Les français libres, l'autre résistance

De
Publié par

Aux combats de la France libre s’attachent quelques noms mythiques : Keren, Kub Kub, Bir Hakeim, El-Alamein… et, plus tard, Paris, Toulon, Strasbourg, Berchtesgaden. La « croisade » gaulliste pour la libération de la France a été maintes fois retracée. Le visage des hommes et des femmes – plus de 60 000 – engagés dans les Forces françaises libres de 1940 à 1943 demeure pourtant dans l’ombre. Sous l’uniforme à croix de Lorraine, ils ont été de tous les fronts, ils ont subi tous les climats : l’Éthiopie, le Levant, le désert libyen, les oasis du Fezzan, l’Italie, la Normandie, Paris, la Provence et l’Alsace, mais aussi la Russie, les cieux d’Angleterre et d’Europe, enfin toutes les mers du globe, et surtout les convois de l’Atlantique. Jean-François Muracciole évoque dans ce livre le parcours singulier de ces combattants, dégageant un portrait aussi étonnant qu’inédit. Une moitié de Français, souvent bretons, parisiens ou pieds-noirs, y côtoient d’anciens républicains espagnols, des antifascistes de toutes nationalités, des juifs d’Europe centrale et d’Afrique du Nord, persécutés à des titres divers, et des soldats coloniaux venus des quatre coins de l’Empire. Et, pour la première fois, plus de 2 000 femmes y reçoivent un vrai statut militaire. Cette petite troupe bigarrée est issue de milieux socio-culturels élevés, au fort ancrage bourgeois et catholique, et l’engagement y relève d’un patriotisme toujours prégnant, mais aussi de logiques plus intimes, où l’affectivité et les structures familiales ont leur part. L’auteur n’oublie pas la vie quotidienne des combattants : leurs convictions, leurs joies, leurs peines, leurs souffrances, sans oublier l’évaluation délicate de leurs pertes. Enfin, il révèle l’extraordinaire pépinière de talents politiques, administratifs, industriels et scientifiques qu’ont constitué ces combattants pour la France des Trente Glorieuses. Alors que le souvenir des Français libres tend à s’effacer devant celui des résistants de l’intérieur, ce sont les contours de cette « autre Résistance », extérieure et non pas enracinée dans le sol national, que le lecteur découvrira ici.
Publié le : vendredi 12 septembre 2014
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791021002302
Nombre de pages : 426
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
JEàN-FRàNÇoIS MURàCCIolE
Les Français Libres L’autre résistance
LES FRANÇAIS LIBRES
DU MÊME AUTEUR
Histoire de la Résistance en FranceQue saisje ? »,, Paris, PUF, coll. « e 1993 (4 éd. 2003). e Histoire de la France libre, Paris, PUF, coll. « Que saisje éd.1996 (3 ? », 2001). LONU depuis 1945, Paris, Ellipses, 1996. Les Enfants de la défaite : la Résistance, léducation et la culture, Paris, Presses de Sciences Po, 1998. e Dir.,Histoire économique et sociale duXXsiècle, Paris, Ellipses, 2002 e (3 éd. 2006). La France pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, LGFLivre de poche, coll. « Références », 2002 (La France contemporaine, sous la dir. de JeanFrançois Sirinelli). LONU et la sécurité collective, Paris, Ellipses, 2006. e Dir., avec Hubert Heyriès,Le Soldat volontaire en Europe auXXsiècle : de lengagement politique à lengagement professionnel, actes du colloque international de Montpellier, 3 au 5 avril 2003, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2007. Dir., avec François Broche et Georges Caïtucoli,La France au combat : de lappel du 18 Juin à la victoire, présentation de Max Gallo, Paris, Perrin, 2007.
JeanFrançois Muracciole
Les Français libres Lautre Résistance
TALLANDIER
© Éditions Tallandier, 2009 Éditions Tallandier2, rue Rotrou75006 Paris.
À mes parents
SOMMAIRE
Liste des sigles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le silence des historiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les Français libres : des résistants ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un mince bilan historiographique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Qui est Français libre ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Résistance intérieure, Résistance extérieure. . . . . . . . . . . . . . Les tirailleurs africains : authentiques Français libres et faux engagés volontaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Résistance organisation et Résistance mouvement : le cas de la France libre. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Combien de Français libres ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les sources : dépasser la « querelle du témoin » . . . . . . . . . . . . . .
Première partie EN MARGE DE LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE Chapitre premier. Les oubliés de la France libre : femmes, étrangers, coloniaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les FFL, laboratoire dun corps militaire féminin . . . . . . . . . . . . Une Tour de Babel militaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La Légion étrangère dans la France libre. . . . . . . . . . . . . . . . Républicains espagnols, antifascistes italiens, Allemands entre deux armées. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les tirailleurs : l. . . . . . .Empire au secours de la France libre . .
Chapitre II. Familles et origines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Jeunesse absolue, jeunesse relative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des familles nombreuses et fragilisées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une géographie des engagés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les viviers : la Bretagne, lÎledeFrance et loutremer. . . . . Les « terres de mission » : le Nord, lEst, le Centre, le Midi. .
13
21 21 22 24 26 29
30
31 33 38
45 46 50 51
54 60
65 65 70 73 74 80
8
LES FRANÇAIS LIBRES
De la France libre bretonnante au CFLN à laccent pied noir Les origines des Français libres et la tradition de lengagement militaire en France. . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre III. Une sociologie de la France libre : les élites sans le peuple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les ruraux et la France libre : une ignorance réciproque . . . . . . . Des ouvriers peu nombreux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des classes moyennes sousreprésentées . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quelle faillite des élites ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les « grandes familles ». . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une forte autoreproduction sociale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Étudiants français libres. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les grandes écoles, pépinières de Français libres. . . . . . . . . Un bilan social : une France militaire, maritime et colonial e . . . .
81
84
95 99 102 105 107 108 112 118 121 126
Deuxième partie LENGAGEMENT Chapitre IV. Rallier la France libre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 Les deux générations de Français libres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 135 La GrandeBretagne, carrefour de la France libre . . . . . . . . . . . . 144 Le Levant et lles bases secondaires . . Afrique : 146. . . . . . . . . . . . L150Afrique du Nord et les chemins tortueux de 1943 . . . . . . . . . . Larmée de Vichy, antichambre de la France libre150. . . . . . . . Les évadés par lEspagne, spectateurs involontaires de la querelle Giraudde Gaulle151. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le Corps franc dAfrique : le carrefour des réprouvés. . . . . . 153 « Désertions » ou « changements spontanés daffectation » ?. 156
Chapitre V. Les déterminations religieuses et politiques . . . . . . . . . . La religion : un médiocre facteur dexplication . . . . . . . . . . . . . . Une relative prégnance catholique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La France libre, expression dune Résistance juive et protestante. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une jeunesse faiblement politisée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des jeunes non militants dans la France des années 1930. . La faible imprégnation de la guerre dEspagne et des accords de Munich. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des combattants indifférents aux enjeux politiques . . . . . . . . . . Des combattants isolés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des combattants mal informés et peu sensibles à la vie politique de la France libre. . . . . . . . . . . . . . . . . Révolution nationale, connais pas. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
161 161 162
166 173 176
181 184 185
188 192
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.