Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Propofol

de editions-leo-scheer

Poèmes et apparadoxes

de editions-leo-scheer

Sens magique

de editions-leo-scheer

suivant
Sarah Stern Chroniques d’un adultère roman C’est l’histoire de Rosa Blum, une femme heureuse, mariée, mère de famille, que l’été de ses quarante ans fait sortir de sa vie. C’est l’histoire d’une rencontre, d’un désir qui érode tous les autres et précipite Rosa dans l’angoisse. Elle doit choisir : renoncer à l’idylle de la vie de famille ou se résoudre à faire de cet amour un
roman rose. Face à l’indécidable, Rosa, qui ne peut rien perdre, laisse la répétition lui imposer sa logique. Un premier roman sensible, pudique et bouleversant sur l’initiation d’une femme de quarante ans. Sarah Stern est née en 1967. Elle vit et travaille à Paris. Elle a publié un essai, coécrit avec Catherine Joubert : Déshabillez-moi. Psychanalyse des comportements vestimentaires (Pluriel, 2007). Photo : Sarah Stern par Thierry Rateau. 2010 (DR).
EAN numérique :997788--22--77556611--00558709-2-6EAN livre papier : 9782756102375
www.leoscheer.com
www.centrenationaldulivre.fr
CHRONIQUES D’UN ADULTÈRE
©Éditions Léo Scheer, 2010 www.leoscheer.com
SARAH STERN
CHRONIQUES D’UN ADULTÈRE
roman
Éditions Léo Scheer
PRÉAMBULE
— Maman, tu auras quel âge quand j’aurai l’âge de papi ? — Je serai vieille. — Mais tu auras quel âge ? — Je serai très vieille. — Tu seras morte ? — Non, Max, je ne mourrai pas. — Tu ne mourras jamais ? Papa m’a dit que tout le monde meurt. — Oui, aujourd’hui, mais des savants travaillent et bientôt on vivra beaucoup plus vieux. — Jusqu’à quel âge ? — Trois cents ans peut-être. — Trois cents, c’est pas beaucoup, moi je pensais au moins trois cent mille ! — Trois cent mille ? C’est d’accord Max. Ils ont intérêt à bosser, les savants. Que dirait-elle à Jean en rentrant ? Et si Max rappor-tait à son père qu’elle lui avait dit qu’elle mourrait à trois cent mille ans ? Rosa accélère le pas. Elle a hâte de rentrer maintenant. Elle tient serrée la main de Max, elle marche, elle essaye d’éviter les flaques.
7