Saint-Castin

De
Baron français, chef amérindien, figure légendaire, Jean-Vincent d'Abbadie de Saint-Castin répond aux critères qui fascinent à toutes les époques: aventures, intrigues, drames, amours et réussite financière. Il y a d'abord un adolescent, orphelin de mère depuis sa naissance, qui quitte son Béarn natal avec le fameux régiment de Carignan-Salières et vient combattre les Iroquois en Nouvelle-France. Puis, un jeune lieutenant qui va assurer la présence française aux frontières de l'Acadie. Il y a ensuite des Indiens, des pirates et des contrebandiers, le chef Madockawando et sa fille qui devient baronne, des expéditions en raquettes et des batailles, des prisonniers et des rançons. Il y a enfin l'anti-héros, le beau-frère qui multiplie les traquenards et les pièges judiciaires pour conserver un héritage dont il s'est injustement accaparé. Celui qui avait conquis l'admiration des Abénaquis et terrorisé les Puritains a perdu cette dernière bataille mais sa légende est toujours vivante, particulièrement en Nouvelle-Angleterre, et il a de nombreux descendants des deux côtés de l'Atlantique
Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 22
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896642168
Nombre de pages : 264
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
SEPTENTRION
SAINT-CASTIN BARONFRANÇAIS,CHEFAMÉRINDIEN
Marjolaine Saint-Pierre
SAINT-CASTIN
Baron français, chef amérindien
Septentrion
Maquette de la couverture : Robert Desrosiers
Illustration de la couverture : Musée des Abénakis, Odanak
Révision : Solange Deschênes
Mise en pages : Gilles Herman
Si vous désirez être tenu au courant des publications des ÉDITIONS DU SEPTENTRION vous pouvez nous écrire au 1300, av. Maguire, Sillery (Québec) G1T 1Z3 ou par télécopieur (418) 527-4978 ou consulter notre catalogue sur Internet : http://www.septentrion.qc.ca
© Les éditions du Septentrion 1300, av. Maguire Sillery (Québec) G1T 1Z3
e Dépôt légal – 2 trimestre 1999 Bibliothèque nationale du Québec ISBN 978-2-89448-137-0
Diffusion au Canada : Diffusion Dimedia 539, boul. Lebeau Saint-Laurent (Québec) H4N 1S2
À ma mère,
pour ce sang acadien qui coule dans nos veines
Sincères remerciements
D’abord à mon époux, Lynn Ernest Fournier, pour sa grande générosité et sa contribution artistique. Les photographies, les dessins et les cartes géographiques sont sa réalisation.
Puis à Bernard Chéronnet, historien d’Escout, chercheur passionné qui a consenti de me guider dans le dossier Béarn.
Aussi à Gérard et Rosaire Saint-Pierre, cofondateurs de l’Association des familles Saint-Pierre-Dessaint, fiers descendants du baron de Saint-Castin de ce côté-ci de l’Atlantique.
Et de l’autre côté, à Jean Rougier, un homme d’exception qui assure la continuité par le sang et la mémoire.
Av a n t  p r o p o s
« L’histoire, ce n’est pas une chose morte. Par l’histoire, les gens devraient ressentir qu’ils font partie d’une grande lignée et, de ce fait, se sentir responsables de l’avenir. » Bernard Chéronnet, Escout, octobre 1996
L’Amérique du Nord est une terre conquise et toutes les vagues d’immigrants venus d’Asie, par un pont terrestre temporaire, ou de l’Europe, par mer, avaient leurs propres raisons de prendre le risque du voyage. Aucune race d’hommes n’est originaire de ce continent. Les Asiatiques qui ont traversé le détroit de Béring, et que l’on a appelés à tortIndiens,sont arrivés comme réfugiés des périodes glaciaires. Les Espagnols sont débarqués en conquérants, les Français et les Hollandais, en marchands, et les Anglais, en colons et sécessionnistes religieux. La collision de ces peuples aux cultures si différentes a forgé, au fil des siècles, l’histoire de ceNouveau Monde. Pour minimiser ces tensions, le Canadien moderne préfère, il me semble, le chemin de l’oubli. Comme si, en enseignant peu ou pas d’histoire dans nos écoles, en effaçant volontairement les traces de son passé et de sa mémoire, en ignorant sa place dans l’aventure humaine, on pouvait se réinventer un monde meilleur. Aujourd’hui, de nombreux habitants du Canada ne se souviennent plus qu’avant de devenir une colonie anglaise ce pays s’appelait « Nouvelle-France » et « Acadie » ; que leurs premiers pas dépendaient de ce qui se tramait en France, la mère patrie ; et que, peu à peu, par
10
Saint-Castin
la force des choses, l’isolement, l’environnement, les tensions et l’interaction des cultures, Canadiens et Acadiens, ces colons endurcis à la fatigue et aux privations, ont relevé le défi de la survie avec audace et courage. Ces passants que l’on ne doit jamais oublier, Hébert, Champlain, La Salle, d’Iber ville, Madame de la Peltrie, de Grandfontaine, de Villebon, Jeanne Mance, Chambly, ont contribué, à leur façon, à forger notre spécificité. L’objectif premier de ce livre est de piquer la curiosité et de passionner ceux et celles qui persistent à croire que l’histoire du Canada n’est qu’une série de dates, de batailles ennuyantes et répétitives, d’événements décousus et de personnages sans intérêt. La grande aventure canadienne est fascinante et vivante parce qu’elle est tissée par des hommes et des femmes faits de chair et de sang, de passions et de contradictions, comme nous. Et c’est en ouvrant une fenêtre sur les exploits du légendaire baron de Saint-Castin (1652-1707) que j’ai pensé arriver à mon but. Cet ancêtre de plusieurs Acadiens et Québécois était un homme d’exception, un combattant qui a su influencer le cours des choses. J’ai mis quatre ans à retracer ses pas en Acadie, en France, en Nouvelle-Angleterre et au Canada, et à suivre les moindres pistes à la manière d’un détective. Une chose est certaine : on ne peut rester insensible à la destinée étrange, héroïque et aventureuse de ce remarquable Saint-Castin !
« Baron Vincent de Saint-Castin ! L’écho de ce fier nom résonne majestueusement, Mais le baron n’est plus - disparu -1 ainsi que sa ravissante reine indienne... »
1. Traduction de l’auteur : « Baron Vincent de St. Castine ! The name rings out full stately and fair, But the Baron is no longer there - gone -with his beautiful Indian queen... » (Mrs. Sanford B. Dole,The Centennial Castine, Maine, 1896)
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant