//img.uscri.be/pth/49bbb4eeaa6529acf12bfe577308cbe9f981cc80
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Souvenirs du Mameluck Ali sur la campagne de Russie en 1812

114 pages
Le mameluck Ali (de son vrai nom Louis-Etienne Saint-Denis) est un des plus intéressants mémorialistes de son temps. De 1812 à 1821, il a vécu dans l'intimité de Napoléon, en particulier à Saint-Hélène. C'est le récit complet en très grande partie inédit de sa campagne de Russie qui est ici exhumé. Le texte est précédé d'une longue introduction sur le mameluck Ali et son travail de rédaction enrichi de notes et d'illustrations.
Voir plus Voir moins
Collection de l’Institut Napoléon Fondée et dirigée par Jacques-Olivier Boudon et Eric Ledru
Souvenirs du mameluck Ali sur la campagne de Russie en 1812
Ouvrages de Jacques Jourquin
e Dictionnaire des maréchaux du Premier Empireéd. (Grand Prix de, Christian/JAS Editions, 5 la Fondation Napoléon, prix Guizot de l’Académie française). er Le maréchal Ney, magazine Napoléon I , n° spécial. er Masséna, l’énigmatique maréchal, magazine Napoléon I , n° spécial. Les maréchaux de la Grande Guerre,1914-1918, dictionnaire comparé, Soteca. Morny le flamboyant. 1811-1865, Soteca. Les maréchaux de Napoléon, album, Soteca.
Collaborations Dictionnaire Napoléon, dir. Jean Tulard, Fayard. Dictionnaire du Second Empire, dir. Jean Tulard. ABCdaire de Napoléon et de l’Empire, Flammarion. Dictionnaire des guerres et des batailles de l’histoire de France, dir. Jacques Garnier, Perrin. Sainte-Hélène, Île de mémoire, dir. Bernard Chevallier, M. Dancoisne-Martineau, T. Lentz, Fayard.
Editions critiques de mémoires Souvenirs du commandant Parquin (1805-1814) suivis d’une biographie (1815-1845), Tallandier, (couronné par l’Académie française). Voyages dans l’Amérique septentrionale dans les années 1780, 1781 et 1782 du marquis de Chastellu,x préface du duc de Castries, Tallandier, (couronné par l’Académie française). Mémoires (1812-1813) du maréchal Gouvion Saint-Cyr, Rémanences, 2 vol. Journal du capitaine François dit « Le dromadaire d’Égypte », Tallandier. Mémoires (1792-1815) du général d’artillerie baron Boulard, Tallandier. Journal inédit du retour des cendres en 1840 par le mameluck Ali, d’après les manuscrits originaux, Tallandier (Prix Georges-Mauguin de l’Académie des Sciences morales et politiques). Souvenirs de campagnes du sergent Faucheur, Tallandier. Souvenirs d’une courtisane de la Grande Armée (1792-1815) par Ida Sainte-Elme, Tallandier. Nous étions à Austerlitz. 2 décembre 1805, Mémoires et souvenirs des combattant,sprés. Jean Tulard, Tallandier. Souvenirs de guerre du lieutenant Martin (1812-1815), Tallandier.
Autres Gallien ou l’acceptation d’être, récit (sous le nom de Jacques Louvière), Le Seuil. Ils s‘appellent tous Martin, poèmes, Jean-Claude Lattès, (couronné par l’Académie française). Histoire d’une bibliothèque. Catalogues de livres des collections André Jourquin (1903-1997), JAS Editions, 2 vol.
Manuscrits déchiffrés, établis, présentés et annotés par Jacques Jourquin
Souvenirs du mameluck Ali
(Louis-Etienne Saint-Denis)
en grande partie inédits sur la campagne de Russie en 1812
Ce volume est le septième de la Collection de l’Institut Napoléon, publié avec le concours de l’Institut Napoléon
Editions SPM Paris - 2012
Illustration de couverture Entrée des Français dans la ville de Moscou « Le 14 septembre à midi l’Armée française commandée par Napoléon le Grand est entrée dans la ville de Moscou au milieu des flammes que la barbarie des Russes avoit allumée dans tous les quartiers de la Ville. » Gravure coloriée d’époque, fonds J. J.
© Institut Napoléon et Jacques Jourquin, 2012 ISBN : 978-2-901952-96-1
Institut Napoléon EPHE 45, rue des Ecoles 75005 Paris - site : www.institut-napoleon.org
Editions SPM 34, rue Jacques-Louvel-Tessier 75010 Paris Tél. : 01 44 52 54 80 - télécopie : 01 44 52 54 82 – courriel : Lettrage@free.fr - site : www.spm-editions.com
DIFFUSION – DISTRIBUTION : L’Harmattan 5-7 rue de l’Ecole-Polytechnique 75005 Paris Tél. : 01 40 46 79 20 – télécopie : 01 43 25 82 03 – site : www.harmattan.fr
SOMMAIRE
Introduction. Le mameluck Ali et son récit
.....................................
PREMIÈRE PARTIE. AUX CÔTÉS DE L’EMPEREUR
I. De Saint-Cloud à Moscou ...............................................................
II. Les trente-cinq jours de Moscou................................................... Annexe : Commentaires sur le séjour à Moscou relaté dans le Mémorialde Las Cases ...................................................................
III. La retraite
: de Moscou à Smorgoni (5 décembre)
....................
SECONDE PARTIE. SEUL,APRÈS LE DÉPART DE L’EMPEREUR
IV. De Smorgoni au Niémen ..............................................................
V. Du Niémen à Paris ..........................................................................
Bibliographie ........................................................................................
Remerciements.....................................................................................
Table des illustrations .........................................................................
9
25
39
53
67
83
93
103
105
107
La mort de Napoléon Marchand et Ali (à droite) sont les plus proches de la dépouille mortelle de l’Empereur. Lithographie de Jazet d’après Charles Steuben (détail)
Ci-contre.Dans le tableau de Steuben représentant Napoléon sur son lit de mort, Marchand et Ali figurent au chevet de l’Empereur. Un document d’époque numérote les personnages et les identifie. On est sûr par ailleurs de la ressemblance du portrait d’Ali (n° 12) puisqu’il a écrit à sa femme être allé poser chez le peintre.(Fonds J. J.)
INTRODUCTION
I
LesSouvenirs du Mameluck Aliont d’abord été publiés partiellement en 1921-1926. Les chapitres sur Sainte-Hélène sont connus pour leur précision et leur objectivité et ont été abondamment utilisés par les histo-riens. Rappelons brièvement qui était ce faux mameluck. De son vrai nom, Louis-Etienne Saint-Denis est né à Versailles le 22 septembre 1788, d’une famille de domestiques attachée à la maison du roi. À quatorze ans il entre à l’étude de Maître Colin, notaire place Vendôme à Paris, où il reste quatre années. Petit clerc ou saute-ruisseau ? Les deux sans doute puisqu’il s’y familiarise avec l’écrit. On n’en saura pas plus de sa part car, dans ses multiples manuscrits, il a fort peu dévoilé de lui-même en dehors de sa passion d’établir la vérité sur ses fonctions auprès de Napoléon. En 1806, grâce à la protection du grand écuyer Caulaincourt que connaît son père, ancien piqueur et maître d’équi-tation, il est engagé comme élève piqueur aux Écuries de la Maison de l’Empereur, installées à Saint-Cloud. Souffrant, il ne peut pas prendre le départ pour la campagne de 1807. En mars 1808, il est à Bayonne et en Espagne. En août, il est à Erfurt, puis repart pour l’Espagne. Il a été promu sous-piqueur en octobre, grade situé au deuxième rang de la hiérarchie de l’équipage d’attelage. En avril 1809, il est à Augsbourg. En 1810, il fait un troisième passage en Espagne où il demeure une année entière. En septembre 1811, il fait le voyage de Hollande où il 1 commande un des services d’équipages (notes p. 21 et suivante). Excepté