Les Provinces illyriennes dans l'Europe napoléonienne (1809-1813)

De
Publié par

Avec la création des Provinces illyriennes le 14 octobre 1809, Napoléon cherche à contrôler les côtes de l'Adriatique et à fermer les ports de la région aux navires anglais. La France est désormais au contact de l'empire ottoman, ce qui fait des Provinces illyriennes un espace de premier ordre sur le plan stratégique. L'étude de ces provinces ne peut être envisagée sans un arrière-plan géopolitique qui mette en scène les grands empires de la région : russe, autrichien et ottoman.
Publié le : mardi 1 décembre 2015
Lecture(s) : 27
Tags :
EAN13 : 9782336397153
Nombre de pages : 354
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Sous la direction de JacquesOlivier Boudon L E S P ROV I N C E S I L Ly R I E N N E SDANS L’EUROPE NAPOLÉONIENNE1809-1813
COLLECTION DE L’INSTITUT NAPOLÉON EDITIONS SPM
22/10/15 11:54:38
Collection de l’Institut Napoléon Fondée et dirigée par Jacques-Olivier Boudon et Eric Ledru
Les Provinces illyriennes dans l’Europe napoléonienne (1809-1813)
DANS LA MÊME COLLECTION
1. Jacques-Olivier Boudon (dir.),Brumaire.La prise de pouvoir de Bonaparte
2. Jean Tulard,La province au temps de Napoléon. Conférences de l’EPHE établies par Jean Tabeur.
3. Jacques-Olivier Boudon (dir.),Armée, guerre et société à l’époque napoléonienne
4. Jacques-Olivier Boudon (dir.),Le Concordat et le retour de la paix religieuse
5. Andrej Pajk, Lessouvenirs du vieux slovène. En Russie avec la Grande Armée. Recueilli et mis en forme par Josip Jurcic ; traduit du slovène et présenté par Alain Jejcic
6. Fran Zwitter,Les provinces illyriennes. Cinq études.Édition conçue et préparée par Alain Jejcic
7.Souvenirs du mameluck Ali sur la campagne de Russie en 1812. Manuscrits déchiffrés, établis, présentés et annotés par Jacques Jourquin
8. Theodor von Papet,Journal de ma Campagne de Russie. Traduit par Annette et Ditmar Haeusler. Présenté et annoté par Alain Chappet.
9. Jacques-Olivier Boudon (dir.),Police et gendarmerie dans l’Empire napoléonien
10.Un député à travers la Révolution et l’Empire. Journal de François-Jérôme Riffard Saint-Martin. 1744-1814. Introduction, édition et notes par Jacques-Olivier Boudon
11. Jacques-Olivier Boudon (dir.),Napoléon et les femmes
er 12. Jacques-Olivier Boudon (dir.),-Napoléon III bâtisseursNapoléon I
13.Souvenirs en bonne partie inédits du mameluck Ali. 1813-1815.Manuscrits déchiffrés, établis, présentés et annotés par Jacques Jourquin
Illustration de couverture : Porte ornée de la caricature d’un Français. Porte en bois à un battant cintrée décorée d’un soldat français. Elle provient de l’auberge Benedik à Stražišče près de Kranj. inSous les aigles napoléoniennes. Bicentenaire des Provinces illyriennes. Catalogue de l’exposition. Anja Dular, Jože Podpečnik, Janez Šumrada (dir.),Ljubljana, Paris, 2010.
d
Sous la direction de Jacques-Olivier Boudon
Les Provinces illyriennes ans l’Europe napoléonienn
(1809-1813)
Quatorzième volume de la Collection de l’Institut Napoléon Il a été publié avec le concours du Conseil scientique de l’université e Paris-Sorbonne, du Centre d’histoire du XIX siècle et de l’Ecole doctorale d’histoire moderne et contemporaine
Editions SPM Paris - 2015
e
© : Institut Napoléon ISBN : 978-2-917232-14-9
Institut Napoléon EPHE 45, rue des Écoles 75005 Paris www.institut-napoleon.org
Editions SPM 16, rue des Écoles 75005 Paris Tél. : 06 86 95 37 06 courriel : Lettrage@free.fr - site : www.editions-spm.fr
DIFFUSION – DISTRIBUTION : L’Harmattan 5-7 rue de l’École-Polytechnique 75005 Paris Tél. : 01 40 46 79 20 – télécopie : 01 43 25 82 03 site : www.harmattan.fr
LISTE DES AUTEURS
Leopold AUER, professeur honoraire en sciences auxiliaires de l’histoire à l’université de Vienne, membre de l’Institut de la recherche histori-que autrichienne [Institut für österreichische Geschichtsforschung], ancien directeur duHaus-, Hof- und Staatsarchivde Vienne.
Dušan BATAKOVIĆ, docteur en histoire de l’université Paris-Sorbonne, ancien ambassadeur de Serbie en France, Institut des Études balkani-ques, Académie serbe des Sciences et des Arts.
Jean-François BRUN,docteur, agrégé d’histoire,maître de conférences à l’université de Saint-Etienne.
Jacques-Olivier BOUDON, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, professeur d’histoire de la Révolution et de l’Empire à l’université Paris-Sorbonne, directeur du Centre de Recherches en e histoire du XIX siècle (EA 3550), président de l’Institut Napoléon.
Olivier CHALINE, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, professeur d’histoire moderne à l’université Paris-Sorbonne, directeur du laboratoire d’histoire maritime FED 4124.
VjekoslavĆOSIĆ, professeur à l’université de Zadar, Croatie.
Theodor DOMEJ, inspecteur général de l’Education nationale au Conseil régional de l’Éducation nationale de Carinthie, Autriche.
Aurélie FERTIL, titulaire d’un master 2 recherche de l’université Paris-Sorbonne, préparé sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, sur « Les routes dans les Provinces illyriennes ».
Thibaud GOUIN, titulaire d’un master 2 recherche de l’université Paris-Sorbonne, préparé sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, sur « Les douanes dans les Provinces illyriennes ».
Stane GRANDA, membre du Centre de recherche scientique de l’Aca-démie slovène des sciences et beaux-artws, Ljubljana, Slovénie.
8
Les Provinces illyriennes dans l’Europe napoléonienne
Igor GRDINA, chercheur au Centre de recherche scientique de l’Aca-démie slovène des sciences et beaux-arts à Ljubljana.
Michel KERAUTRET, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de Lettres, administrateur de l’Institut Napoléon.
Matevž KOŠIR, Archives de la République de Slovénie.
Stjepan LAPENDA, professeur émérite à l’université de Split, Croatie.
Edi MILOŠ, docteur de l’université Paris-Sorbonne, maître de conféren-ces à l’université de Split, Croatie.
Emmanuel PENICAUT, archiviste-paléographe, conservateur du patrimoine.
Géraud POUMAREDE, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, professeur d’histoire moderne à l’université Michel Montaigne-Bordeaux III.
Radoslav RASPOPOVIC, directeur de l’Institut historique du Monténégro.
Franjo ŠANJEK, docteur de l’université Paris-Sorbonne, membre de l’Académie croate des Sciences et des Arts.
Julien SAPORI, membre de l’Institut Napoléon.
Slobodan ŠOJA, historien, ancien ambassadeur de Bosnie-Herzegovine en France, puis en Égypte.
Jean TULARD, professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne, prési-dent d’honneur de l’Institut Napoléon, membre de l’Académie des sciences morales et politiques.
Olivier VARLAN, archiviste paléographe, agrégé d’histoire, docteur de e l’université Paris-Sorbonne, Centre d’histoire du XIX siècle.
Salvador ŽITKO, directeur du Musée régional de Koper, Slovénie.
INTRODUCTION par Jacques-Olivier Boudon
La décision de créer les Provinces illyriennes, prise par Napoléon le 14 octobre 1809, au moment même où est signé le traité de Schönbrunn, peut surprendre. Cette création est en effet originale dans la mesure où Napoléon ne fonde pas un nouvel État coné à l’un de ses proches, mais il n’intègre pas non plus les Provinces à l’Empire, en les transformant en départements français. Les Provinces illyriennes se situent entre ces deux modèles et présentent de ce fait un aspect original qu’il faut essayer de comprendre dans le cadre de la politique générale conduite par Napoléon en Europe depuis la fondation de l’Empire. Cette création s’inscrit incontestablement dans le contexte de l’application du blocus continental. Elle doit permettre à Napoléon de contrôler les côtes de l’Adriatique et de fermer les ports de la région aux navires anglais. Mais en se substituant à l’Autriche et avant elle à Venise, l’Empire est désormais au contact de l’empire ottoman, ce qui fait des Provinces illyriennes un espace de premier ordre sur le plan stratégique, au moment où s’engagent avec la Russie des pourparlers sur le partage de l’empire ottoman, prévu par une clause secrète du traité de Tilsit. C’est pourquoi l’étude de ces provinces ne peut être envisagée sans un arrière-plan géopolitique qui mette en scène les grands empires de la région : empire russe, empire autrichien et empire ottoman, y compris en envisageant les aspirations à l’indépendance de certaines régions de ce dernier (Monténégro, Serbie). C’est l’objet de la première partie de cet ouvrage. La deuxième partie s’attache à mesurer l’inuence française dans les Provinces illyriennes, en analysant l’œuvre des principaux gouverneurs généraux, de Marmont à Fouché en passant par Bertrand, et en la confrontant avec la réalité du terrain. Les Provinces illyriennes ont connu en quatre ans des changements profonds et durables, en matière juridique en premier lieu, mais aussi dans le domaine de l’organisation du territoire, la politique de construction des routes en étant la plus belle illustration. Elles ont aussi fourni leur contribution à l’effort militaire de l’Empire, notamment en Russie. Cette domination française invitait à comprendre enn les réactions des habitants eux-mêmes, dans l’adhésion comme dans le refus de la tutelle imposée par Napoléon, ce qu’aborde la troisième partie.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.