Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,88 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Révoltes, conflits et Guerres mondiales en Nouvelle-Calédonie et dans sa région

De
273 pages
Cet ouvrage collectif met à la disposition du lecteur un état des lieux qui faisait défaut jusqu'à aujourd'hui, sur la question de la violence de colonisation et la violence de guerre. Le sujet s'avère d'autant plus sensible et important qu'il fait partie, à la fois des "ombres de la colonisation" et de ses "lumières".
Voir plus Voir moins

Révoltes, conflits et guerres mondiales en Nouvelle-Calédonie et dans sa région

Tome 2

Directrice de la publication Boubin-Boyer Sylvette, docteur en histoire Secrétaires de rédaction: Bonnaud- Weisz Monique, doctorante en anthropologie littéraire Legeard Luc, doctorant en histoire Comité de rédaction Nouvelle-Calédonie Angleviel Frédéric, professeur des universités Boubin-Boyer Sylvette Coquelet Benoît, doctorant en histoire du droit, Montpellier I Delathière Jerry, doctorant en histoire Kurtovitch Ismet, docteur en histoire, archives de Nouvelle-Calédonie Sand Christophe, docteur en archéologie, musée de Nouvelle-Calédonie Terrier Christiane, docteur es lettres, professeur agrégée IUFM Wadrawane Eddy, doctorant, professeur de langues et cultures régionales France métropolitaine Aufray Michel, professeur des universités en linguistique, Inalco Illouz Charles, maître de conférences en ethnologie, La Rochelle Laux Claire, maître de conférences en histoire, Bordeaux III Martin Jean, professeur des universités en histoire, Lille III Naepels Michel, chargé de recherche au CNRS Potiron Patrick, doctorant en histoire, Institut Pierre Renouvin, Paris

Sorbonne I

Région Pacifique Aldrich Robert, professor of History, University of Sydney Bullard Alice, senior lecturer, University of Washington Chappell David A., Associate Professor of Pacific Islands History, University of Hawaii Munholland Jim, professor of History, University of Minneapolis Quanchi Max, senior lecturer, Qeensland University of Technology Regnault Jean-Marc, université de Polynésie française Veracini Lorenzo, lecturer in History, University of Queensland Tryon Darell, professor of linguistics, Australian National University Réalisation de l'ouvrage Lechapt Ludovic Mise en page Delorme Christophe

ludomatic@gmail.com

Cet ouvrage est publié par le Cercle du Musée de la ville de Nouméa avec le concours de la Ville de Nouméa, de la Mission aux affaires culturelles (MAC) et du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

Couverture: Monument aux morts de Koné (photo S. Boubin-Boyer)

Sous la direction de SYLVETTE BOUBIN-BOYER

Révoltes, conflits et guerres mondiales en Nouvelle-Calédonie et dans sa région

Tome2

L 'HARMATTAN

2008 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com harmattan 1@wanadoo. fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr

@ L'HARMATTAN,

ISBN: 978-2-296-05122-5 EAN : 9782296051225

Troisième

partie

Guerres mondiales et conflits internationaux...

La Nouvelle-Calédonie durant la Première Guerre mondiale

Sylvette Boubin-Boyer

D'août à décembre 1914, les Australiens et les Néo-Zélandais puis les Japonais, s'emparent des colonies allemandes océaniennes. Le navire français Montcalm assiste laflotte britannique. L'amiral allemand Von Spee bombarde Papeete en septembre 1914, seule atteinte à une colonie française. Après la destruction de ses navires aux îles Falkland en décembre 1914, rien ne vient plus menacer les colonies océaniennes pendant toute la durée de la guerre. En 1918, sur le Kersaint, des Kanaks contribuent à affirmer la présence française à Vladivostok. La Nouvelle-Calédonie est centre de mobilisation des Français d'Océanie. Quatre convois quittent Nouméa entre 1915 et 1918. Les Kanaks, engagés volontaires à compter de janvier 1916, sont incorporés au bataillon des tirailleurs du Pacifique. Européens et tirailleurs partent pour les fronts de France ou d'Orient et sont affectés dans des régiments coloniaux. Proportionnellement, de tous les tirailleurs coloniaux, les Mélanésiens de Nouvelle-Calédonie sont ceux qui ont le plus donné leur vie pour la France.
***
En l'interruption l'élevage, guerre centre que 1919, d'appartenance de juillet Wahena la corps militaires mondiale. ferme l'indigénat 2006, rentre du reposait qui La le à le d'une de la subit Nouvelle-Calédonie, des bien métropole Grande des même à la France toujours Les ». Le Terre. tirailleurs où rentrent sort renforcé les Nouvelles tirailleur dans terre de les militaire France champs des l'Aisne, dans de kanak le un bataille Kanaks relations des maritimes. modifications si éloignée. Le Une gouverneur se poursuit. les la vie quotidienne L'économie, sans participer révolte en Le tirailleurs. de la de guerre. la indigène organise procès Le la des fondée réellement éclate répression révoltés a est sur à en affectée la mine l'effort 1917 tandis lieu en par et de au

recrutement au moment

sentiment Cependant,

identitaire le Le régime 10 soldat prise de son

exclut quotidien Lifou

citoyenneté. titrait été octobre innombrables de la à Première l'effort tué lors 1918. de

lundi

Calédoniennes avait 25 des

«Le la Depuis,

Petit-Caumont, en jalonnent contribution

cimetières Guerre de guerre

Néo-Calédoniens

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

9

de

la

France

se dans

retrouve les familles

ainsi

rappelée des d'anciens Les différentes

à

une

mémoire communautés,

qui, a et des FANC

conservée longtemps (Forces adaptés aient 2006, pu les à

précieusement été armées l'histoire s'approprier commémorations 1916) aux et de la du domaine de du

des

associations

combattants programmes que Guerre batailles 1916) de plusieurs ». En Verdun rappellent réunis partis défendre

Nouvelle-Calédonie). pays le sont souvenir en Somme trop de métropole (juillet-novembre que de l'armée bien française récents la «

d'histoire générations cette année (février-Décembre peu au sein une et de des

pour Grande des

trop «petits

loin

Néo-Calédoniens

des sont

leurs,

contingents» utopique patrie.

lointaine

et

Le «La Gouverneur» ressentent inculqué. nationalité le sont tous guerre

mercredi est est cet Comme française, les quittent sur 1 Aucun 217 élan

5

août officiellement

1914,

La

France déclarée

Australe ». Une et l'Église françaises, armes, sont depuis 1917, kanaks 1919, au même de la pays, si colonie qui en entière 1 tous en

annonce «Proclamation brousse. ou les alors le la

à

la

une

que du

affichée patriotique dans en citoyens Nouméa mobilisés n'imagine sur l'El morts contribution les âge

à

la

mairie que

de

Nouméa

Les famille Calédoniens mobilisés er 1 août. 1047

hommes leur de comme Quatre citoyens engagés survivants et été masquer du monde leurs 14 janvier la En plus 1914, pour n'entre une tués 382 au la a

l'École, colonies

autres de français entre et que, porter

les de 1915 978 le 10 rentrer

métropole et sujets mai

contingents français volontaires. vont tirailleurs front. contribution nouveau empires 1860, éloignée il faut la dans En embarquer

emportant sur lorsque 193 n'ont ne ont guerre, depuis est la doit découlé 1

137 les

Kantara pour la

pour France» humaine

Européens pas pas

seront outre, la

«

économique lequel étaient Colonie

et

les entrées française et

changements les puissances à ses 22000 au vapeur part

entraînant le colonie

coloniaux. Nouvelle-Calédonie de environ la ligne que le la métropole, huit Marseille 15

dépendances km des Nouméa. l'éloignement une à de la participation par la

environ semaines

voie

maritime. Maritimes de de la Panama métropole,

Messageries Le canal

couvrir en service

août et

Sydney Malgré

nombreuse,

1914. peu la

population fragile, guerre. australe» la Quel au

hétérogène France bilan premier appelle peut-il

économie contribuer de

d'exploitation à la l'effort «France de

Nouvelle-Calédonie être mondial? rendu

conflit

10

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

La Nouvelle-Calédonie

dans la guerre

En gouverneur

Nouvelle-Calédonie, dont les pouvoirs

le sont

gouvernement très importants.

français C'est

est un

représenté fonctionnaire

par qui

le

dirige

l'administration,

exerce

l'autorité

civile

et

militaire«

seul

et

sans

partage,
gouverneur

chargé
prend

de la défense
l'avis du

intérieure
Conseil

et extérieure
privé dont le

de la colonie
rôle est

)}. Le
avant
peu dix-neuf

purement

consultatif,
début démocratisées membres membres. gestion gouverneur la Commission du de la

«sans
guerre, avec élus Son pour

qu'il
les la six

soit
création ans.

tenu de s y conformer».
de du La Conseil la colonie généra13 coloniale le la vote gestion du budget des du se

Trente
sont

ans
quelque de élue

le

institutions

composé est de grands Conseil le sur place 27 dès

Commission est et des en congé est

parmi la colonie, travaux. général et 1914, début depuis

ses la Le de le des

attribution de de

principale la colonie

patrimoine est chargé coloniale. Brunet, Jules Repiquet, chargé de à sa

l'exécution Parti demande, secrétaire l'intérim.

décisions en mobilisé métropole

juillet le

gouverneur hostilités. 1913 la ayant Coloniale, connaissance résident aux est

général Titularisé 1923, devenant C'est ou a 1911 à été

en en

Nouvelle-Calédonie 1918, ainsi un de il l'un ancien Lyautey. reste des élève Il a gouverneur gouverneurs de une

alors

de

Nouvelle-Calédonie effectué adeptes de la l'un des des

jusqu'en plus idées région longs de puisqu'il

séjours. Gallieni

l'École bonne

précédemment

commissaire-

Nouvelles-Hébrides

de

1913.

En commissions d'élire commune métropolitaine. centres en quatre communaux, budget supprimée colonisation change hostilités. 1879 ans de et les

1914,

le municipales

découpage formant généraux. exercice avec les C'est par arrêté un

administratif neuf La les mêmes

de circonscriptions commune

la

colonie

correspond électorales chargées est celles correspondent de la

à

23

Conseillers de plein En colonisation. réorganisé ont les pour travaux À en 1916 et guerre l'exception (en

de attributions municipales

Nouméa que

seule France aux

Brousse,

commissions système du 7 entre local de la de avril autres, ainsi commission l'élection directement élections de

gestion 1888.

décentralisée, Trois l'administration membres

généralisé élus des et l'exécution de issu Bourail, de rien à la fin la ne des pour biens du

attributions, d'intérêt

que

le

vote

local.

municipale d'un par sont président le gouverneur,

raison dès puisque

pénale) durant la

gérée

lors les

reportées

Un

découpage

différent

redéfinit

28

circonscriptions

pour

le

Service

des

Affaires

indigènes.

En

1859,

avaient

été

« mis

en

réserve

les

terrains

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

11

reconnus
l'arrêté qui kanake. ne

nécessaires
gubernatorial correspond Pour faire pas suite

pour
n0147

les besoins
déclare à arrêté, le

des
l'existence

indigènes
légale

». En décembre
de la «tribu », pré-coloniale les réserves sociale 1868,

1867,
notion

véritablement à cet

l'organisation 22 janvier

sont

déclarées
En 1895,
indigènes

« biens
le Conseil
mâles

collectifs,
général
valides sont

inaliénables,
vote « l'impôt
de contraints

incommutables
de capitation»
1 0 francs payer

et insaisissable
par
par

»s.
les
le

lequel
tête.

tous
Puis

« cantonnement
La Grande des syndic fonctionnaire découpée nommé dirigées petits-chefs tribus grand-chef l'impôt infligées salaires réglementairement. citoyenneté éligibles droits autorité et et de à de est par par ne variable est en Affaires (gendarme ou colonisation Terre.

des
Feillet La indigènes:

indigène
va

s » est
achever organique la

décidé
spoliation du 9

par

arrêté
foncière

du

23
des

novembre
indigènes l'organisation

1897.
de la

décision les chef plus (73 de

août sont

1898 sous délégué Chaque

définit la

circonscriptions poste) un tout) Chaque nommé ayant district par entérinés peuvent de l'ordre perçoit des dans vingtième, lépreux. sur calédoniens « sujets» pas la colonie. de l'Indigénat. à français. l'élaboration De être ou d'un colon). à

responsabilité (un gendarme,

d'un un est indigène en tribus et de Le de amendes sur définis de la ni leurs la double les

rarement, en

circonscription un grand-chef divisé Grands-chefs Anciens. ou du paiement touche ne jouissent ne sont règles Kanak ni une sont Le nombre

districts l'administration. un sont petit-chef pas

leur est

tête

lui-même

l'administration. par les regroupées son district, du Il sujets ne Ils des ce fait, le

toujours

puisqu'elles responsable dont de

supprimées. recouvrement des prime pas pas électeurs

capitation ses ses sujets, sujets. Les française, ne participent sur chef le et

il l'isolement Ses

pouvoirs

ses

indigènes ils sont donc sol du de régime

régissant subit

devoirs de son

Les

autochtones,

population

indigène

de

l'archipel

calédonien,

sont

appelés l'exemple
européen directe population d'organiser éloignées des population d'année des Presque tribu, autres

Canaques suivant:«
de du l'époque. gouverneur, indigène, les du naissances kanake en année: îles partout parfois de la lieu pas

ou

Kanaks. têtu
Le

L'édition comme
Service

1908 un
des

du »,

Petit ce

Larousse qui situe
sous réguliers de tribus,

illustré l'imaginaire
l'autorité de capitation parfois des décès de régulièrement

cite

kanak
Affaires relevés paiement civil rend La très

indigènes, annuels de dans les l'impôt les déclarations légère supplémentaires

procède afin de contrôler

à

des le d'état

la et très et la

corvées. de

L'absence résidence toujours du fiables4. 200 en après cette en réduction 1911 la

syndic

augmentation

(d'environ 20075 région,

individus

-

28704

en décrue

1914) de vit d'une la

est fin

comparable du siècle exclusivement catholique

à précédent.

celles

forte population

christianisée, regroupée

presque mission

en ou

autour

12

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

protestante. réserves, raison travail café. des Les d'une obligatoire Les travaux Loyaltiens,

Elle protégée

participe par constitution par sont public dont plus la les les

peu

à

l'économie

du rarement

territoire, embauchée utilisée, le coprah ou et des îles pour n'a

enfermée sur dans à aux affaires pas trouver est droit en soumise été la le

dans mine cadre

les en du du pour

missionnaires, fragile, colons soumis organisés pour à l'impôt par du habitués auquel place reconduit les Kanaks régulièrement sol plus

souvent ramasser de les de à cette

cueillette corvées indigènes. contestée, du travail depuis pour

hommes d'intérêt

capitation syndics leurs émigrer population hors du jusque

propriété

s'embauchent salarié. le décret de Le du régime 18 lOans,

volontiers, de l'Indigénat 1887, statut

juin

commun 1946.

une

période

En

1911,

le

recensement

de

la

population

paru

au

Journal

Officiel

de

Nouvelle-Calédonie
calédonienne, Mélanésiens, européenne pénale: contratS et répartie 5 forme autochtones, les est 671). le plus

du

16

mai,
européens

évaluait
et (28 075),

«l'ensemble
autres vivent fort de main d'une de la », à en diverses d' œuvre population colonie. 50

de
098 tribu.

la

population
Les

habitants. La population 13

nombreux et forte de

d'origine Une troisième

condition

(libre: immigrée assez

138; sous

proportion élément sur tout le (3 214)

disparate

irrégulièrement

territoire

L'élément recensement principalement auxquels surtout transbordeur 11 128, dont sur s'ajoutent mines de 7 fait

libre état, Japonais,

correspond inclus avec Autrichiens, Allemands à de dans pénale. Thio,

au

quart les

de Français, Belges, travaillant

la

population de Italiens dans le et citoyens des fils ou 2

totale, 010 et

mais étrangers, Australiens, mais

le

quelques comme minerai 044 nés

commerce techniciens français descendants les petits-fils parfois

où sont

tous Allemands.

les

ingénieurs Les sont les dans par

du sont de des avant statut la

nickel la

colonie;

beaucoup sont arrivés

population premiers la n'est métropolitaine Nouméa, démobilisés installation Calédonie passage»). prise pas

d'origine colons, de possession toujours est d'anciens sur comme (396 La place,

Quelques-uns étrangers,

quelquefois de bien constituée militaires ayant colons, personnes population la

l'archipel la France. française en poste, de la favorables

Nouvelle-Calédonie déterminé. de La fonctionnaires surveillants de des 1911 troupes considérées pénale, population

Leur

d'origine la plupart à

(gendarmes, bénéficié enfin en

Pénitentiaire) à en «résidents Nouvellede dont le leur

conditions stationnées comme issue du

d'origine

bagne

gouverneur
1897, pas représente accompli

Feillet

a «fermé
encore le sont

le robinet
dixième encore de 1109

d'eau
la

sale»
population

avec
totale. Les

le dernier
Ceux ne

convoi
qui peuvent n'ont

en

leur

peine

en

1911.

libérés

ou

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

13

ne eux

souhaitent en 1911.

pas

toujours

quitter

la

colonie:

c'est

le

cas

de

3

227

d'entre

La de de la

main

d'

œuvre calédonienne,

immigrée plus crise responsabilité chef En de 1911, 166, des 5% de main la service les Tonkinois de

sous ou

contrat moins

forme importante agricole. la surveillance

un

élément selon L'immigration du la responsabilité les

particulier périodes est service de des des 254) groupe ou des des

population boom minier sous dont indigènes. (Hindous:

ou la le

de

production et a

réglementée, l'Immigration Affaires Asiatiques Mélanésiens Asiatiques Les exigeante, certains minières. « Javanais en

conjointement sont 366, Javanais: (722). totale réputée aux de la

immigrants :

principalement 1 Le

originaires représente sont une principe

Nouvelles-Hébrides population d'œuvre réservée

Nouvelle-Calédonie. docile agricoles, et peu que

travailleuse, travaux dans

engagistes»

n'hésitent

pas

à

employer

les

exploitations

La veille contrairement encore recensement Européens distingue un Feillet» pour d'origine les part, sournoise» l'image mésententes reconnaissables Quant au des libérés, la être antagonisme une du

Nouvelle-Calédonie, premier aux société du et la Conseil assimilés, par se fait d'être ou vont se âgés d'œuvre comme Javanais. fréquentes, à Kanak, la avec lecture le les Les même méfier sont autres de conflit colonies classes Supérieur métis, origine sentir. des

colonie mondial,

française n'a françaises. pas La

depuis de société Pourtant, prévoient Le recensement alors entre arrivés «

soixante catégorie« calédonienne les trois

ans métis

à

la », est de

(de des indigènes. de D'une

castes?). Colonies

critères catégories: calédonien

population réel

provenance part,

qu'entre blancs de trop les de indigents. », les

individus, « colons date

vont

souffrir entendus

métropolitains, élus des au descendants pour a ou et la et ou révoltes, la être Conseil

fraîche Européens paille» D'autre «joueuse

général; des ivrognes « chapeaux et d'être et sont

libre souvent main

;
et à et les

connus

immigrée Indochinois, clivages le des souvenir racisme journaux des

réputation bien ségrégation l'ostracisme des débats jamais «docile

travailleuse» nombreux

souvent au très Conseil éloignées

présents, général. dans le

temps,

l'imaginaire

collectif

européen

en

fait

«un

sauvage,

cannibale,

menteur,
imperméable
souvent, France résigné colonisateur, sont et ou

alcoolique
à la
ont sont révolté les opté alors pour

et inapte
civilisation
la dits sur la

à la plupart
». Certains
de à la France européenne donc Les plus le ». la

des travaux,
prise Beaucoup qui plus les souvent ils de

mais surtout
le plus
par un regard Pour menace cependant le et la

indigènes,

christianisés
possession portent envahit. une sont

reconnaissance «alliés civilisation représentent

indigènes

économiquement

improductifs.

nombreux,

14

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

la puis

base les

de

cette bagnards, militaires nés en réussi

société ensuite ou

dont

l'étage les étrangers,

suivant

serait puis les sommet

les

travailleurs Français de la libres, et le commerce. de

immigrés, métropole les des

(colons, Français édiles,

fonctionnaires) de dans la mine,

et

au parents

pyramide, devenus

Nouvelle-Calédonie à la fois

colons

ayant

l'agriculture

En Mélanésiens tentatives majorité cheval. agricole, de la

1914, et de pauvres Les villages la

15% Européens

de

la

population rescapés agricole, isolés au à rares fond part habitants de

totale la civile de Bourail,

vit colonisation ou vallées gros autour et les terres est

à

Nouméa. Feillet

En ou sont en

Brousse, d'autres grande à

colonisation et parfois de

pénale, accessibles centre d'un d'une tribales, assez store,

seulement de colonisation de La excentrée mais De des tribus il la mairie, mission, par fait 1914 du

l'intérieur, quelques

rassemblent gendarmerie, ou au les de de la village. mesures 1915, colonie, énumérées Nouméa et endémique, est immédiat, soit (environ l'autre indigènes à sont kanake7. lors dans 750 de une

parfois protestante, L'état prises

d'une est sanitaire en épidémie de par Bondé le indemne mis ses soit les à léproseries malades). des diffusés. Ce de la futurs l'île

école toujours de faveur de à gouverneur, la

publique6 sur colonie populations s'est Foa. vont grâce à au dans aux Chèvres partielles

église.

catholique rapport ressortir au Nord précisément Kanaks. prophylaxie fléau malades Européens, indigènes des écoles de la tribus, début

sombre, autochtones.

des peste la

déclarée Les limiter l'efficacité début la du colonie. près proches d'hygiène, de l'école on gouverneur de toutes lever des les de les pays note de de mesures

dans

draconiennes, à 70 du les décès service La L'isolement Nouméa des tribus l'un Montravel une Repiquet troupes colonies, la métropole proches, augmentation aura indigènes. subit est comme agricole sous-marine. métropole La Dès baisse lui et À fait des des et locale vie économique le à une à pour pour l'usage et des lèpre, autre des les les des de

reste dératisation poursuit

en ravages

place

siècle.

Deux moniteurs la positif de décision comme

manuels

celui

Durant bilan prise

guerre, du

population certaine 1914, la de un atout s'en est que des de le pouvoirs à la

influence En

Nouvelle-Calédonie, la guerre et trouvent rapidement guerre centres nickel se un européenne. handicap. renforcés. affecté prolonge, Ses Son

contrecoup la fois

Son liens

éloignement avec

l'Australie commercial mesure préférer exportations hostilités, des s'emploient

développement raison de la de plus proches. en 1914.

industriel, guerre la

en

l'éloignement

d'approvisionnement n'est en lui sont les effets pas vertu conférés de l'état encore des sensible

l'ouverture de guerre»

gouverneur, qui modérer

«Instructions ainsi de que guerre

en

cas

l'administration sur la

locale.

Jules

Repiquet

peut

ainsi

montrer

sa

satisfaction:

«En

résumé,

la

situation générale aurait été excellente si nous n'avions pas eu à souffrir,
Révoltes, conflits et guerres mondiales en Nouvelle-Calédonie et sa région 15

dans le deuxième semestre, de la crise de l'état de guerre. On peut dire, sans optimisme, que, malgré tout, elle a été aussi bonne que possible »8.
En la crise 1914, économique trimestres correspondante cas de par qui 1914. du
affecté

la

Nouvelle-Calédonie du de début 1914, de du est 1913. les la marine douze le gouverneur des Messageries
Australie

commence siècle. en Les navires de rotations guerre. par Repiquet Le augmentation instructions des Messageries La an, obtient maritimes, ligne commerce

tout

juste général,

à

se

remettre les trois à

de

pour par guerre Maritimes rapport

premiers période qu'en réquisitionnés Nouméa, septembre maintien
donc

de en

3,8 cas

% de

la

prévoient seront

conflit,

Marseille est donc de le

interrompue l'amiral

Sydney en Huguet qui reste le

-

assurait Mais annexe
liaisons

navire
aux

Pacifique,

de l'Union

Nouvelles-Hébrides
Commerciale sur liaison de raison de et avec la la l'Océan colonie présence et de

-

NouvelleNavigation Depuis

Calédonie. Calédonienne l'Australie, Glasgow. surtout supposée, Nouvelle-Calédonie son trafic dans

Le

vapeur continue les navires ces premiers croiseurs

Saint-Louis, ses anglais arrangements, mois allemands connaissait du rotations

bimensuelles assurent l'isolement conflit dans le guerre du nickel leurs de et de 1914. diffère on redressement constate à Le en la

Sydney. la France, est

via grand,

Malgré les des

réelle Indien. régulière Or,

ou la de des

Pacifique une

avant la reprise

augmentation en relations, fret de leurs 1910. Les mais navires sans des l'origine une entre chute 1915 stagnation Messageries
la durée de la

maritime commerciales permettent de le et ou entre la colonie, retour embarquées travaux 1914 en et 1917,

depuis

navires les sociétés pour permettre

compagnies minières besoins toutefois débarquées (Douanes moitié fléchissement 1918,
ayant

restreignent d'utiliser à aux le complément

les

l'importation chiffres des

l'exportation, tonnage selon

marchandises des de et 1916, de plus puis 1917 sources de la un à

navires mais

Publics), 1915, et un selon léger

les

sources, Les navires
pendant

soit

une des

soit
assuré

un

nouveau
la liaison

fléchissement.
Marseille

Maritimes
guerre sont

3 en

Nouméa

au navires

nombre affrétés

de

2

en pour

1915, le par

1916,

un des des

seul

en

1917 sur maritimes

et

en la

1918, métropole. régulières

dont

les Les sont

rapatriement la cessation un 1917, qu'en seul le

contingents relations

difficultés avérées, déclaration avril, le bateau

causées sachant de guerre suivant

qu'en et

1914, qu'en n'arrivant

navire Gange décembre.

est fut

arrivé torpillé

à en

Nouméa Méditerranée

après

la en

Dès mesures dans outre les la

le

début

de

la dans

guerre, toutes les social touchent

le

gouverneur colonies et la financier. fixation par le

Repiquet Ministre Les des prix, plus la

applique des Colonies

les

recommandées domaines réquisition

économique, des navires,

importantes, suppression

16

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

des nécessité

droits

à et

l'entrée l'accaparement les retraits

et

la

sortie des

sur

les denrées. dans

denrées Les les par banques les obligations, Mais qui la

d'alimentation échéances ou françaises les de au est le marché Le service 31 communes, l'Indochine août

de bancaires établissements ont

première sont de la faculté l'État, assure

prorogées, crédits de les le la plus hausse premiers est durée particulier stocks. interdisant mesure L'examen une grande le sont suspendre établissements nombre valeur grande des

d'espèces Les sociétés

limités. le

régies de leurs

lois

remboursement publics également. en

banque

de de

numéraires la des prix réserve marchandises des produits généraux, de et payer la par les mesure

circulation Cette étrangères importés ce qui

atteint, inflation sur

1918, par calédonien

six la et créé

fois part la les

métallique.

amplifiée

de permettra les de de

France. au

gouverneur des d'exportation douanes,

Magasins gestionnaire, de la guerre de Cependant l'exportation destinée des ports partie Cette 1918 septembre en

qui pour minières

en la en les

warranter conséquent salaires la du plus

marchandises permettre leurs employés va du être le aux

entreprises en décret «métaux hypothéquant du 5

grave et

octobre stratégiques ennemies. est éloquent, Krupp abrogée fret, produits.

1914 »,

nickel le

chrome, des

à de du

éviter destination minerai

ravitaillement des partait atténuée minéraliers à en alliés. également Nouvelle-Calédonie de avec au début courte. la guerre, l'Australie de la Les La destination décembre

puissances avant de 1915, guerre la société est du les sont autres de urgentes la Nouvelle-Zélande de l'optimisme sont

à le 14

Hambourg. janvier en

interdiction, direction 1917, va à la et prolongation nécessaires a en 1915, 1916. et souffert des toucher la

pays

réglementation tous

instituée Les en en plus raison et de ses sans

dérogations nombreuses des le liens Japon.

accordées avec accentués Le commerce croyant début qu'en Australie Le gouverneur, de

plus

devenant et guerre stocks commandés se tournent s'approvisionnent obtient en France ce en du métropole manque eux dites les de contraintes, le par

dirigeants restriction n'arrivent voisins, Bretagne. des lignes marchandises Mais moyens Toutefois, augmente chargée la guerre, cette

une les Les

guerre

écoulés en métropole, les en

approvisionnements, commerçants qui décembre 1914,

donc

vers

pays

Nouvelle-Zélande dès

Grandedroiture et à les ces

transport l'Australie qui permet ou de aussi première la produit~ place

en

marchandises maritimes de mesure maritimes le de d'évaluer des dans rapports leur coût 54% ne

Nouvelle-Calédonie ou être peu taxées utilisée l'Australie des 1914 bénéfices positifs ensemble et et à en et marchandises 1916. de pour les guerre deux entreprises Malgré inversement, l'arrivée raison

britanniques pas est entre moyen entre les

à

Nouméa. dans les

l'Europe,

réquisitionnés. nécessité commission dès les de la fin de

des types

sociétés d'entreprises: de

sociétés viande de

minières bœuf.

conserves

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

17

La donc du très minerai

participation confidentielle. et des (café, de européens. des exportations Le pour transport Mais mattes coton,

économique En effet, de nickel,

de elle

la

Nouvelle-Calédonie principalement la nacre, des de les cultures viande. exportations durant

à

la vers

guerre l'Europe tropicales

est

exporte de des

d'exportation difficultés marchés bénéficier du New-Brunswick.

coprah...), maritime les de Japon, États-Unis la de Société 1916 en de en façon provenance vont

conserves affaiblir continuent des à

Très

vite, vers

les les à

quelques vers vers la sa

mois filiale

Hauts-Fourneaux 1918, et se autres En îles Surprises. tourne métaux 1916,

Nouvelle-

Calédonie ainsi Zélande que

s'approvisionner en du 1917,

nickel très

stratégiques, la Nouvelle-

l'Italie achète

marginale. des

phosphate

Année
1914
1915 1916 1917 1918 1919

Tonnage
172 140 104 95 365 989 633 256

90630 80 442

Tonnages de minerai de nickel exporté de Nouvelle-Calédonie pendant la Première Guerre mondiale (Service des douanes)
En dans l'effort et pour Mais surtout proches conserves venant de surtout l'armée. aucune du (N la 1916, colonie de guerre. vers les La suite manque ouvellesde viande, une afin Ses commission de voir études de se d'experts quelle portent de de donnée navires. peaux café en La Australie, n'est plus en et raison colonie manière vers brutes de de coton les métropolitains celle-ci minerais et de est se pourrait autres conserves également de de fournir en de les fournir café, en la rend en mission à nickel viandes

contribuer que de le

fournitures fourniture n'est de Hébrides, mais

envisagée. colonie les coton produits pays et et

l'éloignement continue

Nouvelle-Zélande) mesure

métropole.

Le discours gouverneur quasi équilibre d'exporter chuter Calédonie de

malaise d'ouverture suivi des à

économique de débats elle-même et budgétaire. vers exportations de nouveaux la session du car

de

la

colonie budgétaire général: lointaine

est

décelable annuelle la prononcé

dans

chaque par le est un nouvel

Conseil trop Dès

Nouvelle-Calédonie rechercher la guerre, et les

abandonnée économique les moitié à minerais les rechercher

et début

doit de

le la

l'interdiction Pays-Bas la ses Nouvelleliens avec a fait

l'Allemagne, de nickel, marchés

Belgique mais et elle à a

conduit

resserrer

18

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

l'Australie métropole, apparaîtra vingt n'est se pose avec plus

pour la d'ailleurs l'arrivée vraiment désormais

ses colonie

importations. a à des rentable en rival. dû surmonter

Si

elle

a par un de de

souffert elle-même nouvel la la France. mine

dans

ses ses

relations difficultés, dans déjà les l'agriculture car le

avec elle années

la

certains colons et

comme du l'avenir Nord

eldorado Mais est incertain

Canada

En ses chemin électrométallurgiste d'un l'infirmerie télégraphique Nouméa toute la et dépôt

1914,

la

colonie L'ouverture

poursuivait de en le place dragage la

laborieusement section de du la port l'ajout envisager complète et le La lorsque orientale normalement Nouméa La présence, est début offre En effet a de TSF dans Huguet, le août, de téléphone guerre le câble l'Australie que un Dumbéa-Païta première de Nouméa, d'un avenir sur

le

développement de étape la d'une l'aménagement voie usine

de de

infrastructures. de fer, la

mise à Yaté,

de de

matières l'Orphelinat, a subi de de 17 une la la

inflammables, laissent réfection côte Ouest

nouveau meilleur. 160 s'étend touche kilomètres

pavillon Le réseau entre sur

à

le

nord

désormais précocement sous-marin est le des 4 rompu. décembre. opérations de aux vice-amiral l'installation à l'amirauté Quelques du naviredonne Nouméa autorités Patey, reliant

périphérie

Grande-Terre. août 1914, la côte rétablies la guerre,

la

Nouvelle-Calédonie Téoudié communications Toutefois, interalliées des flottes au début à Bundaberg ne

sur sont de

Les

centre en

franco-britanniques. anglo-australienne de en colline en plus de la tard, flotte d'ouvrir extraterritoriales toute La la guerre dans de plus transocéaniques la du découvrir chef les la forces des opérations septembre, française radio de des guerre à et

rade

néo-zélandaise

l'occasion le

calédoniennes commandant sur la

radiotélégraphie. du Commonwealth

ordonné

Sémaphore vue le des 7

appareils conjointes l'Amiral d'Extrême-Orient, la correspondance Nouvelle-Calédonie

appartenant le Pacifique.

australienne semaines amiral l'autorisation relations durant câble. d'entrer communications

commandant le privée. est Montcalm La donc égalées

continuité maintenue avec

des

la

conditions permet que modernes.

de

rapidité donc prévu à

jamais la

le

déclaration beaucoup

Nouvelle-Calédonie dans le cercle des

rapidement

« L'impôt du sang»
Depuis ses Français Supérieur colonies d'Océanie. des Troupes le début océaniennes Nouméa du Groupe du siècle, et la plus est France s'est particulièrement devenu du Pacifique. le centre Le désengagée des du Bataillon militairement Établissements Commandement d'Infanterie de

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

19

Coloniale compagnies Tahiti, compte est que caserne son y rôle compris fait 156

de

Nouvelle-Calédonie autonomes en de Nouméa, mais 1914. dont 76 À il cette 1911, est est

(BICNC) 220 hommes

n'est au rétablie que 50 reste

plus maximum. le

composé La 31 les en BICNC plus baissent janvier rejoignent,

que garnison

de

deux de Elle ce qui

dépendant 35 le marsouins, 18 soldats Gally-Passebosc, de défense ceux Les Salée, militaires reliés précaires. entre île juin

cependant prévu date, il

1914.

hommes plus Le n'est effectifs

ne

Nouvelle-Calédonie est utilisée cantonné que à dans la

recrues à

calédoniennes9. Nouméa. national, En de Pouebo, et Téoudié par L'armée les

du des

territoire gendarmeries.

régulièrement, reste plus que 81

1911, la sont l'Infanterie,

il Foa,

ne

gendarmes. Rivière 19 qui y postes sont sont

gendarmeries des Pins, fortifiés eux par Gomen construits des

Tomo, avant il n'en les

Coentempoe, guerre. reste conditions cependant que de Sur neuf vie une définitif n° disparaît. 154 du

fermées

pistes et

carrossables téléphone À par Toro, Nouméa, décision l'artillerie

mais permettent le

Télégraphe rapide entre batteries est du les

communication de 26 tous mars les 1913. forts À

centres. intervenu Ouen

classement

et

ministérielle de marine

l'exception

La ère 1 Division août par présence l'amiral navire traités pour rassemblant se 1914, l'Amiral classe

marine le Navale le Kersaint,

française, et Française croiseur Huguet Montcalm, doit Pacifique. qui sur se à

représentée Tahiti par la

en

Nouvelle-Calédonie la dont de dans de la 665 le guerre en les cas centre de la de provenance consignes guerre. des flotte Le opérations cadre parvient Zélée, base hommes, de est est

par

l'aviso à

de la En

canonnière

rattachée à Saigon. commandé sa tournée par de Tahiti. par août interalliées radio

d'Extrême-Orient, navire-amiral à Nouméa

arriver La trouve Fidji en Nouméa et trois pour

de à Le les 1914,

dans Huguet détourne

le

déclaration alors y en prendre en devient croiseurs mer,

édictées 20

franco-britanniques quelques le semaines, Montcalm

vigueur

anglo-australienne,

commandée
transports témoigne avant guerre de de

par
troupes

l'amiral

Patey,
néo-zélandais consenti marine

le

Sydney,
le Monowai

le

Hellouin
et le

et
Mocrahi. britanniques

l'Australia
Leur de

et
présence se alliée

deux

l'effort d'une

par indépendante

les

dominions de la

doter à la

flotte

anglaise,

France
accompagnent. de Samoa l'Entente jusqu'en du 1914. allemande territoire

et

au

Japon.
L'escadre

Les

croiseurs
part prendre

anglais

Pyramus,
possession

Psyché
des colonies Marshall, guerre et créé

et

Phi/omelles
allemandes Salomon, aux côtés Mariannes base 7 navale de

Nouvelle-Guinée, et Nauru. s'emparent janvier de le du 2 1915. Tsing août De

de leur des Avant Tao

l'archipel côté, îles guerre, en 1914, a l'ordre Chine, l'amiral les

Bismarck, Japonais

des entrés des

îles en Palaos avait

Carolines, l'Allemagne prise Von de gagner

des une le

par

les Spee, l'Allemagne

Japonais commandant

novembre la flotte navires

Dès

Pacifique,

avec

ses

20

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

par ravitaille

le

cap en

Hom. charbon

Il

doit et

nuire vivres a bloqué le la 8 22 flotte

aux dans

colonies les la avril allemande 1914. Dès Les de toute et va les avoir rumeurs de provoque la passe 1914.

ennemies archipels d'entrée Après est

sur océaniens. du avoir

son

passage. À Von une les Tahiti, Spee

Il

se le fait

commandant alors anglaise aux terrestre un et réservoir la guerre de îles bombarder au cap

Destremau Papeete, Coronel, le produit

port, écrasé par

escadre

détruite lors, aucun

Britanniques naval deviennent l'économie ils en sont Nouvelledurée par de des des la un« ou

Falkland, ne se

décembre plus et Avec de en Océanie. biens l'Australie épisode alimentant attaques seconde dont et de des quelques quelques l'îlot puissances

combat océaniens

archipels nature pour

d'hommes en la la autour ennemis, allemands de vers la la Ouenghi Europe. guerre. première d'éventuelles la

soutenir

Nouvelle-Zélande, deux conséquences durant la Nouvelle-Calédonie l'arrestation toute la

arrière» Calédonie, guerre navires ressortissants de dirigés biens comme parisienne Antoine minerai

Cet

immédiate du de en mis transporteur Thio. Australie. sous de « colon la séquestre société Ils

colons, ouvriers Freycinet ennemies dont un des puis

le de

personnel l'usine déportés sont actionnaires d'un

sont Les

quarantaine

des les

ressortissants Mines est Metzger. Allemand du

Mont-Do ou bien la

propriété

agricole

Paddon

»,

Les Français
La pour flotte conférés responsable la mobilisation défense allemande par une de la

et les étrangers
des de de série défense la colonie l'Amiral de textes de la citoyens qui Von peut, Spee. officielslO, colonie et de français par ailleurs, En vertu le la obéit aux craindre des pouvoirs Repiquet Le consignes une attaque qui lui est gouverneur, données de sont seul la

gouverneur mobilisation.

d'après

le décret

du

12 décembre

1874,

«communique,

en ce qui

concerne

la

Nouvelle-Calédonie, avec les gouverneurs des pays et colonies de l'Australie, de la Mer des Indes, de la Malaisie, des mers de Chine, du
Japon
Calédonie Colonies, colonie leur Repiquet l'Allemagne proclamer dans les la mairies séjour par a et

et de

l'Océanie
dans la dans relations à Nouméa. câblogramme déclaré déclaration de guerre, ses

». C'est
en relations avec Le du la guerre de brousse. guerre les lien

donc

lui

qui

va pouvoir
néanmoins

engager
avec le la

la Nouvelleministre défense alliées le lors gouverneur 1914, celui-ci de Nouméa il fait que fait et de des la de

permanent avec la métropole

tant les

que des puissances

dans

représentants des parvenu France. par Dans son affichage, message En

ministre 4 à août la

Colonies à Nouméa fin à

avertit le 5

août

d'après-midi, la aux mairie

populations,

référence

à l'histoire,

à Valmy:

«Aujourd'hui,

comme

en

1792,

nos

armées

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

21

repousseront l'ennemi au pas de charge. Ici, d'un même cœur enthousiaste, nous préparerons la défense pour être à la hauteur du péril, si notre belle colonie était menacée. Tout et tous pour la patrie! ». Cet élan patriotique
est du au Des des premier créé, publique de la existe Lorrains. Sedan, combattants l'association revanchard. du sont utilisée sportif considérés dans les à La celui morale, gloire aussi Henri son de d'une et visible maire temple, enfants, quelques contingent, manière missionnaire. de la dans lecture, France les Legras, journal de qu'ils ligue du comme journaux la les et familles directeur véhicule guerre ont de créée gymnastique prêt «barbares» dans les sermons. de à les 1870 Nouméa, La à de aussi Nouméa rassemblements des curieux dans les et manifestations des conseillers dont affluent volontaires ce patriotisme plus exacerbée Les chants, sa mission de colons du programmes louent sans civilisatrice. descendant Bulletin mêmes se du idées. retrouvent contribuant Néo-Calédonienne défendre et cette sa patrie. est fondé encore celui au diverses: généraux, de 150 discours sermons jeunes criant militaire. l'enthousiasme un qu'en d'histoire, réserves Le patriotisme métropole, d'instruction le mythe civisme, de la du à anti-germaniques la cathédrale «A À Berlin! l'origine départ du ou »

commandement et de sur

engagements

institutionnel par l'école civique, l'honneur, revanche ou de

d'Alsaciens, Commerce De dans à est nombreux les entretenir associe Les est

Rhénans un ancien anciens locaux l'esprit l'image Allemands largement

de

combattant des et

expression

Le met des décrétée Le 12 en classes le

Commandant les 1913 5 août les de d'éclairer consignes à et 1909 un

supérieur en ainsi bureau de et et la à Une en règne cas dans Au courte, milice d'attaque toutes début le la la cas que de

des de la la sécurité plan rade

troupes, guerre. conscription Légion en d'évacuation de du à formée par la flotte Nouméa,

sous Ainsi,

l'autorité la mobilisation la est d'alerte de défense Toro. et compter de l'amiral population tous son les rapport Les dans du la ouvert sont ville du

du

gouverneur générale classe à 17 Nouméa. est

œuvre

jusqu'à étrangère cas

août,

consignes la population le en état port de

diffusées: de front armes les 26 allemand européenne, états-majors annuel au postes août pour Von Nouméa, de et mer les de

rassemblement interdiction avec munitions police défendre Spee. asiatique estiment Le de la la remise sont l'intérieur. colonie

batterie caserne est

Ouen Nouméa, à

rassemblées

calme et devoir

les d'une gouverneur

couches guerre

de

la que

indigène. être

conclut

Ministre

des

Colonies

par

ces

mots:

«toute

la population

a concouru

à

l'organisation de la défense. L'UNION SACREE .. . Il comme en F rance, n ' a pas ete un vazn mot ».

en Nouvelle-Calédonie

22

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

Les guerre, congé, pour recrutement par inscrire tous. Les au y

Calédoniens environ 120 avoir mobilisés le plus Calédoniens bureau de proche le

présents étudiants, choix ou de nés recrutement les leur les Français situation militaires en le âgés 12 de bien leur en

en hommes rentrer se

métropole d'affaires à faire leurs frais incorporer

lors

de ou en

la

déclaration

de en

fonctionnaires Nouvelle-Calédonie dans le solution doivent aller De dans la officiers bureau adoptée se même, la colonie faire

vont être

de

domicile France de n'ayant dans en l'armée poste, leur

métropolitain, métropolitaine lieu pas de leur ou naissance. domicile rejoindre

en

Nouvelle-Calédonie, doivent régulariser

métropole. et regagnent dans la au mesure front. soldats

En

Nouvelle-Calédonie, sont France du possible, rappelés via immédiatement Sydney par de dès plus

gendarmes, 117 Ils sont d'entre remplacés, de guerre

métropole.

eux

la

septembre. puis par des

blessés

inaptes

Le rapatriement territoriale, la puis défense des

6

février de reconnus tous

1915, les aptes de va la être

un hommes à la

câble de campagne À

du la

ministère réserve en de métropole,

des

Colonies l'armée active désorganisant des août 1914

prescrit et de ainsi Européens précise que

le la

intérieure indigènes

colonie. échelonnée.

Nouméa, Le décret

l'incorporation du 6

« les engagements
contractés
déchus (Japonais, colonies des Dans Indes les de

(volontaires)
France
droits Belges, (Indochine, (Javanais) vertu de la

pour
sont
Les Anglais, E.F.O.), ne loi

la durée
mobilisés
Kanaks, Australiens...), du sont

de la guerre
les
les

ne peuvent
français
les sujets néo-hébridais par la mesure. 1880, étrangers d'autres

être
non

qu'en
leurs Chinois, françaises Néerlandaises EFO, en

».

Seuls

citoyens
libérés, les

civiques.

condominium pas du concernés 30

ou

d'annexion

décembre

qui

précise anciens
mais lieu pour de ils le la

que« sujets
ne 11 sont août

la nationalité française est acquise de plein droit à tous les 12 du roi de Tahiti », tous les Tahitiens sont citoyens français
pas 1914. de l'île il Lorsque astreints Seuls, car, s'avère la centre en raison de en au en service effet, raison difficile mobilisation de de Panama mobilisation la plus et de grande l'Amérique transiter par militaire. sont des de est mobilisés distances joindre effective pour tous facilité sur la la les et La mobilisation les du Français manque des tous, Français pour France, les les du troupes les contingents de partielle de Tahiti moyens archipels Tahitiens Pacifique. d'être a

défense

communication,

habitants pour

polynésiens. gagnent Par dirigées tahitiens la Nouméa, suite, via ne le

les

canal plus

sont

contraints

Nouvelle-Calédonie13.

Le quelques la en plupart France).

bureau Allemands, d'entre Des

de

la

Légion de

étrangère de regagner l'on a parfois

reçoit Belges, leur

à

Nouméa de cent en

les

engagements (en dès 1916,

de

Britanniques,

Japonais

eux libérés,

peuvent que

pays

désertant hâtivement,

l'arrivée vont aussi

réhabilités

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

23

s'y

faire

incorporer.

Les

Australiens

et

les

Néo-Zélandais

sont

appelés

pour

servir
Quelques corps

dans

les

ANZACS
trop

(Australian
jeunes pour

and
être

New
mobilisés,

Zealand

Anny

Corps).
dans ce

Calédoniens, expéditionnaire.

s'engagent

À afflux septembre, lendemain, le les projet. soldats dont

Nouméa, l'armée le mais Toutefois, pour la

la n'est gouverneur les

mobilisation pas en opte de avril bien la

des mesure pour présence 1915, des

classes d'assumer la

1913

à

1909

a

provoqué Le jeudi dès diffèrent qui embarque régime

un 17 le

l'intendance. complète allemands du bénéficient navire

démobilisation des à l'arrivée croiseurs

rumeurs jusqu'en métropole,

mobilisés

d'un

de

semi-liberté. défense» employés provoque manquer

Par (notion mobilisés des de bras,

ailleurs, large sur réactions; le 26 et

les

entreprises vague) ou que peuvent placés les

ou

industries utiliser en sursis

« en les

relation services de

avec leurs Cela

la

place alors septembre

d'incorporation. agricoles commencent des colons et

stations le

à des

1914,

journal

broussards,
jouiraient-ils guerre, de

le
de

Bulletin
faveurs

du
?». mesures

Commerce
C'est cependant prises par

interroge:«
ainsi le que,

certains
tout au surtout craint des soldats pas que

mobilisés
long après d'attaque l'armée de la la

nombreuses que vont, favoriser à nourrir

gouverneur, ne

quasi-assurance allemande a bien du

la le en

Nouvelle-Calédonie retour dans le leurs navire foyers pour

mal

attendant

la

France.

Au 1915, qui

départ l'accompagne,

du

premier note

contingent, à propos

le des

capitaine Calédoniens

Montagne, que«

le le

23

avril

service

militaire en Nouvelle-Calédonie était trop adouci pour les faire à la dure existence qui commence actuellement pour eux. Presque tous, pendant leur service, ont pu continuer à prendre la totalité de leurs repas en famille. »
Après moyens avoir de été transport, différé à l'ordre de nombreuses de départ arrive: reprises, en raison 1915 du manque de

des Colonies a prescrit doit être dirigé sur la 1911 à l'exception de qui, après un nouvel
anné ». Le gouverneur

- le ministre au gouverneur de comprendre dans le contingent qui métropole tous les hommes des classes 1909, 1910, ceux qui sont classés dans les services auxiliaires et examen ne seraient pas reconnus aptes au service
« 15 janvier fait en outre paraître un avis afin que « les

mobilisables réservistes et territoriaux des classes 1908 à 1894 inclus... qui désirent rentrer en France pour prendre part à la guerre adressent d'urgence leur demande au chef de bataillon Commandant supérieur des Troupes du Pacifique... ils seront dirigés sur la France aux frais de l'État
pour
n'est

être
pas

incorporés
encore appelée.

à leur
Enfin

débarquement
par arrêté du

».

La

réserve
1915,«

de la territoriale
les réservistes

9 février

des classes 1908 à 1901 inclus et les territoriaux classes 1900 à 1894 inclus
24
Révoltes, conflits et guerres mondiales en Nouvelle-Calédonie et sa région

sont mobilisés pour être dirigés sur la France en même temps que ceux des
classes
mobilisables supprimés la guerre le des

déjà

mobilisées
doivent 12 jeunes février se

par
1915. hommes

l'arrêté
les Les entre

du 4 août
sursis engagements 17 et 19 ans

1914

».

Cette
pour acceptés

fois,
sont la

tous
durée «avec

les
de le

présenter,

d'incorporation volontaires sont alors

également

consentement
état
guerre indigène. d'hommes un d'un tous Marseille Saïd. l'instruction ils sont dirigés Une médecin, petit corps le

du père, de la mère ou du tuteur; il faut être sain, robuste, en
campagne ».
de avril19l5, l'active, embarque 541 sur de métiers, juin, du Camp après renforts le

de

faire
par Le de

Les

unités
puis, plus

de

la
tard,

colonie
par la calédonien 5 sergents

participent
formation de et Maritimes. 4

donc
d'un réservistes officiers, Il est

à
corps

la

l'envoi 23

premier et des

contingent soldats, Messageries

et dont formé de à Portà

caporaux le Sontay

nombre de 26 partie au

fonctionnaires, de cultivateurs, quatre contingent de la Valbonne

d'employés de escales rejoint pendant vers les sur Somme, vie dans les 51 l'Aisne, D'autres titre la début l7e de françaises défense et à Salonique sont des turque la Bulgarie et terriblement de renforts Division 1915, et les à

de mineurs. Sydney, Lyon sept 1er, où

commerce, Le Perth, les mois, 6e 5", de France. tombent Chemin sont 3e, 54e et des navire Colombo soldats à et l'issue 22e

d'ouvriers accoste et restent desquels régiments les à Dames, dirigés, 56e Une à régiments opération de sont se replier à en par des fièvres par les à trois nouveau août le 1916. climat et Austrolaquelle autres dans sur la Barleux, dans 4

majoritairement qui dans perdent ou front en d'Orient, au depuis Les 17 Gallipoli. alliée février, sein le troupes la L'Autriche débarque mal soldats ne la les Niaoulis. peuvent prise préparées dont empêcher victorieuse La de combattent la la

d'infanterie 5 septembre

coloniale 1916, d'autres à sur Verdun le

fronts Niaoulis14 au

Ainsi,

et

beaucoup la Meuse,

Belgique... à

Niaoulis des

leur

demande, d'infanterie franco-anglaise Noire Dardanelles. presqu'île Serbie. Les et de troupes à

coloniale, tente, la Russie. Le de L'armée alliées,

d'Infanterie. d'ouvrir les ANZA oblige attaquent atteint la Serbie à les

détroits C

mer les la la

éprouvées meurent des Serbes de Monastir fournit

nombreux Elles malgré

Calédoniens l'écrasement de la forteresse

de

typhoïde. bulgares, participent

Nouvelle-Calédonie

contingents
Pacifique compagnies Français, encadrent. est

de

renforts.
formé et et pour 3 décembre leur

Le
embarque de

4

juin
sur

1916,
le

le
Gange.

Bataillon
Il tahitiennes est

des
composé

Tirailleurs
de par qu'ils le même deux

du

canaques choisis Le

deux connaissance 1916

compagnies de a lieu un la

encadrées des départ, indigènes par

des

langue

troisième

vapeur, novembre réservistes

de

renforts 1917, et de par

du

Bataillon l'El Kantara, comprenant

Mixte est

du

Pacifique. celui du

Le deuxième et

dernier

départ, détachement 6 sergents

le

10 de et 1

renforts

195

caporaux

soldats,

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

25

er officier. contingent Il ramène qui étaient en France rentrés entre quelques-uns avril et juillet des de permlsslOnnaires la même année. du 1

Le recrutement
Tout guerre, de métropole se dans comme des et généralise en du des Ce 9 arrête

des tirailleurs
les conditions des autres dès Calédoniens presque colonies, le 22 décembre le sur l'engagement dans par

indigènes
ont analogues l'idée de 1915. 29 décembre. volontaire le un but arrêté de former du 6 janvier été mobilisés à faire En Il celles appel pour des la citoyens aux indigènes durée de français des le les la corps 1916, termes durée de où de troupe il est du la la

colonies gouverneur décret guerre indigène.

Nouvelle-Calédonie, reprend pour un

l'application 1915 sénégalais, est complété

octobre indigènes décret

précisé que «les tirailleurs seront rapatriés dans le délai de six mois après signature la des traités de paix (art.i) », ils touchent:« une prime d'engagement de 200 francs payable à l'arrivée au corps (art.2), une indemnité aux familles nécessiteuses dans la limite de i5 francs par mois et de i20 francs aux familles de tirailleurs (veuves ou orphelins) », une solde
journalière témoins recrutement et d'autres sachant des prestations. Le Les 7 janvier que « engagements 1916, les un tirailleurs vont arrêté sont être reçus « devant le par signer.» indigènes réglementant organisés

spécifie

île ou groupe
ressources du

d'îles
recrutement

en autant

de compagnies
» Il est

formant
prévu que,

corps que les
« au fur et à

le permettent.

mesure que les indigènes pourront être nommés caporaux, le cadre français de ce grade sera diminué d'une unité par nomination et jusqu'à épuisement
des maire responsables commandant indigènes, indigènes effectifs.» de Nouméa, de Pour le aux recrutement, présidents des comme des troupes, dans 18 ans, le gouverneur commissions le ainsi le chef des donne municipales, affaires syndics Les l'absence les directives aux indigènes des autres et Affaires volontaires d'état civil au au

l'administration

supérieur directement doivent avoir

qu'aux recrutement. mais en

impliqués au moins

« l'âge
tirailleur et un

du
doit certificat

contractant
également de bonne

sera
présenter vie et

apprécié
un mœurs. certificat Une

approximativement.»
d'aptitude fois son contrat au service signé,

Le
il

futur
attend

militaire

d'être

appelé

pour

rejoindre

Nouméa.

En

effet,

« Il s'agit

de ne pas

déplacer

mal à propos les indigènes, de leur éviter les courses inutiles, afin de ne pas les décourager par des démarches répétées et vaines... » Ces mesures sont
publiées devant suppression d'octroi de au les JONC. promesses, de la l'impôt citoyenneté Le premier toujours de capitation, française recrutement orales, va de d'emplois mais aussi se faire sans trop aux après réel de chefs, la sentiment difficultés de guerre, de la médailles réservés du

26

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

patriotisme ainsi, amputées. souhaitent

ressenti

par renouer

les avec

indigènes les valeurs

évangélisés, guerrières

sans que

compter la

ceux colonisation

qui, a

Le bataillon l'encadrement Bataillon camp chargement Les malades. est 1917. Armée construction renforcement front. renvoyé Darboussières comme deuxième distingue, ferme Armée, l'Armistice, 1918. la BMP. affectent
du Pacifique.

Bataillon d'étape. de canaque,

des Les bataillons du près déchargement de vie

Tirailleurs cadres

du européens de qui Fréjus. des

Pacifique sont

est alors sénégalais

envoyé utilisés ou son sur arrivée, le port de

en

France pour de

comme renforcer

tirailleurs lui Il navires et est contingent le bataillon où de que sont meurtrière la durée 1918, de à du lui Mangin, la la Xe bataille village vaut il est est est donné employé à de

zouaves. est installé Marseille d'Orient. tombent de en marche. décembre de la divers: travaux

Le au au

surnom de

à

de

Boulouris, et

de l'armée

destination nombreux en parti est de envoyé utilisé à

conditions En par la

sont le

précaires bataillon par le 1917,

tirailleurs bataillon Nouméa en des renfort travaux

avril19l7, suite renforcé en le de front de août

transformé

Il

Auparavant, sur

lye

Champagne réparation C'est là épidémie (pour Fréjus. en En renfort puis la prise exploit juillet

tranchées,

lignes enregistrés

télégraphiques, les de de le BMP rougeole, l'hiver), est d'abord de de une la Serre. premiers le au renvoyé à C'est

de tués au est des front de la se de la Après la Xe

routiers. En octobre, pour après «l'hivernage» près unité bataille le du 25 combattante de octobre, la de

une

bataillon camp au l'arrière là qu'il et

Armée,

Marne, par Cet

Yesles-et-Caumont citation 10 décembre le pour progressivement en de
de

Petit-Caumont. remise le par B.M.P. le Poilus les port de
Après

à

l'ordre 1918. 19

de

le

Général rejoint le 1919,

le de

camp lors qui

Yalescure-Golfe, l'embarquement été affectés

novembre Nouméa de au grèves qui

Il plupart

est

dissous des

10

mai

de ont

calédoniens, retours Marseille
maintes

Cependant le

sont et

très surtout
réclamations

échelonnés du manque

raison navires
leurs

des à

destination
et de

nataslS
en vain auprès combattants partent, le l'El Kia Kantara

métropolitains, ministère, originaires plupart, octobre mai des 1920 soins en 1919. ; ne et des les des

pasteurs tirailleurs colonies

ou

avocats kanaks

qui sont à

plaident parmi

leur les leur

cause derniers pays. Ils sur par blessés sur

du

françaises des soldats alors ayant en Tahitiens et

rejoindre et des

pour Dra, du encore

la en 4

compagnie Quelques restent soldats

Fidjiens, rentrent

tirailleurs que leur

métropole obtenu

des

nécessitant place.

démobilisation

La proportionnellement, Nouvelle-Calédonie,

participation une 25

des des % de plus la

colonies fortes population de

françaises toutes mâle les

du colonies

Pacifique françaises; et kanake a

est, en été

française

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

27

mobilisée. durablement l'avenir France» Les la reste Leur Guerre pour leurs 1945 revendication pour autochtones commune. dénombrer plupart l'Indigénat utilisés le front qu'à refusent la y blessés, colonie. en force a du

La

vie affectée

économique par quelle sont handicapés quarantaine ou vont et un grand liberté À les fait leur la que des perte soit

et

sociale de leur ces

de hommes

la

Nouvelle-Calédonie jeunes Les la premiers valeur manquera obérer dont du Nord du de ils se ne rendre bénéficiaient aboli même cette expérience colonisée, comme questionnaire une à si le quelques après pays. en La le qui représentaient «morts à potentiel

va

être

pays,

ethnie. dont vont

pour jamais.

la

calédoniens parfois Une métropole de permis travail à une terres.

étudiants à d'anciens vie,

également

de Kanaks, conflit. Grande

combattants, en est de égalité le dans régime l'oubli16. il la de résulte Afrique détournée

s'installer d'inventivité nombre et retour, retomber ne s'élève une

Kanaks dont de

métropole pas partir aucune que, les entité destiné à la de n'être sur des sur de

défendre

propres seulement,

l'Indigénat, Pourtant, de

nationaliste première ont Lorsqu'en les anciens de leur peur fois dans

alors, de îles

l'histoire les

Nouvelle-Calédonie leur lance archipel un la sur nombre le

appréhendé 1925,

l'administration qui des désirent droits en ont en le dans Pour toutes leur lieux, ou en la origines patrie dans Orient. de clair: que ont et consentement. les s'il Volontaires renouvelé ». la plus la eu

tirailleurs de perdre Supplétifs, les ont Kanaks combattu ont ancrage donné

citoyenneté foncier infime, que prévus exemplaire Ils pour la ont France17.

française, le régime pour partout été ceux Respect le Guerre, Nouvellesens

préservait.

l'arrière,

une

conduite ligne. sang et fois partis Kanaks à centre village

lorsqu'ils français parole donnée18, des

première leur coutume première sont 382 Somme, Au chaque faut

indigènes de de des la

qui

la

religion lors de la

donnent Grande de 193 Européens au Chemin

l'engagement Néo-Calédoniens «pour la à mort,

Kanaks. de

nombreux et Verdun, des et

Calédonie trouvé Dames, le laisse l'exemple des FNFL, monument passer

défendre entre autres

ont des

Vesles-et-Caumont aux un de des entre leurs SAS contrainte morts message aînés, et de

commémorations, de chaque tous du plus tribu suivront Pacifique, tard, sans

Nouméa,

civique ce d'autres

recommencer, du deux bataillon décennies

ambiguïté

28

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

L'impact de la guerre: ruptures et permanences
L'impact humain
La licenciement fermeture d'une des grande marchés partie européens du personnel entraîne, des avant mines, la fin «800 de 1914, ouvriers, le

dont
premier cette revenir contrat après Bien de leur s'installer résidence

255

à 275
contingent

blancs
en de

qui
métropole, retrouver javanais. à il

se

trouvent
au du début travail. Pourtant, les est presque vont Quelques

sans
de On la conséquences

travail.
1915, parle

» Mais
permet à en

le départ
une 1917, immigrée partie de faire sous en au sans alors effet, pays.

du
de

main des a les des transport pécule, été

d'œuvre travailleurs la première

même,

main-d'œuvre de de à Nouméa, vont la

supporter leur

guerre,

licenciements, Japonais pour acheter dans libre. le et le des

impossible se trouver Javanais (Pouembout, fortunés

retourner

Indonésiens

moyens récupérer Voh) et en

rapatriement. une petite Les

propriété moins

Koné, deviennent métayers,

maraîchage.

La Les rentrer le « travail embusqués Nouméens chez

mobilisation sont eux qui », ou un est Les une le les soit fonction en soir,

a

entraîné effet alors mobilisés que sur aient utile ou à une par du front,

bien

des sur

rancœurs leur lieu restent Plus qu'ils

chez de

les travail, à tard, travaillent la

Calédoniens. ils caserne certains dans aient peuvent malgré sont une réussi

les leurs réussi la

broussards stations. à défense prouver nationale, médicale. qui sont des les

attend qu'ils

industrie à obtenir

soit Un contraints premiers

qu'ils profond de morts De partir

ajournement alors nouvelles ressenti

réforme ceux l'annonce

sentiment et calédoniens métropole, de en des l'année âge et les leurs

d'injustice familles. au champ

d'honneur pour En brousse, d'être sont rester rentrer la mobilisés mises seules. disparu des Dans l'inquiétude de volontaires la

frappent au ponction l'ont en Une vente grande

vivement pays est été. ou ne sont

imaginations. données tous se qu'au les dépeuple, beaucoup L'armée, à actes mobiliser de lettres gouverneur dès petite

permissions 1917. condition agricoles peuvent ont à presque recruter

début hommes

importante, L'intérieur en misère tout gérance, apparaît. occupées Des Voh,

propriétés femmes gendarmerie ne

de la les

l'intérieur, kanaks. région des de

Européens

et se seules de mars

délinquance de le femmes mois

multiplient. manifestent

plusieurs au

broussards

1917.
missionnaires propagation conditions abus,

On

a
de dans

peur
font la

des
état lèpre de et

«Jaunes,
la des est grande cas effectué sont

des
misère de

indigènes
des Ils peste. le

et
tribus, stigmatisent des

des

libérés.»
par souvent tirailleurs et

Les
la les les au

amplifiée

lesquelles lorsque des

recrutement aux

comme

Kanaks

envoyés

Nouvelles-Hébrides

Révoltes,

conflits

et

guerres

mondiales

en

Nouvelle-Calédonie

et

sa

région

29