LES PROTO-IONIENS

De
Publié par

Dans cet ouvrage, l'auteur nous entraîne à la recherche d'un peuple maritime oublié qui vivait il y a environ 5000 ans. Utilisant linguistique, archéologie, astronomie, onomastique et écrits anciens, il retrouve une à une les traces que ces marins ont laissées, ici ou là, dans les pays du Bassin Est-Méditerranéen. Il reconstruit l'histoire de ceux qui furent les premiers Hellènes à s'installer en Grèce, et les premiers Européens à visiter l'Egypte des pharaons.
Publié le : lundi 1 avril 2002
Lecture(s) : 68
Tags :
EAN13 : 9782296287433
Nombre de pages : 160
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LES PROTO-IONIENS
Histoire d'un peuple oublié

@ L'Harmattan, 2001 ISBN: 2-7475-2427-2

Jean FAUCOUNAU

LES PROTO-IONIENS
Histoire d'un peuple oublié

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris - France

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest - HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino - ITALIE

PREFACE
"La mention (par les auteurs de ]'Antiquitéj de l'existence de "Ioniens" dans la Grèce la plus ancienne ne doit pas être interprétée comme signifiant que ces premiers habitants parlaient ce que nous appelons aujourdllui un dialecte ionien" ("The Prehistory of Greek Language", C.A.H. vol II, Part 2, p.814).
En écrivant archéologique" Ancient History", ces lignes dans cette sorte de "Bible qu'est la prestigieuse" Cambridge d'un joué un Pendant a des C. John Chadwick a nié l'existence comme nous le verrons, l'histoire

peuple qui a pourtant, plus d'un archéologues Ruijgh, demi-siècle,

rôle capital dans la naissance de la Civilisation. ainsi été totalement d'une poignée d'entre P. Lévêque,

des Prato-Ioniens à l'exception A.Tovar, la dictature

ignorée par la grande majorité modernes, eux ( VI. Georgiev, etc.) qui ont refusé

et des linguistes

d'une théorie qui restait discutable. 1

Le but de notre rendre Ioniens, des

ouvrage

est non seulement oublié, les principaux un

de

la vie à ce peuple mais aussi de retracer Car elle

celui des Prototraits de de

son histoire, piroguiers, ère,

laquelle fait partie du patrimoine historique concerne peuple venu du Danube, qui entreprit de 2900 environ de la Méditerranée, à l'époque du avant notre montre les îles le long avons n'ayant rien à faisant

Européens.

Bronze Ancien, à partir l'exploration

d'une habileté dans l'art de la navigation du Pacifique. Nous travail poursuivi L'Histoire" partie. Que n'aurions pu écrire de ce livre que dernières

envier aux peuples de l'Océanie qui peuplèrent sans nous

préliminaire

recherches

pendant ces vingt-cinq

années grâce

à l'appui de revues comme "KADATH" ou "Actualité de qui ont eu la bonté d'en publier la majeure les directeurs I .Verheyden de ces et revues, et soient tout ici P. Ripert,

particulièrement publiquement

remerciés pour l'aide de synthèse articles.

infiniment précieuse aInSI, sous une sujets traités dans déjà ces parfois

qu'ils nous ont apportée L. Cet ouvrage nos précédents derniers de larges reprend forme plus méthodique, ne s'étonneront de nombreux

Ceux qui connaissent donc pas d'en trouver

extraits dans notre livre. Quant à ceux qui ne pas, peut-être l'envie
..

les connaissaient donnera-t-elle
complément.

la lecture du livre leur certains, à titre de

d'en 2

lire

Notre livre s'adresse archéologues développements délibérément techniques

en priorité

aux linguistes, en limitant

aux les

et aux historiens. de les illustrer

Mais,

à l'essentiel,

en choisissant

par des exemples pris dans

l'histoire de France, en n'écrivant pas - à regret - les
mots grecs dans leur propre alphabet, nous avons tenté d'en rendre la lecture Au risque, peut-être accessible nous aux lecteurs non spécialistes. qui jugeront de l'autre, en sommes conscient,

d'être critiqué des deux côtés: trop des canons universitaires; celle de "substrat" de le trouver

les linguistes d'une part, s'éloigne par ordinaires risquent rendre à un les lecteurs

que notre ouvrage

qui, peu familiarisés avec des notions comme ou d'" évolution phonétique", trop ardu... L'avenir nous dira dans quelle spécialistes ou profanes,

mesure nous aurons réussi notre difficile pari: vie aux yeux de tous, peuple injustement oublié...

*

*

*

3

CHAPITRE

1

La Théorie de Risch-Chadwick
Pourquoi grec de type cinquante savants?. légitimement l'Histoire l'existence ionien Telle se est d'un peuple parlant un dialecte a-t-elle la La été niée, question réponse que fait lors l'on partie de ces des peut de

dernières

années, par la grande majorité poser.

des Sciences, et plus particulièrement

de celle

de la linguistique grecque. La linguistique, outil de l11istorien

La langue grecque est l'une des langues les plus anciennement attestées. Des textes et des inscriptions datant du 8e siècle avant notre ère sont déjà écrits en grec. Les poèmes homériques, l'Iliade et l'Odyssée, ont probablement été fixés par écrit vers le ge siècle avant J. -C., et dès le cinquième siècle, il en existait déjà de nombreuses copies. Mais ils décrivent des faits et une 5

civilisation préhistoire monde

bien

antérieure

qui

fait cette

partie

de

la a du à

grecque. Très

Reconstituer tôt,

préhistoire ont cherché

donc, de tout temps, savant.

été l'une des préoccupations les érudits de l'Antiquité, d'Halicarnasse

analyser les écrits des historiens plus important les progrès apporté antérieure recherche linguiste l'autre reste Hérodote

dont le qui vivait ont

au Se siècle avant J. -c. A partir du début du XXe siècle de la linguistique données, et de l'archéologie permettant de nouvelles de reconstigrecque,

tuer avec plus de confiance cette préhistoire

d'au moins un millénaire aux premiers écrits. avec la parution autrichien sous la signature du grand

Les années 1896 à 1907 marquent un sommet dans cette Paul Kretschmer de deux articles la question dans

fondamentaux, sur

l'un sur le problème des dialectes grecs, ses conséquences concernant

connue plus tard sous le nom de "J'arrivée des Grecs en Egée ". Les thèses développées par P. Kretschmer ces articles Franz breux sanscrit, ont leur source dans les progrès indo-européenne. l'attention en matière de linguistique Bopp avait attiré rapprochements effectués Dès 1791, faire entre le

sur les très nom-

que l'on pouvait

une langue ancienne de l'Inde, et des langues comme le grec ou le latin. Le mot "mère", mater en grec pater en à d'autres le mot "père" pitar que l'on élargira 6 en sanscrit, ensuite

européennes et en latin;

par exemple, se disait matar en sanscrit, grec et latin... venait de naître,

La notion de "langue indo-européenne"

familles linguistiques groupe proche langue indo-européen

comme les langues

germaniques, le plus population un groupe l'étroite en grec à une de "vagues" en trois Mais la et à

les langues slaves, l'arménien, est l'indo-iranien. grecque naquit

etc. Le grec fait partie du

et son correspondant du mélange d'une avec

De là est née l'idée que la

autochtone, d'envahisseurs

pré-indoeuropéenne, indo-européens,

venus de quelque part ce qui justifierait

du côté de la mer Noire, La présence suggérait arrivée échelonnée de ces envahisseurs l'Antiquité grands découverte avaient groupes: de divers

parenté du grec avec l'indo-iranien. groupes dialectaux en outre d'attribuer leurs différences

dans le temps de diverses venus du nord... classé les dialectes Dorien, Ionien achéennes" grecs

Les auteurs

et Eolien.

d'inscriptions"

en Arcadie

Chypre amena P. Kretschmer Ioniens, la plus anCIenne,

à modifier quelque peu ce : celle des "vague sUIVIe par une

schéma et à supposer trois "vagues grecques" achéenne" et enfin une "vague dorienne".

Cette théorie cité, elle à

est connue sous le nom de "Théorie des trois vagues", et bien que son inventeur ne soit pas toujours devait dominer raccorder observaient la recherche vagues pendant grecques siècle. Les archéologues, les trois sur le terrain, en particulier, près d'un demicherchèrent aux faits chacune ou il succès, qu'ils

tentant de rattacher Sans grand

des différentes

vagues à des horizons culturel. 7

de destruction

de brutal changement

FIGURE

1

Les plus anciennes inscriptions grecques

Epoque mycénienne: tablette en Linéaire B Origine: Knossos. Environ 14e siècle avo J.-C

MO-rA1A'î:3 ~ lO la
Epoque historique: écriture alphabétique sinistroverse Origine: Thèra . Environ 8e siècle av. J. -C.
8

faut l'avouer, pour les raIsons que nous expliquerons plus loin... Ils relevèrent bien, certes, en Argolide par exemple, vers 2100 avant notre ère, une rupture culturelle entre les périodes de l'Helladique Ancien II et III et les périodes suivantes, mais le passage de l'Helladique Moyen à l'Helladique Récent, soit vers 1600 avant J. -C. - date à laquelle certains voulaient placer l'arrivée de la vague achéenne - n'était marqué par aucune trace de violence ou de changement brusque de civilisation. Par ailleurs, aucune légende grecque ne semblait avoir gardé le souvenir d'une arrivée des Grecs en Grèce, ou d'un remplacement des Ioniens par les
Achéens. ..

La découverte

du mycénien

Mais le coup, à première vue fatal, qui fut porté à la "Théorie des trois vagues" vint en 1953 quand fut publié dans Ie "Journal of Hellenic Studies" un article signé conjointement par Michael Ventris et John Chadwick "Evidence for Greek Dialect in Mycenaean

Archives".
déchiffrement attribuées

Cet article montrait
plausible des tablettes "Mycéniens"

en effet

qu'un

écrites en écriture et à Pylos, et certes, l'usage

dite "Linéaire B" , trouvées aux d'un dialecte pouvait penser

à Knossos attestait,

grec entre 1400 et 1200 avant notre ère. - visiblement 9 archaïque et que l'on parlé en avoir été le premier à être

Mais ce dialecte

Grèce - n'était pas de type ionien, mais se rattachait assez étroitement à l' arcado-chypriote virent l'écriture linguiste naissance La explique d'une part aux dialectes achéens, et en particulier !.. Les vingt années qui suivirent le triomphe du déchiffrement d'autre part de la

Linéaire B réalisé par M. Ventris et auquel le J. Chadwick d'une théorie bataille en partie entre avait participé, nouvelle, partisans destinée et à remplacer du

celle de P. Kretschmer, déchiffrement

la "Théorie de Risch-Chadwick". adversaires

de M. Ventris fut des plus âpres, et elle pourquoi J. Chadwick se rallia et la thèse - des plus - du linguiste suisse qu'en Platon, en 1958, aient 1962 un pu sa " écrivait

défendit plus tard avec obstination criticables comme nous le verrons Ernst qu'il parler (publiée Risch. était Car, faisant De archéologue grec. autorité, même,

aussi tardivement Nicolas rédigeant

"impossible"

que les Mycéniens

"Bibliographie

des kretisch-mykenischen le linguiste allemand

Epigraphik E. Grumach

en 1963),

parlait avec un certain dédain de l' "Ecole de VentrisChadwick" nombreux déchiffrement pour désigner qui s'étaient les savants ralliés de plus en plus du que le au déchiffrement

Linéaire B...

Il ne fait plus de doute aujourd'hui

du Linéaire B par M. Ventris est correct. le "mycénien", est bien du grec. de P. Kretschmer? l'amender Ne en

La langue des tablettes,

Mais fallait-il pour autant rejeter aussi catégoriquement la "Théorie des trois vagues" fallait-il pas, au contraire, 10 simplement

fonction des données nouvelles? là. .. On comprend volontiers à défendre le déchiffrement M. Ventris le 6 septembre la thèse d'Ernst

Tout le problème

est

que J. Chadwick resté seul après la mort accidentelle de 1956, ait préféré adhérer à

Risch qui le soutenait qu'à celle adoptée Mais

de longue date par ses critiques les plus virulents. des évidences, qui, à la vérité, n'en sont pas?. Telle est la question qu'il est nécessaire d'examiner.

ne fut-il pas aveuglé à son tour par ce qu'il croyait être maintenant

Une théorie fondée sur des bases fragiles
Lorsque J. Chadwick publia dans la "Cambridge of the années avaient ou d'éléments venus du de Marija en évidence il n'existait entre le il en

Ancient History" Greek Language", nouveaux: été apportée nord" restait Gimbutas

son article sur "The Prehistory les vingt précédentes de confirmations

apporté un lot important

d'une part, l'idée que la langue grecque avait en Grèce par des "immigrants toujours valable. Les travaux de mettre

avaient même permis

l'origine de ces derniers: pas de rupture Néolithique culturelle

la steppe russe du nord de la franche en Grèce

mer Noire. Et si, sur le plan archéologique, et les débuts Moyen.

de l'Age du Bronze, Comme Il l'écrivit

existait une à la fin de l'Helladique Ancien ou au début de l'Helladique dans la C.A.H. J. Chadwick "La langue grecque naquit du mélange

d'un groupe de peuples parlant l'indo-européen durant la période de l'Helladique Moyen

avec une ou de du grec

population plus ancienne, et ce groupe pénétra en Grèce I'Helladique Ancien III" (opus cit. p. 819). D'autre part, le mycénien Linéaire attesté, mis en évidence par le déchiffrement le plus ancien dialecte B et qui était s'avérait

bien ne pas être de type ionien, malS théorie des trois vagues de dès lors, incapable d'expliquer si l'on pouvait vers -1950 accepter, en

de type achéen. L'ancienne P. Kretschmer ces diverses particulier, soit introduite paraissait, données: en Grèce ?.

qu'une "vague achéenne" venue du nord se et une "vague des trois guère de quelque s'avèrer le schéma W. Porzig du un était à quoi pouvait bien correspondre Mais si la Théorie sans faire intervenir Hypothèse pouvant

dorienne" vers -1200, la "vague ionienne" vagues possibilité hypothèse

était ainsi mise à mal, il n'existait de la remplacer supplémentaire.

fausse avec le temps... Le choix de J. Chadwick fut d'accepter linguistique grec proposé indépendamment par l'ionien

(1954) et E. Risch (1955) à la suite de la découverte mycénien. Selon ces auteurs, relativement dialecte de formation dès lors le rattacher dernier. récente,

c'est à dire de ce

de date post-mycénienne.

De telle sorte que l'on pouvait ainsi en ce

au mycénien ou à l'ancêtre

Les dialectes grecs étaient regroupés et le "Groupe 12

deux groupes seulement: "Groupe Méridional")

le "Groupe de l'Est" (dit aussi de l'Ouest",

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.