//img.uscri.be/pth/0ee5c98e42ca9e17fa97301e28c2462e508e6b95
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 16,88 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Tensions Méditerranéennes

268 pages
Dans une Méditerranée riche en tempêtes, la guerre d'Algérie et la question palestinienne représentent deux paroxysmes. C'est une bonne raison pour les regrouper et leur donner ici une place centrale. Il en est d'autres qui tiennent à certains traits communs de ces conflits. Les négations de l'identité nationale d'un peuple et des politiques de peuplement systématiques leur confèrent des caractères coloniaux et l'allure d'affrontements intercommunautaires. Parmi les enjeux qui ont été privilégiés dans ces études ressortent fortement la terre et l'eau, les équilibres écologiques, les migrations.
Voir plus Voir moins

Tensions médi terranéennes

@ Editions L'Harmattan, ISBN: 2-7475-4478-8

2003

sous la direction de

Claude Liauzu

Tensions

méditerranéennes

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italla Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

Collection Histoire et perspectives méditerranéennes dirigée par lean-Paul Chagnollaud

Dernières parutions

Mokhtar Lakehal, Récits d'exil d'un écrivant. Maurice Faivre, Un village de harkis. Gilles Delmote, Ponts etfrontières entre Espagne et Maghreb. Jean Morizot, Les Kabyles: propos d'un témoin. Stéphanie Abrial, Les enfants de Harkis, de la révolte à l'intégration. Clotilde Champeyrache, La ligue du nord, un séparatisme à l'italienne. Rachid El Houdaïgui, la politique étrangère sous le règne de Hassan II, acteurs, enjeux et processus décisionnels. Mustapha N asraoui, La vieillesse dans la société tunisienne. David Raphael ZIVIE, La guerre d'Algérie vue par Francis De Tarr, diplomate américain (1960, 1961, 1962). Camille Lacoste-Dujardin, Voyage d'Idir et Djya en Kabylie, Initiation à la culture kabyle. Selma LAZRAQ, La France et le retour de Mohammed V. Jean-François MARTIN, Histoire de la Tunisie contemporaine.

La Méditerranée et l'éducation nationale en France
Claude Liauzu

En cette période d'incertitudes, voici une prédiction qui ne risque pas d'être démentie: la Méditerranée n'est pas près de quitter la une des médias et les préoccupations des états majors, qu'ils soient politiques ou militaires. Sous un jour plus positif, elle intéresse l'éducation nationale aussi. Cela n'est pas entièrement nouveau, et on doit rendre hommage à la revue Historiens et géographesqui a publié en mars 1986un numéro spécial (308), «Les Agoras méditerranéennes». Il serait certes difficile de faire l'impasse dans notre enseignement sur ce qui, plus encore qu'un espace géographique, est une construction culturelle, est la création des sociétés riveraines. C'est ce qui explique - pour en rester aux seconds cycles des lycées - que, si les civilisations non occidentales (c'est-à-dire l'immense majorité de la population mondiale) sont ignorées, oubliées après une timide entrée dans les programmes lors des années 1950-1960,la Méditerranée fasse exception. Elle apparaît dans les classes de seconde comme la zone de contacts, de conflits et d'échanges entre islam et chrétienté aux XIe-XIIe siècles. En raison de cette situation de frontière et de trait d'union, elle revient de manière cyclique dans les concours de recrutement des professeurs d'histoire-géographie ou dans le programme d'agrégation. La question qui a été inscrite en 20002002 en histoire du Moyen-Age tranche cependant sur la sempiternelle histoire des Croisades, car elle porte sur les sociétés

8 Histoire et perspectives méditerranéennes

musulmanes et la chrétienté latine, ordre qui n'est pas sans signification. C'est bien l'islam qui est premier, et ce sont les relations économiques et culturelles qui sont mises en lumière, non pas seulement les aspects guerriers. Il faut relever qu'il est impossible aujourd'hui en France d'inscrire dans les concours l'ensemble de la Méditerranée. C'est ainsi que, faute de spécialistes à même d'enseigner la totalité de ses composantes, l'empire byzantin a été écarté du Capes et de l'agrégation. On ne peut imputer au hasard - tant l'économie des concours résulte d'équilibres savants et de tractations nombreuses entre courants et écoles scientifiques - le fait qu'en géographie la Méditerranée ait été également mise au programme. Ce cahier a donc inclus plusieurs études pouvant aider à comprendre certains problèmes méditerranéens actuels. Cinq articles sont consacrés aux déséquilibres spatiaux: - Ibtissem Tounsi présente l'apport de la télédétection pour la sauvegarde des équilibres écologiques à partir du cas du littoral tunisien. - Aude Signoles éclaire les contradictions d'un processus de paix qui est en panne. L'encerclement du leader de l'OLP à Ramallah durant des semaines est ainsi replacé dans un découpage de l'espace qui a rendu possible l'impensable. Il faut préciser que cet article a été rédigé début 2002. - Olivier Sanmartin analyse, en fonction des données géopolitiques et de l'importance stratégique de la région, le développement du tourisme dans le Sinaï, ressource vitale pour l'Egypte et d'une fragilité extrême. - Camille Schmoll pose un autre ordre de problèmes, celui des migrations vers la forteresse Europe. Elle en montre la complexité à partir du cas italien. - Gérard Fay étudie comment les rapports entre l'homme et son milieu se sont dégradés dans le Rif. Son article rappelle que la colonisation a suscité des transformations irréversibles.

Introduction 9 A l'occasion du 40e anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie, il a semblé intéressant de présenter plusieurs réflexions sur les mémoires des décolonisations: - Claude Liauzu analyse ces problèmes à partir de l'exemple de la manifestation du 17 octobre 1961. - Au Sud aussi, comme le souligne le texte de Laurence Decok à propos de la Tunisie, le discours de légitimité des pouvoirs est contesté, en particulier par les nouvelles générations. - Lazhar Gharbi montre une prise en considération récente du patrimoine colonial au Maghreb. - Anne Volery-Lazghab poursuit une analyse de la Méditerranée dans le discours politique de la rive Sud en examinant ici le cas marocain. Elle confirme à quel point le déséquilibre est immense entre l'Europe, qui pose une Méditerranée largement sous son contrôle comme trait d'union, et le Sud auquel elle ne parle guère. - Françoise Lantheaume montre la difficulté de l'enseignement de la guerre d'Algérie au lycée en raison de la sensibilité de l'opinion et de l'impréparation de la majorité des professeurs. Ce qui ressort de ces diverses contributions, c'est la nécessité d'approfondir la critique des conditions dans lesquelles les sociétés riveraines ont élaboré la notion de Méditerranée et les mythes de fondation. Ecrits donc il y a un an, les textes (soumis aux aléas de l'édition) n'ont pas vieilli, sauf à paraître trop optimistes au regard de la situation en 2003, à la veille d'une guerre programmée depuis longtemps et dans une situation de pourrissement du conflit israélo-palestinien.
Claude Liauzu

Systèmes d'information géographique et télédétection pour l'analyse spatiale . A..
en environnement cotler: Cas de la lagune de Ghar-EI-Melh (Noril-Est Tunisien)

Ibtissem. Tounsi - Chadli Rabia Ben Am.or Nacib

L'érosion côtière constitue un thème majeur de la dynamique de l'environnement côtier: plus de 50% des rivages marins de la terre régressent. Un tel phénomène a une dimension sociale et économique non négligeable. Elle est d'autant plus dommageable que la concentration des populations sur le littoral, que l'on constate dans le monde entier, menace aussi les écosystèmes. De plus, du fait de cette intense «littoralisation», on assiste à la déstructuration, à terme, de l'organisation territoriale des littoraux les plus exposés et, par conséquent, cela nécessite des budgets parfois exorbitants soit pour la prévention, soit pour les réparations. Ces réflexions interpellent régulièrement les autorités tunisiennes et justifient dès maintenant la mise en place de plans de gestion intégrée des zones côtières tunisiennes, ce qui les a amené d'une part, à lancer un programme d'étude sur le suivi et l'évolution entre autre de la lagune de Ghar-EI-Melh et, d'autre part à créer une Agence de Protection et d'Aménagement du littoral (APAL). La mise en place de telles politiques doit s'appuyer sur une bonne connaissance du fonctionnement des littoraux. Or, le manque de moyens matériels et humains, comme dans beaucoup de pays côtiers, est la cause du caractère

12 Histoire et perspectives méditerranéennes

fragmentaire des connaissances en dehors de monographies locales. C'est particulièrement le cas pour les lagunes littorales de la Tunisie orientale (lagune de Halk El Menjel), de Ghar-ElMelh au Nord et de Boughrara au Sud-Est, domaines géographiques très évolutifs et classés comme zones prioritaires par le gouvernement tunisien. Les potentialités du milieu physique seront examinées en fonction des aménagements et des nécessités de la conservation de l'environnement, de manière à établir un véritable modèle de fonctionnement systémique d'un secteur volontairement limité afin de pouvoir concentrer un maximum de moyens et d'informations dans un modèle spatial de faible extension. L'intérêt du projet tient dans la réflexion méthodologique qui doit éclairer son élaboration.

Description du système lagunaire de Ghar-EI-Melh
Les lagunes constituent un ensemble de milieux sédimentaires naturels caractérisés par leur relatif isolement du milieu marin. L'évolution d'une lagune est extrêmement rapide. En effet, la dynamique des lagunes due aux flux de matière et d'énergie apportés par les systèmes hydrologiques continentaux et marins, entraîne une instabilité morphologique du milieu sédimentaire. De simples changements des conditions physicochimiques de la lagune auraient des conséquences sédimentologiques, chimiques, biologiques et économiques considérables sur tout l'écosystème. Mais l'équilibre de tout environnement littoral n'est pas seulement lié aux variations des conditions physico-chimiques et géomorphologiques du milieu sédimentaire; il est aussi directement lié aux activités humaines. Tous ces critères doivent, bien sûr, être appréhendés dans le temps et dans l'espace. La lagune de Ghar-EI-Melh ne fait pas exception à cette règle. Cette lagune, représentant une étendue d'eau résiduelle de l'ancienne baie d'Utique, est située à l'extrémité Nord-Est de la dorsale tunisienne, culmine à Jebel En Nadhour (325 m) à l'ouest et, à Jebel Eddemna vers l'est, pour plonger dans la mer

Système d'information

géographique et télédétection

13

au Ras Etarf. La lagune est distante d'environ 44 km de Bizerte et 57 km de Tunis. Des terres basses argilo-limoneuses et souvent marécageuses la limitent au Sud et à l'Ouest. Elle est née de l'isolement de la côte par la formation d'un cordon littoral sableux constamment remanié par les vagues et le transit littoral. Couvrant une superficie de 39 km2, la lagune est subdivisée en trois parties, une partie principale appelée communément Bhira et deux parties annexes, sebkhet Sidi Ali El Mekki au Nord Est et sebket El Ouafi au Sud-Est. Les principaux oueds se déversant dans la lagune sont l'oued Cherchara, l'oued Nechma et l'oued Kherba. Depuis le début du siècle, le delta de la Medjerda, débouchant dans le Golfe de Tunis, fait l'objet d'une mise en valeur à des fins agricoles (grenier de la Tunisie). Les aménagements du fleuve Medjerda et de ses affluents (drainage des espaces marécageux, construction de digues pour emayer les inondations lors des crues du fleuve, introduction d'une agriculture de type européen...) ont eu sur l'évolution du delta des répercussions importantes et ont contribué largement à modifier la morphologie de la plaine alluviale. Ces opérations ont accru considérablement les apports alluviaux livrés à la mer: l'arrêt des débordements a mis fin au dépôt de limons et d'argiles dans la plaine deltaïque d'une part et, d'autre part, l'introduction d'une agriculture non adaptée a créé une érosion des sols beaucoup plus importante qu'auparavant. Cette augmentation de la charge solide véhiculée jusqu'à l'embouchure a fait apparaître une flèche littorale orientée vers le Sud-Ouest, qui s'est rapidement développée (R. Paskoff, 1981). Ces aménagements s'avéraient insuffisants et le delta restait à la merci des inondations. De nouveaux travaux furent entrepris de 1950 à 1981 (construction de 7 barrages, de canaux de dérivation), destinés fondamentalement à améliorer l'irrigation sur les terres de culture et à réguler les débits. Par conséquent, la flèche de l'embouchure cessa de s'allonger et les forces marines d'érosion et de dispersion prirent l'avantage sur les actions fluviales d'accumulation.

14 Histoire et perspectives méditerranéennes

En 1973, une importante crue se produisit et la Medjerda a abandonné son lit dans la partie sud de la plaine deltaïque. Il s/ensuivit de sérieux problèmes d/irrigation pour les cultures situées dans la partie nord du delta d/une part, et d' autre part, une forte érosion de la côte. La création d/un nouveau port en bordure de la mer a perturbé la dynamique littorale de la lagune au cours des dernières années. Le développement des zones industrielles, la création des périmètres agricoles irrigués et l'augmentation des rejets urbains entraînent aussi des sources éventuelles de pollution chimique, minérale et organique. Ces rejets se déversent dans la lagune par le réseau de drainage de la basse vallée de la Medjerda et dégradent la qualité des eaux. D' autres aménagements d' équipements touristiques et de construction d/un grand aéroport international sont prévus. Or, il convient de protéger cet espace d/un grand intérêt écologique, archéologique et historique. Par conséquent, les aménagements côtiers comme les ports, les digues de protection, ainsi que les travaux réalisés sur les fleuves (la déviation du lit de la Medjerda) et sur les périmètres irrigués (réseaux de drainage) ont provoqué des problèmes considérables: perturbation du transit littoral, dégradation de la qualité de l/eau, baisse de la productivité en poissons, ensablement de la passe qui assure la communication entre la mer et la lagune et des digues de protection du nouveau port. Tous ces changements entraînent l'avancée remarquable de la plage. Devant cette situation alarmante, le ministère de 1/Agriculture et la Direction Générale de la Pêche et de 1/Aquaculture (DGPA) ont mis sur pied des dispositions pour la protection de la lagune. Ainsi, 1/entretien artificiel de la passe et une étude pluridisciplinaire ont été lancés par la DGPA en vue de réhabiliter l/écosystème de la lagune à des fins halieutiques. Une équipe universitaire pluridisciplinaire franco-tunisienne de géographes, géologues, urbanistes (Laboratoire Géosystèmes UMR 6554, Ecole Normale supérieure, Université Paris l, Faculté de lettres de la Mannouba, Laboratoire de Géoressources de

Système d'information

géographique et télédétection

15

Hammam-Li£) ont mis en place un projet de collaboration pour l'étude de cette lagune.

Objectifs
Objectifs scientifiques de ce travail: L'objectif principal est d'étudier les potentialités d'aménagement ou de conservation des cordons littoraux et de leur environnement lagunaire deltaïque et marin et, sur les possibilités de développement de l'économie des lagunes. Ces recherches porteront sur : - la conception et la réalisation d'un SIG pour le suivi, l'analyse et la modélisation des systèmes complexes du littoral tunisien et de ses principales lagunes; - le recensement les méthodologies pour l'identification et le suivi de l'érosion côtière; - la constitution et complément de la base de données existantes sur ces secteurs; - l'identification des défenses côtières actuelles et leur évolution; - la constitution d'une base de données de l'occupation actuelle du sol et de son évolution depuis 1950 ; - la mise en place des scenarii d'évolution probable des traits de côte durant les 20 prochaines années, identifier les zones à risques; -l'analyse des politiques d'aménagement des collectivités territoriales chargés de ces secteurs face aux risques et proposition des mesures complémentaires de défense côtière ou de déménagement de zones spécifiques (équipements urbains). Objectifs en matière deformation: On attend de cette étude le renforcement des compétences nationales dans l'utilisation des nouvelles technologies des SIG pour la gestion du littoral et cela entre autres par des échanges d'étudiants entre la France et la Tunisie.

16 Histoire et perspectives méditerranéennes

Priorité au développement dimension régionale

et

Le projet s'inscrit dans une perspective d'aménagement par comparaison au niveau méditerranéen par :
- la mise en évidence de segments côtiers menacés;

-l'analyse de la qualité de l'eau; -la quantification des surfaces équipées directement sous la menace d'un recul saccadé ou régulier; - la détermination des mesures à prendre contre ce risque; - l'analyse des politiques d'aménagement de l'espace, de prise en compte du risque dans ces aménagements et des projets d'équipement sur le moyen terme.

Moyens
Le SIG, piloté par les logiciels Arc-Info et Arc-View, intègrera à la fois des données acquises sur le terrain, des données cartographiques, photographiques et satellitaires d'origine et de nature complémentaires ainsi qu'à des dates échelonnées, afin de quantifier la cinématique du champ d'investigations. Il comprend l'acquisition sur le terrain des données nécessaires à la constitution d'une base d'informations géographiques concernant: le milieu physique, le milieu humain et l'interrelation du milieu physique avec les activités humaines. Principes théoriques de la constitution d'une base de données à des fins de gestion du littoral Dans un article de 1990, A. Bruguière parle de «la double exigencequi est d'expliciter les procéduresd'analyse de données et de formuler clairement les questions qui doivent guider une recherche». Un peu plus loin, l'auteur mentionne que cette deuxième exigence «substitue à l'art de la narration la science de l'interprétation». Ces trois activités mentionnées, «expliciter des procédures», <formulerclairement des questions» et «interpréter», sont précisément les activités qui sont au centre de la problématique des disciplines concernées par l'environnement.

Système d'information

géographique et télédétection

17

Tout prédisposait donc la géographie mais aussi les autres disciplines environnementales à utiliser des outils, des concepts et des méthodes informatiques et mathématiques, puisque aussi bien les méthodes statistiques d'analyse de données quantitatives que les modèles statistiques de nature combinatoire appartiennent clairement aux mathématiques. On sait l'usage qui en a été fait et l'apport considérable des méthodes formelles et quantitatives aux sciences humaines dans leur ensemble, de la géographie à l'archéologie en passant par l'histoire, sans oublier l'urbanisme, la sociologie, la démographie. .. La géomatique, outil utilisant la Télédétection et les Systèmes d'Information Géographique (SIG) offre aujourd'hui des apports certains aux disciplines concernées par l'environnement. Issue des progrès technologiques réalisés dans la gestion des banques de données et de la cartographie assistée par ordinateur, la géomatique et plus exactement les SIG, sont devenus aujourd'hui un instrument d'aide à la décision sur des territoires aussi variés qu'une ville, un littoral, une agglomération, une région... La compréhension du fonctionnement et de l'évolution de ces écosystèmes repose sur des données environnementales spatialisées qui sont récoltées aussi dans une perspective temporelle. De plus, la compréhension du milieu implique une connaissance des phénomènes à différentes échelles. En effet, la démarche qui conduit à l'élaboration d'un «Système d'Information Géographique» est, par nature, pluridisciplinaire et collective. La compréhension de ces phénomènes spatiaux implique effectivement des compétences multiples et une chaîne de traitement allant de la collecte sur le terrain à la restitution cartographique de l'information géographique en passant par les phases d'analyse et de modélisation. Leur mise en œuvre correspond, dans le domaine de l'environnement, à une démarche dont l'objectif est d'enrichir la connaissance en matière de fonctionnement des écosystèmes et de gestion territoriale.. Cet outil constitue un modèle d'analyse pertinent, pour étudier la cinématique des flèches littorales, ainsi, que pour analyser l'occupation urbaine du sol. En Tunisie, les applications de la géomatique à la surveillance du littoral ont commencé

18 Histoire et perspectives méditerranéennes

depuis plus d'une quinzaine d'années. M Rabia et al. (1987), ont utilisé la télédétection pour l'étude des géorisques (néotectonique et seismotectonique) du littoral oriental. M Mtimet (1988) a utilisé la télédétection pour caractériser et étudier l'évolution des états de surface. M Rabia (1993)l'a utilisé pour cartographier la sebkhatEl Melli et pour étudier le contexte morphostructural du littoral de la Jeffara. C'est, par conséquent, en raison du caractère exceptionnel de cette zone et de la qualité des recherches géographiques, hydrodynamiques et historiques menées dans la région, que cette lagune a été retenue pour tester la valeur informationnelle de l'imagerie satellitaire et des SIG. Approche méthodologique

Le travail présenté s'inscrit dans une démarche globale visant à produire des couches d'informations thématiques relatives à l'environnement hydrologique de la région d'étude, intégrables dans une base d'information géographique existante. En effet, parallèlement à l'action d'enquêtes bibliographiques, une action d'assemblage et de numérisation des cartes topographiques, bathymétriques a été réalisée. La numérisation de ces cartes permet de préparer des documents de base dont l'utilisation immédiate consiste à positionner le travail de terrain: positionner les stations de mesure et d'échantillonnage, relever leurs cordonnées géographiques. Ces documents de base seront utilisés tout au long de l'étude pour reporter les différents résultats obtenus et serviront à la constitution d'une banque de données cartographiques. L'imagerie Spot, grâce à la superficie couverte par chacune de ses scènes et à sa basse résolution spatiale (20m x 20m), permet une analyse plus globale des phénomènes. L'approche méthodologique de cette étude repose aussi sur l'analyse diachronique d'images satellitaires Spot (1988-19941999), de photographies aériennes (1956-1998). Elle comprend aussi un vaste programme de mesures de terrain. L'interprétation et la synthèse des résultats de mesures intègrent également

Système d'information

géographique et télédétection

19

les résultats de synthèse bibliographique dans une tentative de comparaison d'états à différentes dates. Diagnostic de la situation actuelle

Le milieu climatique, typiquement méditerranéen, a joué un rôle très important dans la configuration actuelle de la lagune de Ghar-EI-Melh. En effet, le climat (température, pluviométrie, vent, évaporation, etc.), a dessiné le cordon littoral actuel et a limité l'échange mer-lagune. La marée en Tunisie est donnée généralement par rapport au zéro hydrographique (ZH) ou au zéro du nivellement général de la Tunisie. Comparée à celle du Sud de la Tunisie, la variation de la marée dans le golfe de Tunis est considérée comme négligeable. La propagation de la houle est modifiée à l'approche d'un haut fond ou de la côte. Sur le littoral tunisien, les courants de houle sont généralement deux à cinq fois plus forts que les courants de marée, notamment sur les petits fonds. Pour le large de la lagune de Garh-EI-Melh, la houle principale en fréquence et en force est celle qui provient du Nord-Ouest, mais qui en réalité s'affaiblie du N ord- Est, après sa diffraction par le Ras Etarf. L'énergie des vagues se trouve réduite par les hauts fonds. Par contre, les houles secondaires venues de l'Est et du Sud-Est ne rencontrent pas d'obstacles et se heurtent directement avec le rivage. Les amplitudes des houles provenant au secteur de Garh-EI-Melh sont d'environ: -la houle NE 0.2 fois celle du large -la houle NNE 0.1 fois celle du large. Dans le golfe de Tunis, les courants marins sont généralement faibles et ne dépassent pas O.lm/ s et ils sont parallèles à la côte. En face de la lagune de Ghar-EI-Melh, la vitesse des courants côtiers peut atteindre 15 cm/ s (Lake Group, 1985). Ce sont les houles du secteur Est qui sont à l'origine des courants littoraux lorsque celles-ci déferlent au rivage avec une certaine obliquité. Celle-ci est importante et engendre des courants dont la vitesse est supérieure à 0.5 m/ s.

20 Histoire et perspectives méditerranéennes

La sédimentation dans la lagune est régie principalement par le bilan hydrique actuel ainsi que son évolution à travers le temps. Les mouvements des sédiments sont liés aux actions des courants littoraux (sable) et à l'action de l'agitation (matériaux en suspension). En effet, le transport des sédiments parallèlement à la côte de la lagune de Ghar-EI-Melh est important. C'est ainsi que ce transit a causé une érosion du rivage Nord de la flèche sableuse provoquant la séparation de la lagune de la mer et une sédimentation au Sud de la flèche. L'aménagement du port de Ghar-EI-Melh mis en eau en 1975 a engendré une perturbation du transit. Le port a bloqué le transit littoral qui s'est manifesté par une sédimentation à l'Est du port contre la digue Est et une érosion du rivage à l'ouest de la digue Ouest. L'alimentation de la lagune de Ghar-EI-Melh est assurée par deux apports, les apports continentaux d'une part, et marins, d'autre part. Les précipitations directes sur la lagune sont beaucoup plus importantes que les apports des petits ruisseaux (oued Cherchara, oued Nechma, oued Kherba) qui débouchent sur la partie Ouest de la lagune. Sans oublier également, le rôle qu'a joué l'oued Medjerda (environ pendant six siècles) sur la lagune, en se déversant directement avant qu'ils changent de lit (Mansouri, 1979). Il existe également des apports marins, à travers la passe qui relie la lagune à la mer. Ces échanges sont contrôlés par la marée. Il se peut qu'il existe un échange par écoulement souterrain entre la lagune et la mer puisque les formations qui les séparent sont les plus souvent formées par les alluvions perméables charriées par la Medjerda. Des mesures de salinité ont donné des résultats de 35 à 40%0pour les eaux de la lagune.Cette salinité est un peu plus élevée que celle de la mer. En hiver, les salinités les plus fortes se situent du côté de la mer, en été le gradient s'inverse. L'analyse des sédiments répartis à l'intérieur de la lagune, permet de comprendre qualitativement son fonctionnement hydrodynamique. Et c'est par le biais des facteurs sédimentologiques et faunistiques au niveau de la surface de la

Système d'information

géographique et télédétection

21

lagune que l'on peut reconnaître les influences continentales et marines. Les courants d'allure giratoire présents dans le golfe de Tunis passent à travers la passe, ramenant avec eux du sable qui se dépose au voisinage du cordon littoral. Alors que les particules fines sont entraînées dans la partie centrale de la lagune (Mansouri, 1979). Donc la partie Est de la lagune est qualifiée de milieu relativement agité, contrarié par les courants venant du large. Tandis que la partie Ouest de la lagune révèle un milieu calme avec ses sédiments très fins venant soit du continent, soit de la mer. Ainsi, l'hydrodynamique de la lagune de Ghar-EIMelh est influencée principalement par les échanges avec la mer à travers la passe. Comparés aux apports continentaux qui sont relativement faibles. Analyse spatiale de l'environnement côtier de la lagune de Ghar-EI-Melh à partir des images Spot En première analyse, la superposition des couches d'information relatives aux images Spot ont permis une meilleure approche du milieu naturel et la définition visuelle des zones humides et des zones moins humides. Dans une seconde phase, on a comparé visuellement les résultats d'une première classification des images Spot à celles des données géographiques, historiques et bibliographiques: photo-interprétation, cartes topographiques (1952-1982), bathymétriques et d'Etat-Major (1908). Toutes les images satellitaires ont subi des prétraitements. Il s'agit essentiellement de rectifications géométriques des images, en utilisant des points d'amers. Ces amers sont tous convertis dans le système cartographique dans lequel on veut rectifier l'image. Deux rectifications ont été utilisées: - rectification d'une image dans un référentiel cartographique. Les points d'amers sont pris entre l'image à rectifier et des références cartographiques; - rectification d'une image dans le référentiel d'une autre image déjà rectifiée par la première méthode. A partir de plusieurs points d'amers (environ 20), on a calculé un modèle polynomial de degré 2 qui a été utilisé pour rectifier l'image

22 Histoire et perspectives méditerranéennes

dans une projection cartographique d'une autre image.

ou dans une projection

La comparaison des images et de ces différentes données, nous ont permis, dans un premier temps, de mettre en évidence les unités de paysage dont les caractéristiques sont déterminées par des facteurs naturels (hydrologie, géomorphologie) et humains (organisation de l'espace). Par ailleurs, il s'avère évident que ces trames paysagiques ne se manifestent que dans des bandes spécifiques à chaque cas, et à des saisons bien déterminées pour chaque type de structure. Le choix des canaux et des saisons d'enregistrement est non négligeable pour la mise en évidence des structures. Ces résultats doivent nous conduire à la mise au point d'une méthodologie d'investigations hydromorphologiques et environnementales à partir des données de télédétection. L'analyse diachronique des images Spot, des photographies aériennes, des cartes topographiques et bathymétriques ont permis de produire dans un premier temps la carte d'occupation du sol et de son évolution et de mettre à jour la carte bathymétrie de la lagune de Ghar-EI-Melh. La carte d'occupation du sol reflète l'utilisation que l'homme fait du milieu. Pour établir cette carte, nous avons procédé à un classement supervisé. Une connaissance préalable du milieu était nécessaire soit dans le choix des zones d'échantillonnage, soit dans l'évaluation des résultats. Ensuite, des classifications supervisées par maximum de vraisemblance, par distance minimale aux centres des classes et enfin la classification en hyperboîtes ont été appliquées. La nature numérique de ces classifications offre la possibilité d'analyser et quantifier les erreurs. Cette classification a aboutit à la légende suivante: - milieu naturel: mer, lagune, plage et dune, forêt; - milieu agricole: culture maraîchère, culture annuelle, terre inculte; - milieu urbain: tissu urbain, zone portuaire.

Système d'information

géographique et télédétection

23

L'analyse de cette synthèse cartographique montre, dans un premier temps, que la pression urbaine a augmenté et a créé plusieurs sources de pollution anthropique présentant un risque assez important sur cet écosystème. Les conséquences de la forte urbanisation en bordure de cette lagune sont: le rejet des eaux usées ménagères et urbaines des communes de Ghar-EI-Melh et d'Aousja et des eaux usées industrielles de la zone industrielle d'Utique; le déversement des déchets solides sur les berges du plan d/eau à l'entrée de la ville de Ghar-EI-Melh; les rejets solides et liquides du tourisme balnéaire sur les plages et ses voisinages (eaux de baignade, dunes, ... de Sidi Ali El Mekki). Géomorphologie du cordon littoral

L'évolution des littoraux est souvent très rapide et dépend des courants de marée et des apports continentaux. La lagune de Ghar-EI-Melh s'expose à une attaque croissante par les vagues déséquilibrées par la présence du nouveau port. Son cordon littoral a subi d'énormes changements durant ces dernières années. Pour mettre en évidence et quantifier cette évolution du cordon littoral, les images du satellite Spot corrigées ont été superposées au contour cartographique de la lagune, réalisée pendant l'année 1999. Les faits dégagés de la superposition sont les suivants: - la fermeture de l'ancienne passe par ensablement; - l'ouverture d'une nouvelle passe plus proche du port, mais son fonctionnement est assuré par un dragage continu des sables; - l'érosion de la partie sud du cordon; -la relative stabilité de la partie médiane du cordon littoral;

24 Histoire et perspectives méditerranéennes

Conclùsion Cet article présente les bases d'un travail pluridisciplinaire que nous espérons fructueux entre deux équipes, française et tunisienne. La particularité de ce travail tient dans son aspect pluridisciplinaire intégrant toutes les caractéristiques du milieu à la fois socio-économiques, biotiques (biocénoses et écosystèmes lagunaires) et abiotiques (physiques et hydrologiques). Il montre l'interaction de ces différents facteurs: le colmatage dans la lagune entraîne une modification biologique du substrat végétal et de la faune piscicole; la modification de la morphologie a des conséquences sur la production de la pêche, la pression urbaine a créé plusieurs sources de pollution anthropique présentant un risque non négligeable sur l'écosystème de cette lagune. Bref, les principales conclusions retenues qualifient de dégradé l'état général de l'écosystème lagunaire. Cette situation a dévalorisé l'intérêt économique de la lagune. De tous temps cette lagune a été étudiée, mais d'une façon sectorielle et non suivie et, par conséquent il n'est pas possible de dégager des tendances et des évolutions sur le long terme en intégrant tous les paramètres qui influent sur ce milieu. Seuls des systèmes synthétiques comme les SIG permettent de confronter ces paramètres dans un enchevêtrement complexe des causes et des effets, de comprendre le fonctionnement d'un milieu et de définir les conditions optimales et limites pour son aménagement, gestion et exploitation.
Ibtissem Tounsi (UMR 6554 - Géosystèmes (Brest) - Université Paris VIII - ENS ULM), Chadli Rabia (Faculté de Lettres de la MannoubaTunis), Ben Amor Nacib (Faculté de Sciences de Tunis).

Système d'information

géographique et télédétection

25

Bibliographie
Paskoff R., 1981, «L'évolution de la lagune de Ghar-EI-Melh, delta de la Medjerda», Tunisie Orientale, Bull. de la Société Languedocienne de Géographie 1-2, p. 49-57 Rabia M.Ch. et Zargouni F., 2001, Circulation des eaux dans la lagune de B~ugra!a: A12po~t.des images TM de Landsat, Notes du service geofogIque, TunISIe Rabia M.Ch et KIai A., 1995, Apports de la Télédétection pour l'évaluation de l'impact des ouvrages marltimes sur l'environnement littoral. Actualité SClentifique, Téle-aétection et ressources en eau, AUPELF jUREF. Ed.J.Libbey. Romdhane M.S., Daly Yayahia M.N., Eilertsen H.C. 1998, Toxic Dinoflagellates blooms in Tunisian lagoons (Ghar El Me/h BouGrara, Tunis), causes and consequences for aquacult~~ VIII intemational Conference Harm full Algal Bloom, COI-Ul'JbSCO, pp : 80-87.