Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

MOURIR POUR PARIS INSURGÉ

De
148 pages
Homme de conviction, républicain et patriote, le colonel Louis Rossel s'est efforcé par tous moyens, y compris la révolte, d'empêcher la capitulation devant les Prussiens. Fusillé à vingt-sept ans, il a joué et perdu sa vie en quelques semaines pour un Paris insurgé le temps d'une saison de printemps avec la fierté de l'homme qui ne regrette rien et ne recule pas. Lui, qui est mort pour avoir servi la Commune a porté sur les événements et les hommes qu'il a rencontrés une analyse froide et sévère.
Voir plus Voir moins

Mourir pour Paris insurgé
Le destin du colonel Rossel

(Q L'Harmattan,

2001

ISBN: 2-7475-0156-6

Franz Van Der Motte

Mourir pour Paris insurgé
Le destin du colonel Rossel

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris France

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) CANADA H2Y lK9

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

Collection Biographie historique

Déjà parus

André VARENNE, Toi, Trajan. Treize entretiens avec un empereur païen au Paradis, 2000. Roger FAUCK, La vie mouvementée du curé Jules Chaperon, 2000. Madeleine LASSÈRE, Victorine Monniot ou l'éducation filles au XIX siècle, 1999. Dicta DIMITRIADIS, Mademoiselle XVI à Louis-Philippe, 1999. Lenormand, des jeunes

voyante de Louis

Pierre GRENAUD, Le charmant prince de ligne, prince de l'Europe, 1999. Greg LAMAZÈRES, Pierre Bourthoumieux, vie et mort d'un

socialiste toulousain, 1999.

Table

I - Un Républicain sans concession II - Comment devient-on Rossel
III - Le destin se dessine IV - Au service de l'insurrection

V - L'honneur outragé VI - La mort d'un patriote Annexes

- Chronologie des événements - Les Délégués à la Guerre de la Commune - La Répression
Bibliographie Ouvrages de Louis Rossel de Paris

Les hommes disparus jeunes sont de vigoureux voyageurs qui font vite une route que les hommes moins forts achèvent à pas lents

Chateaubriand

3

A Jean Guillon, Résistant déporté à Buchenvald, Député d'Indre et Loire Professeur d'histoire au Lycée Paul-Louis Courier de Tours.

4

J'aimerai toujours le temps des cerises C'est de ce temps-là que je garde au cœur Une plaie ouverte!

J-B. Clément

5

Du même auteur

L'Immigration,

un avenir pour la France
L'Harmattan 1997

6

Avertissement

De pensionnats d'écoles militaires en isolement d'une cellule de prison, en passant par le temps libre laissé durant le service des villes de garnison, Louis Rossel a beaucoup lu, écrit et réfléchi sur les événements qui traversèrent sa vie. L'éloignement d'avec sa famille, le père officier engagé dans les expéditions coloniales lointaines du Second Empire, la sœur Bella, confidente aimée, pensionnaire à l'Institution des Jeunes Filles de la Légion d'Honneur de Saint-Denis, a également permis une vaste correspondance. C'est à partir d'éléments de cette correspondance que l'auteur s'est efforcé de faire connaître les sentiments de Louis Rossel sur ceux qu'il avait servi et les raisons profondes d'un engagement qui allaient lui coûter la vie à vingt-sept ans. Les mots et phrases en italiques sont tirés textuellement de la correspondance, des articles, des discours et des procès de Louis Rossel ou de ceux dont le destin a croisé le sien.

7

I

Un Républicain sans concession

Mon Général, J'ai l'honneur de vous informer que je me rends à Paris pour me mettre à la disposition des forces gouvernementales qui peuvent y être constituée. Instruit par une dépêche de Versailles rendue publique aujourd'hui qu'il y a deux parties en lutte dans le pays, je me range sans hésitation du côté de celui qui n'a pas signé la paix et qui ne compte pas dans ses rangs de généraux coupables de capitulation.... Louis Rossel C'est par cette lettre rédigée sans doute fiévreusement au cours de la nuit du 19 mars 1871, que le Colonel du Génie auxiliaire Louis-Nathaniel Rossel, chef du camp militaire de Nevers rompt avec l'armée des vaincus; l'armée des Bazaine, des Mac Mahon et des Trochu. Des défaites, elle en a connu l'armée française en cette fm d'année 1870 et au cours des premiers mois de l'année 1871. 2 septembre: déroute de Sedan - l'Empereur des Français

est fait prisonnier - 29 septembre: Strasbourg capitule, 27 octobre: désastre de Metz - Bazaine se rend sans combattre
9

avec vingt-cinq généraux, six mille officiers et près de quinze

mille hommes de troupe - 28janvier 1871, Paris anéanti subit
l'outrage des Prussiens défilant sur les Champs Elysées. Georges Arnold, le fondateur de la Fédération de la Garde Nationale écrit: Il a fallu que les dernières illusions s'évanouissent. Il a fallu voir Paris, ce héros, ce martyr, calomnié par les infâmes qui, de tout temps, ont méprisé les peuples, pour que cette population s'aperçut enfin qu'elle n'avait plus à compter que sur elle-même pour assurer son honneur et sa liberté. La résolution grave et douloureuse que Louis Rossel en parfaite conscience prend de rejoindre le mouvement de Paris, qu'il croyait sincèrement représenter dans la défaite militaire le camp du sursaut pour la République, le patriotisme et l'honneur de la France, va le couper de sa famille et de ses relations d'amitiés civiles et militaires. Le capitaine, qui le reconnaîtra dans les locaux de la police où il a été amené après son arrestation le 8 juin 1871, est un ancien camarade de Metz qui ne lui adressera pas la parole et s'efforcera de ne pas le regarder en face alors qu'il le livre à ses bourreaux. Louis Rossel est loin de ces considérations lorsqu'il prend sa décision: dès son arnvée à Paris le 20 mars 1871 son destin se noue, il est nommé Chef de la Garde Nationale du 17ème arrondissement puis Chef d'Etat Major du général Cluseret qu'il remplace le 28 avril 1871 à la tête de la défense de la ville, il n'est cependant pas obéi et les ordres qu'il donne ne sont pas exécutés. Dès les premiers combats contre les Versaillais, au pont de Neuilly et à Courbevoie, il se rend compte qu'il est impératif de donner à la Garde Nationale une véritable structure militaire.
10