Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus
ou
Achetez pour : 2,99 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : EPUB - PDF

sans DRM

Dari Valko "Un doigt de politique"

De
140 pages
Je m'appelle Dari Valko, Russe par mon père, franchouillard par ma mère. Après une carrière bien remplie dans la Légion étrangère, je me suis installé garde du corps en free-lance, et je vais t'avouer un truc : le jour où je me suis lancé dans la protection rapprochée, j'aurais mieux fait d'ouvrir un kébab en banlieue ! Parce que pour tout te dire : depuis que je suis à mon compte, je passe mon temps à me friter, à rencontrer des gens bien pourris, et à patauger gaiement dans la merde et le sang mêlés ! J'en suis à regretter l'armée, tu juges un peu ?! Heureusement, qu'il y a mon oncle Piotr, l'ours de Sibérie, qui me file un coup de patte de temps à autre et surtout la toute belle Zoïa, ma pote commissaire, qui me tire du four quand ça devient trop chaud...
Enfin bref, je vais pas te saouler avec mes histoires, surtout que si tu veux les connaître bien à fond, t'as qu'à lire mes bouquins ! Mais je te donne quand même un petit conseil : si t'es fragile du cœur ou que t'es du genre pantoufles et mots croisés, passe ton chemin ma louloute. Je t'aurai prévenu !
D.Valko
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

1
© Les Éditions Létales, 2014 Tous droits réservés.
www.leseditionsletales.com
Edition numérique réalisée par IS Edition www.is-edition.com
ISBN : 978-2-9544915-1-6 (versions numériques)
2
Du même auteur
01 – Un doigt de politique 02 – Fais pas ta star ! 03 – Tranquille le chat !
3
Sites web
Restez connectés pour connaître la date de parution du dernier Dari Valko !
www.leseditionsletales.com
www.darivalko.com
4
Dédicace
À tous ceux qui me connaissent bien, et pourtant continuent à me fréquenter. À tous ceux qui ne me connaissent pas, et ne savent pas ce qu'ils ratent ! Ben Orton.
5
Citation
À mon pote Gégé de Fun !
« Mon bébé, fais-moi l'amour dans un camion, mon bébé, fais-moi l'amour sur une voiture, mon bébé, fais-moi l'amour dans une niche, mon bébé, fais-moi l'amour sur un Magnum, mon bébé, fais-moi l'amour sur mon Godzilla, mon bébé, fais-moi l'amour sur un chimpanzé, mon bébé, fais-moi l'amour sur une toupie, mon bébé, fais-moi l'amour quand tu as tes règles, mon bébé, fais-moi l'amour sur un Bambi, mon bébé, fais-moi l'amour sur une girafe. »
Mon bébé,Gérard de Suresnes.
6
Chapitre 1
* * *
Bon, tu te demandes sûrement ce qu'un mec fait dehors sous la pluie à vingt-trois heures passées lorsqu'il a à sa disposition un loft de cent cinquante mètres carrés tout ce qu'il y a de confortable. OK, comme j'aime pas te laisser errer dans les dédales sinueux de ton ignorance, je vais t'informer : ça fait partie de mon taff, je surveille des gens, je suis un genre de nounou, si tu veux. Mais un genre un peu spécial, je t'expliquerai. Le coin est désert à cette heure oisive de la nuit. Autour de moi, c'est des halls d'immeubles mités chichement éclairés par des lampadaires en fin de carrière. Pas très épanouissante l'ambiance, tu peux me croire. Planqué derrière un Kangoo, le col de ma veste en cuir relevé à cause du zef, ça fait plusieurs minutes que je la mate sur le trottoir d'en face : pas très grande, le cheveu brun long et bouclé, caché sous une casquette kaki. Veste en toile militaire, jeans, baskets. Passe partout,
7
quoi. Lui c'est pas la même : pas loin de toucher son double mètre, fringué clodo (même à plus de dix mètres, je subodore qu'il schlingue grave), des souvenirs de cheveux et l'air férocement con : sportif de haut caniveau, en quelque sorte. On voit tout de suite qu'il est très accroché à la fille, enfin, à son sac à dos surtout, qu'il tente de lui arracher des mains depuis un moment. Mais mademoiselle ayant son petit caractère, elle n'entend pas se laisser faire. Autant vous le dire tout de suite, ça sert à rien de prendre les paris, les copains, la partie est pliée d'avance. Bref, il est grand temps pour Toto de mettre un stop à cette désagréable situation sous peine de « non-assistance à jeune femme en danger » ! Bon, je suis pas un golgoth, mais avec mon mètre quatre-vingt-cinq et mes quatre-vingt-dix kilos de muscles bien secs, nonobstant cette chienne de pluie, je fais mon petit effet. Surtout quand je suis pas content. J'en connais plus d'un qui peut en attester, radiographies à l'appui. Mais je vais pas faire mon Chabal sur ce coup-là, non, comme dirait Mickey : je vais plutôt la jouer fine. On sait jamais avec ce genre de squatteur de rues. Il peut me faire un tour à la Sylvain Mirouf, l'ami : rien dans les mains, rien dans les manches et poff ! Une lame qui apparaît
8
comme par magie ! Et moi, suivant mon habitude, je suis à poil côté quincaillerie. Donc technique de la bouteille vide ! J'explique, ça peut toujours servir : tu joues le mec mort-saoul pour désamorcer la méfiance de ta future victime et bime ! Tu l'emplafonnes ! Je traverse donc la rue qui nous sépare en titubant comme un Russe que je suis à moitié, et me rapproche tant bien que mal de ma cible. Arrivé à deux mètres, ma supputation sus-formulée se confirme méchamment : le clodo géant pue le chacal ! Il est toujours arrimé à un bout du sac et la jeune femme fait ce qu'elle peut pour contenir la traction qu'exercent ses grands bras maigres pour attirer l'objet de sa convoitise à lui. Le duo se fige néanmoins en apercevant ma silhouette zigzaguante d'homme adepte des plaisirs éthyliques : — Lui, l'haleine mauvaise : dégage ! — Moi, la voix pâteuse et l'œil glauque : z'auriez pas vu ma vouature ?! — Lui : mais casse-toi blaireau !! — Moi : non mais, vous z'auriez pas vu ma vouature, une Fiat rouge de… ? — Lui, lâchant le sac à dos et s'approchant vivement de moi : mais putain ! J’vais t'
9
défoncer !!! — Moi : ah, c'est gentil de m'aider à chercher ma vouature, c'est une Fiat poisson rouge de… !! Et là, comme je l'espérais, ce grand con commet une petite erreur d'appréciation qui va s'avérer lourde de conséquences pour la fin de sa soirée : comme il me croit raide bourré et donc inoffensif, il tente de me saisir simultanément par le col de ma veste et le fond de mon pantalon pour me lancer sur la route comme on voit faire dans les westerns états-uniens où des alcoolos se font vider du saloon sans toucher le sol. Mais sa tentative reste à l'état de projet car à peine s'est-il baissé pour se saisir de moi que je me retourne et dans le même geste lui téléphone un coup de genou dans les incisives. Il tombe à quatre pattes sous l'effet jumelé de la surprise et de la douleur et je double la mise avec monspécial Tyson, à savoir un large crochet à la tempe gauche d'approximativement deux cent cinquante kilos de pression au centimètre carré. Coup compte triple, comme au Scrabble, et le colosse de la cloche de bois s'endort instantanément et rêve, j'imagine, à ce qu'aurait pu être sa vie s'il avait poussé un peu plus avant les études.
1
0
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin