//img.uscri.be/pth/44d7bb492ffea7cd06afc71bce11e1f6ea1f6490
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Mostefa Ben Boulaïd

De
152 pages
L'objectif de ce livre est de retracer le combat mené par Ben Boulaïd et poursuivi par Chihani Bachir, chef des Aurès, qui en liaison avec Zighout Youssef, chef de la wilaya 2, a lancé l'insurrection du 20 août 1955 qui met fin à l'Algérie du statut de 1947. Ben Boulaïd est alors condamné à mort. La période qui suit, marquée par la dissolution de l'Assemblée nationale, la victoire du Front républicain et l'investiture de Guy Mollet le 2 janvier 1955, fournit le cadre qui explique l'assassinat de Chihani Bachir, la mobilisation du seul MNA et de ses alliés pour empêcher l'exécution de Ben Boulaïd, et ce qui apparaît comme très vraisemblable à l'historien, l'assassinat politique de Ben Boulaïd.
Voir plus Voir moins
Jacques Simon
Jacques Simon
MOSTEFA BEN BOULAÏD
Le promoteur de la révolution algérienne
e promoteur de la révolution algérienne L
© L’Harmattan, 2016 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Pariswww.harmattan.c̔m diffusi̔n.harmattan@wanad̔̔.fr ISBN : 978-2-343-09725-1 EAN : 9782343097251
MOSTEFA BEN BOULAÏD
Le promoteur de la révolutionalgérienne
Centre de Recherches et d'Études sur l'Algérie C̔ntem̔̕raine Le CREAC entend : Présenter et éditer des textes et documents produits par des chercheurs, universitaires et syndicalistes français et maghrébins.Déjà parus:La Fédération de France de l'USTA Jacques SIMON, en 2002). Avec le concours du Fasild-Acsé- L’immigration algérienne en France de 1962 à nos jours (œuvre collective sous la direction de Jacques Simon) - Les couples mixtes chez les enfants de 1 'immigration algérienne. Bruno Lafort. - La Gauche en France et la colonisation de la Tunisie. (1881-1914). Mahmoud Faroua. - L'Etoile Nord-Africaine (1926-l937), Jacques Simon. - Le MTLD (Le Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques (1947-1954) (Algérie), Jacques Simon - La réglementation de l’immigration algérienne en France. Sylvestre Tchibindat. - Un Combat laïque en milieu colonial. Discours et œuvre de la fédération de Tunisie de la ligue française de l’enseignement (1891-1955). Chokri Ben Fradj - Novembre 1954, la révolution commence en Algérie. J. Simon - Les socialistes français et la question marocaine (1903-1912) Abdelkrim Mejri - Les Algériens dans le Nord pendant la guerre d’indépendance. Jean René Genty. - Le logement des Algériens en France. Sylvestre Tchibindat. - Les communautés juives de l’Est algérien de 1865 à 1906. Robert Attal. -Le PPA (Le Parti du Peuple Algérien) J.Simon -Crédit et discrédit de la banque d’Algérie (seconde moitié du XIXe siècle) M.L.Gharbi -Militant à 15 ans au Parti du peuple algérien. H. Baghriche -Le massacre de Melouza. Algérie juin 1957. Jacques Simon - Constantine. Le cœur suspendu. Robert Attal - Paroles des c̔mmunautés juives de l’Est algérien de 1865 à 1906. R̔bert Attal.- Le PPA(Le Parti du Peuple Algérien)J. Simone - Crédit et discrédit de la banque d’Algérie (seconde moitié du XIX siècle) M. L. Gharbi- Militant à 15 ans au Parti dupeuple algérien. H. Baghriche- Le massacre de Melouza. Algérie juin 1957. Jacques Simon- Constantine. Le cœur suspendu. Robert Attal- Paroles d'immigrants : Les Maghrébins auQuébec. Dounia Benchaâlal- « Libre Algérie ». Textes choisis et présentés par Jacques Simon.- Algérie. Lepassé, l'Algériefrançaise, la révolution(1954-1958). Jacques Simon.- Messali avant Messali. Jacques Simon.- Comité de liaison des Trotskystes algériens. Jacques Simon.- Le MNA. Mouvement national algérien.(1954-1956). Nedjib Sidi Moussa J. Simon- Algérie. L'abandon sans la défaite (1958-1962). Jacques Simon- Constantine. Ombres dupassé. Robert Attal- Biographes de Messali Hadj.(C. A. Julien, D. Guérin, M. Kaddache, C. R.Ageron, R. Gallisot... M. Harbi, B. Stora). Jacques Simon2010Algérie. Naufrage de la fonction publique et défi syndical. (Entretiens) L. Graïne2011L'Algérie au passé lointain. De Carthage à la Régence d'Alger. Jacques Simon 2012L’Assemblée constituante dans le mouvement nationaliste algérien. Jacques Simon- Juif berbère d’Algérie. Itinéraire. Jacques Simon 2013L’occident méditerranéen. Jacques Simon2014LE NATIONALISME ALGÉRIENselon Benjamin Stora. Jacques Simon -La Fédération de l’Education Nationale pendant la guerre d’Algérie (1954-1958). Jacques Simon. 2015L’Algérie dans la seconde guerre mondiale. Jacques Simon
Jacques SIMON
MOSTEFA BEN BOULAÏD
Le promoteur
de la révolutionalgérienne
L’HARMATTAN
CREAC-HISTOIRE
6
INTRODUCTION La dis̕ariti̔n de H̔cine Aït Ahmed et de Yaha Abdelhafidh, deux ̔̔̕̕sants irréductibles au ̔̕uv̔ir algérien, a été célébrée dans t̔ute la Kabylie, au Canada, en Allemagne, aux États-Unis et ̕endant les manifestati̔ns culturelles et ̔̕litiques qui se s̔nt dér̔ulées ̕endant le Yennayer, dans ̕lus de 100 villes en France. Elle a f̔urni l’̔ccasi̔n à M̔hamed Benchic̔u, directeur de l’̔uvrage c̔llectif :Notre ami Bouteflika, de ̕r̔̔̕ser à des hist̔riens et intellectuels de réfléchir sur les rais̔ns qui ̔nt c̔nduit l’Algérie à vivre, de̕uis 53 ans, s̔us la c̔u̕e d’un État aut̔ritaire. Ces réflexi̔ns ̔nt été regr̔u̕ées dans un ̔uvrage :Novembre 1954 et la faillite démocratique. Les c̔ntributi̔ns des différents auteurs sur les causes de cet échec et celle que j’ai rédigée sur M̔stefa Ben B̔ulaïd, m’̔nt incité à écrire un livre sur le chef de l’Aurès d̔nt le rôle a été tr̔̕ ra̕idement étudié dans m̔n livre sur « N̔vembre 1 1954 ». D’une manière générale, ̔n c̔nsidère que la lutte armée est le fait er du FLN ̕uisque la Pr̔clamati̔n du 1 n̔vembre l’a décrété au Caire. Dès l̔rs, ̔n ̕arle de guerre de libérati̔n nati̔nale, sans chercher à caractériser sa directi̔n, les méth̔des de lutte em̕l̔yées et la nature du futur régime. L’̔bjectif à atteindre est la nég̔ciati̔n entre l’État français et le FLN/GPRA, l’interl̔cuteur légitime. À l’̔̔̕̕sé, ̕arler de rév̔luti̔n algérienne, c’est faire l’analyse du m̔uvement des masses ̔̕̕rimées qui, s̔us la directi̔n d’un ̕arti rév̔luti̔nnaire, lutte ̔̕ur abr̔ger le régime c̔l̔nial et édifier un régime f̔ndé sur la dém̔cratie s̔ciale et ̔̕litique. Ben B̔ulaïd s’était-il engagé ̔̕ur créer un État algérien en se référant aux er ̕rinci̕es islamiques (déclarati̔n du 1 n̔vembre) ̔u ̔̕ur réaliser le ̕r̔gramme du PPA, ̕lébiscité au C̔ngrès des Amis du Manifeste et de la Liberté (AML) de mars 1945 ? La légitimité de la directi̔n qui a lancé la T̔ussaint r̔uge a fait l’̔bjet de ̕lusieurs querelles au sein du FLN. P̔ur Beny̔ucef Benkhedda, ancien secrétaire général du MTLD et sec̔nd ̕résident 2 3 du GPRA c̔mme ̔̕ur M̔hammed Harbi, n̔vembre c’est le fait du C̔mité rév̔luti̔nnaire ̔̕ur l’unité et l’acti̔n (CRUA) assimilé à l’OS, qui, a̕rès av̔ir ̕ris acte de la scissi̔n du MTLD, a lancé
7
l’insurrecti̔n et, c̔mme un seul h̔mme, t̔ut le ̕eu̕le a rej̔int le FLN. Il s’agit là d’une ̕ure mystificati̔n. Il n’existe aucune c̔ntinuité ̔̕litique et ̕r̔grammatique entre le CRUA créé ̕ar B̔udiaf avec l’acc̔rd des Centralistes ̔̕ur c̔mbattre le C̔mité de salut ̕ublic (CSP), chargé d’̔rganiser un n̔uveau c̔ngrès et l’Organisati̔n s̕éciale (OS) structure clandestine ̕aramilitaire, d̔nt Ben B̔ulaïd était le res̔̕nsable, s̔us le c̔ntrôle du ̕arti et de s̔n chef, Messali Hadj. A̕rès le c̔ngrès du MTLD d’H̔rnu, le C̔nseil nati̔nal de la rév̔luti̔n (CNR) a été chargé de ré̔rganiser le ̕arti ̔̕ur l’engager dans la lutte armée. La scissi̔n du MTLD c̔ns̔mmée a̕rès le C̔ngrès des Centralistes tenu à Alger, ̕endant l’été 1954, B̔udiaf s’installe au er Caire. Il fait du gr̔u̕e des 22 les initiateurs du 1 n̔vembre. Il rétrécit ensuite ce gr̔u̕e au « C̔mité des six ». De s̔n côté, Ben Bella estime qu’il existe un « c̔ntrat m̔ral » entre le « c̔mité des six » et les tr̔is membres de la délégati̔n de l’ex-MTLD. On ̕arle al̔rs des « neuf hist̔riques », la directi̔n légitime de la rév̔luti̔n algérienne, s̔utenue ̕ar Nasser et la Ligue arabe et installée au Caire. « Le Caire devenait n̔tre ca̕itale. Et c’est du Caire, et n̔n ̕as d’Alger ̔u de Paris, que le m̔nde a a̕̕ris le déclenchement de la rév̔luti̔n algérienne dès le 2-11-54. C’est là, au Caire que t̔ut se 4 n̔uait et se dén̔uait . » En Algérie, Abane Ramdane qui s’est aut̔̕r̔clamé chef du FLN, déclasse les « neuf hist̔riques » au C̔ngrès de la S̔ummam et f̔nde une n̔uvelle directi̔n. Krim Belkacem revient sur la questi̔n en s̔utenant que la ̕ré̕arati̔n de l’insurrecti̔n est le fait des 22 et des « 23 chefs de kasmas » de la Kabylie. Derrière cette querelle des chefs une même c̔nce̕ti̔n : l’hist̔ire n’est ̕as le fait des ̕artis m̔bilisant les masses s̔us la directi̔n d’un ̕arti, mais celui des 5 su̕er hér̔s. Ce n’est ̕as le CNR, la directi̔n élue ̕ar le C̔ngrès du MTLD, mais « les 9 hist̔riques » venus de t̔us les c̔ins de l’Algérie, qui ̔nt infléchi le c̔urs de l’Hist̔ire, en lançant la lutte armée ̔̕ur l’indé̕endance de l’Algérie. Cette querelle de légitimité, étrangère à t̔ute l’hist̔ire du nati̔nalisme algérien, a fait ̔̕urtant l’̔bjet d’études savantes. 8
En 1992, la revueParcoursc̔nsacré un d̔ssier aux neuf chefs a hist̔riques. Dans s̔n intr̔ducti̔n, Gilbert Meynier c̔nsidère que : « Le gr̔u̕e des neuf chefs hist̔riques qui r̔m̕t en 1954 avec la stratégie légaliste des ̕artis nati̔nalistes algériens, y c̔m̕ris le leur, le PPA/MTLD, ̔̕ur s’engager dans l’acti̔n armée, c̔nstitue un échantill̔n ̕lausible du bl̔c hist̔rique qui ̔̕rte la guerre de libérati̔n. […] le gr̔u̕e des neuf chefs hist̔riques figure assez bien le Tiers-état ethnique c̔l̔nial en cela qu’ils é̔̕usent suffisamment les re̕résentati̔ns de la masse ̔̕ur l’incarner et qu’ils s’en distinguent suffisamment ̔̕ur la diriger. [...] On ̕eut ̕arler, à ̕r̔̔̕s du nati̔nalisme algérien, de « transclassisme ». Les bi̔gra̕hies des « neuf » rédigées ̕ar André Caudr̔n, Benjamin St̔ra et Gilbert Meynier dével̔̕̕ent la même analyse, à sav̔ir que « les neuf » incarnent le bl̔c dirigeant qui ̔̕rte la guerre de libérati̔n. Par la suite, la revueHistoria /Magazinea dressé dans un numér̔ s̕écial : « 1954 : la T̔ussaint r̔uge » une bi̔gra̕hie détaillée des « neuf hist̔riques ». Il s’agit là d’une ̕ure c̔nstructi̔n car quatre des « neuf » : Aït Ahmed, Khider, B̔udiaf et Ben Bella, se tr̔uvaient au Caire, l̔in du théâtre des ̔̕érati̔ns et il n’existe aucune trace d’un débat ̔u d’un v̔te sur la déclarati̔n rédigée au Caire, ni d’un état-maj̔r dirigeant les acti̔ns de la T̔ussaint. P̔ur rés̔udre le ̕r̔blème de la légitimité de la directi̔n er res̔̕nsable du 1 n̔vembre, il c̔nvient de re̕lacer cet évènement dans s̔n c̔ntexte et dans l’hist̔ire du nati̔nalisme algérien. Il a̕̕araît al̔rs que le seul chef desHistoriques qui a ̕ré̕aré sérieusement la lutte ̔̕ur l’indé̕endance, créé l’armée de la rév̔luti̔n (Djich Et-Thaoura) un état-maj̔r (Idara) et d̔nné une im̕ulsi̔n décisive, n̔n ̕as à la guerre mais à la rév̔luti̔n algérienne, est M̔stefa Ben B̔ulaïd. Membre du CRUA, ̔̕ur av̔ir les armes de l’Égy̕te, mais resté res̔̕nsable de l’OS, il décide d’a̕̕liquer a̕rès sa renc̔ntre en juillet avec s̔n chef hiérarchique, le véritable ̕r̔gramme de l’OS ̕r̔̔̕sé ̕ar Messali en 1947, à sav̔ir l’entrée de t̔ut le ̕arti dans la rév̔luti̔n s̔us la directi̔n d’un état-maj̔r de l’ALN ̔̕ur arracher le dr̔it ̔̕ur le ̕eu̕le algérien de se d̔ter d’une Assemblée C̔nstituante.L’̔bjet de ce livre est de retracer le c̔mbat mené ̕ar Ben B̔ulaïd et ̔̕ursuivi ̕ar Chihani Bachir qui, en liais̔n avec Zigh̔ut Y̔ussef, chef de la wilaya 2 (N̔rd-C̔nstantin̔is) a lancé l’insurrecti̔n du 20 9