Ad vitam aeternam

De
Publié par

Anabel, jeune femme un peu terne, ancienne toxico, trois ans de taule à Fleury-Mérogis. Pas de relation connue. Dans le square où elle mange son sandwich tous les midis, elle rencontre Monsieur Jacob, propriétaire d'un magasin de pompes funèbres. Honnête, apaisant, bien sous tous rapports. Un certain âge. Discret. Le genre auquel on ne résiste pas. A Darnoncourt, une prison qui accueille les détenus en fin de peine, un certain Ruderi, septuagénaire, sans famille ni amis, s'apprête à retrouver la liberté après quarante ans de détention. En pleine forme et sans la moindre appréhension. Bizarre quand même. Et puis il y a Oleg. Oleg est tueur à gages. L'un des meilleurs. Froid et très méthodique. Au moment où commence ce récit, il ne connaît aucun des protagonistes de cette histoire. Pourtant, une femme très riche, toute cassée dans son fauteuil roulant, qui n'a plus rien à perdre, lui demande de trouver qui est réellement Ruderi. Et c'est ce réellement, n'en doutons pas, n'en doutons surtout pas, qui va donner du fil à retordre à Oleg. Un secret, très lourd, insensé, un secret disons d'ordre immémorial, lie tous ces gens. Et c'est peut-être ce secret qui est le grand personnage de cette histoire. Sans oublier, bien sûr, la Mort, plus organisée et plus excitée que jamais. La Mort qui va se montrer ici d'une vitalité à toute épreuve. Si l'on peut dire...
Publié le : jeudi 8 avril 2010
Lecture(s) : 278
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021010435
Nombre de pages : 398
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
A D V I T A M A E T E R N A M
Extrait de la publication
D U M Ê M E A U T E U R
Mygale Gallimard, « Série noire » nº 1949 et « Folio » nº 2684 Le Manoir des immortelles Gallimard, « Série noire » nº 2066 Mémoire en cage Gallimard, « Série noire » nº 2397 et « Folio », nº 119 Comedia Payot, 1988 Les Orpailleurs Gallimard, « Série noire » nº 2313 et « Folio » nº 2 La Vie de ma mère ! Gallimard, « Série noire » nº 2364 L’Enfant de l’absente Le Seuil, 1994 et « Points » nº 588 La Bête et la Belle Gallimard, « Folio » nº 2567 Le Secret du rabbin L’Atalante, 1995 et Gallimard, « Folio » nº 199 Le pauvre nouveau est arrivé Librio, 1998 Du passé faisons table rase ! Actes Sud, « Babel », 1998 Moloch Gallimard, « Série noire » nº 2489 et « Folio » nº 212 La Vigie et autres nouvelles L’Atalante, 1998 Rouge, c’est la vie Seuil, « Fiction & Cie », 1998 et « Points » nº P633
Extrait de la publication
F i c t i o n & C i e
Thierry Jonquet
A D V I T A M A E T E R N A M r o m a n n o i r
Seuil e 27, rue Jacob, Paris VI
C O L L E C T I O N
« F i c t i o n & C i e » DI R I G É E P A RDE N I SRO C H E
ISBN2-02-038550-3
ÉDITIONS DUSEUIL,MARS2002
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
www.seuil.com
Extrait de la publication
Longtemps, si longtemps après, durant les interminables années de sa vieillesse, et jusqu’au bout, à quelques minutes de sa mort, à quelques secondes même de son dernier souffle, jamais Anabel n’oublia Monsieur Jacob. Les traits de son visage étaient enfouis au plus profond de sa mémoire. Elle aurait tant voulu, tant désiré qu’il lui tienne la main, qu’il la réconforte, l’encourage à sauter dans l’inconnu, sans crainte, à cet instant ultime. Elle aurait tant aimé, avant de perdre conscience, quitter la vie avec la certitude – acquise comme une dernière consolation, une promesse d’apaise-ment – que ce soit la main de Monsieur Jacob qui rabatte ses paupières sur ses yeux soudainement devenus aveugles au monde. Que les doigts de Monsieur Jacob, ses doigts si doux, si caressants, accomplissent ce geste de compassion qu’ont les vivants à l’égard des défunts, depuis la nuit des temps. – Va-t’en en paix, mon amie, ma douce, ma tendre, lui aurait-il dit, tu as vu tout ce que tu avais à voir, et à présent n’aie pas de regrets, et encore moins de remords, c’est fini, c’est fini, c’est fini...
A D
V I T A M
A E T E R N A M
Oui, longtemps, si longtemps après, durant les années de sa vieillesse, et jusqu’au bout, à quelques minutes de sa mort, à quelques secondes même de son dernier souffle, jamais Anabel n’oublia Monsieur Jacob. Où se trouvait-il, à l’instant du trépas d’Anabel ? Nul ne le sait. Il courait le monde, inlassable, insaisissable, comme toujours.
Extrait de la publication
1
La première fois qu’Anabel croisa Monsieur Jacob, ce fut dans le square, à quelques pas de la boutique. Elle s’y ren-dait souvent, à chaque pause que Brad lui octroyait. Brad était une loque. Six mois consacrés à le côtoyer l’avaient amenée à s’en convaincre. Trois semaines, trois jours, voire trois heures auraient suffi. Un médiocre qui aurait bien voulu en jeter, frimer, et se contentait d’épater toute une galerie de tocards, de barjots. Lesquels payaient ses services au prix fort, cash. Brad était impitoyable avec la clientèle, il ne faisait aucun crédit, quelle que soit la durée ou la nature de la prestation. C’est aux États-Unis – il disait « aux States » – qu’il avait appris les rudiments du métier, dans les années 70. Il ne s’appelait pas réellement Brad, mais plus prosaïquement Fernand. Dans sa branche, mieux valait porter un prénom à consonance exotique, on peut le comprendre. Le marketing a certaines exigences. Anabel avait fait sa connaissance alors qu’il venait de subir une rupture amoureuse. Il approchait la cinquantaine et sa dulcinée en ayant vingt-cinq de moins, elle ne tenait
A D
V I T A M
A E T E R N A M
pas à s’attarder davantage. Déprimé, meurtri dans son ego, Brad avait arrêté le body-building et se consolait au pur malt. En quelques mois, il se mit à grossir, ce qui le rendit encore plus dépressif. Il ne pouvait plus porter les tee-shirts ultra-moulants qu’il affectionnait auparavant et tentait de camoufler la débandade à l’aide de chemises amples. Il n’empêche. Sa belle gueule s’empâtait irrésisti-blement, ses fesses et ses cuisses se chargeaient de cellulite. Au-delà des apparences, déjà alarmantes, plus en profon-deur, son organisme gorgé de stéroïdes anabolisants, de créatine et d’hormones de croissance commençait à lui réclamer des comptes. La facture risquait d’être salée. Jour après jour, Anabel évaluait le désastre d’un regard dont elle ne cherchait même pas à dissimuler la cruauté. Elle ne se demandait plus comment elle avait pu aboutir dans un tel cloaque. Il y a une raison à tout, le hasard n’était nullement en cause. Qui se ressemble s’assemble. Lors-qu’elle ouvrait les yeux, à l’aube, dans ces moments fugaces d’intense lucidité qui succèdent au sommeil, même le plus profond, Anabel en convenait volontiers : à tout bien consi-dérer, chez Brad, elle était à sa juste place. Une paumée parmi les déjantés. Elle essayait juste de sauver sa peau. De rétablir un semblant de normalité dans une vie à la dérive. Son salaire viré à la banque, la studette à deux mille sept charges comprises du côté de la place de Stalingrad – un copain de Brad la lui louait en attendant mieux –, des horaires de boulot réguliers – onze heures/dix-neuf heures du mardi au samedi –, avec l’assentiment de l’inspecteur du travail. Un type consciencieux, l’inspecteur. Anabel avait
 
Extrait de la publication
A D
V I T A M A E T E R N A M
beaucoup ri lors de sa visite. Il s’était donné la peine d’éplu-cher les comptes, en prenant son temps, sans rien trouver à redire sur l’activité elle-même. Un peu épaté, le gars, toutefois, déboussolé, forcément, bousculé dans ses repères en tout cas. Huit mille francs net, plus un treizième mois, c’était ce que Brad avait proposé à Anabel lors de l’entretien d’embauche. En vérité, il avait d’abord tenté de négocier à sept mille mais elle s’était montrée intraitable, faisant valoir son diplôme. Huit mille ou rien, elle n’avait pas transigé. Ce n’était certes pas le Pérou, mais il y avait pire.
*
La première fois qu’Anabel croisa Monsieur Jacob, ce fut donc dans le square, à quelques pas de la boutique. Quai de Jemmapes, près des berges du canal Saint-Martin. Le 6 avril 2001. Des touristes japonais étaient occupés à photographier la façade de l’Hôtel du Nordet l’écluse attenante. Le guide leur avait assuré que ça valait le coup, que c’était très typique, cet immeuble, ce panorama, cette rue d’apparence pourtant anodine, bordée par les eaux vertes et gluantes du canal, la mécanique un peu poussive, presque anachronique de l’écluse, vraiment très typique, et les touristes japonais avaient acquiescé sans rechigner. Ils avaient inévitablement eu droit au couplet sur l’« atmo-sphère ». Assise sur un banc, un sandwich au kebab dégoulinant de graisse à la main, Anabel les observait avec un mélange
 
Extrait de la publication
A D
V I T A M A E T E R N A M
de commisération et d’amusement. Le chauffeur du car n’avait pas coupé le contact et le moteur continuait de tourner, de sorte que le pot d’échappement crachait des volutes de fumée de gasoil qui empuantissaient progressi-vement tout le pâté de maisons et notamment le petit square où jouaient quelques gosses accompagnés de leurs mères. Anabel se mit à toussoter. Un type entre deux âges était assis sur un autre banc, en face d’elle. Il leva les yeux de son journal et la dévisagea en hochant la tête. Lui aussi était incommodé. Les touristes nippons réintégrèrent sage-ment le car, qui démarra en direction du château de Ver-sailles. L’incident était clos. Monsieur Jacob replongea dans la lecture de son journal, et Anabel dans la mastication de son sandwich. Le lendemain, en arrivant dans le square à l’heure de la pause-déjeuner, Anabel aperçut de nouveau Monsieur Jacob, assis sur le même banc, occupé à lire son journal. La Stampa. La veille, c’étaitThe Timesqu’il parcourait. Le surlendemain, il se plongea dansDie Welt. Peu à peu, sans savoir lequel d’entre eux en avait pris l’initiative, ils s’adres-sèrent un bref salut, une simple inclination de la tête. Un échange de politesses entre deux habitués du lieu. Ainsi, au fil des jours, les traits du visage de Monsieur Jacob devin-rent-ils familiers à la jeune femme. Anabel remarqua qu’il levait de plus en plus souvent les yeux de son journal. Son regard s’attardait sur elle, avec une insistance tranquille. Il ne la trouvait pas particulièrement jolie. D’ailleurs, elle ne l’était pas. Maigrichonne, pâlotte, quelconque, assez petite, avec un visage curieusement asymétrique, osseux, des yeux
 
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.