Ce jour-là

De
Publié par

Un homme marche, qui pourrait se réciter les vers de Rilke : '…quelque chose qui est hors de notre vouloir ; nous nous engouffrons en elle comme dans un rêve, nous mourons en elle sans nous réveiller'.
Il commence par déambuler dans les couloirs labyrinthiques
d’un hôpital psychiatrique, y faisant d’étranges rencontres, réelles ou imaginaires, puis il se retrouve expulsé dans le monde glacial d'une grande ville en proie à la violence politique, criminelle et sociale. Un monde où la chaleur humaine n'est qu'un vain mot et où l'alcool noie les égarés.
Publié le : mardi 2 avril 2013
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072482472
Nombre de pages : 164
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Aux Édîtîons Gallîmard
D U M Ê M E A U T E U R
UN HOMME EST PARTï, nouvelles, 1989, « L’Infini ». D’UN PERPÉTUE HïVER, 2009. E RÊVE PASSE, roman, 2010, « ’ïninî ». E THÉÂTRE JUïF, roman, 2012, « ’ïninî ».
Aux Édîtîons Denoël
VASE NOïRE,roman, 2000 (« Foîo » n° 3721). ADïEU EWïNTER,roman, 2000. A VïE RÊVÉE DE PAU AVERROÈS,roman, 2001.
Aux Édîtîons Flammarîon
OPUS 100, poèmes, 1996. E PRÉSENT,poèmes, 1999. FïGURE ROSE, poèmes, 2006. ’ANïMA, poèmes, 2010.
Aux Édîtîons Grasset
PAPERNïK, roman, 1992 (« Foîo» n° 3451). A DANSE DE A POUSSïÈRE DANS ES RAYONS DU SOEï, roman, 1999.
Aux Édîtîons Stock
ES TABOR, roman, 2006.
Aux Édîtîons du Seuîl
MARTEBEE, roman, 2008.
Aux Édîtîons Obsîdîane
MÉTïERS, poèmes, 1989.
Suîte des œuvres d’Emmanuel Moses en in de volume
L’Infînî Coectîon dîrîgée par Phîîppe Soers
E M M A N U E  M O S E S
C E J O U R -  À
r o m a n
G A   ï M A R D
© Édîtîons Gallîmard, 2013.
Precîous Lord, take my Hand Lead me on, let me stand I’m tîred, I’m weak, I’m worn hrougH tHe storm, tHrougH tHe nîgHt Lead me on to tHe lîgHt Take my Hand precîous Lord, lead me Home.
THOMAS A. DORSEY
1
Ce vent ne uî dîsaît rîen quî vaîe, étaant sa amenta tîon, armoyant à n’en pus inîr. Qu’annonçaîtî îcî, dans ce quartîer neu et morne, audessus des catacombes où s’entassaîent es ossements des morts de tant de sîèces ? ï suIsaît d’aîeurs de mettre son vîsage à a vître et de regar der es îmmeubes à perte de vue, quî sceaîent déinîtîve ment e destîn des hommes. ï n’y avaît poînt de recours et e saut ne vîendraît de nue part : chacun d’entre eux ’annonçaît et eurs voîx résonnaîent. « Écoutezes, avaît î dît un peu pus tôt à ’înterne, écoutez ces cubes troués de umîères quî éèvent vers e cîe eur détresse — et ce ne sont pas à des tarasques ! » ’înterne uî avaît donné un autre comprîmé d’amoxapîne et étaît sortî umer dans a cour. ï avaît vu e bout încandescent passer de ce qu’î devî naît être a bouche, en courbe douce, aux doîgts puîs reve nîr, en suîvant à peu près a même trajectoîre, aux èvres, et ’envîe de descendre e rejoîndre et de uî demander une cîgarette s’étaît soudaîn emparée de uî aors qu’î n’avaît pas encore quîtté sa chambre une seue oîs. ï avaît ongé e couoîr vîvement écaîré sans que personne ’en empêche,
11
’înirmîer de garde ne ’avaît même pas aperçu, es yeux rîvés sur son journa, ou aors en peîne entreprîse de drague de ’aîdesoîgnante poonaîse, î ne s’en souvenaît pus très bîen, î étaît descendu par ’escaîer jusqu’à ’accueî généra et c’étaît peutêtre à qu’î es avaît surprîs chuchotant, e vîsage de ’un touchant ceuî de ’autre, ces cachets auxques î n’étaît pas habîtué uî brouîaîent ’esprît, î auraît même été încapabe de dîre e jour de a semaîne ou depuîs com bîen de temps précîsément î étaît à. ï uî avaît ensuîte suI de pousser a porte à vître en verre dépoî pour se retrouver dehors sous un magnîique cîe d’hîver étoîé où scîntîaîent e baudrîer paraîtement rectîîgne d’Orîon et es sept sœurs dans a consteatîon du Taureau, ces dîx joyaux vîsîbes à ’œî nu, merveîes des merveîes. ’înterne se tenaît sous une tonnee autour de aquee s’enrouaîent des sarments secs. Étaîtce ’efet ugurant du comprîmé, î ne e savaît trop, maîs ce îeu et a carté du irmament, e vent gacîa quî uî sembaît pourtant déîcîeusement raîs, e rourou du buîs quî encadraît a peouse uî înspîrèrent une sou daîne envîe de chanter, et comme aucune paroe partîcu îère ne uî venaît à ’esprît î sîlota queques mesures d’un chant guerrîer quî uî aîsaît toujours monter es armes aux yeux. ’înterne bondît vers uî en agîtant son mégot. Comme î aaît montrer du doîgt e paquet que ’homme tenaît à a maîn, ce dernîer uî întîma ’ordre de remonter îmmédîatement dans sa chambre, son vîsage poupîn crîspé par un aîr mécontent. ï s’avançaît vers uî, e orçaît à recu er vers a porte, a cîgarette e menaçant comme a poînte
12
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant