Corsaires du Levant. Les Aventures du Capitaine Al

De
Publié par

En ce mois de mai 1627, le capitaine Alatriste et Iñigo Balboa, qui a maintenant 17 ans, naviguent toutes voiles dehors sur la Mulâtre, une galère espagnole servant d'escorte à des navires marchands. Ils sont à la poursuite d'une galiote barbaresque. Le capitaine donne ses ordres et le comite, fouet à la main, " dessine un pourpoint de rouges coquelicots " sur le dos des rameurs. L'abordage est sanglant et plante le décor historique de ce sixième tome des Aventures du capitaine Alatriste : la turbulente frontière méditerranéenne, croisement de races, de langues et de vieilles haines. Parce qu'ils doivent gagner leur vie, le capitaine et son page feront escale à Oran, où les troupes espagnoles soumettent sans pitié les populations maures, à Malte, à Naples, où règnent des ruffians en tous genres, et surtout, ils livreront de mémorables combats navals dont le plus spectaculaire est celui que la Mulâtre engage, sur les côtes d'Anatolie, contre cinq galères turques en une bataille digne de celle de Lépante.


Mais, dans cette reconstitution historique magnifique et cruelle, la bataille majeure est celle que livre Arturo Pérez-Reverte avec le langage. En redonnant à la langue de Cervantes une extraordinaire modernité, l'auteur a doté les livres d'Alatriste d'une langue qui leur est propre et élève la série au rang de grande littérature.



Arturo Pérez-Reverte est né à Carthagène, Espagne, en 1951. Il a été grand reporter et correspondant de guerre pendant vingt et un ans. Ses romans sont des succès mondiaux, et plusieurs d'entre eux ont été portés à l'écran. Il partage aujourd'hui sa vie entre l'écriture et sa passion pour la mer et la navigation. Il est membre de la Real Academia Española de las Letras.




Traduit de l'espagnol par François Maspero



http://www.capitanalatriste.com


Publié le : lundi 17 juin 2013
Lecture(s) : 12
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021125276
Nombre de pages : 420
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
L E S AV E N T U R E S D U C A P I T A I N E A L AT R I S T E 6
A r t u r o P é r e z  R e v e r t e
C O R S A I R E S D U L E V A N T
r o m a n Tr a d u i t d e l ’ e s p a g n o l p a r F r a n ç o i s M a s p e r o
Éditions du Seuil
Pour la carte et les dessins intérieurs : © Olivier Balez.
T E X T E I N T É G R A L
T I T R E O R I G I N A L Corsarios de Levante É D I T E U R O R I G I N A L Alfaguara, Espagne  original : 8420471011 © Arturo PérezReverte, 2006
 9782021125269 re ( 9782020961295, 1 publication)
© Éditions du Seuil, avril 2008, pour la traduction française
Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisationcollective. Toutereprésentationoureproductionintégraleoupartiellefaitepar quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue unecontrefaçonsanctionnéeparlesarticlesL.3352etsuivantsduCodedelapropriétéintellectuelle.
Extrait de la publication
À J E G F C , UAN SLAVA ALÁN ET ITO ÓZAR
pour la Naples que nous n’avons pas connue et les vaisseaux que nous n’avons pas pillés.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Entrer et sortir des galères Plonger dans les flots et le feu, Mourir en brave de cent mille manières, Connaître passions et désespoir furieux, Abattre et brandir les drapeaux, Tuer, et payer de sa mort aussitôt.
CRISTÓBALDEVIRUÉS
Extrait de la publication
Extrait de la publication
NOTEDUADUC TR TEUR
Le vocabulaire des galères diffère totalement de celui de la marine à voile de l’époque. Cette différence est due non seulement au fait que l’architecture particulière des galères nécessitait des appellations spécifiques, mais à celui que les marins des autres navires refusaient d’être confondus avec ceux des galères (aujourd’hui encore, dans la marine, l’emploi du mot « rame » est prohibé, comme celui du mot « corde », et « ramer » se dit « nager »). Les termes usuels des galères se retrouvent, avec des variantes, dans les langues diverses de la Méditerranée ainsi que dans lalingua francaparlée dans tous les ports. C’est ainsi, par exemple, que sur les galères les matelots sont des « mariniers » et que ramer se dit de préférence « voguer ». La « vogue » désigne l’ensemble des rameurs et tout ce qui concerne l’action de ramer. Le virement de bord se dit « scievogue ». Ramer à toute force, « passevogue ». Ramer avec plus de vigueur, « appuyer la vogue ». Donner des coups de rames prolongés, « allonger la vogue ». Ramer lentement, « voguer par quartiers », c’estàdire une partie des rameurs ramant pendant que l’autre se repose. Les mâts sont des « arbres » : « arbre de mestre » pour grand mât, « arbre de trinquet » pour mât de misaine. Les vergues sont des « antennes», les câbles et filins des « gumes», le « carrosse » tient lieu de château arrière et la « conille » de gaillard d’avant. Le pont, audessus de la « chambre de vogue », est la « couverte », le passage central entre les
13
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.