Souvenirs d'un patriote exilé en Australie

De
En 1838, Hypolite Lanctot, jeune et fougueux notaire de 22 ans, s'engage à fond dans le mouvement patriote. Il dirigera comme officier une des colonnes de l’armée patriote à la bataille d'Odelltown. Arrêté puis jugé en 1839, il est le seul qui refuse de participer aux procédures alléguant l’illégalité du procès intenté contre les patriotes. Condamné à mort, il est finalement exilé en Australie avec 57 de ses compagnons. De ces événements, Hypolite Lanctot nous laisse un journal écrit à la fin de sa vie, sous forme de lettres à ses enfants. Il y décrit longuement sa participation aux activités militaires ainsi que son emprisonnement et son procès avant de relater sommairement son voyage à bord du navire le Buffalo et sa vie en Australie. Lanctot demeure probablement le personnage le plus sympathique parmi les exilés : aucun prisonnier n'eut la moindre critique à son endroit, on s'adresse d’ailleurs à lui pour la rédaction des requêtes et lettres officielles. Il accepte sans rechigner les peines et misères infligées par les militaires et les autorités ; recherchant même l'aspect positif de la situation : il profitera de son séjour au fond de la cale pour améliorer son anglais !
Publié le : lundi 1 janvier 0001
Lecture(s) : 23
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782896642212
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
La Loi sur les droits d’auteur interdit la reproduction des œuvres sans auto-risation des titulaires de droits. Nous rappelons donc que toute reproduction, partielle ou totale, du présent ouvrage est interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur ou d’une société de gestion dûment mandatée.
Nous remercions le Conseil des Arts du Canada de l’aide accordée à notre pro-gramme de publication.
Nous remercions la SODEC pour le soutien accordé à notre programme d’édition.
Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’Aide au Développement de l’Industrie de l’Édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition.
©Les éditions du Septentrion, août 1999 Tous droits de reproduction et d’adaptation réservés ; toute reproduction d’un extrait quelconque de ce livre par quelque procédé que ce soit, et notamment par photocopie ou microfilm, est strictement interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur.
SOUVENIRSDUNPATRIOTEEXIL ENAUSTRALIE, 1838  1845
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Hypolite Lanctot
SOUVENIRS D UN PATRIOTE EXIL EN AUSTRALIE 18381845
Texte tabli, avec introduction et notes, par John Hare et Ren e Landry
SEPTENTRION
Extrait de la publication
Maquette de la couverture : Folio infographie
Illustration de la colaSuovledrattusree:scortant des prisonniers pr de Montr al en 1838. Dessin de M. A. Hayes, grav par J.H. Archives nationales du Canada, C3653.
R vision : Solange Desch nes
Mise en pages : Gilles Herman
Si vous d sirez tre tenu au courant des publications desDITIONSDUSEPTENTRION vous pouvez nous crire au 1300, av. Maguire, Sillery (Qu bec) G1T 1Z3 ou par t l copieur (418) 5274978 : ou consulter notre catalogue sur Internet www.septentrion.qc.ca
' Les ditions du Septentrion Diffusion au Canada : 1300, av. Maguire Diffusion Dimedia Sillery (Qu bec) 539, boul. Lebeau G1T 1Z3 SaintLaurent (Qu bec) H4N 1S2
Diffusion en Europe : e D p t l galtr3imestre 1999 Librairie du Qu bec Biblioth que nationale du Qu bec 30, rue GayLussac ISBN 2894481330 75005 Paris France
Extrait de la publication
REMERCIEMENTS
Nous remercions tous ceux qui nous ont aids dans la pr paration de cette dition, tout particuli rement Patricia Kennedy de la division des manuscr Archives nationales du Canada et Georges Aubin qui, apr s lecture du manuscrit, nous a fait par commentaires judicieux.
Extrait de la publication
ANC ANQ ANSW
LISTE DES SIGLES
Archives nationales du Canada, Ottawa Archives nationales du Qu bec, Qu bec Archives Authority of New South Wales, Sydney, New South Wales, Australia
Extrait de la publication
INTRODUCTION
es 58 exilés en Australie du Québec à la suite  de la rébellion de 1838, au moins cinq ont laissé DFrançois-Maurice Lepailleur tient son journal  des récits assez complets de leurs aventures. quotidiennement depuis le départ pour l’Australie le 25 septembre 1839 jusqu’au retour en janvier 1845. Le plus détaillé en ce qui concerne la vie au camp de Longbottom en Australie, le journal de Lepailleur se complète par celui de Basile Roy ; il reste cependant que c’est Lepailleur qui écrit le journal de Roy, toutefois selon le dicté de Roy. Ce n’est qu’en 1972 que le journal de Lepailleur est publié en partie et en 1996 au complet 1 grâce à Georges Aubin ; le journal de Basile Roy n’a pas encore été publié. L’année même de son retour, en 1845, Léandre Ducharme fait paraître sonJournal d’un exilé politique aux terres australes(Montréal, Imprimerie de F. Cinq-Mars, 1845, 106 p.). Si Ducharme parle sommairement de son procès, il décrit surtout les années d’exil. En 1864, François-Xavier Prieur publie ses « Notes d’un condamné politique de 1838 » dansLes Soirées canadiennes; le récit, qui décrit longuement sa
participation aux activit s r volutionnairesde 1838 et sa tentative de fuite en m me temps que la vie d exil , 2 para t en volume en 1880. Enfin, Hypolliutie Lanctot aussi laisse un journal, crit la fin de savie sous forme de lettres ses enfants. Il y d crit longuement sa participation aux activit s militaires ainsi que son emprisonnement et son proc s avant de rela sommairement la vie bord duBnuafvfiarleotlen Australie. Voici le manuscrit que nous publions notes en guise d introduction servent, nousl esp rons,  bien situer les v nements dans le contextedes ann es 18381845. Le mouvement r formiste dans le BasCanada partir de 1834 surtout se heurte aux r sistances de la petite clique qui contr le l administrationeffectiv la colonie. Les Britanniques et leurs alli s,les Canadiens fran ais qui occupent des postes, ne veulent pas de changements et n acceptent pas d accorderplus de pouvoir la Chambre d Assembl e o si gent les d put s lus par le peuple : d apr s l Acteconstitu tionnel de 1791, l Assembl e n a qu une v consultative. Exasp r s, certains chefs du mouv r formiste ne voient d autres solutions quede prendre les armes afin de gagner enfin leur ind pendance. Cependant, devant le peu de pr paratifs et le manque d exp rience militaire, le soul vementar l automne 1837 conduit une r pression sanglante colonie se trouve sous un r gime militairela suite de l abrogation de l Acte constitutionnel. Malg tentatives du nouveau gouverneur Durham d adoucir les peines inflig es aux Patriotes, les rfor
10 Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant