Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Dans ma bouche

De
273 pages
« Chaque fois que le vin vient doucement buter sur ma lèvre supérieure, je sens la vie dans sa juste pression comme s’il y avait là d’amassé suffisamment d’amour, de passion, de désir. Et de manque. »
Quand un critique gastronomique livre par le menu ses émotions culinaires, ses voyages autour du monde et ses belles histoires d’amour, c’est comme réserver une table dans un restaurant trois étoiles. C’est un rendez-vous sensuel et gourmand. Une invitation hédoniste et libertine.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Dans ma bouche

de ActuaLitteChapitre

L'été slovène

de editions-flammarion

Extrait de la publication
Extrait de la publication
Dans ma bouche
Extrait de la publication
François Simon
Dans ma bouche
roman
Flammarion
Extrait de la publication
© Flammarion, 2012. ISBN : 9782081282131
Extrait de la publication
Éloge du désir PARSIMONETTAGREGGIO
Ce qui est désespérant avec le désir, cest quil ne tarit que lorsque vous êtes épuisé. Mais même cette lassitude ne dure pas, car sil est vrai que la jouissance tue le désir, celuici renaît chaque fois de ses cendres comme un éternel pied de nez, une malédiction bénie. Luciole ou étoile, faire lamour à quelquun cest être infidèle à lamour davant, faire lamour à toutes les femmes en faisant lamour à lune delles, cest ne le faire à aucune. Au sortir dune nuit incandescente, cur au bord des lèvres, jambes tremblantes et souffle court, on tombe de haut. La question que les femmes se posent alors nest pas la même que celle que les hommes ne se posent pas  tout au moins, pas de suite, car la marge de manuvre est étroite : les femmes donnent du sexe pour avoir de lamour, et les hommes de lamour
7
pour avoir du sexe.Misunderstandingdepuis lori gine du monde. Sabre au clair, il ne reste  évidemment  quà tirer jusquà sa dernière cartouche. Pour qui la gar deraiton, dailleurs, pour les anges ? Il y en a tel lement, de ce côté du paradis, qui nattendent quun baiser pour senvoler près de nous. Un temps. Et alors. Depuis quand sommesnous ici pour léternité ? Ça doit manquer de bons bistrots, lÉden, ça doit manquer de pigeons rôtis, de côte rôtie, de rôti tout court. Si cest en enfer que les corps brûlent, il est plus sage den avoir un aperçu tout de suite. Et quon ait le choix. Autant être damné en connaissance de cause Dailleurs, la gourmandise est un péché, au même titre que la luxure. Ça donne des indications, et pas seulement pour laudelà. Il faut une flamme pour faire lamour au désir. Quitte à en faire un style, puisque cest de cela quon parle dans ce livre, et de fièvre, de défi, denvie, de voyage, dorage. De saveurs, dodeurs, de chair. De solitude. Il faut du courage pour entretenir le désir. De la constance, et une fidélité. À la vie.
Extrait de la publication
Burrata qui sommeille
Chez Thoumieux, rue SaintDominique, le garçon a la tête ailleurs. Il accepte sans broncher la commande dune entrecôte de deux cents grammes pour ma filleule, alors quil existe un menu enfant avec steak haché. Cest si parisien comme technique, cette douce bonne foi teintée de rouerie. Du coup, on reste toujours sur le qui vive, devinant que toutes les sept minutes, au res taurant, se tend un piège. Si le Parisien est acerbe et tranchant, mal réveillé et grincheux, acide et ironique, cest sans doute dû à la chimie des toits en zinc et des garçons de café. Des taxes et des ourlets de jupe. Ici, la clientèle a la mollesse des déjeuners du samedi. Sil y a bien un jour où lon ne doit pas déjeuner, cest celuici. Nous sommes banquettés
9
Extrait de la publication
au milieu dune réserve de Sioux aux vigilances amoindries (conversation dune banalité coriace, langueur des gestes, cotonnade des mots) surna geant à grandpeine, mais non sans déplaisir (son propre spectacle est finalement assez jouissif). Jappelle à tout hasard Sayuri. Qui répond. Petite chambre sous les toits dans un immeuble de la rue SaintJacques. Elle maide à défaire mes chaussures dans les lumières dune pénombre rougie. Puis je mallonge sur le lit et elle me dis pense un massage du bout des doigts, frais et sen sible. Bien sucé, puis chevauché, elle audessus, en marche arrière. Jai peur en imaginant quelle va ainsi mabsorber sans plus de précautions, mais elle glisse un préservatif sans que je ne men rende compte. Cest une heure de vraie détente, en faisant lamour doucement avec quelques passages pointus et drus. Le reste est sensuel et tactile. Interrogatif dans les signes. Le corps délivre parfois un alphabet secret. Il se met à parler tout seul. Le temps sécoule. Moi de même. En sortant, je suis vrai ment bien. Je me surprends à mimmobiliser sur le trottoir, détailler les passants, juste pour réaliser le décalage joliment scandaleux de ces vies décentrées. Dîner dune salade avec un peu de foie gras et deburrata(sommeillant dans le frigo), accompa gnée dun verre de rioja. Couché tôt en lisant le
10