//img.uscri.be/pth/e225a034aa1bc1e15734fbce0af0193cfa9c883d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,13 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Quand la scène artistique contemporaine rompt les tabous historiques

De
178 pages
L'art contemporain peut-il se faire l'écho d'une histoire collective, non vécue directement par les créateurs et passée sous silence ? Les jeunes artistes peuvent-ils contribuer au processus de démocratisation ? A travers une étude de cas sur le Guatemala actuel, à quinze ans des "Accords de Paix Ferme et Durable" qui ont mis un point final à la guerre civile, cet ouvrage se penche sur la question de la mémoire de l'Autre intégrée par la nouvelle génération d'artistes.
Voir plus Voir moins
Lra toctnpoeminraeu pilt- es riafl eohcéne h duire istoceitocllon nev ,die cuvéenemctreel rap tetaérc sapsseés ru,se  tnce ? Leous siletra etsiej ssenuilt- às,pes enuvuesredl it rp ra, coionsress expcorp ua reubirtnraocém ddes suesi-tno slirvual rsationti P ?veeuug eus rel sévuc brèche du dialob al ùo tasilanaonrspes là, lsnem neeca alr  é àde lion olena vireoira te unsthioitad ntalesiviravers uide ?A tf arrtciiguq etelamateua Gler su sac ed eduté enAccos © s dee aniuznà q eu,la tc mnt ouipon  uislan¿ tniug al à de Prds )ermaix ' ru eteª q baeltrurreièue qA lirém euqitala enerre civile la pul solgneue  tems ehcnep es egar dontiesqua  lurX eX euanountic  ouv cetcle, sièvuonellerap  al n ioardén gatérioerd  e ealm méintégréelAutre rt e sneméioalm sur ale pontles ixeÀér erénég no essttiuns rèAp eanitnola etel ctive, lhistoirm alioméc erello presoerelnn, leres  uv lesprèsul sedp id eé utreeuuta le,qutisitra noitaérc a, perforsticienseu sp(alétamtlqèrseuua g cdeatrétcel noinudés evolo) insque(preapfrtn ,eremtniat,enemilbtsus oiiv ceva siofrap t cinéasmeurs, em nortnaet)s ,neimt rcpecot enmm,tne te itpemelb xetrtua auJsll e, lsticroites DniamuH sus te ,slat ourtsieséc nurelcn,ei slo tn placé à lordre ud ruojsed euq iostemnntsenen cxueinomrah sulp irenavn u dontiti yalC etamG auée àus.Nr to pou tnep nutcelmevierumol c dtéssaocsnrtcuoprul  aloureux assé douanfre urtéua-gcouod enu tluc elbParie à  199s enqèeuamtlirév .rA Cnarohie uz aM.1 ne,789rhC itsi son enfance paré étm rauqeéd sèerliavs s engurémeta alal ceuG einue à eais cont red siltneretincoene idés r ylem iuhdruojua er Acc desnnée6, a ,leaPxid  erosdsitruqitd selbuo déen utéint rê eapssoi noprul es expressions arp euq snoissefoMu. lsneunr pae s seadsnejstp ornt p, tannelersoelc daersed na s réaliséuelle ahcreq se sedhcerthyne ès uci snetii saosll e,se ainemporontees claicos secnadnets les ernv eguais, à lUniversittani-omaréciiaenet, n  eudEt lesobro ennvuoNelleellelturla S, à éMide  n nuCtaoirsveni u :reaiit nos ed sruocrapTISTE ARSCÈN LA AUDNQAB TES LPTOM RNEIAROPMETNOC EUQIlIultsaritnod  eé de Salamanque.rtre dnavreSIsiauvcotuer :re B ©8-7119025,0:978SBN 36-2-2-3S OUSTHIIQORS UEc eLd sauG umetaala post-conit 1(99-60211)
ARTISTIQUE CONTEMPORAINE
ROMPT LES TABOUS HISTORIQUES
QUAND LA SCÈNE
  
À Lisandro Guarcax et à Victor Leiva (« El Mono »), partis tragiquement pendant lécriture de cet ouvrage. Merci pour avoir laissé de si belles couleurs sur le sillon de vos vies.
  
     
  
 
Quand la scène artistique contemporaine
rompt les tabous historiques
 
Le cas du Guatemala post-conflit
(1996-2011)
 
  
 
 
                          
 
   © LHarmattan, 2013 5-7, rue de lEcole polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-29120-8 EAN : 9782336291208
  
Christina Chirouze M.
 
 Quand la scène artistique contemporaine rompt les tabous historiques
Le cas du Guatemala post-conflit (1996-2011)           
LHarmattan
Logiques sociales Collection dirigée par Bruno Péquignot  En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collection « Logiques Sociales » entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l'action sociale. En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à promouvoir les recherches qui partent d'un terrain, d'une enquête ou d'une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques.  Dernières parutions  Délina HOLDER, Natifs des DOM en métropole. Immigration et intégration , 2013.  Fred DERVIN (dir.), Le concept de culture. Comprendre ses détournements et manipulations , 2013. Séverine FERRIERE, Lennui à lécole primaire. Représentations sociales, usages et utilités , 2013. Jean-Yves DARTIGUENAVE, Christophe MOREAU et Maïté SAVINA, Identité et participation sociale des jeunes en Europe et en Méditerranée , 2013. Agnès FLORIN et Marie PREAU (Sous la dir. de), Le bien-être , 2013. Jean-Michel BESSETTE, Bruno PEQUIGNOT (dir.), Comment peut-on être socio-anthropologue ? , 2012. Yves LENOIR, Frédéric TUPIN (dir.), Instruction, socialisation et approches culturelles : des rapports complexes , 2013. Yolande RIOU, Lidentité berrichonne en question(s). De lHistoire aux histoires , 2012.  Pierre VENDASSI, Diagnostic et évaluation : la boîte à outils du sociologue , 2012. Isabel GEORGES, Les nouvelles configurations du travail et léconomie sociale et solidaire au Brésil , 2012. Pascal BRUNETEAUX et Norah BENARROSH-ORSONI, Intégrer les Rroms ?  Travail militant et mobilisation sociale auprès des familles de Saint-Maur , 2012.  
A V A N T -P R OPOS  
  Jai longtemps cru que cette étude était le simple fruit dune recherche de plusieurs mois, dun nombre incalculable dheures passées dans les bibliothèques, les cinémas, les ateliers dartistes et les espaces culturels, une course contre le temps avec, pour objectif, lobtention dun diplôme. Mais lorsque tout fut fini, je me suis aperçue que ce travail venait de bien plus loin, devenant la concrétisation dincomptables pistes et de rencontres qui sétaient imperceptiblement réunies depuis mon adolescence pour mengouffrer dans cette thématique sinueuse et passionnante quest le lien quétablit un artiste contemporain avec la psychologie de la collectivité à laquelle il appartient. Bien entendu, mon parcours détudes liant culture et sciences politiques ma rendue sensible au thème ; et mes deux nationalités, française et guatémaltèque, mont permis de me rendre compte de la relativité du rapport à la culture et à lhistoire. Je me dois cependant de mentionner ici deux moments qui furent de réels révélateurs de conscience. À dix-sept ans, tandis que jhabitais au Guatemala pendant une année pré-universitaire, jai fait lheureuse découverte de Caja Lúdica : une ONG implantée dans le centre de la capitale, dont le but est de tisser le lien social
  
 7  
grâce à lenseignement artistique et civique. Les activités étaient organisées par un couple de jeunes colombiens récemment arrivés au Guatemala, et qui y reproduisaient un modèle déjà existant à Bogota. Leur discours était simple : les expressions artistiques sont dexcellents moyens de canaliser lénergie pour la prévention de la délinquance urbaine. Alliées à une éducation citoyenne (droits de lhomme, parité homme-femme, etc.), elles peuvent devenir des outils pour lévolution sociale. Les manifestations artistiques étaient alors présentées dans lespace public, pour démocratiser laccès à la magie et à une éducation des valeurs citoyennes et humaines. Jai eu la grande chance de pouvoir participer aux programmes en tant quanimatrice de groupes. Les jumelages avec des collectifs dartistes ruraux, les créations dans la ville ou dans des hauts lieux de mémoire ont paru à la pré-citoyenne que jétais alors un moyen formidable de rompre les tabous sociaux ; et je suis certaine que cest alors que sest semée la petite graine qui a donné naissance sept années plus tard à louvrage que vous avez entre vos mains. Le deuxième moment eut lieu bien plus récemment, lors dun voyage à San Francisco. Cétait en 2010. Javais déjà choisi lobjet détude de mon mémoire, et face à la perspective dun séjour dun mois dans cette ville californienne je métais donné pour objectif de définir ma problématique et les axes de ma recherche. Mais la « Fog City » ma happée et jai passé bien plus de temps à déambuler dans ses rues que dans les bibliothèques de Berkeley ! Un jour où jarpentais le quartier « hispanic » de  8  
  
Mission,  jai découvert par hasard un véritable musée urbain et ouvert à tous, qui faisait étonnamment écho à mes questionnements académiques : des peintures murales se succédaient les unes aux autres au rythme des carrefours, toutes rivalisant de couleurs, formes, originalité et sens de lesthétique. La plupart traitaient de thématiques sociales, et avaient manifestement été peintes par des immigrés : les guerres des terres dorigine, les aléas du chemin vers les États-Unis, les chocs culturels en étaient les sujets. Les hommes et les femmes qui les avaient réalisées semblaient y exorciser des souffrances vécues, dont ils voulaient se distancier par lacte même de les placer au vu et au su de tous. Malgré lécart identitaire entre artistes et public de piétons, ces uvres étaient à la fois les dons des peintres et des signes dacceptation de la part du quartier. Mission ma fascinée pour ces images qui construisaient des ponts entre mémoires et sensibilités. En poussant un peu ma recherche, jai découvert quune organisation ( Precita Eyes Institute ) était derrière ces uvres : fondée par une femme du quartier, cette association de voisins sétait chargée, depuis les années 1970, de perpétuer la tradition que Diego Rivera y avait initiée quatre décennies auparavant : le muralisme. Mais dans ce cas, les artistes étaient des nouveaux venus, souvent anonymes, réfugiés fuyant les guerres dAmérique Centrale ou immigrés à la recherche dune vie moins précaire. Je ne pouvais donc imaginer cette recherche sans rendre hommage à Caja Lúdica et à Precita Eyes Institute : elles ont toutes deux joué un rôle inspirateur qui ma accompagné par la pensée tout au long de ce travail.  9