//img.uscri.be/pth/b6cd418af4243d1dcb267ad4a80e48da4c06907b
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Thomas W. Evans

De
168 pages
Henri Lamendin retrace, dans un opus palpitant, la vie effrénée et exceptionnelle de Thomas W. Evans. Dentiste américain unanimement reconnu au point de soigner toutes les têtes couronnées européennes, à commencer par la famille impériale française. Ambassadeur de l'Empereur missionné aux Etats-Unis en pleine guerre civile (1864), il a dissuadé Napoléon III, puis les Anglais d'intervenir en faveur du Sud, évitant ainsi une guerre mondiale.
Voir plus Voir moins

Henri LamendinTHOMAS W. EVANS
(1823-1897)
le dentiste de Napoléon III
En 2011, ont été fêtés les 250 ans de la mort de Pierre Fauchard (1761) qui est THOMAS W. EVANS
considéré par beaucoup, en raison de son livre paru en 1728, comme le père de la
chirurgie dentaire moderne. Les célébrations autour de cet événement ont occulté, (1823-1897)pppooouuur r r llla a a pppllluuupppaaarrrttt, , , ddd’’’iiilllllluuussstttrrreees s s ppprrratatatiiicicicieeennns s s qqquuui i i ooonnnt t t œœœuuuvvvrrré é é dddeeepppuuuiiis s s pppooouuur r r llla a a pppllluuus s s gggrrraaannnddde e e
gggggllllloooooiiiiirrrrre e e e e ddddde e e e e llllla a a a a ccccchhhhhiiiiirrrrruuuuurrrrrgggggiiiiie e e e e dddddeeeeennnnntttttaaaaaiiiiirrrrre e e e e ttttteeeeelllllllllle e e e e qqqqquuuuue e e e e nnnnnooooouuuuus s s s s llllla a a a a cccccooooonnnnnnnnnnaaaaaiiiiissssssssssooooonnnnns s s s s aaaaauuuuujjjjjooooouuuuurrrrrddddd’’’’’hhhhhuuuuuiiiii. . . . . AAAAAiiiiinnnnnsssssi i i i i eeeeen n n n n
est-il de Thomas W. Evans, dentiste personnel de Napoléon III, dont le centenaire le dentiste de Napoléon III
de la disparition n’a pas été commémoré dans notre pays.
Pourtant, le parcours de ce dentiste américain est bien extraordinaire :
ppppprrrrrooooofffffeeeeessssssssssiiiiiooooonnnnnnenenenenel l l l l aaaaavvvvveeeeerrrrrttttti i i i i aaaaau u u u u sssssomomomomommememememet t t t t ddddde e e e e sssssooooon n n n n aaaaarrrrrt t t t t eeeeet t t t t ddddde e e e e sssssa a a a a ssssscicicicicieeeeennnnnccccce e e e e uuuuunnnnnaaaaannnnniiiiimemememememememememennnnnt t t t t rrrrreeeeecccccooooonnnnnnnnnnu u u u u
aaaaaaau u u u u u u pppppppoooooooiiiiiiinnnnnnnt t t t t t t ddddddde e e e e e e sssssssoooooooiiiiiiigggggggnenenenenenener r r r r r r tttttttooooooouuuuuuuttttttteeeeeees s s s s s s llllllleeeeeees s s s s s s tttttttêêêêêêêttttttteeeeeees s s s s s s cccccccooooooouuuuuuurrrrrrrooooooonnnnnnnnénénénénénénéeeeeeees s s s s s s eeeeeeeuuuuuuurrrrrrrooooooopppppppéééééééeeeeeeennnnnnnnenenenenenenesssssss, , , , , , , à à à à à à à cccccccomomomomomomommememememememennnnnnnccccccceeeeeeer r r r r r r pppppppaaaaaaar r r r r r r
la famille impériale française ; ambassadeur de l’Empereur missionné aux États-
Unis en pleine guerre civile (1864) afi n de jauger les forces en présence et dont le
rôle s’est révélé si prépondérant qu’il a dissuadé Napoléon III, puis les Anglais,
dddddd’’’’’’iiiiiinnnnnntttttteeeeeerrrrrrvvvvvveeeeeennnnnniiiiiir r r r r r eeeeeen n n n n n ffffffaaaaaavvvvvveeeeeeuuuuuur r r r r r ddddddu u u u u u SSSSSSuuuuuudddddd, , , , , , évévévévévéviiiiiittttttaaaaaannnnnnt t t t t t aaaaaaiiiiiinnnnnnssssssi i i i i i uuuuuune ne ne ne ne ne gggggguuuuuueeeeeerrrrrrrrrrrre e e e e e mmmmmmoooooonnnnnnddddddiaiaiaiaiaialllllle e e e e e ; ; ; ; ; ; iiiiiinnnnnnttttttiiiiiime me me me me me dddddde e e e e e lllllla a a a a a
fffffaaaaammmmmiiiiilllllllllle e e e e iiiiimmmmmpppppééééérrrrriaiaiaiaiallllle e e e e qqqqquuuuui i i i i llllluuuuui i i i i fffffaaaaaiiiiisssssaaaaaiiiiit t t t t ssssseeeees s s s s cccccooooonnnnnfififififi dddddeeeeennnnnccccceeeees s s s s aaaaammmmmiiiiicccccaaaaallllleeeeesssss, , , , , aaaaau u u u u pppppoooooiiiiinnnnnt t t t t ddddde e e e e sssssaaaaauuuuuvvvvveeeeer r r r r
l’Impératrice de la vindicte populaire (1870) et de l’amener saine et sauve, au péril
de sa propre vie, à Deauville, pour embarquer vers l’Angleterre, puis d’être chargé
de l’identifi cation médico-légale du Prince impérial tué au cours d’une embuscade
zzzzzooooouuuuulllllooooouuuuue e e e e (((((11111888887777799999) ) ) ) ) ; ; ; ; ; aaaaallllltttttrrrrruuuuuiiiiisssssttttte e e e e jjjjjuuuuusssssqqqqquuuuu’’’’’à à à à à llllléééééggggguuuuueeeeer r r r r sssssooooon n n n n iiiiimmmmmmememememennnnnssssse e e e e fffffororororortttttuuuuune ne ne ne ne à à à à à lllll’’’’’uuuuunnnnniiiiivvvvveeeeerrrrrsssssiiiiittttté é é é é ddddde e e e e
PPPPPeeeeennnnnnnnnnsssssyyyyylllllvvvvvaaaaannnnniiiiie pe pe pe pe pooooouuuuur cr cr cr cr crrrrréééééeeeeer ur ur ur ur une éne éne éne éne écccccooooollllle de de de de deeeeennnnntttttaaaaaiiiiirrrrre te te te te tooooouuuuujjjjjooooouuuuurrrrrs ps ps ps ps pééééérrrrreeeeennnnnne dne dne dne dne de ne ne ne ne nooooos js js js js jooooouuuuurrrrrsssss. . . . .
Henri Lamendin retrace, dans un opus palpitant, en se référant aux plus grands
auteurs, la vie effrénée et exceptionnelle de ce dentiste hors du commun, dernier
dentiste à la Cour de France, qui mérite amplement l’hommage qui lui est (enfi n)
rendu ici.
XXXXXXXaaaaaaavvvvvvviiiiiiieeeeeeer Rr Rr Rr Rr Rr Rr Riiiiiiiaaaaaaauuuuuuuddddddd
Henri Lamendin, docteur d’Université en odontologie, docteur d’État ès sciences
de l’Académie nationale de chirurgie dentaire, est membre de la Société française
ddddddd’’’’’’’hhhhhhhiiiiiiissssssstttttttoooooooiiiiiiirrrrrrreeeeeee dddddddeeeeeee lllllll’’’’’’’arararararararttttttt dddddddeeeeeeennnnnnntttttttaaaaaaaiiiiiiirrrrrrreeeeeee....... IIIIIIIlllllll eeeeeeesssssssttttttt aaaaaaauuuuuuussssssssssssssiiiiiii ancancancancancancanciiiiiiieeeeeeennnnnnn dddddddiiiiiiirrrrrrreeeeeeecccccccttttttteeeeeeeur-ur-ur-ur-ur-ur-ur-aaaaaaadddddddjjjjjjjoooooooiiiiiiinnnnnnnttttttt ddddddduuuuuuu dddddddéééééééppppppparararararararttttttteeeeeeemmmmmmmeeeeeeennnnnnnt t t t t t t
bbbbbbbiiiiiiiooooooolllllllooooooogggggggiiiiiiieeeeeee dddddddeeeeeee lllllll’’’’’’’IIIIIIInnnnnnnssssssstttttttiiiiiiitttttttuuuuuuuttttttt dddddddeeeeeee rrrrrrreeeeeeeccccccchhhhhhheeeeeeerrrrrrrccccccchhhhhhheeeeeeesssssss aaaaaaappppppppppppppllllllliiiiiiiqqqqqqquuuuuuuéeéeéeéeéeéeéesssssss aaaaaaauuuuuuu dddddddooooooommmmmmmaaaaaaaiiiiiiinnnnnnneeeeeee dddddddeeeeeee lllllllaaaaaaa SSSSSSSananananananantttttttééééééé (((((((UUUUUUUnnnnnnniiiiiiivvvvvvveeeeeeerrrrrrrsssssssiiiiiiittttttté é é é é é é Préambule du Docteur Jean-Claude Tavernierd’Orléans).
Préface du Docteur Xavier Riaud
Illustration de couverture : Portrait du Dr Thomas W. Evans © Collections of the
University of Pennsylvania Archives, 2005.
ISBN : 978-2-336-00351-1
Prix : 16,50 €
Henri Lamendin
Thomas W. Evans (1823-1897) le dentiste de Napoléon III












































Thomas W. Evans
(1823-1897)
le dentiste de Napoléon III


Médecine à travers les siècles

Collection dirigée par le Docteur Xavier Riaud

L’objectif de cette collection est de constituer « une histoire
grand public » de la médecine ainsi que de ses acteurs plus ou
moins connus, de l’Antiquité à nos jours.
Si elle se veut un hommage à ceux qui ont contribué au progrès
de l’humanité, elle ne néglige pas pour autant les zones d’ombre
ou les dérives de la science médicale.
C’est en ce sens que – conformément à ce que devrait être l’ensei-
gnement de l’histoire –, elle ambitionne une « vision globale » et
non partielle ou partiale comme cela est trop souvent le cas.

Dernières parutions

Xavier RIAUD, Les Dentistes américains dans la guerre de
Sécession (1861-1865), 2012.
Michel A. GERMAIN, L’épopée des gants chirurgicaux, 2012.
Henri LAMENDIN, Carl von Linné, médecin précurseur de la
pharmacie moderne (1707-1778), 2012.
Xavier RIAUD, Chroniques odontologiques des rois de France
et de la dynastie napoléonienne, 2011.
Frédéric DUBRANA, Les boiteux. Mythes, génétique et
chirurgie, 2011.
Florie DURANTEAU, Les dents de l’Homme. De la préhistoire
à l’ère moderne, 2011.
Patrick POGNANT, La répression sexuelle par les psychiatres.
1850-1930. Corps coupables, 2011.
Patrick POGNANT, Psychopathia sexualis de Krafft-Ebing.
1886-1924. Une œuvre majeure dans l’histoire de la sexualité,
2011.
André FABRE, Haschisch, chanvre et cannabis : l’éternel
retour, 2011.
Xavier RIAUD, Dentistes héroïques de la Seconde Guerre
mondiale, 2011.
Marie FRANCHISET, Le chirurgien-dentiste dans le cinéma et
ela littérature du XX siècle, 2011.
André FABRE, De grands médecins méconnus…, 2010.
Henri Lamendin










Thomas W. Evans
(1823-1897)
le dentiste de Napoléon III

















Préambule du Docteur Jean-Claude Tavernier

Préface du Docteur Xavier Riaud
























































Du même auteur
(en accord avec l’auteur, le nombre de ses ouvrages tenant sur plusieurs
pages, nous nous sommes contentés de ne citer que ses livres
relatifs à l’histoire de la médecine)

Anecdodontes, Lab. Aventis Ed., Paris, 2004.
Petites histoires de l’art dentaire d’hier et d’aujourd’hui (Anecdo-
dontes), L’Harmattan, Paris, 2006.
Dictons, propos, slogans bucco-dentaires d’hier et d’aujourd’hui,
Musée dentaire de Lyon (faculté d’odontologie) Ed., Lyon, 2006 (en
collab.).
e e Praticiens de l’art dentaire du XIV au XX siècle (recueil
d’anecdodontes), L’Harmattan, Paris, 2006.
Soignez votre bouche par les plantes. Remèdes d’hier et d’aujour-
d’hui, L’Harmattan, Paris, 2007.
De l’art dentaire à d’autres arts. Anecdodontes biographiques,
L’Harmattan, Paris, 2007.
Précurseurs de la phytothérapie bucco-dentaire occidentale,
L’Harmattan, Paris, 2008.
Historique de l’odonto-stomatologie du sport en France. Principaux
acquis techniques et scientifiques, L’Harmattan, Paris, 2009.
Investigations et expérimentations en odontologie. 40 années
d’expériences, L’Harmattan, 2009.
Linné (naturaliste) et… ? selon plusieurs auteurs, Souvenirs Ed.,
Guillestre, 2011.
Carl von Linné, L’Harmattan, 2012.
Spallanzani (naturaliste) et… ? selon plusieurs auteurs, Souvenirs
Ed., Guillestre, 2012.
Evans (dentiste de Napoléon III) et… ? selon plusieurs auteurs,
Souvenirs Ed., Guillestre, 2012.















© L’Harmattan, 2012
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-336-00351-1
EAN : 9782336003511






Préambule

C’est toujours avec plaisir que je réponds à la demande d’Henri
Lamendin pour la rédaction du préambule ou de la préface d’un
de ses ouvrages, qui nous font connaître ou redécouvrir des
personnages que l’histoire a quelque peu oubliés.
Le Dr Thomas Evans est un de ceux-là. J’en parle souvent à
mes élèves et le donne en exemple. Grâce à ce livre, sa riche
personnalité sera plus largement connue du grand public.
Il a été un jeune homme ambitieux et entreprenant, praticien de
qualité, homme de confiance du couple impérial, philanthrope
et homme de culture.
Ambitieux et entreprenant, il a été, comme nombre de jeunes
Américains, attiré par la vielle Europe. Il s’établit à Paris,
judicieusement conseillé et guidé par des amis. Il restera dans
notre capitale pendant cinquante ans. Sa pratique
professionnelle a été de très grande qualité. Il a excellé dans
certains actes et il a promu des techniques nouvelles tant en
prothèse qu’en sédation. Notre profession lui doit beaucoup.
La révolution de 1848 ayant mis fin au règne de notre dernier
erroi, Louis-Philippe I , c’est auprès du jeune Prince-président
qu’il a exercé ses talents de praticien. Entre les deux jeunes
hommes s’est tissé une grande complicité. Thomas Evans a
aimé sans doute rencontrer le Prince-président et leurs
conversations en anglais rendent mystérieux encore aujourd’hui
ces entretiens. L’Empereur en a fait plus que son confident, son
émissaire, son diplomate officieux et Evans a participé aux
grandes affaires de l’Empire, en Amérique, en Russie, en
Extrême-Orient. Sa proximité avec toutes les Cours
européennes et sa nationalité américaine ont facilité grandement
ses entreprises. Par sa diplomatie, il est parvenu à conforter et à
renforcer l’amitié franco-américaine.
7 Il est resté fidèle, envers et contre tout, au couple impérial,
aidant S. M. l’Impératrice à fuir en Angleterre, intervenant
auprès des autorités prussiennes pour soulager les souffrances
de l’Empereur prisonnier. Cette fidélité n’a jamais cessé.
Philanthrope, il l’a été en léguant sa fortune pour l’édification
d’une école de chirurgie dentaire au sein d’une université
américaine. Mais, son action auprès des autres n’a pas été
limitée. Il a créé, avec sa femme, une institution pour jeunes
filles à Paris et a subvenu à l’éducation de plusieurs enfants.
J’aimerais mettre en lumière également une autre facette de son
action philanthropique, celle qu’il a prodiguée aux blessés de
guerre, que ce soit en Crimée, en Amérique ou à la suite de la
terrible guerre de 1870.
Il a mis au point et a présenté plusieurs matériels et ambulances,
et, surtout, il a soutenu moralement, et matériellement, les
prisonniers français avec l’aide de plusieurs sociétés féminines.
Il a participé ainsi, avec Henry Dunant et bien d’autres
anonymes, à ce grand élan qui a été également à l’origine de
l’Association nationale du souvenir français.
2 3Avec J. Guivarch et D. Blandin , le comité du Souvenir
français de Nangis rendra, pour cela, hommage à Thomas
Evans.
Mais, cher lecteur, laissons Henri Lamendin nous guider tout au
long de cet ouvrage à la découverte d’un personnage
emblématique et malheureusement oublié de la chirurgie
dentaire contemporaine. J’espère que vous saurez, vous aussi,
apprécier la personnalité du docteur Evans, cet « Américain à
Paris » si fidèle à ses origines, à son art, au couple impérial et à
la France.

CDC ® Jean-Claude Tavernier
Membre titulaire de l’Académie nationale de chirurgie dentaire
Maître de Conférences des Universités
Président du Souvenir français de Nangis




2 Président in solidum du Souvenir français de Nangis.
3 t ion P C Amitié franco-américaine du Souvenir français de Nangis.
8






Préface

èmeEn 2011, a été commémoré le 250 anniversaire de la mort de
Pierre Fauchard (1679-1761). Pendant toute cette année, il ne
s’est pas passé un instant sans que les journaux dentaires ne
reviennent constamment sur tout ce qui touchait de près ou de
loin à cet homme dont le seul mérite est d’avoir publié un livre
qui est qualifié, par certains, de première œuvre « moderne » de
la chirurgie dentaire.
Je dis certains, car il s’agit toujours des mêmes qui se repaissent
en permanence du dire fauchardien, en occultant tout ce que la
chirurgie dentaire a développé depuis 250 ans. Car, il s’agit bien
de cela, l’histoire de l’art dentaire en général est ramenée tout
entière au seul Pierre Fauchard comme si rien d’autre n’avait
existé depuis, comme si, ainsi, les historiens de l’art dentaire
pouvaient être muselés parce qu’ils se trouvaient satisfaits
qu’on parle un peu d’eux.
Ne faut-il pas se demander par ailleurs, en extrapolant un peu, si
ce n’est pas leur anniversaire, plus que celui de Fauchard, qui a
été fêté ? J’avoue que je suis perplexe.
Récemment, j’ai assisté à un congrès d’histoire de l’art dentaire
organisé par des littéraires, où un de ces chercheurs notoires, en
l’occurrence Pierre Baron, actuel président de la Société
française d’histoire de l’art dentaire et de la commission
d’histoire de l’art dentaire de l’Académie nationale de chirurgie
dentaire, a lui-même affirmé devant une belle assemblée, que
l’œuvre fauchardienne n’était en rien moderne, ou tout au plus
l’était-elle pour son époque.
Il a par ailleurs fait une brillante démonstration en ce sens. J’ai
été surpris par son propos, car il me semblait qu’il avait fait
partie de l’équipe organisatrice de cet événement. Dès lors, s’il
pense ainsi, quel est (a été) l’intérêt de fêter un tel praticien ?
9 L’exercice de Fauchard, qui semble plus théorique que pratique,
est-il plus digne d’être commémoré que son art de la
communication et de la publicité ? Quel paradoxe alors que nos
confrères n’ont pas le droit de se promouvoir !
Certes, il incarne un symbole emblématique pour la profession,
mais doit-on accepter pour autant de réduire le passé de toute
une profession à ce seul homme et à la seule sainte Apolline,
qui animent toujours les mêmes chercheurs, dont nous parlions
précédemment, depuis au moins trente ans ?
Commémorer la seule mort de Fauchard survenue, il y a 250
ans, sans jamais parler de tout ce qui a fait entre-temps ce que
nous sommes aujourd’hui, n’est-ce pas finalement extrêmement
réducteur pour les 250 ans de recherches, d’innovations, de
scientifiques et de techniciens qui ont suivi, et qui ont contribué
à faire de la chirurgie dentaire, celle que nous connaissons
actuellement ?
Les mêmes diront qu’il s’agit d’un pas dans la défense de
l’histoire de l’art dentaire et qu’il faut savoir s’en contenter. Ne
faut-il pas y voir plutôt une manipulation, voire une aumône, de
certains médias, pas tous, qui ont essayé ainsi de se mettre en
avant, alors que le reste du temps, ils ignorent,- là encore, pas
tous, car il ne faut surtout pas généraliser -, sciemment tout ce
qui touche aux racines qui nous ont construites ?
Sans le vouloir, Henri Lamendin rétablit un équilibre,- et je l’en
remercie avec un grand « ouf » de soulagement -, en parlant de
Thomas Wiltburger Evans, un des dentistes les plus importants
ème
du XIX siècle.
Dentiste de Napoléon III, de toute la famille impériale, et des
têtes couronnées européennes, Evans a un parcours
extraordinaire qui mériterait, un jour, que le cinéma s’attarde
sur son histoire. Plénipotentiaire de l’Empereur, il le dissuade
d’intervenir en faveur du Sud dans le conflit fratricide
américain. C’est dans son cabinet dentaire qu’Eugénie est
découverte. C’est encore Evans qui sauve l’Impératrice de la
vindicte populaire en 1870.
C’est toujours lui qui identifie le Prince impérial tombé dans
une embuscade zouloue. Non content de sa vie aventurière, il
contribue, par son travail prolixe, à l’essor des techniques
dentaires et il participe activement à la Commission sanitaire de
son pays visant à l’essor de mesures d’hygiène au sein de
10 l’armée « états-unienne », comme se plaît à dire notre cher ami
auteur.
Si certains affublent Fauchard d’une modernité suspecte à
laquelle je ne m’identifie à aucun moment - je revendique la
lecture du Traité des dents (1728) -, je dois admettre qu’Evans
est un dentiste autrement plus fascinant, autrement plus
remarquable, avec un exercice scientifique et pratique dont la
qualité est reconnue universellement.
Je dois ajouter que je m’identifie nettement plus à cet homme
dont je connais bien le parcours pour l’avoir longuement étudié.
Si Evans a été un dentiste incontournable de son époque, pour
autant, personne en France n’a songé à fêter les 100 ans de sa
mort en 1997.
Je suis fier et heureux de participer au recueil admirable écrit en
son honneur par Henri Lamendin qui répare ainsi, me semble-t-
il, une injustice véritable.

Docteur Xavier Riaud
Docteur en chirurgie dentaire
Docteur en épistémologie, histoire des sciences et des techniques
Lauréat de l’Académie nationale de chirurgie dentaire
Membre associé national de l’Académie nationale de chirurgie dentaire

11



































Avant-propos

Sans savoir qu’un jour je consacrerais un recueil à Evans, il y a
presque 13 ans j’ai publié un article intitulé « L’impératrice
Eugénie, des dentistes et l’Histoire… » dans la revue syndicale
Le Chirurgien-Dentiste de France (950, 1999). J’y faisais état
d’une de mes cousines, Janine Müller, qui détenait le collier de
l’impératrice Eugénie. Depuis lors, ma cousine Janine Müller
est décédée, mais le collier de l’Impératrice se trouve toujours
dans notre famille, faisant de son histoire et de la nôtre, deux
histoires involontairement intriquées.
Jusqu’à présent, l’histoire d’Evans a été racontée plutôt de
façon traditionnelle. Comme pour mes précédents recueils,
négligeant cette notion, j’ai rédigé celui-ci avec les mêmes
soucis de simplicité et de pédagogie, cherchant à mettre en
évidence certains des principaux thèmes qui ont marqué son
existence.
Dans cet opus, les thèmes sont énumérés sans aucune idée
d’exhaustivité, ni de classification quelconque. Je les ai illustrés
par des citations tirées d’auteurs de livres ou d’articles de
revues, volontairement très divers, et plus ou moins connus,
témoignant chacun de leur point de vue sur Evans pour
l’ensemble de sa vie, ou de certains points particuliers.
Puisque l’objectif de cet ouvrage est de permettre que le lecteur
puisse se faire une idée sur Evans à partir de publications le
concernant, j’ai rapporté des extraits de ces mêmes auteurs.
Quelques-uns sont tirés d’Evans lui-même et d’autres, de mes
travaux personnels.
Pour chaque sujet, des choix ont été faits afin de demeurer dans
des brèves qui peuvent être lues dans l’ordre ou le désordre.
S’il existe, parfois, quelques à-côtés, il y a également
des raccourcis, ainsi que des répétitions assez fréquentes,
pouvant se confirmer ou se compléter, car, si cet opus est
13 indéniablement historique, il se veut également très didactique
et a pour objectif d’effectuer une recension, et une comparaison
des différents auteurs sur notre homme. Volontairement, les
mêmes faits sont racontés par des auteurs différents, générant
des chevauchements inévitables, voire de possibles
contradictions entre eux, puisqu’il s’agit de citations fidèlement
reproduites.
En espérant qu’in fine, en confrontant les faits, chacun puisse
avoir son propre jugement sur Evans, avec, bien entendu, le
désir de le découvrir plus avant par la lecture de nombreux
autres écrits publiés par d’autres.
Si rien n’est fait, ou tout du moins tenté en ce sens, Evans
risque aujourd’hui, particulièrement en France, d’être, lui aussi,
oublié ou plutôt de devenir un homme mal connu, et de finir
dans les méandres de l’Histoire, des plus jeunes notamment…























14





Evans à travers les siècles

Thomas William - ou Wiltberger, l’un et l’autre sont cités selon
les auteurs - Evans (1822-1897) a acquis un doctorat en
médecine au Jefferson Medical College de Philadelphie, ville
des Etats-Unis où il est né. Il vient s'installer à Paris à l'époque
« où les charlatans enlèvent encore les dents au coin des rues,
où la clef de Garengeot règne encore dans les hôpitaux et où les
dentistes ne sont admis chez leurs clients de ville que par
l'escalier de service », comme le précisent Dechaume et coll.
(4).
Bientôt, il y soigne les dents de la haute société parisienne,
française et internationale. Ses meilleurs clients ont été
Napoléon III et l'impératrice Eugénie.
Evans s’est fait d'abord connaître par un procédé d'aurification
dentaire, puis a préconisé l'amalgame d'étain - de zinc, selon
Lemerle (1900) - et de cadmium qu'il a abandonné par la suite à
cause de l'effet nuisible du dernier métal.
Il a vulgarisé la prothèse en caoutchouc vulcanisé. Il s'est
également intéressé à la pyroxiline, base de la celloïdine,
employée dans la fabrication des dentiers.
C'est vingt ans après l'occluseur de Gariot qu'est apparu le
premier occluseur rectificateur pour améliorer l'articulation des
dentiers doubles, dont la paternité est encore très discutée. Mais,
en France, elle est donnée volontiers à Evans, comme l’indique
Cecconi (3).
En orthopédie dento-faciale, il soude à une bague complète, un
tube vestibulaire et munit sa bague d'appuis triturants. Il utilise
aussi les chevilles de bois d'hickory dans une plaque palatine.
En 1860, il contribue à introduire à Paris, l'anesthésie générale
au protoxyde d'azote, dont Préterre a été un très actif
propagandiste, d’après Dechaume et coll. (4). À noter que de
nos jours, à propos du protoxyde d'azote, il est surtout fait
15