//img.uscri.be/pth/d7dccbdc2d4d8db5b46e6d7279cf7b052a91fa86
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 25,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Modernités nationales, modernités importées

De
332 pages
Les modernités n'apparaissent pas comme un objet complet. Point de modernité donc qui rayonnerait simplement à partir d'un moment donné, conditionnant et faisant "avancer" peuples et régions du monde. Ce livre traite de l'impact et de la diffusion croisée des influences modernisatrices sur la société et la culture du XIXe siècle dans le Nouveau et l'Ancien Monde. Il aborde aussi la modernité à travers le prisme de la dictature au Brésil.
Voir plus Voir moins
   
         
   
 
               
  
MODERNITÉS NATIONALES MODERNITÉS IMPORTÉES  entre Ancien et Nouveau Monde XIX e -XXI e siècle  
 
Collection « Inter-National » dirigée par Denis Rolland avec Joëlle Chassin, Françoise Dekowski et Marc Le Dorh
 Cette collection a pour vocation de présenter les études les plus récentes sur les institutions, les politiques publiques et les forces politiques et culturelles à luvre aujourdhui. Au croisement des disciplines juridiques, des sciences politiques, des relations internationales, de lhistoire et de lanthropologie, elle se propose, dans une perspective pluridisciplinaire, déclairer les enjeux de la scène mondiale et européenne.  Série générale (dernières parutions) :  Benjamin BORD, Du bouclier antimissile aux nouvelles relations américano-russes (2000-2011) , 2012. Jean-Luc GRANDRIE, avec Nathalie COSTA et Denis ROLLAND, Les Tréteaux de France, 2001-2011. Récit dune reconquête théâtrale, 2012.  Dominique VILLEMOT, Marc-Aurèle et le gouvernement de soi-même , 2012. Danièle HENKY et Michel FABRÉGUET (sous la dir.), Grandes figures du passé et héros référents dans les représentations de lEurope contemporaine , 2012. Charles SITZENSTUHL, La diplomatie turque au Moyen-Orient. Héritages et ambitions du gouvernement de lAKP 2002-2010 , 2011.  Georges CONTOGEORGIS, De lEurope politique. Identités et citoyenneté dans le s G y e stèm á e n   e A u . r  o D p E é  e L n ,A 2 0R1E1Z. A, rm Linvention de la paix. De la République chrétienne du duc de Sully à la Société des nations de Simón Bolívar , 2011. Claudine HERODY-PIERRE, Robert Schnerb, un historien dans le siècle (1900-1962). Une vie autour dune thèse , 2011. Hugues TERTRAIS (dir.), La Chine et la mer. Sécurité et coopération régionale en Asie orientale et du Sud-Est , 2011.  Denis ROLLAND, La crise du modèle français , 2011. Georges CONTOGEORGIS, LEurope et le monde. Civilisation et pluralisme culturel , 2011. Phivos OIKONOMIDIS, Le jeu mondial dans les Balkans. Les relations gréco-yougoslaves de la Seconde Guerre mondiale à la Guerre froide , 2011. Lucie PAYE-MOISSINAC, Pierre ALLORANT, Walter BADIER, Voyages en Amérique , 2011. Jean-Marc ANTOINE et Johan MILIAN (dir.), La ressource montagne, Entre potentialités et contraintes , 2011. Carlos PACHECO AMARAL (éd.), Autonomie régionale et relations internationales, Nouvelles dimensions de la gouvernance multilatérale , 2011. Denis ROLLAND (coord.), Construire lEurope, la démocratie et la société civile de la Russie aux Balkans. Les Ecoles détudes politiques du Conseil de lEurope. Entretiens , 2A0u1ré1l.i en LLORCA, La France face à la cocaïne. Dispositif et action extérieurs , 2010. Alicia BRUN-LEONARD, Constance d'EPANNES de BECHILLON, Albert Brun, un reporter insaisissable. Du Cuba Libre d'Hemingway à la capture de Klaus Barbie. 40 ans d'AFP , 2010.  
 
      
 
Daniel Aarão Reis et Denis Rolland (coord.)          MODERNITÉS NATIONALES MODERNITÉS IMPORTÉES  entre Ancien et Nouveau Monde XIX e -XXI e siècle  
 
 
      
Ce livre est issu du travail de léquipe de recherche franco-brésilienne constituée autour de lAccord Capes-Cofecub nº 527/2006: Modernités alternatives. Coordination de léquipe brésilienne : Daniel Aarão Reis, NEC-UFF Coordination de léquipe française : Denis Rolland, UdS-IUF-FARE  Ce bilan détape a été établi lors du colloque « Intelectuais e Movimentos sociais em busca de Modernidades Alternativas », organisé à lUniversidade Federal Fluminense de Niteroi (Rio de Janeiro) les 5 et 6 novembre 2009, lequel a réuni lensemble des participants à laccord ayant bénéficié dune mission ou dune bourse de recherche.                    
 
         © LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-99603-8 EAN : 9782296996038
SOMMAIRE
   Introduction    Première partie DIFFUSION CROISÉE DE LA MODERNITÉ AU XIX e SIÈCLE ENTRE ANCIEN ET NOUVEAU MONDE   Une modernité imposée et ambiguë : la Grande-Bretagne, le Brésil et le projet dabolition de la traite (1848-1851)  La modernité politique au Brésil, facteur de crise dans les relations luso-brésiliennes (1889-1895)  Générations de modernité en Russie : Occidentalisme, slavophilie et eurasianisme, intellectuels et politiques à la recherche de lidentité russe  Lintellectuel aux prises avec la modernité soviétique : Les Bandits dIsaac Babel ou le piège littéraire    Deuxième partie LA MODERNITÉ AU PRISME DE LA DICTATURE AU BRÉSIL   La modernité entre exil et transmission   Franc-maçon, socialiste et antifasciste, lexil euro-américain de Francesco Frola (1925-1945)  Modernités, mythes et tranchées de la mémoire : lAssociation brésilienne de presse et la dictature (1964-1974)  Subversion ou modernité ? Les enquêtes militaro-policières et la construction de la subversion dans les milieux intellectuels au Brésil  Culture vs modernité ?   Artistes et intellectuels communistes à lapogée de la Guerre froide au Brésil  Modernité musicale et mythologie politique La construction résistante du mythe « Chico Buarque »  Choisir la modernité fondatrice du Brésil :   Cinéma, dictature et commémoration de lindépendance : lordre impérial ou le héros subversif
 
7
9
13 15 31 47 61
79 8 1  111 135 1 5 5 1 7 9 2 11  
Troisième partie CULTURE ET MODERNITÉ   La langue, vecteur mouvant de la modernité nationale : Les chemins paradoxaux de la référence linguistique étrangère en Amérique latine  Modernités importées :   Le portrait de Suzanne Bloch de Pablo Picasso et les représentations de lart étranger au Brésil  Dialogue entre tradition populaire et modernité : Federico Garcia Lorca dans le Brésil des années 1940  La modernité photographique aux racines de lhistoire européenne :   Le second après-guerre  Spiritualité et modernité rêvée :   Planète, linstrumentalisation de lOrient pour une contre-culture intellectuelle  La modernité intégrée par les peuples indigènes :   LOrganisation internationale du travail et lAmérique latine, la question des peuples indigènes et tribaux      Table des matières détaillée  
 
235
237
251 261 281 289 305
325
   INTRODUCTION
  Dans ce livre, « le mot modernité » sera toujours utilisé au pluriel, quand bien même il renvoie à des propositions de changement de paradigme politique ou culturel, ayant le plus souvent comme référent le modèle de la Modernité politique des Lumières et même si elles sont globalement envisagés comme des possibilités politiques réflexives de changer les règles du jeu de la vie sociale. Les modernités apparaissent ici comme des processus historiques singuliers, se combinant avec des traditions spécifiques, ouvrant sur des situations différenciées, uniques dans chaque espace et temporalité. Le concept de modernité ainsi considéré dépasse les conceptions ou préjugés traditionnels (centre/périphérie, développé/sous-développé, voire avancé/attardé), sources de si nombreuses incompréhensions dans lhistoire des nations. En dautres termes, les modernités napparaissent pas comme un objet complet, comme un canon ayant pour origine un ou plusieurs supposés « centres », comme sil sagissait dune règle à partir de laquelle tout doit être mesuré et gradué. Point de modernité donc qui rayonnerait simplement à partir dun moment donné à travers le monde, conditionnant et faisant « avancer » peuples et régions du monde. Cest du moins la conception ouverte partagée par les chercheurs réunis dans ce livre ; une acception qui ne préjuge nullement de la durée de ladite modernité, éloignée de ce fait aussi bien de la définition de Charles Baudelaire, créateur du mot en français, pour qui « la modernité, cest le fugitif, le transitoire, le contingent, la moitié de lart, dont lautre moitié est léternel et limmuable » 1 , que de celle dOctavio Paz pour qui le moderne serait systématiquement « autosuffisant : chaque fois quil apparaît, » . il fonde sa ro re tradition 2 Le recueil ue le lecteur a en main est le résultat dun ro ramme de coopération franco-brésilien ayant présenté ses travaux lors dun colloque intitulé « Intellectuels et modernité » or anisé à l Universidade Federal Fluminense  de Rio de Janeiro. Il a rassemblé des ensei nants et doctorants de huit universités dEuro e et du Brésil a ant des recherches diverses mais un objet en commun : les processus de modernisation, les impacts quils                                                         1. Charles Baudelaire, Le Peintre de la vie moderne , 1863. Luvre est rédigée en 1863, lannée où, sur proposition impériale, le Salon des Refusés ouvre ses portes, permettant ainsi au public dapprécier le choix du jury du Salon. Un Salon des Refusés qui expose cette année-là, Le Déjeuner sur lherbe de Manet. Choqué dune scène pourtant inspirée de lantiquité (Manet reprend les personnages centraux dun Jugement de Pâris  de Raphaël, perdu mais connu par une gravure), le public « trouvera risible cette insolente réplique des nudités de convention » du Salon officiel, confirmant le verdict du jury (cf. Jacques Darriulat, Baudelaire,  Commentaire , 2007, http://www.jdarriulat.net/Auteurs/Baudelaire/Peintreviemod/Peintreviemod1.html).  2. Octavio Paz, Point de convergence, Du romantisme à lavant-garde , Paris, Gallimard, 1967.   9
suscitent, les enchevêtrements com lexes uils construisent avec les traditions. Le lar e éventail des su ets travaillés autour de cette thémati ue ar cette équipe franco-brésilienne a ainsi façonné ce volume. Une remière artie aborde deux volets concrets de lim act de la diffusion croisée des influences modernisatrices sur la société et la culture du XIX e  siècle dans le Nouveau et lAncien Mondes. Dabord au Brésil et au Portu al, mettant en eu des ro ositions dites modernes issues de la Grande-Breta ne, de la France et des États-Unis. Beatriz Mami onian étudie dabord lim act au Brésil de la volonté de la Grande-Breta ne, au nom dune modernité oliti ue conçue comme civilisatrice, dabolir la traite né rière transatlanti ue au milieu du XIX e  siècle. Puis Marie-Jo Ferreira anal se, en sens transatlanti ue inverse, une modernité oliti ue au Brésil devenue facteur de crise dans les relations avec une ancienne métropole ortu aise demeurée monarchi ue : la fin de lem ire et la roclamation à Rio de Janeiro dune ré ubli ue en 1889 au son de la Marseillaise et à lécoute des idées fran aises mais avec beaucou dinstitutions ima inées à artir de modèles an lo-saxons et, en articulier, rovenant des États-Unis, uni ue ancienne colonie du continent américain à être entrée dans le rocessus de la Révolution industrielle. Un deuxième tem s est consacré aux processus de modernisation en Russie et en Union soviétique, autre exemple de territoire connaissant une croissance éo ra hi ue et économi ue devenant créateur de modernités. Deux articles examinent comment les intellectuels russes observent, représentent et évaluent les différences de modernisation en cours dans lOccident des XIX e  et XX e  siècles : An elo Se rillo ortant le re ard sur loccidentalisme et le slavo hilisme au crible des intellectuels et politiciens russes en quête de lidentité nationale et Daniel Aarão Reis envisa eant larticulation entre violence et modernité dans la littérature russe, ici Les Bandits dIsaac Babel. Une deuxième partie aborde la modernité au prisme de la dictature au Brésil, dans des angles différents de lhistoire et de la sociologie des intellectuels. Si larticle initial est consacré à une enquête sur une trajectoire unique, celle dun exilé italien antifasciste, dans le Brésil de Getúlio Vargas, celui de lautoritaire Estado Novo  (Dévrig Molles construit la trajectoire dun socialiste antifasciste exilé croisant le mouvement maçonnique, Francesco Frola 1925-1945), cinq articles portent sur la période des gouvernements militaires : Marcelo Ridenti, sur les artistes de la révolution brésilienne dans les années 1960 ; Gustavo Alonso Alves Ferreira, sur la « construction » du mythe de Chico Buarque ; Janaina Martins Cordeiro, sur le cinéma, la dictature et les célébrations nationales ; Denise Rollemberg sur lAssociation brésilienne de la Presse ; puis Rodrigo Czajka, sur la construction de la subversion dans les milieux intellectuels du Brésil. Dans une troisième partie, ce volume réunit enfin des recherches sur les processus de modernisation de la culture et de la société, à travers des  10