Défaillance

De
Publié par


Sa mémoire, c'était son assurance-vie. Devenu amnésique, il est la cible de ses anciennes proies. Quand Jason Bourne rencontre Homeland !

Victime d'un AVC au volant de sa voiture, David Sarac, agent spécial de la police de Stockholm chargé de recruter et de former des indics pour la section criminelle, se retrouve amnésique. Il n'a aucun souvenir de son travail des deux dernières années, ni surtout de l'identité de son indic principal, le mystérieux Janus. Chacun le presse de questions au sujet de cet homme redoutable, qui s'est apparemment fait plus d'un ennemi. D'abord Pete Molnar, collègue et mentor de David, qui dit vouloir le protéger, mais semble bien plus intéressé par le fameux Janus. Le nouveau ministre de la justice ensuite, Jesper Stenberg qui, tenu par une dette envers le crime organisé, envoie une taupe auprès de David. La pègre suédoise entière semble s'être lancée aux trousses de Janus. Mais à chaque pas de David, ses certitudes s'effondrent et les pistes se brouillent : était-il lui-même un flic corrompu ? ou veut-on le faire taire à tout prix ?



Publié le : jeudi 17 septembre 2015
Lecture(s) : 3
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782823817423
Nombre de pages : 412
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
ANDERS DE LA MOTTE

DÉFAILLANCE

Traduit du suédois
par Carine Bruy

Samedi 23 novembre

Gyrophare bleu… c’est sa première pensée après avoir ouvert les yeux.

Son inconscience ne peut pas avoir duré plus de quelques instants, une micropause dans sa tête. Pourtant, le monde lui semble terriblement étranger et inconnu, comme s’il n’était pas encore tout à fait éveillé.

Des éclats bleutés dansent autour de lui, dans le rétroviseur, se réfléchissant sur les murs en béton, le plafond, la chaussée mouillée et même sur les morceaux de plastique brillants du tableau de bord.

Une voiture. Il se trouve sur le siège conducteur d’une voiture et traverse un long tunnel.

La douleur le rattrape. Il garde un vague souvenir de sa présence avant sa perte de connaissance. Un flash aveuglant d’un bleu acier à travers le côté gauche de son crâne, transformant ses pensées en un brouillard épais.

Il sent même l’odeur.

Du métal, du plastique et de l’électricité.

Son corps subit quelque chose, un événement qui menace son existence même, mais bizarrement, ce n’est pas la peur qui domine en lui. Il referme ses doigts sur le volant et sent le cuir souple sous ses paumes. Une sensation agréable et apaisante. L’espace d’un instant, il est sur le point de s’y abandonner. Juste lâcher prise et suivre toutes ces particules satinées pour replonger dans l’inconscience.

Au lieu de ça, il serre le volant de toutes ses forces et essaie de convaincre sa tête douloureuse de lui expliquer ce qui se passe.

« David Sarac. »

« Tu t’appelles David Sarac et… »

Et quoi ?

La voiture poursuit sa trajectoire dans le tunnel et un ou plusieurs des petits cadrans incompréhensibles sur le tableau de bord lui indiquent sans l’ombre d’un doute qu’elle va vite, beaucoup trop vite.

Il essaie de décoller le pied de l’accélérateur, mais ses jambes refusent de lui obéir. Le fait est qu’il ne les sent plus du tout. La douleur n’en finit plus de s’intensifier, mais étrangement, elle semble s’éloigner. Il se rend compte que son corps est sur le point de disjoncter, de suspendre tous les processus non vitaux jusqu’à ce que la torture à l’intérieur de son crâne soit sous contrôle.

— Tu t’appelles David Sarac, marmonne-t-il pour lui-même.

— David Sarac.

D’autres sons émanent des haut-parleurs : de la musique, des grésillements, des bribes de voix excitées qui s’entremêlent à la radio.

Il regarde dans le rétroviseur et l’espace d’une seconde, il lui semble distinguer un mouvement, une silhouette sombre. Quelqu’un est-il assis sur la banquette arrière, quelqu’un qui pourrait l’aider ?

Il essaie d’ouvrir la bouche et voit la silhouette dans le miroir l’imiter. Il avise la barbe naissante et un regard hanté qu’il ne connaît que trop bien. Il comprend : il n’y a personne d’autre ; il est seul.

Les lumières dans le rétroviseur l’aveuglent et lui font monter les larmes aux yeux. Les voix à la radio continuent à le harceler, plus fortes à présent, encore plus fébriles.

La déconnexion de son corps s’emballe. Le mot s’impose à lui et ne tarde pas à envahir toute sa conscience.

Policier.

Policier.

Policier.

Il lâche le rétroviseur des yeux et, à grand-peine, tourne la tête de quelques centimètres. L’effort le fait gémir de douleur.

« Tu t’appelles David Sarac. »

Et ?

Assez loin devant, il aperçoit les feux arrière d’un autre véhicule. Juste à côté, il y a un grand panneau signalant un danger, un obstacle quelconque. Les feux stop passent soudain au rouge vif.

Il devrait tourner le volant et suivre cette voiture hors du tunnel. Son instinct lui hurle que ce serait la meilleure décision à prendre. Mais la connexion avec ses bras semble elle aussi en train de disparaître, car il ne parvient qu’à effectuer un petit mouvement saccadé.

L’obstacle se rapproche de plus en plus, une grande barrière en béton qui sépare les deux parties du tunnel. Les panneaux réfléchissants scintillent dans le faisceau de ses phares. Il s’efforce de se projeter quelques secondes plus tard et de calculer s’il risque de les percuter, mais son cerveau ne fonctionne plus comme il le devrait.

Le processus de déconnexion atteint son visage et fait tomber son menton.

La distance qui le sépare de la barrière continue à fondre.

« POLICIER. »

Le mot est de retour, encore plus fort cette fois, et tout à coup, il comprend pourquoi. Il est policier et la lumière bleue émane de son propre véhicule.

Il s’appelle David Sarac. Il est policier. Et… ?

La douleur à l’intérieur de son crâne lui laisse un répit assez long pour qu’il parvienne à construire un raisonnement cohérent. Que fait-il ici ? Qui pourchasse-t-il ? Ou est-ce lui qui est pourchassé ?

La lumière dans le rétroviseur n’en finit plus de se rapprocher et se vrille dans son cerveau.

La peur le submerge et son cœur s’emballe. La douleur bleu acier revient, encore plus violente. Ses paupières tressaillent et les bruits autour de lui s’estompent, de plus en plus lointains. Il essaie de rester conscient, de lutter contre le processus de déconnexion, mais il a perdu tout contrôle.

Un bref choc fait trembler la voiture, mais il le remarque à peine. Le processus de déconnexion est presque achevé et il est pour ainsi dire inconscient. Libéré de la douleur, de la peur et de la confusion. Tout ce qui reste est un signal presque imperceptible mais obstiné dans son cerveau en crise. Une impulsion électrique entre deux neurones qui refusent de se mettre en veille, pas avant d’avoir transmis leur message.

Juste avant que la voiture percute l’obstacle en béton, la seconde avant que le véhicule passe d’un objet aux limites bien définies à un amas de métal tordu, l’influx nerveux atteint enfin son but. Durant un instant aussi bref que limpide, tout lui revient en mémoire.

Pourquoi il se trouve dans cette voiture. L’histoire qui se joue.

Les visages, les noms, les lieux et les sommes.

La raison pour laquelle ils doivent tous, jusqu’au dernier, mourir.

Tout ça à cause de lui, à cause du secret…

Un incroyable sentiment de soulagement traverse son corps, puis cède la place au chagrin.

Il s’appelle David Sarac. Il est policier. Et il a commis un acte impardonnable.

Vendredi 18 octobre

Enfant, Jesper Stenberg s’imaginait parfois pouvoir arrêter le temps, souvent à la fin du réveillon de Noël ou le soir de ses anniversaires, des événements qu’il avait tout particulièrement attendus. En plein milieu, alors que la fête battait son plein et qu’il était au comble de l’excitation, il avait l’impression que le temps ralentissait, qu’il lui offrait la possibilité de savourer la moindre nuance en toute quiétude, d’intégrer chaque sentiment d’exaltation de ce moment tant désiré.

Trente ans plus tard, il était encore capable de convoquer ces instants de présence totale et de les décrire dans les moindres détails, de la couleur des vêtements de sa mère à la sensation du papier cadeau brillant sous ses doigts en passant par l’odeur de l’après-rasage de son père. Tout était encore frais dans sa mémoire, sans la patine mélancolique que prennent des photos dans un album.

Mais au début de son adolescence, il avait soudain perdu cette capacité. Il avait longtemps cru que c’était dû au divorce de ses parents. Ou alors il était tout simplement devenu adulte et avait perdu sa vision enfantine du temps. Quoi qu’il en soit, les grands événements n’avaient plus jamais été pareils. L’obtention de son baccalauréat, son diplôme de juriste, sa première affaire criminelle, sa demande en mariage et même l’onéreux mariage avec Karolina. Tout pouvait être résumé en un mot : déception.

Il avait travaillé si dur pour aboutir à ces instants, les avait attendus avec impatience, avait fantasmé sur les sensations, les odeurs et les goûts qu’ils auraient, puis tout était terminé, bien trop vite, et il ne lui restait que des souvenirs flous et un sentiment insidieux d’insatisfaction.

Il se persuadait que ce serait différent la prochaine fois. Il suffisait qu’il vise plus haut et bande son arc plus fort pour éprouver des sensations plus intenses. La naissance de ses enfants, son travail à La Haye, son entrée au sein du cabinet d’avocats, l’offre d’un statut d’associé au sein du prestigieux cabinet Thorning & Partners, inédite en faveur d’un collaborateur aussi jeune.

Mais il avait ressenti la même absence de réalité, comme si une fine pellicule faisait écran entre lui et la vie.

Il avait commencé à faire des photos et avait inondé son ordinateur de clichés digitaux d’une précision chirurgicale, avait passé des heures à monter des petits films de vacances au soleil, de nappes de pique-nique à carreaux, d’instants dignes d’Astrid Lindgren avec les enfants, mais peu importe le nombre de pixels ou la résolution de l’écran, il éprouvait toujours le même goût d’inachevé. Comme si un facteur déterminant lui avait échappé au cours de ces instants, une petite nuance imperceptible qui aurait fait toute la différence.

Aujourd’hui, tout avait changé. C’était le plus grand jour de Stenberg jusqu’à présent, le moment qu’il attendait depuis des décennies et il ne ressentait pas le besoin de baisser les yeux vers son poignet pour consulter sa Patek Philippe. Il savait que la trotteuse de sa montre suisse de précision venait de s’arrêter et que cet instant allait combler ses attentes de raffinement. Tous ses efforts, tous ses sacrifices allaient enfin payer. Les années de galère au bureau du procureur : les escrocs, les maris violents, les voleurs à la petite semaine, les cambrioleurs et le menu fretin. Puis la période à La Haye, certes avec des affaires plus importantes, où un jeune procureur comme lui jouait essentiellement les coursiers. Puis son entrée au cabinet Thorning & Partners. Des affaires de grande envergure, parfaites pour un jeune avocat aux dents longues.

Mais malgré l’argent, un emploi au statut social élevé et l’intérêt grandissant qu’il suscitait auprès des médias et même si John Thorning avait fait de Stenberg son protégé, il avait quand même détesté son métier d’avocat. Les six premiers mois, il se douchait dès qu’il rentrait chez lui. Il se débarrassait à la hâte de son costume sur mesure et de ses luxueuses chaussures italiennes qui lui donnaient une allure impeccable à la télé, avant de se frotter jusqu’à ce que sa peau soit rouge.

Puis il s’était habitué et avait porté un masque, comme Karolina le lui avait suggéré. Un personnage dans la peau duquel il pouvait se glisser à volonté. Une personne qui avait la même apparence et la même voix que Jesper Stenberg, mais dont il ne voulait pas vraiment s’approprier les paroles et les actes.

De cette manière, il avait pu continuer à jouer le jeu et à donner le change. Attendre son tour, son heure, avec patience. Cet instant. Il avait donc l’intention d’en savourer chaque milliseconde. L’imprimer dans son cortex afin de se souvenir du moindre détail, de chaque nuance, même dans quarante, cinquante ans, quand le temps qui lui était imparti et qu’il imaginait infini dans son enfance toucherait à sa fin.

Ses sens étaient en alerte maximale et l’abreuvaient de détails. Les veines du bois des imposants meubles sombres autour de la table de conférence. L’épais tapis rouge sous ses semelles. La lumière des lustres de cristal qui se reflétait dans la cafetière en argent posée sur la table. La porcelaine fine de la tasse devant lui. Tout était exactement comme il l’avait imaginé. Cependant, la sensation qui dominait était liée à l’odeur qui flottait dans la pièce : une odeur aigrelette et entêtante qui le submergeait, procurait un petit sentiment d’excitation à ses narines.

L’odeur du pouvoir.

Au bout de la table, le chef trônait en majesté, tel un crapaud. Ses sous-fifres, le beau-père de Stenberg inclus, se serraient de chaque côté du plateau. Costumes, tailleurs, fronts injectés de Botox et doubles mentons. Des notes de sympathie dans la plupart des regards, mais pas dans tous, bien sûr. Malgré tout, il était un outsider, un parvenu qui n’avait pas suivi la voie habituelle. Quelqu’un qui pouvait perturber l’équilibre du pouvoir.

Tous les hommes et femmes autour de la table avaient les yeux braqués sur Stenberg et attendaient sa réponse. Il maîtrisait l’expression de son visage : modestie et un soupçon de surprise ; il en était d’habitude capable même en dormant. Mais un petit rictus agaçant était tapi dans l’ombre ; il le sentait tressaillir à la commissure de ses lèvres. Cela n’était pas vraiment étonnant : on venait de lui poser la Question. Ses rêves étaient sur le point de se réaliser et ensuite, plus rien ne serait jamais pareil.

À l’instant précis où il ouvrit la bouche et troqua le petit rictus pour son meilleur sourire télégénique, il eut l’impression de sentir une légère vibration dans sa montre, comme si une époque nouvelle venait de commencer.

*
* *

Atif ouvrit la glacière, farfouilla parmi les canettes de soda jusqu’à en trouver une encore relativement fraîche et la pressa contre sa nuque. La sueur dégoulinait le long de son dos. L’une des nombreuses coupures d’électricité avait éteint le ventilateur il y avait plus d’une heure et l’air de la petite pièce miteuse était presque figé.

Il ouvrit la canette, la but goulûment, puis regagna son poste d’observation à la fenêtre sale et à moitié obturée.

Dehors, il régnait plus ou moins la même activité que d’habitude. Une dizaine de camions étaient garés, portes arrière ou bâches ouvertes, et différentes marchandises transitaient lentement entre eux. La moitié des véhicules étaient kaki. Les chauffeurs en uniforme fumaient près du petit café en attendant que les manutentionnaires déchargent les camions. Ils se tenaient à distance respectable en reniflant de temps à autre, comme pour déterminer si l’une des nombreuses caisses contenait quelque chose de comestible.

À ce stade, Atif savait tout ce qui se passait sur ce quai poussiéreux. Quelle marque de cigarettes les chauffeurs préféraient ; le nom de la fille revêche du propriétaire du café ; lequel des manutentionnaires dealait du haschich et lequel des chiens errants faméliques était le mâle alpha, celui que tous les autres craignaient.

Le portable dans sa poche de poitrine se mit à vibrer. Atif ajusta son oreillette, puis leva les jumelles. Il zooma sur le poste de garde près de la seule véritable entrée de la place. L’homme fumait, appuyé contre un mur, sa kalachnikov négligemment rejetée derrière l’épaule.

Le téléphone vibra à nouveau et Atif décrocha.

— Allô.

— C’est moi. Comment ça se passe ?

— Plus ou moins comme d’habitude.

— Toujours aucune piste ?

— La piste m’a mené ici.

— Et ça fait combien de temps que tu es là, Atif ?

— Ça va faire trois semaines.

— Je vois. Tu ne crois pas qu’il serait temps de laisser tomber ?

— Il va venir.

Le silence se fit quelques instants à l’autre bout de la ligne. Atif balaya la place avec ses jumelles avant de revenir sur le poste de garde. L’homme s’était redressé et écrasait son mégot dans la terre rouge.

— Une femme a appelé, annonça la voix dans son oreille. De Suède. Elle a affirmé être ta belle-sœur. Elle voulait que tu la recontactes dès que possible. C’était au sujet de ton frère…

— Mon demi-frère, marmonna Atif sans détacher les yeux du poste de garde.

Le langage corporel de l’homme s’était soudain modifié. Il avait saisi son arme automatique, la tenait à deux mains et paraissait tout à coup prendre sa mission beaucoup plus au sérieux. L’homme siffla entre ses doigts, ce qui interrompit l’activité sur la place.

Une voiture noire aux plaques militaires et aux vitres teintées s’avança lentement. Le garde leva une main vers son front, un signe à mi-chemin entre le garde-à-vous et le salut. L’atmosphère des lieux changea en quelques secondes. Les chauffeurs écrasèrent leur cigarette et échangèrent des regards nerveux. Les manutentionnaires accélérèrent la cadence.

Même les chiens parurent comprendre que quelque chose se tramait. Ils se plaquèrent dans l’ombre tout en suivant avec attention la progression du véhicule noir. Il s’arrêta et un homme portant un uniforme et des lunettes de soleil en descendit. Atif n’eut pas besoin de regarder dans ses jumelles : la réaction de toutes les personnes présentes suffit à lui indiquer l’identité du nouveau venu.

L’homme qu’il cherchait.

Le mâle alpha.

Atif tendit la main, se saisit du pistolet posé sur la petite table branlante et le glissa dans son pantalon au creux de ses reins, puis il tira légèrement sur le bord de sa chemise pour s’assurer qu’il ne soit pas visible.

— Je dois te laisser, marmonna-t-il dans le combiné.

— Attends, Atif, objecta son interlocuteur. Ça paraissait important. Très important. Tu devrais sans doute appeler chez toi.

Samedi 23 novembre

Les gyrophares semblent avoir pris possession de tout le centre-ville. Ils se répercutent entre les façades, à peine atténués par la neige qui tombe, avant de se refléter dans l’eau noire sous les ponts. Certains des véhicules de secours ont leur sirène allumée, mais la plupart filent dans la nuit en silence.

Les six étudiants qui marchent vers le nord le long de Skeppsbron se sont déjà lassés du spectacle. Depuis la plate-forme panoramique de Slussen, ils ont observé pendant un moment le cirque en contrebas, sur le long pont autoroutier : des tas d’ambulances, de camions de pompiers, de véhicules de police banalisés ou non, ce qui signifie une seule chose : ça doit être grave.

Quelques-uns des étudiants ont tendu l’objectif de leur portable par-dessus la rambarde glacée dans l’espoir de capturer une scène croustillante, mais après plusieurs minutes sans aucun rebondissement, leur intérêt n’a pas tardé à s’émousser. La température négative et les abondantes chutes de neige se sont rappelées à leur bon souvenir et ils se sont remis en route pour le centre-ville.

La bataille de boules de neige commence plus ou moins au milieu de Skeppsbron. L’un des jeunes s’arrête et ramasse une brassée de poudreuse sur le pare-brise d’une voiture en stationnement. Il confectionne une boule irrégulière à la hâte, la lance dans le dos des autres et la partie commence. Ils courent tous les six sur le trottoir, plongent pour éviter les projectiles de leurs camarades et marquent une pause de temps à autre pour se procurer de nouvelles munitions.

C’est la jeune femme au bonnet rouge qui fait la découverte.

— Regardez, il y a quelqu’un qui dort là, lance-t-elle en désignant le véhicule sur lequel elle vient de ramasser de la neige.

— Eh, debout là-dedans ! Il n’a pas bu que de l’eau, on dirait, crie-t-elle en riant quand son petit ami la rejoint.

À travers la petite fenêtre qu’elle a façonnée dans la neige, ils distinguent le crâne pâle d’un homme de grande taille. Il est assis sur le siège passager, le front appuyé sur le tableau de bord, et il paraît endormi.

Le jeune sur le trottoir tape lui aussi à la vitre, mais faute de réaction, il commence à évacuer la neige qui leur bloque encore en partie la vue. D’abord lentement, puis de plus en plus vite jusqu’à ce que le pare-brise soit presque complètement dégagé. Il fait la même chose avec la vitre latérale. Le passager ne bouge toujours pas.

Au loin, ils entendent un bruit de moteur et le vrombissement d’un hélicoptère qui se rapproche. Quelque chose pousse les autres à interrompre leur jeu pour se rapprocher de la voiture. À pas lents, comme s’ils n’étaient pas vraiment sûrs de vouloir voir qui ou quoi se cachait à l’intérieur de la berline. Mais la jeune fille au bonnet rouge ne remarque pas le changement d’atmosphère.

— Laisse tomber, lance-t-elle d’une voix rieuse. Je suis gelée. Laisse-le pioncer.

Elle tire son petit ami par le bras, mais le jeune homme résiste. Dès que la vitre latérale est dégagée, il plaque son visage dessus.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Méli-métro

de editions-amalthee

Malefico

de calmann-levy