Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Pierre le Grand

De
88 pages
Pierre Ier de Russie (1672-1725) n'a pas bénéficié de l'éducation d'un prince. Autodidacte, il développe très jeune une passion pour les exercices militaires. Parvenu au sommet de l'Etat, il construit une armée moderne, champ expérimental de ses réformes politiques, économiques et sociales. Créateur de la Russie moderne, il n'a cessé de susciter des jugements antagonistes. Cet ouvrage, très illustré, retrace sur un mode impartial son règne dans sa réalité et dans sa représentation.
Voir plus Voir moins
Pierre le Grand
Illustration de couverture Pierre le Grand brave une tempête sur le lac Ladoga Anonyme, peinture sur huile du XIXe siècle, collection privée. © SPM, 2011 ISSN : 1148-7933 ISBN : 978-2-901952-89-3 SPM 34, rue Jacques-Louvel-Tessier 75010 Paris Tél. : 01 44 52 54 80 - fax : 01 44 52 54 82 - Courriel : lettrage@free.fr www.spm-editions.com Diffusion-Distribution : L'Harmattan 5-7 rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris Tél. : 01 40 46 79 20 - Email : diffusion.harmattan@wanadoo.fr Site internet : http:/ / www.harmattan@wanadoo.fr
Francine-Dominique Liechtenhan
Pierre le Grand
Ce volume est le soixante-deuxième de la collection Kronos Fondée et dirigée par Eric Ledru SPM
1. Buste en bronze de l'empereur Pierre le Grand d'après Marie-Anne Collot
2. Pierre le Grand, d'après Paul Delaroche, gravure du XIXe siècle
Introduction
Le 28 janvier (8 février) 1725, le premier empereur de Russie, Pierre Ier, s'éteignait dans les souffrances les plus atroces. Alors que la cour célébrait ses obsèques en grande pompe, des images populaires surgirent dans les faubourgs montrant un gros chat dont la moustache et l'ovale du visage rappelaient le souverain défunt. L'animal était attaché sur une luge que traînaient des souris hilares, jouant du tambour et de la cornemuse(illus. 3).trépas fut accueilli avec un certain soulagement. Le tsar Ce laissait une Russie profondément divisée entre une noblesse passablement occidentalisée et un monde rural enfoui dans ses traditions ancestrales. Le pays était miné par d'interminables guerres. Prométhée ou Antéchrist ; sa personnalité et son règne ne faisaient guère l'unanimité.
3. L'enterrement du chat, loubok, gravure populaire russe du XVIIIe siècle
4. Statue de Pierre le Grand. Péterhof
L'homme
L'apparence de Pierre ne laissait point indifférent. Avec ses deux mètres de haut, il était doté d'une force physique exceptionnelle ; il aurait été capable de tordre un fer à cheval d'une seule main. Osseux, un peu courbé, il avait une tête trop petite par rapport à un torse surdimensionné. Face rubiconde, front large, nez "gros par le bout" s'effaçaient derrière un regard farouche ; les yeux noirs, pénétrants, de l'autocrate russe terrassaient ses interlocuteurs. Sa tenue vestimentaire dépourvue de tout ornement n'était pas digne de son rang ; il ne portait ni gants, ni manchettes, ni chapeau. Son habit brun était souvent déboutonné, parfois graisseux. Sa perruque aux cheveux courts n'était pas poudrée ; selon les températures, elle disparaissait dans sa poche. Pierre détestait les formalités et le cérémonial. Il mangeait salement, parfois sans fourchette ni couteau, et ne s'interdisait aucune éructation ! Ses manières étaient simples ; il ne supportait pas les gestes de soumission et interdit à son peuple de se prosterner à plat ventre devant lui. Or, le tsar, qui se fit proclamer empereur de toutes les Russies en 1721, était bien conscient de son pouvoir et de son importance ; les convenances étaient une corvée dont il pouvait se passer(illus. 4) ! Spontané, naturel, le souverain russe affectionnait les causeries entre amis. Gare aux flagorneurs ou aux insolents ; ils étaient obligés de boire jusqu'à l'épuisement pour se faire pardonner leur imposture. Agité, ne tenant jamais en place, il développa un besoin perpétuel de changement et courait, les bras ballants, d'un endroit à l'autre ; ses collaborateurs et sa suite (réduite au strict minimum, car le tsar était parcimonieux) avaient toutes les peines à suivre ce rythme frénétique. Travailleur acharné, curieux de tout, il se délassait dans la débauche ou dans la prière(illus. 5).
5. Pierre le Grand gravure du XIXe siècle
Pierre le Grand