Des gens du monde

De
Publié par

Il y a une vingtaine d'années, dans un village de Charente-Maritime, une jeune infirmière libérale rend visite du matin au soir à ses patients. Elle a vingt-sept ans. L'expérience va durer cinq ans. Les usines ferment, la pêche ne rapporte plus, la population vieillit. On construit des cités et pourtant le paysage reste beau, surtout sous le regard de l'auteur. Il y a des pêcheurs, des ostréicultrices, des jardiniers, des cultivateurs, des ouvriers, des tsiganes, des bigotes, des notables, un transsexuel, un facteur ivrogne, un gendarme légaliste, des gens de maison, des putes à marins, la bonne du curé, une chiffonnière. La maladie et la mort dominent-elles ? Toutes les maladies ne sont heureusement pas mortelles et la visite de l'infirmière peut devenir celle d'une confidente. Loin d'une compassion de principe, ce livre manifeste une compréhension unique de la souffrance, de la détresse, de la folie, de l'extravagance, mais aussi de la fraternité et de la dignité des simples. Avec générosité et avec un humour caustique qui n'exclut jamais l'élan amical et poétique.
Publié le : mardi 1 septembre 2009
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782021006308
Nombre de pages : 444
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Extrait de la publication
Extrait de la publication
,
,
NT
S E
IL
Extrait de la publication
ECTION DE
2003
roductions destinées à une ou partielle faite par quelque s cause, est illicite et constitue e de la propriété intellectuelle.
Extrait de la publication
Extrait de la publication
Extrait de la publication
ière fois chez les , tôt le matin, par Éphraïm était à la aute d’héritier, il bane, mais pas sa nt aider les ostréi-s son parc et sa nostalgie en lui le , les bassins et les ais il allait aussi n qui avait besoin ler même à moitié thos. abane d’Alexandre ents Faure, il avait r elle. e, une famille de illages immédiate-oins d’une bonne aillé à la filature, llice, avec Line et Noëlle Gillet, puis i, d’abord sur l’ex- celle qu’elle avait
Extrait de la publication
lle n’avait quittée xième fils, puis le elle était ouvrière assé son congé de veau-né en atten- Éphraïm, elle l’a me chose pour les ur aux cabanes se
 m’avait-il aussi t pas un mois. Et – c’était une jeune nfant maladive –, urtout, parce que mer (les pêcheurs de la longueur du égissait la vie des is, déterminait les e était imprégnée -il avec une moue ïm, cela signifiait Nieul, à quelques ont la côte n’était ville. Il l’admirait, omme les autres s, sans broncher, ssibles, la fatigue, t totalement bou-textile. Il l’aimait opiniâtreté que de ême de l’exploita-sins, leurs concur-fraternité ouvrière, ue respectueuse.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi