Malesherbes à Louis XVI, ou les avertissements de Cassandre

De
Publié par

« Je vois un danger imminent, je vois se former des orages qu’un jour toute la puissance royale ne pourra calmer, qui répandront l’amertume sur toute la vie du Roi, et précipiteront son royaume dans des troubles dont personne ne peut prévoir la fin.»
Ainsi s’exprime Malesherbes en 1787. Il est alors ministre de Louis XVI dans un Conseil où il ne peut exprimer son opinion. Toutes les décisions étant prises tête à tête entre le roi et Loménie de Brienne, principal ministre, il donne rapidement sa démission et remet au souverain plusieurs mémoires restés inédits à ce jour. L’éminent juriste y développe un large programme de réformes. Estimant révolu le temps de la monarchie absolue de droit divin, il supplie le roi d’accorder une constitution au royaume dans laquelle une assemblée élue jouera un rôle important. La réforme de la fiscalité, de la justice, l’abolition de la société d’ordres et la proclamation des libertés devront suivre aussitôt. Louis XVI reçut ces avertissements « avec un air de bonté ».On ne sut jamais ce qu’il en pensa. C’eût été la révolution venue d’en-haut.
Publié le : jeudi 15 janvier 2015
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9791021009868
Nombre de pages : 304
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

l a B i b l i o t h è q u e d’Évelyne Lever l a B i b l i o t h è q u e d’Évelyne Lever
Je vois un danger imminent, je vois se former des
orages qu’un jour toute la puissance royale ne« pourra calmer, qui répandront l’amertume sur
toute la vie du Roi,et précipiteront son royaume dans
des troubles dont personne ne peut prévoir la fin.»
insi s’exprime Malesherbes en 1787. Il est alors
ministre de Louis XVI dans un Conseil où il ne peutAexprimer son opinion. Toutes les décisions étant
prises tête à tête entre le roi et Loménie de Brienne,
principal ministre, il donne rapidement sa démission et remet au
souverain plusieurs mémoires restés inédits à ce jour.
L’éminent juriste y développe un large programme de
réformes. Estimant révolu le temps de la monarchie absolue malesherbesde droit divin, il supplie le roi d’accorder une constitution au
royaume dans laquelle une assemblée élue jouera un rôle
important. La réforme de la fiscalité, de la justice, l’abolition à louis xvi
de la société d’ordres et la proclamation des libertés devront
suivre aussitôt. Louis XVI reçut ces avertissements «avec un
air de bonté». On ne sut jamais ce qu’il en pensa. C’eût été
la révolution venue d’en-haut. Ou les avertissements
é d i t i o n é t a b l i e p a r de Cassandrev a l é r i e a n d r é
Couverture: Portrait de Chrétien Guillaume de Malesherbes, i n é d i tpar JeanValade, 1755 (Paris, Musée Carnavalet).
©Photo Josse/Leemage. Portrait de Louis XVI, par Joseph Siffred
Duplessis, 1775 (Château deVersailles). ©Bridgeman Giraudon.
ISBN : 978-2-84734-708-1
Imprimé en Italie 09.10 19,90m
malesherbes à louis xvi
o u l e s a v e r t i s s e m e n t s d e c a s s a n d r eDossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 2/304Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 3/304
MALESHERBES À LOUIS XVI
OU LES AVERTISSEMENTS DE CASSANDREDossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 4/304Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 5/304
MALESHERBES À LOUIS XVI
OU LES AVERTISSEMENTS
DE CASSANDRE
Mémoires inédits
1787-1788
ÉDITION ÉTABLIE, PRÉSENTÉE
ET ANNOTÉE PAR VALÉRIE ANDRÉ
La bibliothèque d’Evelyne Lever
TallandierDossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 6/304
© Éditions Tallandier, 2010
2, rue Rotrou – 75006 Paris
www.tallandier.comDossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 7/304
SOMMAIRE
Remerciements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Avant-propos, par Alain, marquis de Rosanbo . . . . . . . . . . . . 13
Établissement du texte et principes d’édition . . . . . . . . . . . . . . 17
Liste des abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Le second ministère (1787-1788) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 67
Mémoire présenté au roi en 1787 sur la résistance apportée par les
parlements à l’enregistrement des édits (mémoire relatif à la nécessaire
diminution des dépenses) ........................... 71
Mémoire sur la nécessité de diminuer les dépenses . . . . . . . 75
Motifs de la demande que j’ai faite au Roi au mois de juin 1788.91
Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
Mémoire justificatif de la retraite de Malesherbes . . . . . . . . . 99
Motifs de la demande que j’ai faite au Roi
au mois de juin 1788 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
Mémoire sur la situation présente des affaires en juillet 1788.... 111
Présentation du Mémoire sur la situation présente des affaires en
juillet 1788 ................................. 113
Chapitre premier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 125
Post-scriptum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
dChapitre second [2]............................. 146
Conclusion du second chapitre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 189Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 8/304
Observations sur ces huit articles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 197
Chapitre troisième . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214
Addition au mémoire donné au Roi en juillet 1788 . . . . . 245
Avertissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 245
Postface . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 267
Variantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 279
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 285
Index des noms cités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 291Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 9/304
À Raymond TroussonDossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 10/304Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 11/304
REMERCIEMENTS
Certains livres comptent plus que d’autres dans la vie d’un
chercheur. La rencontre avec Malesherbes, pendant mes études
de lettres à l’Université libre de Bruxelles, a été un inestimable
cadeau. J’ai tout de suite su que je voudrais travailler sur l’œuvre
de cet homme extraordinaire dont je n’avais alors pourtant
qu’une connaissance partielle. Les travaux préparatoires à la
rédaction de sa biographie m’ont permis de découvrir tous ces textes,
décrits par d’autres mais jamais publiés. Leur intelligence, leur
modernité et, plus encore peut-être, l’utilité évidente de ces
réflexions couchées sur le papier il y a plus de deux cents ans
incitent au respect autant qu’àl’émotion. Pouvoir réaliser
aujourd’hui une édition critique de ces mémoires est un privilège…
Avant toute chose, qu’il me soit permis de remercier la famille
de Rosanbo et, tout particulièrement, le marquis Alain de
Rosanbo, actuel propriétaire du fonds Lamoignon, qui m’a
autorisée à consulter et à reproduire ces précieux documents. La
gentillesse avec laquelle il a accueilli mes requêtes et la confiance qu’il
me témoigne m’ont été d’un précieux secours dans l’élaboration
de ce travail.
J’aimerais également remercier tous ceux et celles qui m’ont
apporté leur aide et leur soutien. Raymond Trousson, qui m’a fait
eaimer Malesherbes et m’atransmissapassiondu XVIII siècle,
Huguette Krief, dont l’amitié bienveillante et les conseils m’ont
accompagnée, Frédéric d’Agay, Fabrice Preyat, Eric van der
Schueren, Adrienne et Philippe André… Merci encore à Evelyne
Lever dem’avoiraccueilliedans
sacollectionetdem’avoirencouragée tout au long de l’écriture de ce livre. Enfin, je ne saurais
11Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 12/304
MALESHERBES À LOUIS XVI
terminercesquelqueslignessansrendrehommageauxresponsables
delasalledelecture
desmicrofilmsduCARANdontladisponibilité et la sollicitude ont considérablement facilité mon travail.
Qu’ilssoienttousassurésdemagratitude.Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 13/304
AVANT-PROPOS
En citoyen du monde, je considère toutes les
puissances de l’univers comme des membres d’une
même société. […]C’estcontrelalibertédes
nations que Louis XIV a fait des guerreslongtemps
si glorieuses. C’est pour la liberté des nations que
Louis XVI a fait, en dernier lieu, la guerre
d’Amérique. Ce n’est point l’ambition, c’est lamorale qui
luiprescritderendresapuissancerespectable.
Ces phrases remarquables sont de Malesherbes, elles sont
extraites du Mémoire sur la situation présente des affaires qu’il soumet à
Louis XVI, roi de France, en juillet 1788, un an à peine avant que
n’éclatelarévolutionde1789.
Lorsque Valérie André m’a demandé l’autorisation de consulter
lesarchivesde lafamilleRosanboafin de travailler à unebiographie
de mon ancêtre, d’exhumer certains de ces textes pour en donner
une édition critique– celle-ci est la première –,j’ai souhaité la
rencontrer pour que nous puissions en discuter. Tout est parti de cette
discussioninformelle,quis’estpoursuiviepard’autresentretiens.
Il y a plus de quarante ans, j’ai été contraint d’intenter un
procès à un historien qui venait de publier un gros ouvrage sur
Malesherbes. En réalité, il s’agissait de la reproduction littérale de
centaines de pages d’archives auxquelles il avait eu accès et qu’il
s’était cru autorisé à rendre publiques sans autorisation. C’était un
véritable pillage. Ce procès a duré près de dix ans… et je l’ai fort
13Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 14/304
MALESHERBES À LOUIS XVI
heureusement gagné. Depuis, je suis extrêmement attentif aux
demandes qui me sont adressées, de tous les coins du monde, je
veux connaître les projets avant d’accorder une autorisation. Les
archives de Rosanbo sont très riches, elles contiennent des
documents d’une valeur historique inestimable: la famille Le Peletier
– entre autres Claude Le Peletier de Rosanbo, successeur de
Colbert, un des quatre ministres d’État de Louis XIV –, bien sûr,
mais aussi l’humaniste Pierre Pithou, Vauban, Malesherbes… Ce
qui m’intéresse, c’est de continuer la tradition de la famille. La
tradition,c’estlenom;lenomestplusimportantquelesang,parce
que le nom est la vraie continuité, c’est ce qui doit rester. Et on se
doitdecontinueràfairehonneuràunnom.
Valérie André m’a fait découvrir un Malesherbes que je ne
connaissaispas. S’il est si passionnant, c’est parce qu’il est moderne,
résolument moderne. On peut même dire actuel. Nous vivons
des moments, je ne vais pas dire prérévolutionnaires, mais en tout
cas précatastrophiques, qui nous sont annoncés de partout, par
des savants, des philosophes. De tous côtés, on nous annonce des
époques très difficiles à vivre. Or, la Révolution française a été le
premier grand chambardement dans ce monde dit moderne, dont
lesconséquencesontdépassél’Hexagone…
Malesherbes avait tout prévu, il était au cœur de son actualité et
il rejoint la nôtre. Ces mémoires sont étonnants de clairvoyance
etdepénétration,d’intelligencepolitiqueetd’humanisme.Ilsnous
montrent un homme d’une humilité parfaite. Cet aspect de son
œuvre m’a particulièrement touché. Les expériences de ma vie,
l’Histoire, la guerre, m’ont appris la valeur de l’humilité. Tous ces
gens qui peuplent les archives du château de Rosanbo, Claude Le
Peletier, Vauban, Malesherbes, étaient des serviteurs de l’État,
l’Étatétaituneréalitépoureux.
Chez Malesherbes, il y a le souci continuel de préserver les
libertésetlesdroitsfondamentauxdechacunenévitantlepiègede
l’anarchie, la prescience des dangers du despotisme et de la
nécessité de la représentation nationale. Il possède la modération du
sage. Cet homme a eu le courage d’exposer les choses au roi sans
concession, tout en sachant pourtant qu’il ne serait pas écouté.
Lorsqu’elle m’a parlé de ce projet, Valérie André m’a prouvé que
14Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 15/304
AVANT-PROPOS
Malesherbes était du côté de la vie, qu’il pouvait encore nous
enseignerdeschoses.Jesuisheureux quesaparolerésonne
aujourd’hui, qu’elle soit assortie d’un commentaire érudit qui l’éloigne
de la sécheresse du document d’archive. Je ne crois pas au hasard:
cestextessontpassionnants,ilfallaitqu’ellelesredécouvre.
Alain, marquis de RosanboDossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 16/304Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 17/304
ÉTABLISSEMENT DU TEXTE ET PRINCIPES D’ÉDITION
1. MANUSCRITS
Lesmanuscritsquenouspublionsicisontconservésdanslefonds
Lamoignon des archives du châteaudeRosanbo.Àcejour,ils
semblent constituer les seules versions conservées de ces mémoires
de Malesherbes. Nous avons eu accès aux copies microformées
conservéesauxArchivesnationales(CARAN).
* Mémoire présenté au roi en 1787 sur la résistance opposée
par les Parlements à l’enregistrement des édits
Cemémoireestconservésouslacote259AP,carton18,dossier
2 (soit 162 Mi 22 pour la concordance en microfilm). On possède
laminuteautographeetdeuxmisesaunet,dontunepartielle.
La minutee comporte une page de titre et
quarantequatre clichés, partiellement numérotés. Tout à fait caractéristique
du travail de rédaction de Malesherbes, elle porte d’abondantes
marques de correction et révision, qui rendent le déchiffrage
particulièrement difficile, et parfois impossible.
La mise au net compte trente-quatre clichés, numérotés de la
main du copiste. Elle est très fidèle à la leçon de l’autographe mais
le titre du mémoire est modifié– Mémoire sur la nécessité de diminuer
les dépenses –, et un paragraphe liminaire est ajouté dans la marge,
de la main d’un autre secrétaire. On observe quelques corrections
de la main de Malesherbes, à l’intérieur du texte. Nous les
signalons avec les variantes (cf. infra).
La mise au net partielle est très lacunaire et se limite à cinq
clichés. Elle ne comporte aucune trace de relecture de l’auteur.
17Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 18/304
MALESHERBES À LOUIS XVI
* Mémoires de Malesherbes sur la demande par lui faite en juin 1788
de se retirer du conseil du roi
Le texte de ces mémoires (respectivement 9 et 16 clichés) est
conservé sous la cote 259 AP, carton 18, dossier 5 (soit 162 Mi 23
pourlaconcordanceenmicrofilm).Ilssontentièrementdelamain
d’un secrétaire. Les pages sont partiellement numérotées d’une
autremain.
* Mémoire sur la situation présente des affaires présenté au roi…
Nous possédons trois versions du texte, de trois mains
différentes. Toutes portent des traces de relecture de l’auteur. Nous les
désignerons dorénavant sous le nom de C1, C2 et C3. Elles sont
conservées sous la cote 259 AP, carton 18, dossier 4 (162 Mi 22
pour C1 et C2, 162 Mi 23 pour C3).
C1 compte 359 clichés (y compris les feuillets biffés et
recommencés). Les feuillets sont numérotés mais lanumérotation change
en cours de manuscrit et s’arrête avant l’Addition qui constitue la
dernière partie. Le manuscrit a été recopié par plusieurs secrétaires,
on observe de nombreuses interventions de Malesherbes.
C2 compte 336 clichés, numérotés de 2 à 293, de 1 à 44 pour
l’Addition qui comporte une page de titre non numérotée. Le
manuscrit porte des traces de relecture de l’auteur.
C3 compte 284 clichés. Le texte occupe 231 clichés numérotés
et présente une page de titre, l’Addition est non numérotée et
compte 52 clichés. Cette fois encore, on observe des corrections
autographes.
2. ÉTABLISSEMENT DU
TEXTE
Idéalement,nousaurionssouhaitéreproduirelaleçondumanuscrit autographe du Mémoire présenté au roi en 1787[…].
Malheureusement, l’écriture de Malesherbes est souvent indéchiffrable et les
abondantes corrections rendent le manuscrit illisible par endroit.
Aussi avons-nous opté par la reproduction de la copie, largement
revue par l’auteur. De toute évidence, cette version est postérieure
àl’autographe puisque les corrections de ce dernier ont été
intégréesautexteparlesecrétaire.Cemanuscritaétéretravaillé,parle
18Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 19/304
ÉTABLISSEMENT DU TEXTE ET PRINCIPES D’ÉDITION
copiste et par Malesherbes lui-même. Les différents états du texte
sont lisibles et ont été reportés dans les variantes reprises à la fin de
l’ouvrage(cf.infra).
Les trois copies du Mémoire sur la situation présente des affaires
présentent des nuances qui correspondent le plus souvent à différents
états du texte. Nous avons d’emblée écarté C2, qui comporte de
nombreuseserreursdelectureetsemblemoinsaboutie.Malesherbes,
quil’apourtantrelue,n’apasvraimentprislapeinedelacorriger.C1
et C3 sont très proches. Les corrections apportées à C1 sont le plus
souventreportéessurC3,quiconstituel’étatleplus récentdutexte.
Nous avons toutefois préféré reproduire la leçon de C1 en raison de
soncaractèresignificativementautographe.
Les variantes, reprises en fin de volume, sont signalées par un
appel de note en chiffre romain. L’orthographe, l’usage des
majuscules, le découpage en paragraphe et la ponctuation ont été
modernisés et uniformisés.Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h6 Page 20/304Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h7 Page 303/304Dossier : tallandier311557_3b2 Document : Malesherbes_311557
Date : 27/8/2010 17h7 Page 304/304

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.