//img.uscri.be/pth/5315152b2c763b2f09c80b838c9bc37f50689099
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Ball

De
16 pages


Ball

Enquête délicate au commissariat de Deauville : le corps de la riche Mélanie Webster a été retrouvé sur le green du New Golf. Le commissaire Tournier demande son aide à Georges Langsamer, son prédécesseur aujourd'hui retraité et golfeur émérite.





Voir plus Voir moins
couverture
Jean-François Pré

Ball

images

Georges Langsamer était sur le point de partir pour son rendez-vous golfique quotidien, quand le téléphone sonna.

— C’est Tournier, dit la voix avant même que Georges eût le temps de prononcer le rituel « allô ». On a trouvé un cadavre au New Golf… je crois que je vais avoir besoin de toi.

— Te souvient-il que je suis à la retraite ? rétorqua Georges.

— Je m’en souviens d’autant mieux que c’est grâce à ton départ que j’occupe les fonctions de commissaire… mais je ne connais rien au golf et tu es bien placé pour savoir que personne, chez nous, n’y pige que dalle. C’est peut-être juste un accident, Georges, mais il me faut ton avis.

— Tu as de la chance, je m’apprêtais à monter. Tu es déjà sur place ?

— Affirmatif.

— Préviens mes partenaires que la partie est annulée. J’arrive !

Georges Langsamer taquinait déjà la balle blanche du temps où il dirigeait le commissariat de Deauville, mais il n’avait guère le temps d’améliorer son handicap. Depuis son départ à la retraite et la possibilité de s’adonner à son hobby, il était devenu un des meilleurs seniors de Basse-Normandie. Membre de l’Association sportive du New Golf, il en connaissait tous les recoins et pouvait être d’une aide précieuse pour son ex-subalterne.

Dès son arrivée au parking, Langsamer vit un buggy foncer vers lui.

— Allez, grimpe ! ordonna Tournier. Je t’emmène sur la scène du crime.

— Du crime ?

— Non, rectifia Tournier, la scène de l’accident. Pour l’instant, ça reste un accident. Mais mon blair de flic (il exécuta un reniflement sonore) me susurre que ça n’en est pas un. Tu vas pouvoir me dire ce que t’en penses… nous arrivons.

Un corps de femme était étendu sur le fairway du trou n° 10, à une vingtaine de mètres du bunker de gauche, qui gardait l’entrée du green. Langsamer sauta de la voiturette électrique et se dirigea vers le cadavre.

— Mais on dirait…

— Mélanie Webster, oui, compléta Tournier.

— Que s’est-il passé ? demanda Georges en s’accroupissant. Je ne vois

aucune trace de sang.

— Hémorragie interne, mort instantanée. Elle a pris une balle de golf en pleine tronche. Sur la tempe droite. Tu vois la marque ? Tiens, voici la coupable… nous l’avons retrouvée à quelques mètres du corps.

Tournier sortit de sa poche un sac transparent contenant une balle alvéolée de la marque Titleist, portant le n° 4.

— On va voir ce qu’en dit le labo, ajouta-t-il, épiant les hommes en combinaison qui s’affairaient autour de la femme morte. Il est possible que ce ne soit qu’un accident.

— Ça arrive plus souvent qu’on ne le croit, précisa Langsamer. Certains golfeurs, aujourd’hui, sont des irresponsables. Quand ils trouvent que ça ne va pas assez vite, ils te canardent comme des faisans aux chasses présidentielles !

— Ouais, grogna Tournier, sauf que Madame Webster était toujours la première à partir. C’était une golfeuse matinale et de très bon niveau, à ce qu’on m’a dit. Pas le genre à jouer lentement ou à chercher ses balles sous les arbres. De plus, il n’y avait pratiquement personne sur le parcours au moment du drame… juste une partie de quatre qui avait démarré au 10. Immédiatement derrière elle.

— Donc quatre témoins, nota Langsamer.

— Quatre témoins qui n’ont rien vu, déplora Tournier, car le trou n° 10 est un « dog leg1 » droite, en descente, où l’on perd de vue le joueur qui vous précède, dès le deuxième coup. Enfin, si tu veux les interroger, ils se tiennent à notre disposition.

— Tu as demandé à ce qu’on ferme le parcours ? demanda Georges.

— Oui, j’ai droit à vingt-quatre heures, pas une de plus. Le directeur du golf a poussé des cris d’orfraie mais le divisionnaire a tenu bon. Je veux faire procéder à une étude balistique.

— Après tout, la balle de golf est un projectile comme un autre.

— Sauf que les tireurs d’élite sont plutôt rares dans la discipline, soupira Tournier. Et c’est là que mon flair de poulet atteint ses limites… je ne vois aucun joueur – même parmi les plus grands champions – capable d’abattre un bipède volontairement avec une balle de golf.

— Si, il y en a un !

*

Mélanie Webster était ce qu’on appelle aujourd’hui une « couguar ». Elle avait les moyens de ses fantasmes juvéniles, en qualité d’actionnaire principale du groupe de cosmétiques Hélios, mais elle en avait aussi le physique. Miss Kentucky puis top model avant d’épouser l’héritier de la famille Webster et d’en devenir elle-même l’héritière, la Franco-Américaine avait gardé un physique de post-adolescente qu’une vie épurée de scories matérielles, ajoutée aux produits maison, sans exclure quelques finitions au scalpel, avait préservé des vergetures, culottes de cheval et autres « seins pendentifs » qui stigmatisent la terreur de la ménopause.