//img.uscri.be/pth/b10f0dc59c55458d0ddf278624312d5febee1646
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Souvenirs de guerre d'un tirailleur sénégalais

De
104 pages
Publié par :
Ajouté le : 01 janvier 0001
Lecture(s) : 255
EAN13 : 9782296160873
Signaler un abus

Collection

«

Mémoires Africaines»

DANS LA MÊME COLLECTION
ATEBA YENE Théodore, Cameroun

-

Mémoire d'un colonisé,
Boiro, sinistre geôle de

153 p.
BA Ardo Ousmane, Guinée

-

Camp

Sékou Touré, 276 p. CHAPELLEJean, Souvenirs du Sahel, 288 p. CONOMBO Joseph Issoufou, Burkina Faso - M' Ba Tinga, traditions des Mossé dans l'Empire du Moogho Naba, 220 p. DIOP Birago, Sénégal- Du temps de, mémoires W, 220 p. DONNAT Gaston, Cameroun, Algérie, Afrique - Afin que nul n'oublie, l'itinéraire d'un anticolonialiste, 400 p. KAPTUE Léon, Cameroun Travail et main-d' œuvre Cameroun sous régime français (1916-1952), 282 p. au

Lo Magatte, SénégalL'Heure du choix, 107 p. Lo Magatte, Sénégal- Syndicalisme et participation responsable, 151 p. TITI NWEL Pierre, Cameroun - Thong Likeng, fondateur de la religion Nyambe Bantu, 238 p. TRAORE Sékou, Afrique -la FEANFen France, 104 p. WONYU Eugène, Cameroun - de l'upc à l'uc, un témoignage à l'aube de l'indépendance (1953-1961),336 p.

JOSEPH ISSOUFOU

CONOMBO

SOUVENIRS DE GUERRE D'UN «TIRAILLEUR SÉNÉGALAIS»

Préface de PIERRE PFLIMLIN

L'Harmattan 5-7, rue de I'Ecole- Polytechnique 75005 Paris

DU MÊ:ME AUTEUR
Burkina Faso - M'ba Tinga - traditions des Mossé dans l'Empire du Moogho Naba .; ColI. « Mémoires Africaines »,
L'Harmattan, Paris, 1989, 220 p. Mon idée - Projet de société pour la Haute- Volta, Ouagadougou, 1976.

On trouvera une biographie complète de l'auteur à la fin .de cet ouvrage (après les annexes).

Remerciements à MmeCLAUDE GÉRARD du C.R.D.A: à Paris, qui a autorisé la reproduction d'un chapitre de son livre, Les pionniers de l'Indépendance.

La photo de la couverture a été prise en décembre 1988 par l'auteur, au TATA DE CHASSELA~ près de Lyon. Le Tata est une enceinte sacrée où reposent les guerriers valeureux.

@ L'Harmattan, 1989 ISBN: 2-7384-0190-2 ISSN : 0297-1763

A mes Compagnons de la Première Armée Française De Lattre de Tassigny; A mes Compagnons Africains surtout ceux de la ge Division d'Infanterie Coloniale, ge DIC des « Trois Marsouins », les Généraux Magnan, Valluy, Salan; A mes chers Camarades de la Compagnie des Transmissions Divisionnaires, la CT 71/84 ; A tous les camarades Africains Français Combattants de la dernière guerre 1939-1945 ; Je dédie le récit de mon pieux souvenir des heures sombres vécues ensemble. Je m'incline respectueusement sur les tombes des parents, amis, connaissances voltaïques, comme sur celles indistinctes de tous ceux, Blancs, Noirs ou Jaunes, dont les corps reposent çà et là dans les cimetières d'Afrique du Nord, d'Italie, de France ou d'Allemagne, pour avoir voulu barrer la route au racisme, à la dictature du nazisme. Le sacrifice suprême de LEUR VIE nous a donné LA VIE, LA PAIX. Qu'à tout jamais cela ne se reproduise plus!

«

Vous Tirailleurs Sénégalais,

mes frères noirs à la main chaude sous la glace et la mort Qui pourra vous chanter si ce n'est votre frère d'armes, votre frère de sang? (...) Qui pourra vous chanter si ce n'est votre frère d'armes, votre frère de sang Vous Tirailleurs Sénégalais, mes frères noirs à la main chaude, couchés sous la glace et la mort?
Paris, avril 1940 . »

LÉOPOLDSÉDARSENGHOR
«

Poème Liminaire»
Hosties noires

dédié à L.-G. Damas

A V ANT -PROPOS

PAR PIERRE PFLIMLIN

Les liens qui m'unissent au Dr. Joseph Conombo sont fort anciens. Nous fûmes collègues à l'Assemblée Nationale française. Je l'ai connu membre du gouvernement français. Dans l'exercice de ces fonctions il s'est acquis l'estime et la sympathie de tous ceux qui l'ont vu à l'œuvre. J'ai suivi avec attention le déroulement de sa carrière dans son pays devenu indépendant où je l'avais rencontré en 1952 lorsque j'ai fait une visite officielle à la Haute- Volta comme Ministre de la France d'Outre-Mer. Il a accédé dans sa patrie, à laquelle il est profondément attaché, aux plus hautes responsabilités. Lorsque je l'ai revu récemment j'ai été impressionné par la sérénité avec laquelle il évoquait les épreuves qu'il avait subies. Mais c'est la lecture de ce livre qui m'a fait
«

découvrir sa vraie personnalité. Ces

Souvenirs de

guerre» racontent avec précision les expériences qu'il a vécues dans l'armée française. C'est toute l'histoire des événements qui se sont déroulés avant et pendant « La Grande guerre », en Afrique et en Europe, qui défile devant nos yeux, histoire où alternent des moments pénibles, humiliants et des jours exaltants. Rien n'est dissimulé, mais toutes ces expériences sont relatées avec une objectivité où apparaissent la largeur de vue et la générosité de l'auteur, qui n'a 9

jamais pensé que certains injustes étaient représentatifs

Français mesquins et de la France véritable.

J'ai lu avec un intérêt passionné les épisodes qui me concernent de près. Je veux parler de la Libération de ma région, l'Alsace, par des combats auxquels Joseph Conombo a pris part avec courage. Il parle de l'Alsace en des termes qui me vont droit au cœur, lorsqu'il évoque l'accueil qu'il a trouvé dans des villages alsaciens, auprès de gens modestes, qui faisaient bénéficier ce militaire venu d'Afrique d'une hospitalité empreinte de chaleur humaine. Le souvenir reconnaissant que Joseph Conombo a gardé de cette hospitalité l'a conduit à accomplir un geste qui me touche beaucoup. Au cours du débat sur le drame d'Oradour *, où étaient impliqués quelques Alsaciens incorporés de force dans l'armée allemande, il est monté à la tribune de l'Assemblée Nationale pour porter témoignage du patriotisme des Alsaciens. Je -souhaite ardemment que ce livre connaisse une large diffusion. Ses lecteurs y découvriront de multiples aspects peu connus de la tragédie qui a conduit sur le sol de France de nombreux fils de l'Afrique pour participer à la Libération de notre pays. Ils découvriront surtout un homme de qualité exceptionnelle qui, fidèle à sa terre natale, a lutté généreusemesnt pour une cause qui nous est commune: celle de la liberté des peuples et de la dignité humaine. PIERRE PFLIMLIN Ancien ministre Membre et ancien Président du Parlement européen
* Oradour-sur-Glane, village martyr près de Limoges, dont la population - vieillards, femmes, enfants - a été enferméedans l'église et brûlée vive par l'armée allemande en déroute, le 10 juin 1944. 10