//img.uscri.be/pth/149723373123eaeb0919692f8c71e5041ae21bfe
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Tombouctou, son savoir-être multiple.

De
264 pages
Venant des cinq continents, d'éminents intellectuels présentent la ville de Tombouctou, en français, en anglais et en arabe. Est retracée l'épopée contemporaine de la Cité Mystérieuse qui ne finit pas de faire couler beaucoup d'encre et de jeter des ancres sur les bords du Niger en plein désert du Sahara.
Voir plus Voir moins
Hamidou Magassa (dir)
, son savoir-être multiple. Première capitale de la culture islamique d’Afrique
(Actes du Symposium de 2006)
Editions Yeredon/Harmattan
      
         Collection Etudes Eurafricaines   Dirigée par André Julien Mbem   Le Sahara et la Méditerranée, frontières entre l’Afrique et l’Europe, sont aussi des   passerelles par lesquelles, depuis des siècles, au-delà des tragédies et des drames, se  rapprochent et se remodèlent ces deux ensembles géographiques et leurs civilisa- tions. La collection Etudes Eurafricaines encourage la diffusion d’études historiques et   prospectives sur les symbioses dont cette partie du monde est l’antique théâtre.             © L'H ARMATTAN , 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-96612-3 EAN : 9782296966123 Conception graphique et mise en page : ©  Editions YEREDON, Ségou,Village CAN, Email : yeredon92@yahoo.fr
 
« Ouvrage publié avec le concours financier des Etablissements ABK, en hommage à la mémoire du père Baba Konaté »
TOMBOUCTOU, Capitale de la Culture Islamique de la Région Afrique pour la 1 ère année de célébration 2006
ACTES DU SYMPOSIUM INTERNATIONAL SUR LES PARTICULARITES SOCIOCULTURELLES DE TOMBOUCTOU (avec l’appui de l’ISESCO et de l’ICAA / Tombouctou, 15-18 Novembre 2006)
Table des matières
Préface Appel de Tombouctou Tombouctou et les routes Transsahariennes
Tombouctou et les voyageurs Arabes (période Médiévale)
6 9 10
29
Tombouctou et ses peuplements historiques : Touaregs, Sonrhaïs, Kountas, Marocains, Mandingues, Peuls/ Toucouleurs, Mossis et Fançais 3
Tombouctou et son patrimoine, matériel et immatériel : passé, présent et futur 57
Contribution à l’étude du patrimoine islamique : Cas de l’Université de Tombouctou (XIV e -XVI e siècles) 69
La médersa de Tombouctou d’après les archives du Sénégal 79
La broderie à la main au nord du Mali du boubou tilbi De l’économie réelle à l’économie conser vatoire : Projets et investigations. 96
Images de Tombouctou : audiovisuel et représentation des trésors culturels maliens 113
Tombouctou et son image dans la culture occidentale : «Tombouctou 2000, ou l’imaginaire restitué». 121
Tombouctou et les explorateurs européens (période précoloniale)
13
La quête de l’altérité et de l’inconn u à travers le «Voyage de Tombouctou » de Réné Caillé 18
Tombouctou l’africaine,Venise l’italienne, Novgorod la russe. (« Dialogue des civilisations » au moyen âge et bases d’une perception globale de la culture mondiale.) 15
Jours et nuits d’invocation à Tombouctou (1) Dieu nous a donné à Tombouctou (2) Heureux à Tombouctou (3) ) Transcontinentalités Tombouctiennes ( Avancée du désert « as far as Timbuktu » (5)
Hassani Arabs in the Azawad: Barabish Relations with Tumbuktu
Convivencia at Timbuktu: archetypes, architects, and artisans
Les auteurs
 
158 160 160 161 162
163
177
20
26 - 206
5
6
Préface Suite à la candidature introduite par le Gouvernement du Mali, parmi tant d’autres cités du monde, «Tombouctou, 1 ère CapitaledelaCultureIslamiquedelaRégionAfriquepour l’année de célébration 2006 »  a été le choix judicieux de l’Organisation de la Conférence Islamique, à travers l’ISESCO, en application d’une résolution de la  ème  Conférence Islamique des Ministres de la Culture, tenue à Alger en décembre 200 .
Parce que la Cité des 333 Saints répondait aux rigoureux critères de sélection, elle a été retenue en raison de : • ses racines plongées dans les ouvrages de références historiques qui confirment sa très large renommée comme haut lieu de savoir ; • ses apports très significatifs à la diffusion de la culture islamique et universelle, à travers les œuvres scientifiques, culturelles, littéraires et artistiques de ses brillants intellectuels ; • sa destination académique pour des chercheurs et passionnés de science et de culture vivifiée par la qualité de ses bibliothèques publiques et privées de manuscrits.
C’est ainsi que, venant des cinq continents du monde, d’éminents intellectuels, cher-cheurs et universitaires ont répondu à l’appel international à communications lancé par le Ministère de la Culture du Mali pour préparer et participer au « Symposium International sur les Particularités Socioculturelles de Tombouctou » , tenu en novembre 2006. Avec d’autres voyageurs et explorateurs de marque des siècles précédents, ils ont aujourd’hui fait le constat qu’il est heureux d’arriver à Tombouctou, par la grâce de Dieu, pour témoigner et renouveler, à titre d’auteur, l’écriture et la réécriture de dix siècles de mémoire de l’histoire africaine et musulmane.
La grande qualité et diversité des communications présentées à ce rendez-vous mondial du donner et du recevoir à Tombouctou sont à présent à votre disposi-tion de lecteur, honorable voyageur sur place.Vous allez y découvrir en français, en anglais et en arabe l’épopée contemporaine de la Cité Mystérieuse qui ne finit pas de faire couler beaucoup d’encre et de jeter des ancres sur les bords du Niger en plein désert du Sahara.
Le passé, le présent et le futur de Tombouctou vous sont ainsi livrés par la densité et la pluralité de ces pages élaborées, avec esprit de synthèse, par d’éminents spécia-listes qui dévoilent son patrimoine et ses nombreuses relations humaines, commer-ciales, culturelles et spirituelles avec le Maghreb, le Machrek, l’Afrique Sub Saharienne, l’Europe et le monde. Par la haute tenue de leurs travaux scientifiques, ils ont de fait rendu un hommage mérité aux anciens érudits de Tombouctou, tenants du rayonne-ment culturel, artistique et islamique de la Cité des 333 Saints.
A tous égards, la célébration de «Tombouctou 2006, Capitale de la Culture Islamique pour la Région Afrique » , est pleine d’enseignements culturels, éducationnels et tou-ristiques pour son essor, lequel est confirmé par sa candidature 2007 comme « une des sept nouvelles merveilles du monde. » Par la grâce de Dieu, prions tous pour que l’âme de Tombouctou, du Mali et de toute l’Afrique se renforce dans la foi en un monde meilleur, ici bas et au-delà.
Cheick Omar Sissoko, Ministre de la Culture
7
Appel de Tombouctou « TOMBOUCTOU 2006, Capitale de la Culture Islamique de la Région Afrique » a abrité le « Symposium International sur les Particularités Socio Culturelles de Tombouctou » , à Tombouctou, du 15 au 18 novembre 2006, regroupant des chercheurs et des érudits venant de : • Afrique du Sud • Burkina Faso • Mauritanie • Sénégal • Tchad • Etats Unis d’Amérique • France • Russie • Mali Ce symposium international a été organisé par le Ministère de la Culture du Mali, en collaboration avec l’Organisation Islamique pour la Science et la Culture (ISESCO) et l’Institut Culturel Afro Arabe (ICAA). A l’issue de trois jours de conférences scientifiques, suivis de débats fructueux, les participantes et participants appellent à : 1. la création d’une nouvelle université en langue arabe à Tombouctou, dénommée « Université de Sankoré » ; la promotion des associations de sauvegarde du patrimoine culturel à des fins de 2. recherche scientifique ; 3. la défense de la culture de la paix et de la tolérance de Tombouctou ; 4. la présentation dans la cité de Tombouctou d’emblèmes dédiés à la mémoire des voyageurs arabes sur des sites à définir ; 5. le recours aux fatwas pour approfondir la connaissance de l’histoire sociale de la région de Tombouctou à travers les âges ; 6. la sauvegarde et l’accessibilité des archives de la période coloniale et la constitution des archives de la période des indépendances ; 7. la multiplication à Tombouctou des occasions susceptibles de favoriser les échanges interculturels à l’échelle internationale.  
Le Symposium International Tombouctou, le 18 novembre 2006
9
10
Tombouctou et les routes Transsahariennes Allassane Sahadoun 1
Introduction La région de Tombouctou est entièrement située dans la partie septentrionale e du Mali, entre le 15 e et le 25 e parallèle de latitude nord et entre le 3 e et le  degré de longitude ouest. Elle fait frontière avec l’Algérie sur 620km au nord, la région de Gao et le Burkina Faso à l’est, la Mauritanie sur 1 20km et la région de Ségou à l’ouest, la région de Mopti au sud. La région de Tombouctou couvre une superficie de 97 926km2, environ 0% du territoire national, compte 5  329 habitants, avec une légère domination des femmes, soit 51.1 % de la population. La densité de peu -plement est de 1,09habitant/km 2 en 200 et sa composition ethnique est songhay, tamasheq, bozo, somono, maure, bambara, peulh et dogon. Deux types de climats se partagent la région entre le sud et le nord. Le climat sahé-lien couvre toute la bande du nord de part et d’autre de la vallée du fleuve jusqu’à la limite nord des cercles de Goundam et Tombouctou.Au-delà commence le climat sahélo saharien, voire saharien, aux abords de la limite avec le territoire algérien. Trois types de saisons se répartissent inégalement sur toute l’année : la saison sèche froide d’octobre en février, la saison chaude de mars en juillet et la saison pluvieuse d’août en septembre. Les deux dernières saisons sont caractérisées par les vents de l’harmattan qui soufflent dans la direction nord-est et sud-ouest. L’hivernage est de courte durée et il varie du nord au sud de 2 à  mois. L’hydrographie est celle du fleuve Niger et de ses principaux bras : le barra issa et le haoussa issa. La ville de Tombouctou est fondée en 1100. C’est un campement de nomades ber-bères qui rejoignaient le fleuve à la saison sèche. Le site se développe grâce au com-merce transsaharien et il tire son nom de celui d’une vieille femme appelée Bouctou qui gardait les puits des touaregs en dehors des périodes de transhumances : le cam-pement devient tin bouctou, le lieu ou le puits de Bouctou. Le 16e siècle fut une période particulièrement brillante dans l’histoire des civi-lisations du soudan occidental, incontestablement inspirée de l’islam. Mais le génie africain a négrifié l’islam en le rendant plus tolérant et plus accommodant avec les pratiques animistes du peuple. À cette époque, Tombouctou, Djenné, Gao, Oualata, etc. devinrent les centres actifs d’un grand mouvement religieux et intellectuel. Ces villes étaient en relation avec les grandes universités d’Afrique du Nord (Fès, Caire) et de l’Orient. Par l’intermédiaire des arabes, la logique d’Aristote fut aussi connue à Gao qu’en Europe et les érudits de Tombouctou rivalisaient avec ceux d’orient. Le commerce des livres, nous dit Léon l’Africain, était celui qui rapportait le plus à Tombouctou où presque toute la population savait lire. La ville comptait de nom-breuses écoles que fréquentaient des élèves des deux sexes, des fils de princes et des enfants du peuple. La pratique de la religion musulmane y admettait les pratiques magiques et tolérait l’animisme du peuple. Par conséquent, la boucle du Niger deve-nait comme une seconde terre sainte et Tombouctou, une « Mecque africaine », sanc-
1 Professeur d’Enseignement Secondaire à Bamako.