Du rouge dans la marge

De
Publié par

Voici la version intégrale du journal de Maxime Duval. Saisi pendant l'enquête, il a été en partie rendu public pour la première fois en 2012, lors du procès dit de "l'Écorcheur de la Pacificatrice". Dans le cadre du droit au respect de la vie privée, certains noms et prénoms ont été modifiés.

Publié le : jeudi 7 mars 2013
Lecture(s) : 13
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342003512
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342003512
Nombre de pages : 178
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Vincent Loury
DU ROUGE DANS LA MARGE
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0118305.000.R.P.2012.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2013
Ils étaient trois. Ils mont assassiné froidement au petit matin. Ils ont fait de moi un fantôme, errant dans la ville. Chaque jour attise un peu plus ma haine. Lent poison qui se distille au cur de mon rêve éveillé, tissant létoffe pourpre qui recouvrira le spectre de ma vengeance.
Lu dans les toilettes dun bistrot de la rue des Dames. Mur de droite, niveau cuvette.
Première partie
Mardi 5 janvier. Au bon coin
Un journal. Comme quand javais sept ans. Même que je lavais lu à Patricia. La si convoitée Patricia. Elle mavait em-brassé sur la bouche. Quest-ce que je ne donnerais pas aujourdhui pour retrouver la saveur de ce premier baiser ? Inscrire le face-à-face avec moi-même. De ces face-à-face que la vie impose quand elle ouvre une parenthèse dont per-sonne ne sait si elle peut se refermer avant la fin. Car tout finira. Tout finit toujours par finir. Des sujets, des verbes, des com-pléments. Des mots pour ne pas se perdre. Comme les cailloux du petit poucet. Échapper un peu au poids de sa vie dhomme. Avec leffort nécessaire quil faut chaque jour pour se tenir droit, malgré tout. Jobserve mes frères humains, ces héros de la verticalité, allant dun point A vers un point B en prenant soin de ne pas se toucher, asservis par des siècles desclavages, un boulet à la place du cur, et des chaînes en bandoulière. Journal = écrire cette pièce de théâtre là. Jai acheté lordinateur chez Jo. Rue de Chabrol, à côté du vidéoclub, il y a sa boutique. Petite caverne dAli Baba. Pièces détachées neuves ou doccasion, modèles récents ou anciens samoncellent tout autour de lui. Tel un bouddha oriental, son visage poupon trône sur une montagne de chair qui pend la-mentablement. Malgré ce corps conçu pour la méditation, Jo est capable de se déplacer aussi vite quun singe, grimpant un esca-lier instable fait de vieux écrans pour gagner les hauteurs et saisir lobjet désiré.
9
DU ROUGE DANS LA MARGE
Moi, je voulais du petit et du léger. Quelque chose qui souvre nimporte où. Je me suis retrouvé face à une tablette noire et lisse, dalle minérale venue dun autre temps. État neuf impeccable, belle autonomie. Un billet de deux cents, deux bil-lets de cent. Rendu : trente-sept euros cinquante. Payé cash. Plaisir des maffieux, des brocanteurs et des psychanalystes. Ils palpent, ils liassent, ils passent leur pouce sur la langue pour mieux faire glisser le papier-monnaie. Pour les autres, salaire de la peur viré en votre faveur. Jamais rien dans les poches. Juste largent plastique, encarté, numérisé, traçable, contrôlable. Tristesse.
Jeudi 7 janvier. Buffet de la gare de lEst
Gares, trains, buffets. Ici, chacun trimballe son destin, avec ou sans valise. Cest ce genre dendroit que je préfère. Écouter, observer, écrire. Jai du temps pour ça. Tellement de temps. À deux tables de moi, un quinquagénaire au ventre de bu-veur de bière simpatiente. Peur de rater son train, de ne pas être au rendez-vous, dêtre encore ici quand il faudrait être ail-leurs. Alors, il tend la main un peu plus à chaque passage. Lautre, tablier noir sur chemise blanche, plateau en avant fait mine de ne rien voir. Plus la main implore, plus elle supplie, plus il lignore. Il a appris à ignorer une main tendue. La base du métier de serveur. Tout ce que je déteste. Je lui donne à peine un quatre sur dix. Je naime pas les garçons de café. Du coup, je leur mets une note. Le buveur de bière, je le connais. Je lai déjà vu. Du moins, je crois. Comment savoir ? Cest peut-être ça vieillir. Reconnaître tous les visages. Ne plus en découvrir aucun. Juste des varia-tions autour du thème.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Avec elle

de editions-flammarion

suivant