C'est égal

De
Publié par

Un homme est changé en statue au moment où il embrasse son chien pour la dernière fois. Une femme explique au docteur qu'elle ne comprend pas comment son mari a pu se fendre le crâne sur une hache en tombant de son lit. Un enfant, accompagné d'un puma ' splendide, beige et doré ', marche au bord d'un canal où il croisera son père pour un rendez-vous décisif. Ce père qui, dans la toute dernière histoire, la plus autobiographique certainement, ' ne s'est jamais promené main dans la main avec sa fille ' et termine ses jours ' dans une horrible ville industrielle, qu'il n'avait jamais aimée '. Vingt-cinq textes baignant dans une atmosphère étrange et émouvante, qui ont été composés au fil des années, dès le début de l'exil d'Agota Kristof hors de Hongrie, en 1956. Peut-être la part la plus secrète de son oeuvre.
Publié le : mardi 1 septembre 2009
Lecture(s) : 42
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021006506
Nombre de pages : 112
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
,
,
Extrait de la publication
L
L
Extrait de la publication
005
tions destinées à une utilisation lle faite par quelque procédé , est illicite et constitue une e de la propriété intellectuelle.
Extrait de la publication
c’est moi qui ident. Oui, je grave même. re chambre à ’est pas fait. olée quand j’ai ent j’aurai le vais plutôt aller
côté du lit, sur crâne. Voulez-’est vraiment ? Il est tombé
Extrait de la publication
mbé sur cette
. Elle se trouve heminée, elle sert
u lit ! Je n’en sais même contre la es cambrioleurs.
ut de suite pensé u’il valait mieux
! aux ambulances, i à la police ? Il lit, simplement, l y a des tas de ent. c’est moi qui ai l tombe dessus ? allait tomber du
je l’ai poussé, et uillement, enfin
re ses ronfle-
supposer des
s années que je suis réveillée r la fenêtre. Il y ronds, jouaient pensais qu’avec re allaient-ils se être allaient-ils en forme de oup la pluie. t merveilleux. n fardeau qui
me suis aper-de suite télé-
. Voilà l’appa-us allez faire
ur moi ? Je ne
comprends pas. Je ne suis pas blessée. Je n’ai aucun mal, je me sens très bien. Le sang que j’ai sur ma che-mise de nuit, ce n’est que le sang de mon mari qui a giclé, quand… »
Extrait de la publication
e gare aban-
. enoux, ses st légèrement
qui s’étend à l’homme sont du chien, ils es, où plus Le village que onné par ses
Extrait de la publication
ins amoureux de llent à la belle iture. s le parc et qui embrassant – car ié lui-même. ela se fait qu’il r et en os, il prochain train
n’y a plus de train pour nulle voiture, mais
qu’on m’attend. are, à n’importe
in. J’ai écrit des i. J’ai écrit que soir. Ma femme a mère m’attend , elle m’attend
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi