Adieu demain

De
Publié par

Enquête criminelle dans l'ombre de l'Eventreur du Yorkshire, suite de Sale temps pour le pays (Grand Prix du roman noir de Beaune 2013), Adieu demain explore, en même temps qu'une Angleterre en déréliction, les fantasmes de la terreur phobique.
Publié le : mercredi 12 mars 2014
Lecture(s) : 12
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782743627454
Nombre de pages : 377
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Vingt ans se sont écoulés depuis larrestation de lÉven treur du Yorkshire. Un nouveau tueur sévit dans le nord de lAngleterre. Les victimes sont des femmes transpercées par des carreaux darbalète. Pour Mark Burstyn, promu au grade de superintendant, le cauchemar recommence. Il a cepen dant un atout : linspecteur Clarence Cooper, un jeune flic aussi obsessionnel que lui. La police na pas droit à lerreur et, pour stopper le meurtrier, Cooper est prêt à tout. Même à devenir quelquun dautre.
Un voyage au cur de la peur par lauteur deSale temps pour le pays, récompensé par le Grand Prix du roman noir du festival international de Beaune en 2013.
Du même auteur
Le rhume du pingouin, éditions du Rocher (2008) Maison fondée en 1959, éditions du Fantascope (2011) La voix secrète, éditions du Fantascope (2011) er Sale temps pour le paysvolet trilogie, éditions, 1 Payot & Rivages  Rivages/noir (2012) (Grand Prix du roman noir français Festival international du film policier de Beaune 2013) Unter blechkoller, éditions du Fantascope (2013) o Aigreurs de jeunesse115, nouvelle revue 813 n (2013) Fils de Sam, éditions Ring (2014)
Michaël Mention
Adieu demain
Collection dirigée par François Guérif
Rivages/noir
Retrouvez lensemble des parutions des Éditions Payot & Rivages sur
www.payotrivages.fr
Lauteur sest appuyé sur les sources suivantes :Un cerveau pour changer(Richard Bandler, InterEditions, 2002),Psychologie de la peur(Christophe André, éditions Odile Jacob, 2005) etLa Vie marchandise(Bernard Floris et Marin Ledun, éditions La Tengo, 2013).
Ce roman est très librement adapté de lexistence de Stephen Griffiths, citoyen britannique tristement célèbre depuis 2010. Le mode opératoire du criminel a été accentué, les dates et le nombre de crimes ont été modifiés. Pour le reste, la solitude et le jusquau boutisme sont les mêmes.
© 2014, Éditions Payot & Rivages 106, boulevard SaintGermain  75006 Paris : 978-2-7436-2754-6 ISBN
« En vérité, nos grandes peurs demeurent tout simplement parce que nous leur obéissons. () Et nous leur obéissons dans nos pensées : en ne voyant plus autour de nous que dangers ou menaces. La peur met ainsi notre intelligence sous influence. »
Christophe André Psychologie de la peur, 2005.
« La GrandeBretagne a montré lexemple en ouvrant ses marchés aux autres. La City de Lon dres accueille depuis longtemps les institutions financières du monde entier. Voilà pourquoi cest le plus grand centre financier dEurope et celui qui a le mieux réussi. » Margaret Thatcher Extrait du discours prononcé à Bruges, 1988.
« La sueur sest mise à dégouliner Le long de mon cou quand je me suis retourné Jai entendu le destin crier. » King Crimson One More Red Nightmare, 1974.
1 1969
Je suis lil qui mange.
Toujours affamé, jamais rassasié. De lintérieur et des autres, dehors. Je suis là, partout. Niché au plus profond, tapi dans lombre doù je supervise mon empire. Inutile de jouer lintrigué, tu me connais. Je le sais, même si tu ten défends. Je le sais, car je suis la voix. Je suis celui qui ordonne quand tu hésites, le « oui » qui saigne ton « non », le futile que je te fais consommer, le sourire aux lèvres et la main sur le cur. Et plus il bat, plus je te bats. Pour te briser. Car je suis la fracture, la crise, le caillou dans la chaus sure de ce monde en marche. Et je le ferai tomber. Lui, toi, vous tous. Je hais les faibles. Les faibles, ça ne sert à rien. Si cétait le cas, ce serait eux qui feraient lHistoire. Alors, je vous bouffe et vous digère jour après jour. Ça y est, tu me remets ? Toujours pas ? Il te faut quoi de plus ? Dautres exemples ? Je ne vais quand même pas remonter à la nuit des temps pour que tu comprennes enfin. Je nai pas que ça à faire, dautant
9
que tu nes pas le seul sur ma liste. Toutefois, si ça peut te soumettre définitivement, je veux bien revenir à
 Dewsbury, West Yorkshire.
Sympa, ce bled. Chaleureux bien quà létroit entre Wakefield, Huddersfield et Leeds. Au fil des décen nies, il a su se nourrir de ses grandes surs, captant la verdure de la première, lindustrie de la deuxième et la bière de « La Grise ». Tout ça a donné un cocktail qui fait le charme de Dewsbury, même si le monde entier sen fout. Dommage, mais compréhensible vu tout ce qui sest passé cette année : élection de Nixon, révoltes étu diantes en Europe, éviction du roi de Libye par un certain Kadhafi ou encore le festival de Woodstock. Tous les grands y étaient : Hendrix, les Who, Janis sauf les Stones et les Beatles. Personne ne sait vraiment pourquoi. On raconte que la bande à Jagger nétait pas assez « peace and love » pour les hippies. Quant aux Fab Four, ils étaient sans doute trop occupés à se déchirer. La fin des Beatles, Jim refuse dy croire. Ce groupe, cest sa passion. Un soleil daudace, qui éclaire son quotidien. Ici, dans ce Yorkshire où le vert le dispute à la grisaille ; région divisée à limage du pays depuis quil est aux mains des Travaillistes. Cinq ans que Wilson squatte le 10 Downing Street, cinq ans de trop : dévaluation de la livre, crise des colonies, soutien aux States dans leur bourbier vietnamien il y a tout ça dans la clope de Jim.
10
Nerveux, il avale une bouffée de tabac, frictionne ses mains. Putain dhiver. À Londres, il fait froid. Ici, cest lenfer. Plus quune saison, cest un complot permanent entre grippes, moteurs gelés et trottoirs verglacés. Pour venir jusquici, Jim a galéré. Une demiheure de trajet, où sa Ford a peiné comme une charrette. Depuis, il subit la neige sur ce parking, assis sur son capot. Tant pis sil lui gèle le cul, Jim est trop crevé pour tenir debout. Représentant en surgelés, il passe ses journées à rouler et à marcher au point quil lui semble avoir 40 ans alors quil nen a que la moitié. Il tire sur sa cigarette, songeur. Beaucoup de choses en tête. Son épouse Moira bien sûr, puis leur récent mariage dans léglise de Thornhill. Ce village minier, où les autres sont en train de réveillonner en ce 24 décembre. Nouvelle bouffée et nouvelle pensée, cette fois pour Leeds United qui a remporté le Cham pionnat de foot du pays. Premier titre pour le club, fierté pour tout le Yorkshire.  Monsieur ! intervient une voix. Jim se retourne dans un sursaut, découvrant une femme vêtue de blanc à lentrée du bâtiment :  Cest le moment ! Il se fige, comme tous ces flocons en suspens. Un soupir devient vapeur, et le voilà qui jette sa cigarette. Elle rejoint dautres mégots, après quoi la neige se remet à tomber. Jim se rue à lintérieur de la maternité, bousculant laidesoignante. Courir. Vite, très vite, le plus vite possible jusquà lascenseur. Bouton. Attente. Bouton.
11
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le Voyage d'Octavio

de editions-rivages

45 tours

de editions-rivages

Mary

de editions-rivages

suivant