travail forcé multiplie et légitime les
valeurs de ces combattants plus que jamais dans l’ombre, élément qu’ils estiment pris en
compte à défaut d’être compris. Les réflexions et les actes poursuivis sont autant de
jalons pour l’après déportation, même si à l’automne 1944, pour les concentrationnaires,
l’avenir apparaît bien sombre et dénué d’espoir. Faisant référence à une recherche effec-
tuée pour la seule Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes
par un étudiant, Stéphane Maurel, Charles Joineau, co-président, affirme le lien entre le
cheminement originel, le retour des déportés et la création des associations :
« Bien vite, il lui [Stéphane Maurel] est apparu qu’il ne s’agissait pas de raconter la
naissance d’une association quelconque. Ses recherches allaient le conduire à prendre
connaissance de l’action clandestine qui s’était développée au cœur même de l’appareil
exterminateur nazi. Elles allaient l’amener à prendre aussi la mesure des problèmes
posés en France, dès avant la libération et dans les semaines qui suivirent, pour la
création des structures associatives d’accueil pour les internés libérés des prisons de France
et pour les familles des déportés et des fusillés d’abord, puis des rapatriés ensuite, lors de
1la libération des camps par les armées alliées » .
1 Extrait de la préface de Charles Joineau, pour le mémoire de maîtrise de Stéphane Maurel, Aux
origines de la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes (FNDIRP.). 1944-1946, Paris,
Université Paris VII-Diderot, sous la direction de Michelle Perrot et Henry Rousso, 1992. L’auteur
étudie la création de cette association à l’échelle parisienne.
55L’Isère ne fait pas exception à cette logique. Trois axes se dessinent. Le premier est sans
aucun doute, celui des positions de la Résistance locale. Certes, les déportés n’ont
aucune connaissance de ce qui s’est passé dans le département en leur absence. Et
pourtant, c’est à ces réalités méconnues que les rescapés se heurtent à leur retour,
prenant ainsi conscience de l’énorme dichotomie entre ce qui avait été, ce qui fut, et le
devenir de leurs combats. Une mémoire de la Résistance se crée à la Libération de
l’Isère, mais elle occulte les disparus en tant que personnes, pour n’en retenir que des
actions passées inscrites au panthéon des combats pour la liberté. Pourtant, malgré
l’oubli des noms, le rappel des faits est important puisqu’il légitime déjà les
revendications que les déportés développent à partir de juin 1945.
Toutefois, si Résistance il y a, elle n’est pas circonscrite au cadre local ; elle
connaît un élargissement du fait de l’impératif existentiel dans les camps, la survie au
prix d’une résistance. Il s’agit de notre deuxième axe d’étude. Si les Isérois se reconnais-
sent dans les principes de cette lutte, ils n’en sont pas les principaux organisateurs. Le
temps est à la souffrance et à l’observation, à la recherche de nouvelles références pour
assurer l’espoir. Toutefois, l’expérience concentrationnaire fonde les références sur
lesquelles Louis Baille-Barelle, résistant déporté, s’appuie en juin 1945.
Enfin, de ces combats naît un élément formateur de la première raison du
regroupement des déportés. La solidarité est une condition de survie et un leitmotiv.
Une fois encore, les Grenoblois suivent les orientations proposées par d’autres et les
mettent en pratique, pour mieux les affirmer au retour.
I. LESPOSITIONSDELA RÉSISTANCELOCALE
Le département est libéré entièrement le 4 septembre 1944, et sa préfecture, Grenoble,
2l’est depuis le 22 août . Tout comme le pays, l’Isère réapprend à vivre avec la liberté et
une guerre qui semble s’éloigner, même si les combats de la Libération du territoire
national et de l’Europe encore occupée ne sont pas achevés. Mais surtout, l’héritage
résistant fonde le cadre nécessaire à la création de la première association de déportés
isérois. C’est le vecteur local qui s’impose, légitimant la souffrance par le poids du
souvenir combattant, ralliant par la volonté des rescapés des camps, de s’inscrire dans
cette mémoire glorieuse. Pourtant, ce souvenir particulier ne comprend pas les déportés
dans un premier temps. Il est complètement au service des présents, occultant
largement ceux qui furent leurs compagnons de combat avant l’arrestation. Les seuls
morts dont on entend parler avant mai 1945 sont ceux qui décédèrent sur le territoire
local. Des disparus, il ne subsiste rien avant la prise de conscience que les restez-sur-
place connaissent devant la découverte de l’inconcevable. Découverte à double titre en
réalité. En effet, les survivants découvrent que le temps de la Résistance n’est pas
achevé pour eux ; il continue mais dans un autre contexte, celui de la nécessité de
mettre en pratique les discussions théoriques menées dans les camps. Il s’agit de l’idée
de créer une structure faite pour les seuls déportés : l’association rendue nécessaire pour
répondre à une société qui ne les entend pas. Mais avant tout discours sur les déportés,
le champ résistant local doit être resitué puisque l’histoire des associations de rescapés
2 Chronologie de la Libération du département, Annexe 1.
56prend naissance dans une mémoire qui est la leur par l’engagement, tout en ne l’étant
pas au prisme de leur spécificité, et pourtant...
A– Une ligne de conduite résistante
Cette attitude repose sur plusieurs éléments. Le souvenir des actions des combat-
tants de l’ombre est rappelé, raconté ; il légitime surtout toutes les actions menées après
la Libération. Mais si glorieuse soit cette mémoire, elle est liée à un lourd tribut, objet de
souffrance et en même temps de modèle. Les populations veulent croire que la guerre
relève maintenant du souvenir ; il n’en est rien et certaines découvertes le prouvent.
1 – Des actions glorieuses
Comme l’a montré Philippe Barrière dans son étude de la mémoire de la
3Seconde Guerre mondiale , la Résistance est perçue comme le principal acteur et vec-
teur de la Libération du département, position mémorielle qui occulte le rôle des Alliés
4en vertu de la tradition nationale . En effet, les structures, l’organisation et les activités
5d’hommes comme par exemple Pierre Fugain , jeune combattant, ont été des éléments
fondateurs dans la lutte contre l’occupant. La région a servi de cadre aux mouvements
6clandestins tels que « Combat » avec Marie Reynoard dite Claude , Paul Gariboldi
7 8 9dit Vallier et Jean Bocq dit Jimmy , « Libération » avec André Sibellas dit Marti n ou Ric ,
3 Philippe Barrière, Grenoble à la Libération (1944-1945). Opinion publique et imaginaire social, Paris,
l’Harmattan, 1995, p. 38-39.
4 Ibidem, p. 147.
5 Pierre Giolitto, Grenoble 40-44, Paris, Perrin, 2001, p. 15, 90, 119, 162 et 388. Pierre Fugain est né en
1918. Originaire de La Rochette, étudiant en médecine et répétiteur, il entre dans la Résistance. Il fut
un des commandants des Forces Françaises combattantes. Après la guerre, il devint président délégué
pour l’Isère de l’Association nationale des Anciens Combattants de la Résistance (ANACR).
Actuellement, il préside Résistance Unie, qui rassemble plusieurs associations d’anciens résistants, et
entretient des relations avec l’ADIRP Isère.
6 rie Reynoard est née le 28 octobre 1897 à Bastia et est professeur de lettres au lycée de jeunesMa
filles de Grenoble, futur lycée Stendhal. Souhaitant se mettre au service de son pays, et malgré une
santé altérée par la tuberculose, elle fonde le mouvement Combat dans l’Isère, sous l’impulsion
d’Henri Frenay. Arrêtée une première fois le 4 octobre 1942, internée à Fresnes puis libérée pour rai-
sons de santé, elle devait l’être une deuxième fois en mai 1943 par la Gestapo et incarcérée à Montluc.
Elle est transférée à Compiègne d’où elle est déportée en janvier 1944 dans le convoi des « 27 000 » à
destination de Ravensbrück. Après un véritable martyre, elle est transférée le 28 janvier 1945 dans un
camp annexe, le Jugendlager, destiné aux malades et à leur anéantissement. Elle est empoisonnée après
un ultime mais vain refus d’obtempérer. Cf. par exemple, Pierre Giolitto, op. cit.,p. 155-158.
7 Paul Gariboldi est né le 17 octobre 1919 à Ecully. Il réside aux Anguisses, à Saint-Martin-d’Hères
jusqu’à l’âge de sept ans puis après le décès de sa mère, il part avec son père en Algérie. Il rentre deux
ans plus tard. Il continue ses études aux Arts et Métiers. Mais la guerre éclate et interrompt ses
activités : il est incorporé dans l’artillerie à Draguignan jusqu’à l’Armistice où il est versé dans les
Chantiers de Jeunesse. Après sa démobilisation, il rentre à Merlin Gérin comme dessinateur dans un
bureau d’études. Là, il rencontre Gustave Estadès qui lui propose de rejoindre la Résistance dans les
rangs de « Combat ». Dès lors, Gariboldi alias Vallier devient une figure emblématique de la Résistance
iséroise, et se joue de l’occupant jusqu’à sa mort le 22 mars 1944, assassiné par Guy Esclach lors d’un
guet-apens tendu par les miliciens et la Waffen-SS. Par ses exploits, il est l’archétype du héros
grenoblois légendaire. Cf. Philippe Barrière, op. cit., p. 41 cité par Pierre Giolitto, op. cit., p. 230.
5710ou « Franc-Tireurs » avec Eugène Chavant dit Clément . Et les actions menées sont
aussi variées que l’enlèvement du fichier du STO le 15 septembre 1943 par Vallier, la
11guérilla imposée par la compagnie Stéphane commandée par Étienne Poitau dans les
massifs de Belledonne et de Chartreuse, l’explosion du Polygone d’artillerie organisée
12par Aimé Requet, la manifestation patriotique du 11 novembre 1943 à Grenoble, la
13Saint-Barthélémy grenobloise , ou les multiples exemples certes moins glorieux pour la
mémoire mais tout aussi importants, comme la diffusion de tracts sous forme de feuille
14comme Les Allobroges , la transmission de courrier par des jeunes filles ou la simple
sympathie d’une partie de la population. Ce contexte et cette situation sont précoces
8 Jean Bocq est né en 1921 à Aix-en-Provence, il est mécanicien et s’engage en 1939 dans l’armée de
l’air. En 1941, il entre dans la police comme gardien de la paix. Il entre dans le mouvement Combat en
novembre 1942, et dans les Groupes Francs en 1943 comme lieutenant de Paul Gariboldi. Ce dernier
meurt en essayant de lui sauver la vie, le 22 mars 1944. Cf. Ibid.
9 André Sibellas est le responsable du groupe Libération qu’il représente à la réunion de « Monaco ». Il
est arrêté par la gestapo française et fusillé le 12 juillet 1944. Cf. Grenoble et le Vercors de la Résistance à la
Libération, 1940-1944, Actes du colloque tenu à l’IEP de Grenoble, 21-22 novembre 1975, Lyon, La
Manufacture, 1985, p. 330.
10 Eugène Chavant est né en 1894. Il est agent de maîtrise chez Neyret-Beylier et maire de Saint-
Martin-d’Hères de 1935 à 1940. Pendant la guerre, il est responsable de Franc-Tireur et est un des
fondateurs de la « France combattante » en 1942. Il devient le chef civil du Vercors après la disparition
d’Albert Seguin de Reynies dit Sylvain ou Rolland arrêté le 6 mai 1944 par la Gestapo. Enfin, il participe
au Comité Départemental de Libération Nationale. Il meurt en 1967. Ibidem, p. 321.
11 eÉtienne Poitau dit Stéphane est né en 1919. Il est lieutenant au 8 Régiment de tirailleurs marocains.
Il constitue la « Compagnie Stéphane » le 10 novembre 1943 et réinvente la guerre de guérilla. Il meurt
en Indochine en 1952. Ibid, p. 328.
12 La manifestation du 11 novembre 1943 était un élan patriotique spontané. En effet, elle fut décidée
par de « jeunes exaltés ». Cf. ADI, 1 J 1719 : Doyen René Gosse, papiers de Lucienne Gosse, veuve du doyen Gosse ;
il s’agit de trois cartons donnés à l’abbé Lorenzi puis offerts aux Archives départementales de l’Isère,
le 7 septembre 1998 et qui concernent le souvenir de l’inauguration du monument élevé à la mémoire
de René Gosse et de son fils Jean Gosse, le 31 octobre 1948, des textes rédigés quant à l’action de son
défunt époux, « Intentions » et « Voici trois mois d’horreurs » et de notes concernant le film Pour qui sonne le
glas ?. Sous l’égide de la Résistance, les manifestants du 11 novembre 1943 distribuèrent des tracts
quelques jours avant le jour annoncé, afin de prévenir la population et l’inviter à participer. La
commémoration fut préparée alors que les chefs locaux de la Résistance estimaient qu’elle n’était
qu’un moyen dangereux de représentation patriotique. Malgré cela, des milliers de manifestants se
réunirent. Mais alors qu’elle semblait ne pas attirer les foudres de l’occupant, lorsqu’elle atteignit la
place de Verdun, la troupe allemande encercla une majorité des présents. Seules les femmes, les
enfants et les hommes âgés d’au moins 60 ans furent relâchés. Les 673 restants furent emprisonnés à
la caserne de Bonne, puis acheminés jusqu’à la gare de Grenoble. De là, le convoi les emmena jusqu’à
Compiègne, au camp de Royallieu. Tous furent déportés à Buchenwald : seuls 150 revinrent. Cf.
eÉvelyne Galera et Jean-Louis Vercruyssen, La manifestation du 11 novembre 1943, mémoire de 2 cycle,
IEP Grenoble, 1974.
13 Dans ses mémoires, Lucienne Gosse fait un lien de cause à effet entre la manifestation du
11 novembre 1943 et la Saint-Barthélémy grenobloise. Déjà son époux, le Doyen Gosse, s’était
prononcé contre « ces cérémonies de Défi exalté ». De plus, depuis leur arrivée à Grenoble, en septembre,
les troupes allemandes étaient nerveuses : la BBC avait donné le titre de capitale du maquis à la Ville.
Lors de ces journées de répression, il eut des morts, des blessés et de nombreuses arrestations. La tête
décisionnelle de la Résistance grenobloise fut décapitée ces jours-là. Dès lors, « la terreur ne cessa de régner
jusqu’à la fin de l’occupation ». Cf. mémoires de Lucienne Gosse, op. cit.
14 C’est l’organe de presse du Front national, cf. Bernard Montergnole, La presse grenobloise de la
Libération. 1944-1952, Grenoble, PUG, 1974, p. 28.
58dans cette région ; comme l’a écrit Pierre Bolle : « la Résistance est en premier lieu
15précoce, multiple et dispersée » . En effet, elle a commencé avec le refus de 80 députés
dont trois isérois de voter les pleins pouvoirs au maréchal Pétain en juin 1940,
immédiatement suivi par l’attitude d’intellectuels comme le doyen René Gosse
affirmant devant ses étudiants que la seule passion doit être celle de la libération de la
16France . Cette précocité marginale ne se démentit pas durant les quatre années de
17lutte , intensives depuis l’arrivée effective des Allemands à l’automne 1943, actions
importantes comme en témoigne la répression nazie à la mesure de la volonté des
hommes et des femmes qui nourrissent les rangs de la Résistance. Dénonciations,
arrestations, tortures, exécutions, emprisonnements et déportations s’abattent sur ces
garants de l’honneur de la France.
2 – Un lourd tribut
18En cela, l’Isère, « département qui est le plus agité » d’après le général Pflaum , a
payé un lourd tribut. Ainsi, lorsque l’heure de la Libération sonne, les sacrifices consentis
sont mis en exergue et jouent un rôle de légitimation de l’action des résistants dans la
vie politique des semaines suivantes. Mais ni les représentants de l’État, ni les
populations, ne veulent instituer une hiérarchie dans l’ensemble sacrificiel car cette
unité est demandée à deux niveaux : local et national. Au premier, elle sert l’image
départementale, que tous veulent officielle et inaltérable, d’une Résistance unie face à
19l’envahisseur et garante « d’une vaste et indissoluble fraternité » . Par ce biais, elle affirme le
rôle politique que veulent jouer les combattants de la liberté, en accord avec les idéaux
affirmés par le Conseil national de la Résistance qui demande surtout que la République
soit régénérée démocratiquement et institutionnellement, sous l’égide du général De
Gaulle. De manière indirecte, cette position induit aussi une autre ligne de conduite :
aux résistants, la population est redevable de la liberté retrouvée et de la victoire. De ce
fait, les tout premiers pas de l’après-guerre se font dans une atmosphère de liesse
populaire et d’indispensable reconnaissance de la prépondérance résistante, à la fin du
mois d’août 1944. L’autre niveau, national, est dicté par le gouvernement provisoire de
De Gaulle : face à une situation politique en cours de définition et à l’affirmation de la
division et des oppositions des partis, le général demande l’union politique autour de
ceux qui ont mené la France à la Victoire, même si cette dernière n’est pas encore
entièrement acquise. Malgré tout, les tensions n’entament pas immédiatement la joie de
la Libération, en Isère comme ailleurs.
15 Pierre Bolle, « Naissance et évolution de la Résistance en Isère », in, Grenoble et le Vercors… , op. cit.,
p. 57.
16 Ibidem, p. 58, cité par Pierre Giolitto, op. cit., p. 153.
17 Michèle Gabert, Entrés en Résistance, Grenoble, PUG, 2000, p. 75-89. L’auteur insiste sur une
précocité certaine du fait résistant. Il contribue à faire évoluer la perception de la mémoire du conflit,
en considérant comme vecteur, tour à tour les actions puis les hommes.
18 Remarque faite dans un rapport de l’état-major du général allemand Pflaum le 3 juin 1944. Il dresse
un bilan et compare la situation qui existe dans les cinq départements formant la région au nord des
Alpes. Le général Pflaum a mené la répression contre le maquis du Vercors durant l’été 1944, Pierre
Giolitto, op. cit., p. 249.
19 Philippe Barrière, op. cit., p. 38.
593 – La guerre, toujours la guerre
Mais la relative harmonie dans le temps et l’espace n’est que leurre. Quelques
jours après l’allégresse de la Libération, un fait « nouveau » intervient. La découverte
fortuite du charnier du Polygone, l’ancien parc d’artillerie, remet en cause la volonté
d’oublier le conflit et à la sérénité que semblaient montrer les Isérois. Philippe Barrière
date cet événement tragique du 26 août. L’existence de la monstruosité était
soupçonnée, comme le disait le lendemain, le journal Les Allobroges :
« On savait qu’il y avait là-bas, quelque part dans les fourrés du Polygone, des cadavres
de nouveaux martyrs de la Résistance… Lorsque après l’abominable répression des
troupes de la Wehrmacht dans le Vercors, prés de deux milliers de vaches volées y
furent parquées qu’une femme qui s’était risquée d’aller traire une bête pour donner du
20lait à ses enfants devait situer fortuitement le lieu de la fosse tragique » .
Ce retour dans l’horreur est rappelé par la presse avec, dès le 14 septembre, des articles
appelant la vengeance dans Les Allobroges, ou les listes de noms des victimes publiées
chaque jour. Dès lors, le souvenir de la Résistance fait la part belle à la notion de héros
et de martyrs. Cette nouvelle orientation est importante : elle prépare psychologique-
ment le retour des déportés. Elle introduit une situation que l’on ne peut en aucune
manière envisager à l’automne 1944 : l’acceptation d’une nouvelle graduation dans
l’horreur et l’insoutenable. En effet, la presse commence à adopter une nouvelle
stylistique : le détail le dispute au récit.Ce style nouveau annonce les témoignages sur la
déportation et l’univers concentrationnaire, mais il est d’abord utilisé pour développer
la notion de héros. Dans le Grenoble de la guerre, il doit être résistant, courageux, jeune
et si possible décédé car le sacrifice suprême apparaît alors comme la preuve sans
équivoque de sa valeur. La figure de Paul Gariboldi est choisie ; un autre personnage ne
pouvait pas convenir.
21Sous le pseudonyme de Paul Vallier , il est connu pour ses coups de main au
mépris du danger, la population et ses compagnons de combats ont retenu sa présence
devant le siège de la Milice juste avant l’explosion de la bombe qu’il venait de poser, ou
la vision de sa traction avant noire roulant à toute vitesse dans les rues de Grenoble
22avant ou après une action . La presse rappelle les épisodes glorieux de sa vie dans des
rubriques spécifiques comme « Il y a un an » dans les Allobroges, qui relate l’avertissement
donné à la milice vichyste par le jeune héros, sur un ton qui se veut léger : « Froidement,
calmement, un des occupants de l’auto sort son arme, vise et tire, et groupe avec une étonnante précision
sur une surface de quelques centimètres carrés onze balles. Puis l’auto démarre sans avoir dérapé pour
repartir et disparaît finalement dans la direction de l’avenue Alsace Lorraine. C’était Vallier qui
23venait, avec son incroyable maestria, de “faire un carton »… ” . Sa valeur est encore plus
développée avec les circonstances de sa mort : il a donné sa vie pour la liberté mais
24aussi pour sauver Jimmy, son fidèle lieutenant . Dès lors, comme le dit Philippe
20 Ibidem, p. 51.
21 Suzanne et Paul Silvestre, Chronique des maquis de l’Isère. 1943-1944, Grenoble, PUG, 1995 (rééd.),
p. 428.
22 Ibidem.
23 Ibid.
24 Ibid.
6025Barrière, il devient « une véritable figure centrale du Panthéon de la Résistance grenobloise » , et
apparaît comme doté d’une « invincible force » lorsqu’il échappe à ses poursuivants qui tire
sur lui : « seul contre dix… ! Dans sa gabardine, on releva plus de quinze traces de balles ; pas une
ne l’avait touché ». Georges Bois-Sapin lui ne compta pourtant qu’un seul trou dans la
26gabardine de Vallier .
Cette figure de héros a aussi une autre portée. Pour le nouveau préfet de
27l’Isère, Albert Reynier, Vauban dans la clandestinité , l’inauguration du monument en
sa mémoire est l’occasion d’en faire un symbole mythique. Il rappelle bien sûr ses actes
de combattant mais fait aussi allusion à l’aura dont on le pare : « il est déjà entré dans la
28légende et en pleine jeunesse ». Surtout, Reynier insiste sur les idéaux qui ont permis à Paul
Gariboldi de se dépasser :
« [l’Union] est en fin de compte, le seul élément solide qui unit les gens d’opinions
différentes ou des divers milieux sociaux… Résistants mes camarades, mes compagnons
de lutte, il faut plus que jamais resserrer vos liens et ne permettre à aucun prix que les
29fissures se produisent » .
Ce discours sous-tend et introduit des notions et des actes unanimistes spécifiques dans
un département où l’opposition des partis se développe comme avant la guerre. Le
désir d’union rejoint bien évidemment la ligne de conduite demandée par De Gaulle, et
Albert Reynier s’y conforme puisqu’il est revêtu d’une responsabilité étatique. Mais ces
paroles introduisent aussi la réalité des futures associations de résistants qui annoncent
celles, plus tardives, des anciens déportés. Le fait combattant est donc présenté comme
le signe de ralliement à une grande famille, celle des hommes et des femmes qui se sont
battus pour un idéal patriotique élevé, mais elle l’est aussi comme une valeur qui sera
reprise par les rescapés de l’indicible quelques semaines après leur retour. Cependant, le
cas des déportés ne peut pas s’inscrire pleinement dans l’image du héros mythique car
l’expérience des camps a induit un martyre encore plus grand, dont on n’imagine
d’ailleurs pas encore les implications pour l’avenir des survivants ; cet élément ne
convient pas à l’image d’un acte de bravoure puisque la Résistance dans les camps était
30un facteur de survie grâce à l’entraide .
25 Philippe Barrière, Histoire et mémoires…, op. cit., p. 39-50, témoignage de Georges Bois dit Sapin.
Celui-ci, directeur du gymnase municipal de Grenoble, est résistant de la première heure, au sein du
mouvement « Combat » dont il devient l’un des responsables. Cf. Pierre Giolitto, op. cit., p. 273.
26 Ibidem.
27 Albert Reynier est né en 1889. Ancien instituteur et directeur de l’École d’application de l’école
normale d’instituteurs à La Capuche, socialiste et franc-maçon, il entre dans le mouvement Combat
dès 1941. Il dirige ensuite l’Armée Secrète de l’Isère puis le secteur 6 des maquis isérois et le 5 janvier
1944, à Méaudre, participe à la réunion Monaco qui décide de l’orientation politique du département à
adopter dès la libération. Il siège au Comité départemental de Libération nationale et le 5 mai 1944, il
est désigné Commissaire de la République. Enfin, le 28 août, il devient préfet de l’Isère. Il meurt le 21
janvier 1949. Cf. Pierre Bolle, Grenoble et le Vercors… , op. cit., p. 329.
28 Ibidem.
29 Ibid.
30 Objet de référence pour les déportés comme pour les populations qui retiendront, plus tard, la
valeur combattante du déporté, la Résistance dans les camps fait l’objet de l’étude suivante dans ce
chapitre, « La Résistance dans les camps ».
61B – Une autre représentation ?
Lorsque les déportés rentreront, ils s’inscriront dans une mémoire autre, celle
des martyrs, terme référent pour les personnes qui ne sont pas appréhendées comme
des symboles d’héroïsme, mais davantage comme des êtres qui ont souffert pour la
Patrie, cet élément n’étant pas repris pour la figure plus transcendante du héros. En
effet, si les héros sont mis en exergue, la catégorie des martyrs est aussi prise en
compte. Il s’agit de combattants dont la valeur est liée aux circonstances de sa mort. En
donnant la mesure de la barbarie allemande démontrée abondamment au lendemain de
la Libération, elle apparaît comme d’autant plus importante. C’est une forme de
légitimation nationale car elle permet d’opposer la civilisation, et donc la démocratie qui
doit se réaffirmer, à des pratiques relevant d’une politique autoritaire comme le
nazisme. Ainsi, cette catégorie regroupe des personnes ayant connu des fins toutes
atroces mais de natures différentes, même si ces individus sont considérés comme
victimes de guerre. Ils servent l’idéal de la Résistance puisque leur sort appartient au
contexte de la répression visant les résistants ou leurs sympathisants. Ainsi, à l’automne
1944, la presse met en valeur le martyre de la population du village de Vassieux-en-
31Vercors . Philippe Barrière estime que le cas de ces villages est à distinguer de celui des
exécutions collectives comme celle des 48 résistants fusillés au Polygone. La mort de
ces derniers est liée de manière directe aux faits de combat et leur fin apparaît comme
liée à leur engagement. Pour les victimes civiles de Vassieux, il n’en va pas de même.
Leur sacrifice est plus traumatisant, pour deux raisons principales. La première est la
sauvagerie avec laquelle il a été perpétré. Les récits s’accordent tous sur les cadavres
mutilés, émasculés, les crânes éclatés et le martyre ultime d’une petite fille de sept ans,
Arlette Blanc, enterrée partiellement et reposant sur les corps de ses parents jusqu’à ce
que des maquisards la trouvent et la libèrent ; malgré les soins, elle meurt quatre jours
32plus tard . La seconde raison porte sur l’âge des victimes : la plus jeune avait 18 mois,
33la plus âgée 81 ans . Cet événement terrifie les populations car il met en cause des
personnes non combattantes. Et à dessein de développer la justesse de leurs actions, les
résistants le rappellent.
31 Vassieux-en-Vercors est situé sur le plateau du Vercors, dans le département de la Drôme. Durant
l’année 1944, une piste d’atterrissage fut construite à côté du village pour accueillir les avions alliés,
plus communément appelée Taille-Crayon, (cf. Paul et Suzanne Silvestre, op. cit., p. 259), ou « terrain de
Vassieux » (cf. Association Nationale des Pionniers et Combattants Volontaires du Vercors, Le Vercors
raconté par ceux qui l’ont vécu, Valence, Imprimerie Nouvelle, 1990, p.196). Les maquisards avaient la
sympathie de la population, certains de ses membres étant des natifs. Pour anéantir la forteresse
Vercors et toute tentative d’aide aux résistants dans le massif, le général SS Pflaum décide de
déclencher une vaste opération militaire pour réprimer et supprimer cette république qui nargue et
menace les troupes d’occupation. Le 21 juillet 1944, venant de Lyon, des planeurs avec des
parachutistes allemands de deux bataillons du I/LLG1 (groupe aéroporté) débarquent au petit matin
dans les champs qui bordent Vassieux. Ainsi s’écrit l’une des pages les plus sanglantes de l’histoire du
Vercors. La population civile du village est massacrée par le feu, la pendaison, la fusillade et la torture.
Il en est de même pour les maquisards fait prisonniers. À part deux personnes, toute la population du
village, 178 personnes, est assassinée. (Cf. par exemple, Association Nationale des Pionniers et
Combattants Volontaires du Vercors, Le Vercors… , op. cit., p.202-206).
32 Paul Dreyfus, Histoire de la résistance en Vercors, Grenoble, Arthaud, 1984, p. 239-249.
33 Cimetière du mémorial de la Résistance, Vassieux-en-Vercors.
62Ces derniers s’insèrent ainsi dans la demande d’épuration et de châtiment des
traîtres et des coupables. Ainsi, les appels à la vengeance se multiplient comme dans Le
Travailleur Alpin, le 2 novembre, où on affirme que « l’oubli ne peut tomber sur les
34cendres des massacres » bien que le préfet Reynier en appelle au calme et à la justice
dès le 23 août : « le sang de nos martyrs dauphinois est vengé, et la France demain aura vengé tous
35nos morts » . Cet état de fait s’explique simplement : les compagnons de combats ou les
proches des victimes ne veulent pas oublier, donc la figure du martyr se développe et
imprègne les esprits, avec en particulier les récits des rescapés du plateau du Vercors.
Des poèmes sont écrits, comme celui du maquisard Pierre Emmanuel qui dit en guise
de préambule : « J’ai vu ce qui n’a pas de nom. Crier d’horreur, à quoi bon, tant ici l’horreur passe
36les bornes ? Me taire simplement, et voir… » . D’autres surenchérissent, comme M.-J.
Hugues, instituteur drômois, dans son poème intitulé « Martyr » qui évoque l’un de ces
anciens élèves, Paul Jallifier, mort des suites des tortures infligées par les Allemands à
Vassieux : « Insouciant, heureux, marchant vers l’avenir, qui pouvait supposer que tu serais
37 38martyr ? » . Ainsi, leur sacrifice est magnifié d’autant plus dans le département car la
Résistance a su s’imposer comme un acteur militaire mais aussi politique, avec les
structures étatiques mises en place dès la Libération et la promotion de résistants
illustres à des postes clé de l’administration, comme Albert Reynier à Grenoble. Les
martyrs sont alors issus du peuple et servent ainsi la nécessité d’identification de la
population à eux. Philippe Barrière rappelle que cela permet à la résistance de « refuser
le « vedettariat » et de « s’auto-ériger en une religion démocratique et populaire. Certes, de nombreux
noms sont célèbres et font par là même figure de martyrs privilégiés. Et s’il rejette les rites factices, le
39principal dogme de la Résistance réside bien dans le simple mais ardent respect de la mémoire » .
Des déportés, il n’est pas encore question. Tout au plus, signale-t-on que telle personne
a été arrêtée et emmenée, mais on ne sait pas où. C’est le cas d’Odette Malossane dite
40Etty, arrêtée à la grotte de la Luire le 27 juillet 1944 . Il est vrai que l’on ne connaît pas
leur sort, mais il est indéniable que l’opinion publique iséroise ne se soucie que des faits
d’armes de la Résistance locale et des victimes mortes dans le département.
Aucun débat n’est mené sur les hommes et les femmes disparus sans laisser de
trace. Il est vrai que la légitimité de ceux qui sont sur place apparaît comme centrale. En
34 Le Travailleur Alpin, « L’oubli ne peut tomber… », 2 novembre 1944.
35 Ibidem. Philippe Barrière cite aussi cette référence, cf. Histoire et mémoires…, op. cit., p. 44.
36 Le Vercors raconté par ceux qui l’ont vécu, op. cit., p. 355.
37 Ibidem, p. 358. M.-J. Hugues a reçu le Prix littéraire du Sonnet offert par la ville de Montélimar, pour
ce poème.
38 Cette situation se retrouve également dans les autres départements.
39 Philippe Barrière, op. cit., p. 46.
40 Odette Malossane est née le 27 juillet 1919. Elle était infirmière et se mit au service de la résistance
pour soigner les maquisards blessés. Le 27 juillet 1944, lorsque la grotte de la Luire fut investie par les
Allemands, elle resta avec les blessés et fut arrêtée. Emmenée à Grenoble le lendemain, elle fut
transférée à Lyon et déportée à Ravensbrück où elle arrive le 21 août. Elle fit un séjour dans un
kommando en Thuringe pour finalement revenir au camp principal. Elle échappa pendant un temps aux
sélections qui devaient mettre à part les plus malades, mais trop faible, elle mourut avant la libération
du camp. Sa fin tragique est connue grâce aux témoignages de ses anciennes compagnes de misère :
Alice Curateau, D. Rouge et Melle Silveton infirmière du Vercors, cf. Le Vercors raconté par ceux qui l’ont
vécu, op. cit., p. 359-363.
63termes de chiffres, à titre d’exemple, et bien que ce mot ne revête aucun caractère net et
apparaisse encore dénué de tout fondement à ce moment, le nombre de déportés du
Vercors est de 41 parmi les habitants du plateau, alors que le martyrologe du Vercors,
41pris en considération à l’automne 1944, compte 840 morts . Par ailleurs, la réalité
combattante est beaucoup plus en accord avec la mémoire d’une région qui se définit
comme ayant été à la pointe des combats. Surtout, elle est nécessaire pour effacer la
honte de la défaite de 1940. D’ailleurs, ce dernier sentiment reste relatif en Isère, car
l’Armée des Alpes n’a pas été à proprement parler battue lors de la guerre éclair. Au
contraire, elle a résisté avec vaillance à la pression des divisions allemandes venant
principalement de Lyon. En accord avec ce fait d’armes, la Résistance met en valeur ses
frères de l’armée régulière, qui se sont illustrés sur les contreforts alpins, à Voreppe :
« l’héroïsme de nos soldats opposant leur poitrine aux blindés teutons, épargna à nos Alpes
42l’humiliation d’une occupation immédiate » .
La mémoire combattante iséroise est intacte, puisque ses soldats n’ont jamais
été vaincus par l’ennemi. Par là même, ils ont compté parmi les premiers résistants du
Dauphiné. Par ailleurs, elle est l’un des éléments qui sert la thèse de la victoire militaire
départementale, quasi-indépendante. Le rôle des maquis conçus comme avant-garde
des armées alliées après un débarquement, et l’organisation des réseaux de résistance à
travers la région, font que les combats de la Libération sont magnifiés et arrangés pour
servir l’idée que l’Isère s’est libérée, seule finalement. Cette situation n’est pas anodine ;
elle permet de mettre en exergue deux croyances : celle d’un Vercors abandonné et
43sacrifié par les Alliés d’une part , et de l’arrivée des Américains après le départ des
Allemands de la capitale des Alpes, ce dernier point étant évité dans la mémoire car
source de frustration pour les Grenoblois. En effet, la ville a été évacuée par les
occupants avant que les maquisards n’y pénètrent. « La grande Libération » est restée en
réalité fort pacifique malgré les espérances fondées pendant les années sombres. Mais le
schéma imaginé a été une réalité pour des communes plus petites, comme Vizille, au
sud de Grenoble et au nord de Bourg-d’Oisans. Cette ville a connu la jonction, non
préméditée, des résistants et des avant-gardes blindées américaines, entre Laffrey et le
44centre urbain. Néanmoins, l’idée prédomine que la région s’est libérée toute seule . La
presse s’en fait l’écho juste après les combats, mais cela apparaît encore plus nettement
un an plus tard, lors de la première commémoration de la fin des années sombres. Les
41 Paul Dreyfus, op. cit., p. 249.
42 Numéro « spécial FFI » du 31 octobre 1944, cité in Philippe Barrière, op. cit., p. 34.
43 Les résistants n’ont pas oublié les promesses de Londres concernant l’enjeu stratégique que
représentait le Vercors. En raison de sa position de plateau de moyenne altitude, les maquis devaient
s’y implanter et se constituer en force armée. L’encadrement et l’entraînement orchestrés par des
militaires de carrière comme le Général Le Ray ont permis d’atteindre cet objectif. Mais l’approvision-
nement en armes posa un problème majeur à ces combattants. Après le 6 juin 1944, les maquisards
jouèrent leur rôle mais ne furent pas approvisionnés en armes comme cela avait été prévu. De force
de frappe majeure et stratégique, le Vercors devint une immense souricière pour les combattants qui y
séjournaient. Par ailleurs, alors que la région n’était pas encore complètement libérée, le plateau le fut
avant elle. Dans ces circonstances, une République du Vercors fut proclamée, et en guise de symbole,
un drapeau tricolore fut hissé au-dessus de Saint Nizier, narguant ainsi les Allemands. La répression
fut terrible.
44 Philippe Barrière, Histoire et mémoires…, op. cit., p. 22.
64Allobroges titre le 22 août 1945 : « La septième armée américaine, franchissant les cols préalpins
45que lui avait ouverts le maquis, débouchait du Trièves » .
C – Un complément
Mais la référence militaire de la résistance serait incomplète sans l’évocation de
la contribution des chasseurs alpins qui s’étaient battus en 1940 à Narvik, en Norvège.
Si leur souvenir est important à l’automne 1944 pour montrer la tradition combattante
du Dauphiné sur son sol ou ailleurs, elle l’est encore davantage car elle introduit une
mémoire qui naîtra quelques mois plus tard : celle des manifestants du 11 novembre
1943 qui défilèrent dans les rues de Grenoble au nez des nazis, en hommage à leurs
pères, combattants de la Grande Guerre, manifestation qui devait s’achever par des
arrestations importantes, devant le monument des Diables bleus, lieu d’hommage aux
chasseurs alpins. Cependant, la bataille de Narvik reste lointaine et de manière générale,
on préfère allier la bataille de Voreppe et les combats de 1944, car la référence de cette
dernière joue en faveur de la Résistance dont ses membres veulent s’affirmer les garants
militaires de la Victoire en Isère.
Cette mémoire combattante est donc importante car elle légitime le rôle
militaire de personnes ou d’organisations n’ayant pas encore de statut. Très vite,
l’assimilation de tous à un corps d’arme,avec un grade accordé pour chacun, apporte
une preuve concrète de la reconnaissance de la résistance locale par l’armée officielle.
Cette avancée est primordiale car si les anciens résistants ne s’unissent pas encore en
association pour se retrouver, ils affirment déjà, ainsi, que leur sacrifice appartenait à un
idéal et à une lutte nationale légitime. À cela, il faut ajouter aux réalités de la guerre, une
réflexion naissante sur ceux que l’on nomme les « Absents ».
D’emblée, elle apparaît difficile. Cette dernière dénomination n’est pas encore
très claire dans l’opinion. Pendant toute la durée du conflit, l’administration vichyste
utilisait ce terme pour désigner les prisonniers de guerre détenus dans les stalags et les
oflags. À cette réalité, les populations ont pris l’habitude d’ajouter les jeunes partis
travailler dans les entreprises allemandes ou affiliées, par exemple sur le mur de
l’Atlantique. Ceux que l’on appelle les « déportés » ou les « travailleurs » du Service du
travail obligatoire sont, comme les prisonniers de guerre, encore détenus sur le sol
ennemi. Toutefois, une frange d’ombre persiste ; elle englobe les hommes et les
femmes arrêtés, détenus et envoyés à « Pitchipoï » pour certains, quoi que ce terme ne
46soit connu en réalité que d’une infime partie de la population iséroise . L’incertitude
quant à leur sort apparaît toujours menaçante par son manque de contours et de réalité.
Un élément semblait acquis : il ne pouvait s’agir que d’une destination dans le pays
ennemi. Ce manque de précision reste inchangé parmi la population, y compris les
45 Les Allobroges, « La septième armée… », 22 août 1945.
46 Il semble que cette expression ait été régulièrement utilisée pour nommer l’endroit inconnu mais qui
apparaît effrayant par son absence de définition, et la menace qu’il semble revêtir. Mais comme le
dit Renée Poznanski dans Être juif en France pendant la Seconde Guerre mondiale (Paris, Hachette, 1994,
859 pages), tous ceux qui étaient détenus dans le camp de transit de Drancy, utilisaient ce terme. Les
familles tout comme les personnes isolées essayaient ainsi de dédramatiser l’internement, lui donnant
ainsi un objectif, un sens et le moyen de le supporter. Mais seuls les détenus juifs l’utilisaient. L’origine
précise de ce terme reste inconnue.
65camarades de combat qui pourtant pouvaient entendre sur les ondes de la BBC les
premiers témoignages des rares personnes ayant échappé à l’univers concentrationnaire,
ou ayant vu et entendu les sévices subis par les déportés des camps, comme les
cheminots qui conduisirent les trains de la mort.
Toujours est-il que les résistants de l’Isère, comme d’ailleurs, s’interrogent sur le devenir
des combattants disparus. Pour certains, la réponse a déjà été apportée : ils ont péri lors
des combats pour la Libération. Pour d’autres, l’incertitude est de mise, d’autant qu’il
n’est pas encore possible de faire la distinction entre ceux qui ont pu périr par un
moyen ou un autre sur le sol français, et ceux qui auraient pu être emmenés ailleurs.
Ainsi, le commandant Albert Seguin de Reynies, dit Sylvain ou Rolland, a disparu sans
qu’il soit possible d’établir avec certitude le parcours qu’il a suivi depuis son arrestation
47le 6 mai 1944 par la Gestapo . De même, de nombreuses personnes arrêtées ont
disparu et bien souvent, aucune nouvelle ne parvient à la famille. Alors, dans cette
période troublée où l’on cherche à reconstruire et à revivre, les « Absents », dont on est
sans nouvelles, sont considérés comme disparus. Cela expliquera des surprises,
heureuses, lorsqu’un déporté des camps rentre et est accueilli avec joie comme le fut
Gustave Estadès par Georges Bois-Sapin.
Ainsi, dans le département, les images de la Résistance locale sont multiples et
de natures diverses. Tout d’abord, la Libération, si longtemps attendue et pour laquelle
tant de sacrifices ont été consentis, a marqué l’arrêt d’une vie quotidienne dangereuse
mais héroïque. La liberté retrouvée est dignement fêtée et les populations veulent
oublier que la guerre n’est pas terminée, les combats continuent dans le nord et l’est de
la France. Mais cette allégresse prend fin avec la découverte du charnier du Polygone.
Cela relance l’idée que les combats ne sont pas achevés ; surtout elle convainc que la
barbarie nazie a été portée à un degré jamais atteint. Dans ce contexte, la Résistance
commence à construire sa mémoire pour perpétuer son idéal et ses combats, éléments
qui en servent une autre, en gestation à ce moment-là, celle de la déportation que les
associations iséroises de déportés promeuvent dès leur création. Mais pour l’heure, le
temps n’est pas à cette considération.
Une catégorie de résistants est mise à part par leur absence, et beaucoup
prennent le parti de les considérer comme perdus en raison des recherches vaines sur
48leur devenir . Pourtant, en cet automne 1944, les Absents déclenchent une réflexion,
mais pas la même pour tous. En effet, leur nombre est important en comptant toutes
49les catégories : les prisonniers de guerre , les déportés du travail et les autres, enlevés
47 eAlbert Seguin de Reynies est né en 1900. Il est capitaine au 6 Bataillon de Chasseurs Alpins. En
tant que chef départemental de l’Armée Secrète, ceci depuis décembre 1943, il participe à la réunion
e« Monaco ». Puis dénoncé par un ancien du 6 BCA, il est arrêté par la Gestapo le 6 mai 1944 et
disparaît sans laisser de trace. Toutes les recherches se sont avérées vaines : aucun témoin ne l’a vu
après cet épisode, aucun registre ne porte son nom, aucune tombe, aucun reste ne furent découverts.
Cf. Pierre Bolle, op. cit., p. 329.
48 Ce qui explique la surprise de certaines personnes comme Georges Bois-Sapin lorsqu’il voit Gustave
Estadès sur le quai de la gare de Grenoble, en mai 1945 : « Pas possible Tatave, on te croyait mort ! »,
Cf. Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère (MRDI), Cassette audi o n° 6 : Témoignage de
Georges Bois-Sapin.
49 Les populations connaissent le sort de ces derniers. C’est d’ailleurs l’unique référence dont on se
sert pour imaginer la captivité de ceux qui ont disparu.
66