Chasseurs de têtes

De
Publié par

Roger Brown le sait, il est le meilleur chasseur de têtes de Norvège. Utilisant les questionnaires du FBI, il fait subir aux candidats de véritables interrogatoires et ne laisse aucune place au hasard. Mais Roger a une faiblesse : sa splendide femme Diana, qui lui coûte très cher… Voiture de luxe, vêtements de marque, loft immense, galerie d’art et vernissages au champagne, rien n’est trop beau pour elle. Pour financer sa vie privée, il dérobe avec l’aide d’un complice des toiles de maîtres chez ses clients. Mais le jour où il décide de voler un Rubens à Clas Greve, pourtant le profil du parfait pigeon, les choses se gâtent. De chasseur, Brown devient la proie et le pigeon se révèle être un terrible prédateur…
Publié le : vendredi 2 septembre 2011
Lecture(s) : 13
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072451317
Nombre de pages : 314
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
F O L I O
P O L I C I E R
Jo Nesbø
Chasseurs de têtes
Traduit du par Alex
norvégien Fouillet
Gallimard
Titre original : H O D E J E G E R N E
© Jo Nesbø, 2008. Published by agreement with Salomonsson Agency. © Éditions Gallimard, 2009, pour la traduction française.
Né en 1960, d’abord journaliste économique, musicien, auteur interprète et leader de l’un des groupes pop les plus célèbres de Norvège, Jo Nesbø a été propulsé sur la scène littéraire en 1997 avec la sortie deL’homme chauve-souris, récompensé en 1998 par le Glass Key Prize attribué au meilleur roman policier nordi-que de l’année. Il a depuis confirmé son talent en poursuivant les enquêtes de Harry Hole, personnage sensible, parfois cynique, profondément blessé, toujours entier et incapable de plier. On lui doit notammentRouge-Gorge,Rue Sans-SouciouLes cafards initialement publiés par Gaïa Éditions, mais aussiLe sauveur,Le bonhomme de neige,Chasseurs de têtesetLe léoparddisponi-bles au catalogue de la Série Noire.
Prologue
Une collision entre deux véhicules, c’est de la physi-que simple. Les hasards régissent l’ensemble, mais on peut les expliquer en disant que l’équationforce × temps revient à multiplier de la masse par une variation de vitesse. Introduisez les hasards sous forme de chiffres pour les variables, et vous obtenez un récit simple, vrai et impitoyable. Il raconte par exemple ce qui se passe quand un camion de vingt-cinq tonnes plein à craquer lancé à une vitesse de quatre-vingts kilomètres à l’heure heurte une voiture de tourisme d’une tonne huit roulant à la même vitesse. En se fondant sur les hasards en matière de point d’impact, de qualité des carrosseries et d’angle des corps entre eux, on obtient une infinité de variantes à ce récit, mais elles ont deux points communs. Ce sont des tragédies, et c’est la voi-ture de tourisme qui est en position délicate. Le calme est étrange, j’entends le vent souffler dou-cement dans les arbres, et le murmure de la rivière. Mon bras est paralysé, je suis suspendu la tête en bas, bloqué entre chair et acier. Du sang et de l’essence gouttent depuis le plancher au-dessus de moi. Sous moi, sur le pavillon à damier de la voiture, je vois un coupe-ongles, un bras amputé, deux morts et un
9
vanity-case. Le monde n’a aucune beauté, juste de la vanité. La reine blanche est fichue, je suis un meur-trier, et personne ici ne respire. Moi non plus. Voilà pourquoi je vais bientôt mourir. Fermer les yeux et abandonner. C’est exquis d’abandonner. Je ne veux plus attendre. Et c’est pourquoi il devient urgent de raconter ce récit, cette variante, cette histoire d’angles formés par des corps entre eux.
PREMIÈRE PARTIE
P R E M I E R E N T R E T I E N
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.